11262369_361945150675109_3392974661938172007_oAujourd’hui, outre la cérémonie d’ouverture prévue ce soir à 18h00, les sept pays qualifiés automatiquement à la Finale ont répété pour la première fois sous le grand chapiteau de Vienne. Voici ce qu’on peut retenir des prestations :

ITALIE

Le trio évolue dans un décor de statuts romaines, de statuts de Lion et sous le regard bienveillant de la Vénus de Milo. Quelques nuages viennent virevolter de temps en temps. Quant aux couleurs, nous avons une dominance de gris avec parfois des spots de couleur bleue et orange. Un décor classique, une chanson classique et trois chanteurs classiques vêtus de costumes classiques. Peu de complicité entre eux, ils sont assez éloignés les uns des autres. Vocalement, pas de fausses notes, mais un goût de “manque quelque chose” qui peut nous faire dire que, finalement, ce ne sera peut-être pas la chanson gagnante samedi prochain.

AUTRICHE

Un décor sombre et or pour l’Autriche, qui se marie bien avec le style de la chanson. Vocalement, c’est bon (mais il est vrai que cette année on n’a pas vu d’interprète au live catastrophique) et similaire à la sélection nationale où, souvenez-vous, le piano était en feu vers la fin de la chanson. On ajoute à cela une “douche en or” du même style que le Royaume-Uni l’année dernière. Une bonne chanson qui devrait rassurer l’Autriche : d’une part elle ne gagnera pas et d’autre part elle ne terminera pas dans les choux. Le bon plan, quoi !

ESPAGNE

C’était pourtant bien parti pour l’Espagne cette année. On aime bien ce titre, et la chanteuse chante parfaitement bien. Elle est charismatique etc… Mais alors, la mise en scène nous flanque sous le nez une succession de clichés Eurovision en veux-tu en voilà. Un mec bien foutu qui expose fièrement ses tablettes de chocolats et qui tire la cape rouge d’Edurne pour que l’on découvre celle-ci vêtue d’une tenue légère et brillante. Et comme si ça n’était pas suffisant, pendant le pont musical on nous fait une démonstration de danse sur glace sans la glace, mais avec des portées. Le tout sous le regard bienveillant d’un bon ventilo ! Comme si cette chanson avait besoin de tout ce “tralala”. Non mais franchement ! L’écran LED en revanche, est de toute beauté.

 ALLEMAGNE

Il y a un peu des gênes de Lena dans la contribution allemande de cette année. Ann Sophie notamment porte un costume assez similaire à celle de la gagnante de 2010. Elle est entourée par quatre choristes et des gros spots de lumières flanqués derrière eux. L’écran LED diffuse des volutes de fumée noire sur fond blanc. Prestation classe d’Ann Sophie, vocalement très bonne. On aurait peut-être aimé un grain de folie de sa part, ici elle est restée très statique. Mais reste que la performance est bonne et que l’Allemagne ne fera pas de figuration samedi prochain.

ROYAUME-UNI

Cette répétition est clairement une déception. Plantons le décor : deux escaliers rétro sur scène avec un écran LED qui nous donne l’impression de nous trouver dans un jazzclub des années 20. Super pour l’ambiance de la chanson. Sauf que les anglais veulent en faire trop, avec trop d’accessoires. Résultat : il a fallu presque 20 minutes pour que tout se mette en place, plus que pour mettre en place l’installation suédoise. Ensuite, il y a eu plein de problèmes techniques. La chanteuse, boudinée dans des bandes lumineuses, n’est pas à l’aise. Le boitier servant à conduire les lumières se trouve sur son dos et il n’est pas discret du tout, ce qui donne un manque d’esthétisme. Enfin, le chanteur est crispé et pas plus à l’aise que sa camarade. A revoir gravement avant samedi prochain.

FRANCE

Lisa est vêtue d’une robe longue couleur myrtille d’un bel effet. Pas de surprise au niveau vocal, c’est parfait, mais ça on n’en doutait pas. Nous avons là une chanteuse très professionnelle qui sait jouer avec la caméra sans trop en faire. Au départ seule sur scène, elle est ensuite accompagnée de quatre joueurs de tambours. Le décor est post-apocalyptique (le fan de The Walking Dead que je suis apprécie) avec une ville détruite qui se reconstruit. Le point culminant est lorsque les quatre joueurs de tambours sont rejoints par une horde d’autres joueurs de tambours sur écran géant. Ca donne le sentiment d’avoir beaucoup de monde sur scène, un sentiment d’union et de force aussi. C’est intelligemment fait et très impressionnant. La France est sans aucun doute la meilleure surprise de cette journée. Côté chanson, désolé mais je ne m’y ferais pas car ce n’est pas ma came. En revanche c’est une chanson qui peut trouver son public samedi prochain. La côte de la France chez les bookmakers devrait pouvoir remonter après cette répétition.

AUSTRALIE

La deuxième question que vont se poser les téléspectateurs lambda samedi soir après “qu’est-ce que l’Australie vient faire là ?” est sans aucun doute : “on s’habille comme ça en Australie ?” Guy a en effet un look assez particulier (regardez plutôt la vidéo). Enfin, la troisième question : “ils ont des réverbères comme ça en Australie ?”. En effet, six réverbère très futuristes sont disposés sur scène. L’écran LED représente une grande ville avec buildings et change de couleur à plusieurs reprises. Aucun point négatif dans cette contribution, c’est une bonne chanson, interprété par un excellent chanteur, c’est fun c’est frais et ça devrait pouvoir atteindre le top 10 samedi soir.