Salut les amis ! Voici une nouvelle édition du concours: avec elle, nous replongeons au coeur d’une belle décennie, celle des années 70. Vous devinez que nous allons donc couvrir l’édition 1975. Un concours qui s’est organisé un peu dans la douleur… Comment ça ?  Allez soyez tout ouïe et suivez moi dans l’histoire du concours. Attachez donc vos ceintures et remontons le temps…

7 avril 1974… L’Europe se réveille avec un tube dans la tête et fredonnera les autres hits d’un groupe suédois, devenu aujourd’hui légendaire, pendant près de 10 ans… Il s’agit bien entendu du groupe ABBA et de son célèbre “Waterloo” qui propulse le groupe sur orbite. Une victoire qui va pourtant en faire déchanter pas mal…

 

Bon on fait comment ??

Grâce à cette victoire gravée dans le marbre, le concours pose donc ses valises pour la première fois en Suède, à Stockholm le 22 mars 1975, plus précisément au Saint Eriksmässan Älvsjö . Un concours qui est difficile à gérer pour la Suède car les dirigeants de la télévision publique sont horripilés par les coûts élevés de l’organisation et veulent partager les frais avec tous les pays participants. (Déjà à l’époque une Suède fouteuse de troubles et qui cherche à imposer sa loi…  🙁  )  (Mais euh… c’est beaucoup de boulot car c’est moi qui fais tout… ) Or les discussions avec les autres chaines échouent (pas folles, les guêpes… ) et la télé suédoise se retrouve donc seule avec le bébé sur les bras à tout payer…  🙄

Un souci n’arrivant jamais seul, de vives protestations ont lieu dans l’opinion publique qui s’émeut suite à l’annonce des sommes dépensées. L’atmosphère est tendue, le concours, jugé trop mercantile, devient la cible des groupuscules d’extrême gauche (même phénomène constaté en Autriche). Un important dispositif de sécurité est instauré dans la capitale et si aucun incident n’est à déclarer pendant le concours, un drame a lieu une semaine après le concours. L’ambassade d’Allemagne de l’Ouest est occupée par les terroristes de la Fraction Armée Rouge (ou bande à Baader) et est partiellement détruite avec une sanglante prise d’otages….

S’en suivent alors les semaines d’après-concours de nombreuses manifestations populaires et les critiques ont été nombreuses concernant le festival 1975 en lui-même et son organisation. Sensible à ces fortes pressions, mais également effrayée à l’idée de gagner à nouveau et d’avoir encore à organiser, la télé suédoise décidera de passer son tour et de ne pas participer au concours 1976 qui ne sera retransmis qu’à la radio…  😥

 

Qui est présent ? Qui n’est pas là ?

Par rapport à l’année précédente, quelques changements ont lieu concernant les pays participants. L’édition 1975 voit s’affronter 19 pays, un record pour l’époque. La France, absente en 1974 pour cause de deuil national, fait logiquement son retour ainsi que Malte qui revient, après avoir hésité pour finalement s’être abstenue en 1973 et 1974. L’Autriche continue de ne pas participer au concours (comme depuis 1973) lui trouvant un côté trop mercantile (même si elle le diffuse)…

La Turquie fait son arrivée sur la scène européenne… de ce fait, la Grèce décide en représailles de ne pas participer, les deux pays étant en froid depuis l’invasion hors-la-loi du Nord de Chypre par l’armée turque en juillet 1974.

Pour le concours en lui même, comme depuis 1973, les pays sont libres de chanter dans la langue de leur choix. Les trois  pays scandinaves optent à nouveau pour le tout anglais, tout comme les Pays-Bas et Malte. L’Allemagne et la Belgique en saupoudrent leurs chansons.

Le décor est à large dominante bleu pétrole, couleur qui fait fureur à l’époque. Les murs d’arrière-scène, les pupitres, le costume de la présentatrice… tout se décline à profusion autour du bleu. Faut aimer car c’est limite overdose… 😮

Pas de cartes postales cette année-là. La télé suédoise a l’idée originale de faire peindre leur portrait à chacun des participants, ce qui relève parfois du cocasse… 🙂

Voilà ce qu’on pouvait dire sur l’atmosphère et l’ambiance un peu houleuses qui règnent ça et là en Europe au moment du concours… Mais trêves de bavardages car maintenant…

 

En scène les artistes !!

 

1) Pays-Bas – Teach-In – Ding dinge dong

Le groupe l’emporte sur ses deux adversaires grâce au vote de 100 personnes venant de tout le pays.

2) Irlande – The Swarbriggs – That’s what friends are for (C’est pour cela que les amis existent)

Les deux frères ont été désignés d’office par la RTÉ et ont chanté les 8 chansons proposées. 10 jurys régionaux de 10 personnes chacun choisissent la meilleured chanson.

3) France – Nicole Rieu – Et bonjour à toi l’artiste

Chanteuse ayant été choisie face à 5 autres adversaires lors d’une sélection interne.

4) Allemagne – Joy Fleming – Ein Lied kann eine Brücke sein (Une chanson peut être un pont)

La chanteuse s’impose face à 14 autres contributions via le vote de 9 jurys régionaux composés de 4 personnes chacun.

5) Luxembourg – Géraldine – Toi

Choix interne. Cette Géraldine (Branagan) n’est pas à confondre avec l’autre Géraldine (Gaulier) (CH ’67)

6) Norvège – Ellen Nicholaysen – Touch my life (with summer) (Caresse ma vie (avec l’été))

La chanteuse remporte la finale nationale face à 4 autres chanteurs grâce au vote d’un jury de 10 experts. Elle revient sur la scène du concours pour la 3eme fois consécutive.

7) Suisse – Simone Drexel – Mikado

Chanteuse remportant la finale nationale face à 6 autres adversaires grâce aux votes de 5 jurys: un dans chaque communauté  linguistique (3), un jury de la presse et un jury d’experts.

8) Yougoslavie – Pepel in kri – Dan ljubezni (Un jour d’amour)

Le groupe gagne la sélection face à 13 autres chansons via le vote de 8 experts.

9) Royaume-Uni – The Shadows – Let me be the one (Laisse-moi être celui)

Groupe désigné d’office interprétant les 6 chansons retenues. Le public vote par cartes postales. Le groupe mondialement connu pour avoir accompagné Cliff Richard était déjà présent derrière lui à Luxembourg en 1973.

10) Malte – Renato Micallef – Singing this song (En chantant cette chanson)

Le chanteur s’impose face à 4 autres contributions grâce au vote combiné de 20 personnes et de 8 experts.

11) Belgique – Ann Christy – Gelukkig zijn (Être heureux)

Après une sélection à rallonge qui a duré 4 mois, la chanteuse gagne en finale face à 9 autres candidats avec le vote de 5 jurys régionaux composés du public.

12) Israël – Shlomo Artzi – At va’ani (Toi et moi)

Choix interne.

13) Turquie – Semiha Yanki – Seninle bir dakika (Une minute avec toi)

La chanteuse finit 1ere ex-aequo de la sélection face à 14 autres chansons suite au vote combiné du public et d’experts. Un tirage au sort l’a désignée vainqueur.

14) Monaco – Sophie Hecquet – Une chanson, c’est une lettre

Choix interne. La chanteuse “période yé-yé” est aussi une speakerine de la chaîne TMC.

15) Finlande – Pihasoittajat – Old man fiddle (Le violon du vieil homme)

Le groupe remporte de peu la sélection face à 8 autres chansons grâce aux votes de 7 jurys régionaux.

16) Portugal – Duarte Mendes – Madrugada (Aube)

Chanson élue face à 9 autres via le vote des auteurs-compositeurs participant à cette finale. Pour cette chanson, hommage à la liberté retrouvée, l’interprète, qui a combattu lors de la Révolutions des Oeillets, voulait à tout prix endosser son treillis militaire. Il en a été finalement dissuadé.

17) Espagne – Sergio & Estíbaliz – Tú volverás (Tu reviendras)

Choix interne. La TVE fait de nouveau appel à Juan Carlos Calderón et à la famille Uranga suite au succès colossal rencontré deux ans plus tôt (au concours et dans les bacs) avec leur chanson “Eres tú”.

18) Suède – Lars Berghagen – Jennie, Jennie

Chanson choisie parmi 9 autres avec le vote de 11 jury nationaux. Une chanson gratifiée par Georges de Caunes, le commentateur pour TF1, de “Jennie, Jennie… non c’est sans génie”…

19) Italie – Wess & Dori Ghezzi – Era (C’était)

Choix interne, chanson et artistes n’ayant aucun rapport avec le festival de San Remo.

 

 

Mais alors qui a gagné ??

Le système de vote a été à nouveau modifié. Fini le principe des 10 jurés nationaux attribuant 1 seul point à leur chanson préférée. Les jurys sont désormais composés de 11 membres. Six doivent avoir entre 16 et 25 ans, les cinq autres entre 26 et 55 ans. Chaque juré doit absolument attribuer de 1 à 5 points à toutes les chansons (sauf évidemment celle de son pays).

Le président du jury additionne les points des jurés et classe les chansons selon ces résultats. Les dix chansons préférées des jurés reçoivent alors dans l’ordre 12, 10, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 point. Les résultats sont comme d’habitude énoncés oralement, dans l’ordre de passage des pays participants et non dans l’ordre croissant des notes obtenues.

Si le premier “douze points” de l’histoire du concours a été attribué au Luxembourg, la France peut se targuer d’avoir hérité du deuxième. 😉

Une bonne année pour 3 pays francophones sur 5 qui terminent au pied du podium… Seuls la Belgique et Monaco n’ont pas réussi à décoller durant les votes.

 

En France, seule la chanson gagnante de Teach-In arrive à se classer  #3 courant mai 1975… Aucune trace des 18 autres contributions dans le top 40 français, pas même celle de Nicole Rieu, malgré sa 4eme place… 🙁

Le Grand Prix 1975 connaitra également le succès dans d’autres pays: #1 au Danemark (qui pourtant boycotte le concours depuis 1967), mais aussi en Norvège et en Suisse, #2 en Belgique et à domicile, #3 donc en France, #9 en Allemagne et au Royaume-Uni.

 

 

Les votes sont ouverts !!

Il est temps pour vous de voter et d’envoyer par mail votre top 10 en distribuant les points comme de coutume, de 1 à 8 pts, puis 10 et enfin 12,  à l’adresse suivante:

votes.eq@yahoo.com

Veillez bien à préciser votre pseudo et la mention ESC 1975. Vous avez jusqu’au 12 août  pour voter.

 

Pour vous rafraichir la mémoire, voici un petit récap des 19 chansons en lice de cette année 1975.

 

Et pour les puristes, les vrais, ceux qui aiment les chansons en entier, voici la playlist:

 

😉  Voilà c’est tout pour maintenant alors votez bien les amis et surtout n’oubliez pas… VOTEZ NOMBREUX  !!  😉

Si ce n’est pas déjà fait, je vous rappelle que vous pouvez aussi encore voter pour le concours 2002.

Et pour terminer en beauté, je laisserai le mot de la fin à la présentatrice de cette édition, la sympathique Karin Falck…

“Ne soyons pas tristes de nous quitter car, quelque part au fond de nous, nous serons toujours ensemble. Au revoir !!”