juil 30

Les Moustaches (18)

Prix de l’accessoire qui tue

L’Ukraine est connue pour avoir toujours l’accessoire qui fait mouche. Roue de hamster, écrans géants, dessins de sable, légionnaires équivoques… Un visuel efficace et un symbolisme simple. Beaucoup de pays ont réussi à trouver un visuel intelligent, et d’autres ont sorti l’artillerie un peu trop lourde…

Les nommés sont…

  • Hersi (Albanie) et son promontoire de la solitude…
  • Les Sœurs Tolmachevy (Russie) et leur vilain éventail-balançoire-soleil…
  • The Shin & Mariko (Géorgie) et leur parachutiste percussioniste
  • Cristina Scarlat (Moldavie) et ses extensions de cheveux
  • Axel Hirsoux (Belgique) et sa maman…

Et le gagnant est…

moustacheLes Sœurs Tolmachevy !

Alors là, en voilà du remplissage d’espace et de la débauche de moyens qui ressemblent plus à de la propagande nord-coréenne qu’à la dernière tournée de Lady Gaga ! Avec en accessit à l’accessoire inutile, Rui Andrade, celui dont le Portugal ne veut pas,  adopté par la Russie pour fermer un éventail…

juil 29

Les Moustaches (17)

Prix « Un certain regard » du vidéo-clip

Avant même la tenue du concours pour de vrai, une vraie bataille fait rage depuis plusieurs années : la guerre du vidéo-clip ! A croire qu’Eurovision dot tivi est devenu MTV !

Si certains, notamment nos amis de Suède ou du Danemark, préfèrent prudemment envoyer au monde entier la toujours très polie prestation en finale nationale, d’autres nous abreuvent d’images. Comme toujours, la plupart sont très réussis ! On se souvient du clip très coquin de Tijana, les jolies montagnes du Monténégro avec Sergej, le très pro et très branché clip de Molly (si vous le n’avez pas vu cliquez, histoire que je m’embête pas à mettre des liens pour rien !), l’hyper looké et avant-gardiste clip d’Emma, ou même Dilara émouvante sur les balcons de Bakou

Il y en a des moins réussis… Comme Pépère Carlos Espen sur son canapé, nos Twin Twin dans la Roue de la Fortune, les Softengine qui se sont pas foulés

Il y en a d’un goût très douteux comme les délires apocalyptiques de Cristina Scarlat ou le trip Michael Jackson de Maria Yaremchuk.

Il y a Sebalter, dont on n’a pas trop compris pourquoi l’hôtel, surtout s’il tente de nous alerter que dans les hôtels suisses, on n’est susceptibles de se prendre une assiette de spaghettis sur la tête !

Et puis il y a ceux qui n’auraient peut-être pas dû être tournés…

Les nommés sont…

  • Conchita Wurst (Autriche), dont le clip over-kitsch n’est franchement pas le point fort de la contribution…
  • Les sœurs Tolmachevy (Russie), qui après un diaporama et un truc tout banal ont cru bon d’enregistrer un vrai clip incroyable, et voilà le résultat…
  • Valentina Monetta (Saint-Marin), la reine du kitsch, qui après le cybersex dans sa chambre et la robe rouge, nous a encore pondu un grand moment de cinéma sur une plage déserte avec le piano qui joue tout seul…
  • Hersi (Albanie), et son mini-film post-moderne dont on attend encore la signification précise…
  • Paula Seling & Ovi (Roumanie), dont le clip ressemble quand même un peu beaucoup trop à celui de Ruth Lorenzo avec ses danses aquatiques…

Et le gagnant est…

moustacheHersi !

Parce que l’Albanie est le seul pays à mettre la moitié de son PIB dans le clip de la chanson de l’Eurovision, avec débauche de moyens, scénarios improbables, symbolismes incompréhensibles, métaphores filées et cartes postales du littoral…

Heureusement Hersi, boitant sur les dunes, appelant les oiseaux, faisant du vélo, observant son grand amour faire de l’aéro-je-sais-pas-quoi au-dessus d’elle et pétant sa crise dans un parking a régalé les amateurs de gifs animés… Marion Cotillard, prends garde à toi !

juil 28

Les Moustaches (16)

Grand prix du Sosie 2014

Si certains candidats sont uniques, comme Conchita Wurst, chez beaucoup, quand il ne s’agit pas d’une troublante ressemblance, on sent bien les influences de leur chanteur préféré…

Les nommés sont :

  • Sanna Nielsen (Suède), doublure vocale (et gestuelle) de Céline Dion
  • Valentina Monetta (Saint-Marin), ou Dalida réincarnée
  • Teo (Belarus), le Robin Thicke de l’Est
  • Suzy (Portugal), la Shakira lusitanienne
  • Cristina Scarlat (Moldavie) : Valérie Damidot, on t’a reconnue !

Et le gagnant est…

moustacheValentina Monetta !

On n’avait pas vu meilleur imitation de la copine à Gigi depuis notre dernière soirée chez Michou !

juil 27

La Suisse 2015 vue par Nico – 4. Melissa Bon, véritable révélation d’une Suisse colorée et métissée !

suisse musiqueTalentueuse et ambitieuse, cette jeune chanteuse de 20 ans originaire de Genève, a décidé de se consacrer à sa passion, la chanson.

Melissa commence la musique à l’âge de 16 ans avec un proche qui parle d’elle à un membre de la fondation musicale créée par Phil Collins.

Après avoir pratiqué la musique en amateur pendant 4 ans et son bac en poche, elle décide d’en faire son métier.

Il y a un an, elle arrive à Paris pour entamer des études dans une célèbre école de musique.

melissa bonPremière étape pour se faire connaître et tenter sa chance dans cette jungle,  c’est de passer des auditions, des castings et c’est à travers l’émission The Voice France 2014, qu’elle réussit à être sélectionnée pour participer aux redoutables auditions à l’aveugle.

Éblouit par sa voix et son interprétation de la chanson de Rihanna, Unfaithful, Mika se retourne très vite et buzz pour l’avoir dans son équipe, il n’est pas le seul mais elle décide de le choisir comme coach vocal pour la suite de l’aventure.

Malheureusement, lors des battles, elle est vite éjectée de la compétition, évincée par une jeune chanteuse acadienne. Mélissa doit se résoudre à rentrer chez elle. L’aventure s’arrête beaucoup trop tôt pour elle, qui n’a pas eu le temps de démontrer tout son talent.

Comment a-t-on pu passer ainsi à côté d’une telle voix, une telle artiste ?

La question reste ouverte mais les dieux de la musique continuent de la hanter, chaque jour, chaque nuit. Elle se contente alors de reprendre des chansons de la pop anglaise, des tubes que l’on entend partout sur les ondes.

melissa2Ses références : Adèle, Lana Del Rey, le jazz, la soul et le Rnb,  Elle s’attaque à des monstres mais elle peut se le permettre. Bien que très inspirée, elle se démarque avec sa voix unique et authentique.

Reste à trouver le producteur, un magicien qui misera sur elle, des auteurs compositeurs qui sauront trouver les mélodies et les mots qui feront d’elle, un jour, une artiste reconnue.

Alors pourquoi ne pas choisir la voie de l’Eurovision, histoire de faire avancer les choses pour elle en décidant de représenter son pays, la Suisse, en Autriche en mai 2015 ?

A parier qu’elle ne laisserait  personne indifférent et qu’elle pourrait faire un excellent job et hisser ainsi son pays dans un Top 10 en finale.

Afin de vous en convaincre, découvrez Mélissa et ses performances vocales,  elle mérite tout de même beaucoup mieux que de figurer parmi les candidates recalées de la 3ème édition de The Voice !

Une reprise acoustique d’un véritable tube de London Grammar  Wasting my young years

Une autre sublime reprise du chanteur irlandais Hozier, Take me to church

Laissez-vous surprendre par cette version de la chanson d’Adèle Crazy for you

Encore plus troublante, cette belle reprise de Say Something  de A Great Big World

Et pour terminer, voici à nouveau ce magnifique duo, avec un autre artiste suisse, candidat de The Voice of Switzerland 2014, Patrick Reis.

Un véritable moment de plaisir et d’émotions d’écouter cette version de All of Me de John Legend

J’aimerais beaucoup découvrir bientôt son répertoire à travers son premier album,  son propre univers. Alors je lance une bouteille à la mer pour que mon vœux se réalise —

Et si vous aussi vous avez été touché par Mélissa, dites le haut et fort !

Melissa Bon, une découverte magistrale,  une voix en or pour la Suisse à l’Eurovision ou pourquoi pas pour la France ?

Pour la contacter :

https://www.facebook.com/pages/Melissa-Bon/122082271281605

juil 26

The History Book On The Shelf (Is Always Repeating Itself) #7

highs-lows-book-launch1Conchita-ci, Conchita-là, Conchita à Vienne, Conchita à Londres, Conchita à Paris, Conchita à Madrid. Il semblerait que notre héroïne soit en route pour la gloire et la domination mondiale. Elle apparaît partout, chantant, défilant, manifestant, tenant la pose, déroutant l’opinion publique, prenant à rebours les censeurs et diffusant sans cesse son message d’ouverture et de tolérance. De mémoire de fans, l’on n’avait plus vu pareil engouement depuis des lustres. Tant mieux : l’établissement de Conchita dans l’inconscient collectif fait avancer la cause du Concours. Rarement l’image de ce dernier aura été aussi positive dans les médias francophones, français, belges et suisses. Aux orties les oripeaux « d’Internationale de la Chanson Guimauve » (Sic, par le journal belge Le Soir, il y a quelques années), place au bastion des libertés et des droits fondamentaux !

Que réservera l’avenir à Conchita ? Excellente question ! Car que réserve l’avenir aux gagnants du Concours ? Certains ont été découverts grâce à lui et ont connu par la suite, une brillante carrière internationale. Bien sûr France Gall, ABBA et Céline Dion. Mais n’oublions pas Gigliola Cinquetti, Sandie Shaw, Lulu, Vicky Leandros, Brotherhood of Man, Bucks Fizz. D’autres ont vu leur réussite commerciale limitée à leur pays d’origine : Jean-Claude Pascal, Isabelle Aubret, Udo Jürgens, Massiel, Nicole, Carola, Helena Paparizou, Lena. D’autres encore ont conclu là une longue et honorable carrière : Toto Cutugno, Katrina & The Waves, les Olsen Brothers, voire Sertab Erener.

Et puis, il y a les autres, tous les autres, qui étaient promis au plus brillant des avenirs, mais qui n’ont pas su concrétiser les possibilités qui leur étaient ainsi offertes, faute de répertoire conséquent (Grethe et Jørgen Ingmann), de management convenable (Séverine), de cohésion interne (Teach-In) ou encore de projet artistique commun (Ell & Nikki). Et pourtant, et pourtant, plusieurs d’entre eux auraient pu, auraient dû… Notre livre d’histoire sur l’étagère nous le renseigne d’ailleurs : leur deuxième single, sorti immédiatement à la suite de leur chanson gagnante était brillant. Hélas, la sauce commerciale n’a pas pris, sans que l’on puisse y fournir d’explication scientifique.

Aujourd’hui donc : cinq excellentes chansons qui auraient dû offrir une carrière internationale à un vainqueur de l’Eurovision… sauf que non !

5. Dana – I Will Follow You

Rosemarie Brown avait dix-neuf ans, lorsque le samedi 21 mars 1970, elle entra dans la légende du Concours. Sous le nom de scène de Dana, elle octroya sa première victoire à l’Irlande, en interprétant le cultissime All Kinds Of Everything. À son retour à l’aéroport de Dublin, Dana fut accueillie en héroïne nationale par la foule de ses admirateurs. Sa chanson remporta un immense succès commercial partout dans le monde et devint l’un des piliers du Concours. Le contraste ne put être plus grand avec I Will Follow You, son single suivant. La chanson fit un flop si énorme, qu’elle ne parvint même pas à entrer dans les classements irlandais et que Dana songea sérieusement à abandonner sa carrière de chanteuse. Le single suivant, Who Put The Lights Out , lui permit de redresser sensiblement la barre, sans pour autant retrouver le succès apporté par l’Eurovision. À partir de 1976, Dana se réinventa en reine du disco et renoua avec les classements, grâce notamment à Fairytale  et l’inénarrable Something’s Cooking In The Kitchen. Par la suite, elle devint chanteuse de musique religieuse, avant de se tourner vers la politique. De 1999 à 2004, Dana fut ainsi députée européenne et en 1997 et 2011, elle se présenta à l’élection présidentielle irlandaise. Sans succès et cela est bien dommage car une ancienne gagnante de l’Eurovision, présidente, cela aurait été d’un chic et d’un symbolique pour l’Irlande…

4. Alexander Rybak – Funny Little World

Vous étiez devant votre poste de télévision, ce samedi 16 mai 2009, et vous avez assisté à un moment historique : la troisième victoire de la Norvège, celle de tous les records. Record de points obtenus par une chanson gagnante (387), record du nombre de points séparant le vainqueur du deuxième (169) et record du nombre de « douze points » obtenus (16 – dépassé en 2012, mais nous y reviendrons). Alexander Rybak et son Fairytale enchantèrent l’Europe toute entière. Après le Concours, la chanson connut un vif succès, atteignant la troisième place du classement général européen. Le single suivant, Funny Little World, lui permit de devenir numéro un des ventes en Norvège et de se classer honorablement en Finlande, en Suède et au Danemark. La carrière internationale d’Alexander s’arrêta hélas là et par la suite, le succès commercial lui échappa, même en Scandinavie et en Russie. Il enchaîna pourtant les excellents morceaux, tels que Roll With The Wind, Europe’s Skies, Leave Me Alone et Into A Fantasy. Depuis, Alexander est devenu un invité récurrent, apparaissant avec son violon dans à peu près toutes les sélections nationales possibles et imaginables, revenant chanter sur la scène du Concours et surgissant par surprise des sables de la planète Solayoh.

3. Dana International – Free

À peine eut-elle remporté le K-Dam 1998, que Dana International devint un phénomène de société. Elle concentra sur elle toute l’attention des médias internationaux, au point d’éclipser les autres concurrents. Première artiste transsexuelle à participer au Concours, elle s’attira les foudres des politiques réactionnaires et des ultrareligieux. Les menaces de mort plurent sur sa tête et elle ne put se déplacer à Birmingham que sous la très haute protection de la sécurité israélienne. Même ses robes, dessinées par Jean-Paul Gaultier, bénéficièrent de leurs propres gardes du corps. Le vote fut un insoutenable suspense et Dana n’arracha sa victoire que sur le fil. Diva remporta par la suite un grand succès commercial, porté par la controverse et un clip inoubliable. Après une reprise mineure du Woman In Love de Barbra Streisand, Dana revint l’année suivante sur la scène du Concours, pour interpréter durant l’entracte, le single qui devait lancer sa carrière internationale, une autre reprise : Free, originellement de Stevie Wonder. Sa prestation fut plus que mémorable et décrite par Terry Wogan comme une nuit passée dans la Babylone antique. Hélas, pour un motif toujours mystérieux, les tractations avec la maison de disque Sony échouèrent et Dana ne put obtenir de contrat international. Sa carrière se limita à son pays natal, connaissant des éclipses, renaissant notamment grâce à Love Boy  ou Loca. Dana revint concourir à l’Eurovision en 2011, avec le très mineur Ding Dong, mais se fit sèchement congédier en demi-finale.

2. Loreen – My Heart Is Refusing Me

Rarement une concurrente et sa chanson auront autant électrisé les fans. Dès les premières notes d’Euphoria, lors de la première demi-finale du Melodifestivalen, le 4 février 2012, certains surent avec la plus précise des certitudes qu’elle gagnerait l’Eurovision. La suite le leur confirma, qui fut une promenade de santé : Loreen remporta la célèbre sélection suédoise avec le plus grand nombre de votes jamais enregistré, puis la seconde demi-finale du Concours et bien sûr la finale du 26 mai 2012, obtenant à dix-huit reprises la note maximale et surpassant ainsi le record d’Alexander Rybak. Euphoria fut ensuite numéro un des ventes de singles en Europe, triompha même dans des pays non participant (comme le Luxembourg, la République Tchèque et la Pologne) et devint le plus grand succès commercial de l’Eurovision depuis 1982 et Ein Bisschen Frieden. Dans la foulée, il fut décidé de sortir comme deuxième single international, un remix de My Heart Is Refusing Me, chanson avec laquelle Loreen avait concouru au Melodifestivalen 2011… et avait été éliminée à l’Andra Chansen. Le morceau passa quasiment inaperçu, tout comme le suivant, We Got The Power , rejetant la chanteuse dans l’ombre. Aux dernières nouvelles, Loreen s’apprêterait à publier son second album, dont le premier single serait Jupiter Drive.

1. Gali Atari & Milk And Honey – Goodbye New York

Hallelujah la’olam, Hallelujah, yashiru kulam… En deux strophes, la chanteuse israélienne Gali Atari érigea à Jérusalem, le samedi 31 mars 1979, un monument éternel du Concours et le point d’orgue de son premier âge d’or. Le vote délivra un intense et mémorable suspense, qui n’accorda la victoire à Israël qu’à son ultime terme, sous un tonnerre d’applaudissements du public dans la salle. Hallelujah connut par la suite un immense succès commercial. Mais le ver était dans le fruit… Car initialement, Hallelujah avait été offert par ses auteurs, Kobi Oshrat et Shimrit Orr, au groupe Hakol Over Habibi… qui l’avait décliné ! Oshrat et Orr, désireux de participer au K-Dam 1979, persuadèrent la chanteuse Gali Atari de se joindre au groupe Milk And Honey et de concourir avec eux. Après leur victoire au Concours, le quatuor décida de pérenniser son succès international en enregistrant un morceau disco, Goodbye New York. Malgré l’air du temps, le single fut totalement ignoré et le groupe se recentra sur son pays natal, remportant d’autres succès avec Galgal Anak (La grande roue) et Shir Lashirim (La chanson des chansons. Un an plus tard, Gali se sépara de Milk And Honey pour entamer une carrière solo, qui la verra triompher durant toutes les années 80. Lea Lupatin la remplaça dans le quatuor, qui tenta à nouveau sa chance au K-Dam en 1981 et en 1989, mais sans succès.

« Ouais, ben, à part ABBA, c’foutu concours a rien produit de valable ! J’me d’mande toujours à quoi y’sert ! » Fiche et diantre, Madame Michu ! Le but ontologique de l’Eurovision n’a jamais été de lancer des carrières planétaires. Ses fondateurs voulaient faire de lui un événement qui permettrait : primo, de populariser l’Union Européenne de Radio-télévision ; secundo, d’unir plus étroitement ses membres ; tertio, de développer la technologie télévisuelle ; quarto, d’exploiter le réseau Eurovision ; quinto, d’encourager la production de musique populaire et sexto, de faire connaître des artistes nationaux sur le plan international. Vous aurez ainsi beau retourner dans tous les sens les écrits et le testament de Marcel Bezençon, nulle part vous n’y trouverez exprimée la volonté de transformer l’Eurovision en machine de guerre commerciale. Mais déjà ce débat nous entraîne sur l’opposition éternelle entre réussite artistique et réussite commerciale… Cette dernière, chère Madame Michu, dépend uniquement des artistes eux-mêmes et de leur management, point du Concours et de ses organisateurs. Et vous devrez admettre que l’Eurovision a révélé bien des talents, sans pour autant qu’il s’agisse de vainqueurs. Songez à Domenico Modugno, Hugues Aufray, Alain Barrière, Françoise Hardy, Nana Mouskouri, Henri Dès, Julio Iglesias, Patrick Juvet, Jeane Manson, Lara Fabian, Ofra Haza, Anna Vissi, Patrick Fiori, Natasha Saint-Pierre, Sébastien Tellier et Raphael Gualazzi pour ne citer qu’eux…

Superbonus

Parce que. Oui, parce que. Parce que cette rubrique a été écrite à quatre mains, avec mon meilleur ami. Parce qu’il est néerlandophone ; parce que je suis francophone ; parce que nous résidons et travaillons tous deux à Bruxelles ; parce que nous résumons ainsi la Belgique. Parce que nous ne nous serions jamais rencontrés sans l’Eurovision et sans « elle » ; parce qu’« elle » demeure son idole ; parce que chacune de « ses » apparitions me fait mourir de rire. Parce qu’« elle » aurait mérité une carrière aussi fructueuse que celle de Céline Dion (qui n’aurait d’ailleurs jamais existé sans « elle ») ; parce qu’en réalité, « elle » n’a jamais cessé de chanter ; parce que gagnante francophone, « elle » aura remporté plus de succès en Flandre ; parce qu’« elle » demeure, envers et contre tout, une icône belgo-belge et qu’il n’y ait pas un seul citoyen du Royaume de Belgique qui ne connaisse son nom et soit incapable de fredonner « J’aime, j’aime la vie ». Bref, parce qu’« elle » est « elle » ; parce que nous sommes nous, rendons un hommage très appuyé à Sandra Kim et à sa carrière, en revoyant ses meilleures chansons, année après année, de 1986 à nos jours. Je t’embrasse fort, mon très cher Oiseau Bleu (Vous verrez, il se reconnaîtra…) !
1986 – Tokyo Boy

1987 – La Vie (générique du dessin-animé Il Était Une Fois La Vie…)

1988 – Souviens-Toi

1989 – Coup De Cœur

1990 – Slow-Moi, Rock-Moi (en duo avec Luc Steeno)

1991 – Look Infernal

1992 – Je Veux Ma Part De Rêve

1993 – Je T’Ai Tout Donné

2001 – J’Ai Pas Fini De T’Aimer

2010 – Anyway The Wind Blows

juil 25

Les Moustaches (15)

Moustache de la Moustache

Petite mise en abyme car cette année a confirmé la tendance du retour en force du poil ! Y’a bien encore qu’en Suède qu’on ose nous gaver de minets imberbes. Les barbus ont inondé le concours, et pour le coup, avec Sébastien Tellier, on était précurseurs ! La force de la moustache a même conquis. Depuis l’Eurovision, Henri, le bassiste de Softengine, arbore l’atout sex-machine de Tom Selleck !

Les nommés sont…

  • Twin Twin (France), l’originale.
  • Pollapönk (Islande), dans un style poil libéré.
  • Sebalter (Suisse), la barbe négligée de cinq jours si travaillée
  • Carl Espen (Norvège), le retour du collier de barbe/bouc, façon Johnny au stade de France
  • Conchita Wurst (Autriche), la barbe la plus glamour et la plus féminine

Et le gagnant est…

moustachePollapönk !

Belles bacchantes, barbes fournies, sosies de ZZ tops… La contribution islandaise est une vraie ode à l’homme viril, le vrai… mais qui n’hésite pas à enfiler une jupe !

juil 24

Les Moustaches (14)

Prix Valentina Monetta m’a éliminer (orthographe célèbre..)

Il est vrai que la grande surprise de l’année fut la qualification de la diva sanmarinaise. Certes l’événement était une première, mais bonjour la honte pour les 6 qui se sont inclinés face à elle ! Au moins la belge Iris ait eu moins de points que la chanson Facebook Uh Oh Oh a pu rester confidentiel. Là, même pas !

Les nommés sont :

  • Suzy (Portugal)
  • Tanja (Estonie)
  • Aarzemnieki (Lettonie)
  • Axel Hirsoux (Belgique)
  • Hersi (Albanie)
  • Cristina Scarlat (Moldavie)

Et le gagnant est…

moustacheSuzy !

A un point, c’est moche !

juil 23

Autriche 2015 : des dates définitives !

Eurovision_Song_Contest_2015

A vos agendas ! Il a été annoncé que le concours aura finalement lieu un peu plus tard que prévu, du 19 au 23 mai 2015.

  • 1ère DEMI-FINALE : Mardi 19 mai 2015
  • 2ème DEMI-FINALE : Jeudi 21 mai 2015
  • FINALE : Samedi 23 mai 2015

Parallèlement, il a été annoncé que le lieu de l’Eurovision le Stadthalle de Vienne, l’Olympiaworld d’Innsbruck, voire le Stadthalle de Graz, sera annoncé dans quelques jours, fin juillet-début août.

Aux dernières rumeur, Vienne aurait remusclé sa candidature face à la menace tyrolienne… Il se dit que le petit délai quant à l’annonce de la ville-hôte serait pour laisser du temps à Vienne afin d’avoir un meilleur projet… Nous saurons tout cela dans moins de deux semaines !

juil 23

Les Moustaches (13)

Prix « My taylor is rich » du plus bel accent anglais

Parce chaque année des interprètes de l’Est s’obstinent à nous bombarder de chansons dont ils n’ont aucune idée de ce qu’elles veulent dire et que nous non plus on ne sait pas très bien ce qu’ils veulent nous raconter, l’Eurovision est aussi une célébration de l’accent anglais foireux… Patates chaudes dans la bouche, vaches espagnoles et prononciation made in Maurice Chevalier, ce prix est fait pour vous.

Les nommés sont :

  • Dilara (Azerbaïdjan) : « Mébiii natfeuuul daken skys, en mébiii teadreuuups stain euer eyes ! »
  • Axel Hirsoux (Belgique) : « You aaa mail gading laïte ! Mail shôldeu, mail shelteu, mail sateulaaaïte ! I’m riiik yô bouaaite »
  • Aram MP (Arménie) : « You navveulôône !!! »
  • Cristina Scarlat (Moldavie) : « My péééchieunz fyding wivawéni diiifrense, fighting to rin overe everyyyything thas mi oooor eunceumpiiiite »
  • Twin Twin (France) : « Aïe ouanna havve a MOUSTACHE ! Quélia oun bigoté ! »

Et le gagnant est…moustache

Dilara !

C’est vrai que l’on n’a pas été très gâtés cette année car même des interprètes comme Teo qui ne parlent pas un mot d’anglais se sont appliqués pour interpréter leur chanson de façon impeccable. Même Valentina Monetta a bossé son anglais ! Mais l’Azerbaïdjan conserve sa précieuse réputation de pays des accents…

STAAAAAT EU FAAAAAIEUUUUU !!!!!

juil 22

Les Moustaches (12)

Scandale de l’année

Que serait l’Eurovision sans son lot de scandales, et cette année on a été servis !

Les nommés sont :

  • Le Conchita-gate (Autriche) car Conchita Wurst est clairement celle par qui le scandale est arrivé !
  • Aram MP3 qui dit du mal de Conchita Wurst mais en fait c’est pas vrai (Arménie)
  • Le caca nerveux des fans espagnols après l’élimination de Brequette (Espagne) parce qu’on a cru qu’une nouvelle guerre civile allait secouer le pays, et puis finalement Ruth Lorenzo a fait un top-10…
  • La crise de nerfs de Linda Martin à la sélection irlandaise (Irlande)
  • La chanson biélorusse qui n’a même pas été changée en cours de route ! (Belarus)

Et le gagnant est…

moustacheLa crise de nerfs de Linda Martin à la sélection irlandaise !

Parce que ce moment surréaliste est vraiment l’un des moments inoubliables de cette saison !

You’re an odious little man ! You may not be used to deal with women that have a brain but I have a brain !

Et c’était également le moment d’apprécier la féminité et la distinction de notre ex-flamboyante rousse !

Articles plus anciens «