La Suisse prouve une fois de plus qu’elle est multiculturelle et la télévision suisse SRF n’a pas fait son choix de ses 6 candidates par un pur hasard, cette année. Que voulez-vous, nous ne savons plus vraiment quoi faire pour récolter des points et comme cette année, l’ESC se déroule à Kiev, il fallait bien faire preuve d’un peu d’imagination et faire appel à la diversité. Cela tombe plutôt bien, c’est justement le thème de cette année !

Alors parmi les 160 chansons en compétition, les fameux experts ont sans doute reçu des consignes de retenir en priorité des artistes qui vivent dans notre pays, mais qui pour la plupart, ont des origines très diverses, étant donné que le Canada cela ne fonctionne plus du tout, le baromètre s’est considérablement dirigé à l’est, comme par exemple la Roumanie, la République Tchèque (Timebelle), l’Ukraine (Nadya), l’Afghanistan (Freschta) et même la Lituanie. C’est le cas pour Ginta Biku qui est arrivée en Suisse avec ses parents lorsqu’elle était encore un joli bébé, pour venir s’installer dans notre belle région du Tessin à Lugano, où elle a grandi et effectué toute sa scolarité obligatoire.

Née à le 14 mai 1987 à Kaunas en Lituanie, elle parle plusieurs langues dont le russe, l’italien, le français et l’allemand et bien entendu l’anglais.

Dans les pays baltes et en Russie, Ginta n’est pas du tout une illustre inconnue. Bien au contraire : la jolie blonde pulpeuse se produit régulièrement lors de diverses émissions de variétés et a même déjà représenté la Suisse lors d’un concours de chanson à Moscou. On ne dit pas par contre si elle l’a remporté, ce qui serait très surprenant au vu de sa prestation.

On apprend que Ginta est une passionnée de l’Eurovision qu’elle regarde chaque année depuis sa tendre enfance et elle prétend même qu’elle sait très souvent à l’avance qui sera le grand gagnant. Tiens donc, aurions nous donc à faire à une médium ? Si c’est le cas, elle doit déjà savoir si bien elle qui représentera notre pays avec sa chanson “Cet air-là”.

Lors d’un petit reportage de la SRF, elle se dévoile un peu et livre ses secrets. Elle nous fait savoir qu’elle est avant tout généreuse et créative. Elle s’inspire beaucoup des gens et se qualifie d’épicurienne. Mais attention, elle ne laisse rien passer, car c’est une véritable perfectionniste.

Avant de monter sur scène, elle répète beaucoup, elle travaille sa voix, sa mise en scène, sa gestuelle. Elle médite et visualise dans sa tête la prestation qu’elle va donner. C’est tant mieux, au moins, c’est rassurant, on aura pas droit à un second volet de la Pipi Dance de l’année dernière, mdr. Je pense même qu’on a peut être enfin trouvé la perle rare qui nous manquait.

Et la cerise sur le gâteau est que Ginta nous affirme qu’elle aimerait faire gagner la Suisse à Kiev, car elle souhaite mettre en lumière son projet musical qui comporte des effets spéciaux totalement à la pointe des nouvelles technologies. Alors là, bravo ! Ça aussi on en avait bien besoin, j’ai hâte de voir ça !

Après tout, pourquoi pas ? C’est sûr qu’elle pourrait bien récolter pas mal de points. Elle possède tout de même beaucoup d’atouts et cette jeune femme me semble très sympathique et surtout très attractive. Mais j’ai malgré tout beaucoup de mal avec sa voix nasillarde et plus singulièrement avec sa chanson qui me fait vraiment penser à un vieux tube disco version cocotiers des années 1980.

 

 

Sous contrat et sous la protection de l’importante maison de disques Universal Music, elle n’a  pourtant pas encore un répertoire très vaste. Voici une chanson avec laquelle elle a fait, parait-il, un carton dans les pays de l’Est, une reprise d’un titre célèbre de Françoise Hardy, reprise qui date de 2015, “Comment te dire Adieu”.

 

Une chanson interprétée en direct,  lors de ce fameux concours en Russie en 2015.

 

 

Et voici la toute dernière version de “Cet air là”, interprétée hier soir, lors d’une émission de la télévision suisse-italienne RSI. Une chose est certaine, Ginta a déjà adopté la coiffure “Made in Ukraine”. Un signe ? En tout cas, le public tessinois adore !

 

Et voici la version studio qui a été retravaillée depuis !

 

Et enfin, sa prestation en direct lors des auditions de Zürich, en décembre 2016.

 

 

 

Attention, le verdict approche à grand pas. Plus que quelques jours et nous saurons, dimanche 5 février, si Ginta confirme les pronostics qui la place en 2ème place lors de la finale suisse ou alors si au contraire, elle l’emporte. Rien n’est impossible… C’est un style qui pourrait bien plaire au plus grand nombre et coiffer au poteau Timbelle, Freschta ou Nadya, qui sont pour moi les grands favoris de cette sélection.

 

 

 

 

 

Maintenant vous connaissez un peu mieux nos talentueuses candidates (enfin presque, il en manque encore une). Si vous pouviez voter dimanche soir, quel serait votre choix ?

Et une question essentielle, que pensez-vous de Ginta Biku et de ses grandes chances de séduire la planète Eurovision à Kiev ?

 

 She is Top or I want to cry, please next !?

Nico