L’Eurovision en chiffres : épisode 2

On a encore pu le constater cette année, les jurys et les télévotes nationaux font parfois preuve de grandes différences d’appréciation.

Certains titres sont chéris par les jurys mais boudés par le public. La réciproque est vrai aussi…

Cette tendance semble se renforcer ces dernières années car il y a eu au moins 140 points d’écart entre chaque collège de votants pour 5 pays cette année et en 2018 alors que cette situation ne concernait aucun pays en 2014 et seulement deux en 2015 et en 2016, en prenant en compte le mode de calcul actuel.

Le chiffre de la semaine est 251 soit le plus grand écart de points constaté depuis la réintroduction du vote paritaire public/jurys en 2009.

Quelles sont les dix chansons qui ont le plus divisé les votants ? Nous allons le découvrir ensemble.

Petit rappel : les résultats détaillés de 2013 sont jalousement gardés secrets par l’EBU. Je n’ai pu du coup inclure cette édition au classement. Le seul candidat « clivant » cette année là était Cezar le vampire roumain.

10. Isaiah « Love don’t come easy » (Australie 2017) : 169 points d’écart

L’Australie divise chaque année les votants. Les jurys aiment beaucoup, le public suit bien moins. Avec Isaiah, ca a eté le grand écart : seulement 2 points du télévote contre 171 des jurys nationaux.

9. Il Volo « Grande amore » (Italie 2015) : 185 points d’écart

Le trio italien avait survolé le télévote mais n’avait obtenu que la 6ème place des jurys. Du coup la victoire s’était envolée et cela a eté perçu comme une injustice par beaucoup.

8. Tamara Todevska « Proud » (Macédoine du Nord 2019) : 189 points d’écart

Ca, elle peut être fière…. En remportant le vote des jurys, la candidate macédonienne a surpris bien des observateurs. Le télévote lui a eté beaucoup moins favorable avec une 12ème place.

7. Ermal Meta et Fabrizio Moro « Non mi avete fatto niente » (Italie 2018) : 190 points d’écart

Comme avec Il Volo, le public a eté conquis alors que les jurys nationaux ont fait la fine bouche devant le titre de l’énergique duo. L’Italie est décidement très clivante car en 2011 aussi il y avait eu plus de 150 points d’écart entre les deux collèges de votants pour Raphael Gualazzi et « Madness of love », mais avec un plébiscite des jurys cette année là.

6. Cesar Sampson « Nobody but you » (Autriche 2018) : 200 points d’écart

Là on est dans la même configuration qu’avec Tamara Todevska. Un titre que presque personne ne voyait si haut mais qui a séduit en masse les jurys nationaux. Joli podium au cumul.

5. Michal Szpak « Colour of your life » (Pologne 2016) : 215 points d’écart

On se souvient sans doute tous de la remontée fantastique de Michal Szpak, crédité de 7 petits points par les jurys, et qui, au fur et à mesure que les scores au télévote étaient annoncés, se rendait compte de l’ampleur du succès de son titre auprès du public.

4. Sergei Lazarev « You’re the only one » (Russie 2016) : 231 points d’écart

Les scores russes sont souvent très différents auprès des deux collèges de votants. Disons pudiquement que la zone d’influence russe lui rapporte plutôt facilement des points au télévote mais que par contre les jurys sont souvent plus réticents à récompenser le pays.

3. Benjamin Ingrosso « Dance you off » (Suède 2018) : 232 points d’écart

La mine déconfite de Benjy quand il a eté annoncé au tout début du dévoilement des scores du télévote…. Sanction sans doute sévère pour un morceau plutôt sympa ou prémices d’un désamour durable des européens pour l’ogre suédois ?

2. Buranovskie Babuski « Party for everybody » (Russie 2012) : 238 points d’écart

Le titre par excellence qui ne peut pas réunir public et jury. Le public a fondu pour les mamies russes et il a fallu une Loreen en état de grâce pour empêcher les six vieilles dames de remporter la mise en 2012. 11 ème place auprès des jurys pour les russes, c’est quand même ultra bien payé, non ?

1. Keiino « Spirit in the sky » (Norvège 2019) : 251 points d’écart

Voilà un record battu en 2019 ! le raz de marée du télévote a clairement contrebalancé le manque d’interêt des jurys. Leur 18ème place auprès de ces derniers peut en partie s’expliquer par le problème technique rencontré lors de la répétition du vendredi. Pour autant, déjà en demi finale, les professionnels n’étaient pas convaincu et avaient même éliminé le trio.

Voilà vous savez tout. Etes vous surpris par ces résultats ? Pour quels artistes estimez vous qu’il y a eu maldonne ?

Vous pouvez vous exprimer en commentaires. Je vous donne rendez vous jeudi prochain pour l’épisode 3 de cette chronique estivale.

(24 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. On se demande qui était les jurys quand ils ont si mal classé IL VOLO?????Incroyable!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!Comme disait Marianne james ils avaient vraiment de la M dans les oreilles!!!!Et cela se dit des professionnelles ??????Non mais je reve !!!!!!!!!!!!Une honte, la plus grande de ces 10 dernieres années!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  2. Je suis très partagé car parfois je suis d’accord avec le public, et d’autres fois avec les jurys.

    Si je regarde ces dix participants, je rejoins le public 6 fois et les jurys 4 fois. J’estime que le public avait raison de placer si haut Il Volo (effectivement, une défaite inacceptable), Sergey Lazarev, KEiiNO et Michal Szpak, et de recaler Isaiah et Cesar Sàmpson.

    En revanche, je remercie les jurys d’avoir classé si haut Tamara Todevska et Benjamin Ingrosso, et d’avoir descendu en flèche les mamies russes et le duo italien.

    Bref, si je peux comprendre les deux collèges de votants, c’est que chacun est indispensable, non?

  3. Je sens que le sujet va tourner autour d’Il Volo dans les commentaires alors j’y ajoute mon grain de sel. Je suis HEUREUX que les jurys ait empêché la victoire italienne en 2015. Je ne pouvais pas supporter la chanson ni même l’attitude des chanteurs sur scène. Je les trouvais hautains. Pour autant, ils avaient un talent indéniable et je trouve que le podium est mérité.
    Coeur sur vous les jurys. J’aurais pu arrêter de regarder le concours si ils avaient gagné… non j’aurais quand même pas pu! :p Mais j’aurais boudé vraiment beaucoup.

    Par contre je me souviens avoir été surpris de voir les jurys descendre cette chanson. J’aurais plutôt imaginé le contraire.

    1. Ce n’est pas de la hauteur, Antoine, c’est de la concentration. Te rends-tu compte de la difficulté d’atteindre certaines des notes exigées par la chanson? Quel chanteur d’opéra est mort de rire au moment de sortir un si bémol à l’octave? Moi, je n’en connais pas. Et quand même, ils nous font de jolis sourires et nous adressent même des regards évocateurs par moments…

      1. Oui je pense qu’il se rend compte ! Antoine est saxophoniste et à mon avis ce n’est pas la peine de lui raconter les si bémol à l’octave sans que ça lui parle, d’autant que je crois qu’il est instrumentiste depuis tout petit !

        1. Pourquoi ça ne lui parlerait pas? C’est la note la plus élevée qu’un homme puisse atteindre, et elle exige de tels efforts qu’on ne peut pas être détendu au moment de devoir la chanter. Mon commentaire ne visait certes pas à remettre en cause les connaissances musicales d’Antoine, mais à le convaincre qu’il est difficile de paraître détendu quand on doit chanter aussi haut quand on est ténor… ou très bas quand on est basse 2.

            • Antoine 97 on 14 juin 2019 at 13:02

            Ne nous disputons pas haha 🙂 Il est possible que j’aie mal perçu leur attitude et je reste très conscient du travail et de la concentration exigée pour atteindre de telles prouesses. Mais l’image qu’ils dégageaient ne m’a jamais inspiré la sympathie. Et puis j’ai toujours fait preuve d’un grand désamour pour cette chanson (ironique… Grande Amore) que je trouve tellement cliché par rapport à l’image de la culture italienne. Finalement le titre était audacieux pour le contexte eurovision mais ne cassait rien dans son genre.

            Enfin bon je divague :p

  4. On dit du télévote qui vote entre voisins mais cette année, j’ai remarqué que c’est aussi le cas pour un certain nombre de jury.

    Heureusement que le télévote était là pour soutenir la Norvège. Un titre percutant qui méritait un top 5 🙂

  5. Il y a chaque année des chansons qui paraissent ultra jury friendly et d autres au contraire qu’ on imagine être boudées par les professionnels.

    En général on n est pas déçu… C est plutôt le public que je trouve versatile. Toujours pas remis des 21 petits points de Benjamin Ingrosso par exemple…

  6. Les appréciations ne sont pas les mêmes, ni les exigences de votes, d’où l’utilité des 2 pour un resultat modéré et non extrémiste dans les 2 cas. Le public va plus retenir le côté plaisir immédiat sans forcément prendre en compte la qualité professionnelle dans tout ce qu’elle comporte. Le public va passer sur une fausse note, le jury non. Les 2 modes ont des avantages et des inconvénients, mixer les 2 est ce qu’il a été trouvé de mieux jusque là.

    1. J’approuve ! Le public découvre et marche au coup d’coeur, il n’a que 3 minutes pour se faire un avis. Le jury a une oreille plus technique (normalement) et un job à remplir. Ça équilibre.

  7. N’oublions pas aussi que les jurys votent la veille et que de ce fait, les prestations sur lesquelles il donnent leur avis peuvent être très différentes qualitativement de celles que nous avons en direct le jour J, et ce dans un sens ou dans l’autre … Notre ami-lecteur Bruno Berberes le soulignait d’ailleurs en commentaire sur ce site (http://eurovision-quotidien.com/zoom-sur-le-vote-francais/#comment-428840)
    Comme je l’ai déjà exprimé ici, je suis pour ma part très attaché au système des deux collèges de votants qui temporise les excès d’une part, et qui oblige les artistes à maitriser leur prestations deux soirs de suite !

    1. Encore une fois, un commentaire très intelligent de la part de Yom. Je ne mentais pas hier.

    2. Merci Francis … Je ne sais pas si mon commentaire était intelligent mais il était orthographiquement incorrect : leurs prestations !

      Je me permets d’ailleurs d’ajouter d’autres éléments d’analyse des différences entre les votes du public et ceux des jurys :
      1- Outre le fait qu’ils ne sont pas basés sur la même soirée, le public vote selon un critère unique « J’aime cette chanson, je vote pour elle » … et ce quelle que soit la raison pour laquelle il aime : la musique ou la voix, la proximité géographique ou culturelle, le costume, le sex-appeal de l’artiste, le message véhiculé … Le jury lui, doit voter selon trois critères selon l’UER (référence Bruno Berberes : la chanson, la voix et le staging), il est donc au mieux ternaire voire complexe !
      2- Même s’ils donnent 12 au premier, 10 au deuxième, … les modalités de calcul du top 10 de chaque collège est très différent : pour le public, chaque vote de téléspectateur est unique (un vote-une chanson) et ajouté à tous les autres votes uniques des téléspectateurs du même pays, il s’agit donc mathématiquement d’une fonction linéaire qui avantage les titres fédérateurs alors que chaque juré doit ordonner toutes les chansons et que cet ordre est combiné avec ceux de ses co-jurés selon un algorithme dont nous n’avons pas la recette (avec a priori une fonction exponentielle …!) pour donner le vote définitif du jury qui n’a rien de linéaire et peut donc accorder des points à des chansons de « niches » …

      Enfin bref, je ne suis pas sur d’avoir exprimé clairement le fond de ma pensée et je m’excuse d’avance auprès de ceux à qui j’aurai provoqué une céphalée nocturne !

  8. – Voilà un sujet très intéressant d’autant plus qu’en voyant la liste des 10 chansons qui ont divisé le public et les jurys, il y en a huit que j’aime beaucoup et une seule que je déteste et une qui me laisse indifférente . Donc, je vais analyser.

    – Pour l’Australie 2017, vraiment très faible à mes yeux sans être catastrophique, je suis persuadé que les jurys n’aimaient pas tant que ça cette chanson mais qu’ils ont poussé au maximum pour que l’Australie aille en finale afin qu’elle ne quitte pas le concours…

    – Pour l’Italie 2015, et ça confirme au fil des années, j’ai l’impression que le public aime beaucoup l’Italie mais que le jury cherche toujours  » la petite bête  » pour discréditer le pays et le faire un peu chuter afin qu’il n’obtienne pas la victoire… Cette année là, même si le vainqueur ne me déplait pas, le public avait raison : l’Italie méritait la victoire !

    – Pour la Macédoine du Nord 2019, je ne suis pas surpris de cet écart public/jurys : chez moi, à part 3 personnes, cette chanson n’a eu aucun effet. Le public n’a pas vraiment adhéré certainement parce qu’il n’a pas compris les paroles de la chanson…

    – Pour l’Italie 2018, le public a aimé mais ce n’était pas gagné selon moi car c’était une chanson très spéciale proposée par le pays ; ce n’est pas du tout son style. J’aurais plutôt parié sur un soutien des jurys mais je pense que le thème abordé a ému le public. En tout cas, moi j’aimais bien.

    – Pour l’Autriche 2018, j’avoue ne pas comprendre la désaffection du public ; pour une rare fois, je suis du côté des jurys car moi aussi j’appréciais beaucoup cette chanson.

    – Pour la Pologne 2016, je me doutais que le public ( surtout féminin ) serait sous le charme de cet excellent chanteur et son score ne m’étonne pas. Par contre les jurys l’ont carrément exécuté et qu’ils ne l’aime pas, je l’admets mais le ridiculiser à ce point c’était incompréhensible !

    – Pour la Russie 2016, je ne comprendrais jamais sa défaite surtout face à Jamala ! Je suis encore en colère 3 ans plus tard ! Encore qu’il soit vaincu par l’Australie, j’aurais compris mais là ! Je reste persuadé que cette année là, la politique a beaucoup influencé les votes du jury…

    – Pour la Suède 2018, j’avoue avoir été enchanté de voir que le public n’avait pas aimé cette chanson. C’était une des pires contributions suédoises de ces dix dernières années et voir les jurys charger en sa faveur m’avait révolté ! Mais en y réfléchissant bien, il y a une certaine logique car la Suède est presque en permanence encensée par les jurys…

    – Pour la Suède 2012 que j’ai détestée de bout en bout, j’ai prié jusqu’au bout pour que les mamies russes gagnent ; en tout cas le public a été conquis par la Russie à juste titre car un titre aussi particulier chanté par six vieilles dames avec talent avait tout pour plaire au public.

    – Enfin pour la Norvège 2019, je ne vais pas me répéter une nouvelle fois ( Le public m’a écouté au delà de mes espérances ! 😆 ) mais cet écart qui est donc un record battu signifie bien qu’il y a bel et bien deux catégories distinctes de votants qui n’ont rien commun. Et moi je suis persuadé qu’un jour, une chanson va faire un carton fabuleux auprès du public et même si les jurys la classent dix places en dessous, elle parviendra à l’emporter !

    – En conclusion, je vais chercher qui aurait gagné le concours ces dix dernières années si seul public avait voté : je crois qu’il y aurait beaucoup de surprises !

    – Enfin, et je vais être sévère envers les jurys professionnels : quand je vois les votes de 5 jurés d’un même pays donner des notes ou des places à l’opposé l’un de l’autre ( comment expliquer qu’un juré puisse classer une chanson première et un autre 15e ou plus loin ? Pour moi il y en a un des deux qui le titre de professionnel qui est usurpé ! ). Alors que le public a très souvent des coups de coeur majoritaire quelque soit les pays qui votent : quand une chanson leur plait, sur une quarantaine de télévotes, au moins une trentaine donne des points en masse.

    – C’est pour cela que moi je milite pour une répartition suivante des votes : 25% pour les jurys et 75 % pour le public. Après tout, c’est le public qui regarde l’émission et qui fait son succès. S’il constate au fil des années que le vainqueur n’est jamais ( ou rarement ) leur premier choix, il risque de se lasser et les audiences risquent d’en pâtir.

    – Voici mon analyse très personnelle et qui risque de faire bondir beaucoup d’entre vous qui vont la lire.

    1. Le point commun de ces 10 contributions, c’est qu’elles ont toutes obtenues un top 10 au final. Les plus mal classés étant Isaiah et Michel Szpak.

      Par contre, quand un collège de votants vous delaisse, dur de faire un podium. Seuls 4 des 10 cités y sont parvenus.

      1. – C’est logique et c’est déjà bien de faire un TOP 10 dans ces conditions ; pourtant je crois fortement qu’un immense score du public puisse un jour suffire à remporter la victoire. Je suis sans doute un doux rêveur…

  9. La France a eu 2 fois un écart important jurys televote :
    En 2009, Patricia Kaas avait obtenu 164 points du jury et seulement 54 du televote, doit 110 points de différence;
    Et en 2010, Jessy Matador s’était fait cassé au jurys avec 34 points, mais a obtenu 151 du televote, soit 117 points de différence.
    Idée d’eurovision en chiffres, parler des points jurys televotes de la France depuis 2009, il y a des choses à dire

    1. J ai un article prévu plus largement sur les pays qui fonctionnent bien au televote et ceux « jury friendly ». J’avoue ne pas avoir regardé pour le moment sur quels pays les écarts étaient les plus flagrants mais j ai une petite idée… Malte et Australie seront certainement les rois des jurys, l’Italie celui du public.

      Mais ton idée d un focus français est intéressante je vais certainement me pencher là dessus dans le courant de l’été.

  10. Après avoir lu les commentaires de Yom, je me dis que finalement la plus grande injustice commise par les jurys c’est celle de Michal Szpak Puisqu’ils sont censés voter selon trois critères. Je pense donc qu’ils n’ont pas pris en compte le critère de la voix.
    Concernant les votes, je suis satisfaite du vote du actuel, le gagnant doit être un consensus des deux collèges. Des fois, ils sont complètement d’accord comme avec Salvador Sobral et des fois ils ne le sont pas mais au final la victoire du gagnant qu’on aime ou pas est assez compréhensible.

    1. Concernant le système actuel de vote, nous sommes bien d’accord, chère Marie : team #FiftyFifty !
      D’autre part, pour Michal Szpak, il faudrait retrouver un témoignage ou commentaire voire une vidéo de sa prestation du vendredi soir pour infirmer ou confirmer le vote des jurys …
      Quoique si on regarde les votes en demi-finale, on retrouve le même type d’écart : 4° du public avec 131 points (dont 12 de l’Ukraine, Allemagne, Belgique et 10 du Royaume-Uni, Italie, Norvège, Irlande) mais 15° des jurys avec 20 petits points … Difficile d’imaginer qu’il ait pu rater ses deux prestations des soirées jurys …

    • rem_coconuts on 14 juin 2019 at 10:42
    • Répondre

    Dans la plupart des cas, un tel écart de points entre les deux collèges me semble injustifié. Benjamin Ingrosso s’est clairement fait saquer par le télévote, même si le titre n’était pas un chef d’oeuvre et était l’une des moins bonnes chansons suédoises des années 2010. Cesar Sampson (OOooooh Cesaaaaar <3), la surprise du concours 2018, a lui aussi fait les frais d'un télévote moyen malgré une excellente performance et un titre très efficace.

    Pour 2015, j'ai toujours été Team Mans, donc qu'Il Volo n'ait pas gagné ne m'a jamais particulièrement dérangé, par contre, seulement la 6e place chez les jurys rapporté à la chanson et à la performance, c'est extrêmement injuste. Je serais moins compatissant avec Color Of Your Life en 2016, certes Michael Spak chantait très bien, mais ce titre, une ringardise, affreux, AFFREUX, je l'aurais même tej en DF tellement je me croyais propulsé trente ou quarante ans en arrière, je ne comprendrai jamais pourquoi les polonais ont éconduit Margaret de la sorte! AAAAAAAH!

    Pour la Macédoine du Nord, Tamara aurait mérité des points en plus du public, mais on se doutait que son titre ne fonctionnerait pas plus que ça au télévote, la 1ère place chez les jurés étant de surcroît une surprise retentissante, même si la prestation était très puissante. Italie 2018, beau titre, très difficile à écouter par la violence de son texte pour moi, là aussi le sujet a dû entraîner un soutien au télévote, mais que les jurés l'aient placé si bas me laisse plus perplexe.

    Pour Sergey, ce n'était pas mon vainqueur en 2016 même si je reconnais que c'était très effiace et que le titre figure encore sur ma playlist aujourd'hui (je ne peux pas en dire autant de la très belle chanson de Jamala), mais la 6ème place des jurés est à mon sens politique, et lorsqu'on analyse les votes en détail, c'est ce qui ressort, puisque la moitié des pays voire plus ne lui a pas accordé de points chez les jurys. Il y a eu un espèce de front anti-russe qui lui a coûté de précieux points chez les jurés, ce qui n'a pas été le cas cette année où son titre a juste moins plu à l'Europe, exception faite de ses voisins. Côté russe toujours, ah les fameuses mamies, le péché mignon de la planète Eurovision elles sont à croquer! Qui n'a pas entonné Party For Everybody et voulu goûter au pain sorti du four. Bon après, de là à les avoir mis deuxièmes, c'était peut-être un peu surclassé, heureusement que les jurys ont utilisé leur mission de pondération à merveille cette année là parce que je ne me serai jamais remis d'une défaite de Loreen. EUPHOOOOOOOORIIIIIIIIIIIA. Et enfin, nos norvégiens: là, c'est la victoire au télévote qui me laisse un peu perplexe même si c'est diablement efficace tout ça. Chanson sympa mais très eurovisionesque, pas de mise en scène ou très peu: un bon classement, ok, une 1e place non. Et une 18e me semble sévère aussi.

    Sinon sur le système de vote? Le 50-50 est le système le plus adéquat pour moi. Augmenter le poids des jurys reviendrait à ignorer les téléspectateurs de manière intolérable. Augmenter le poids des téléspectateurs serait la porte ouverte au retour des votes de voisinage (quoique les jurys ont été pas mal en la matière cette année). Le 50-50 pondère bien les écarts et régule les différences de vote. Donc je suis team #FiftyFifty^^

  11. Well … je ne sais pas trop où publier cette vidéo magique de l’excellentissime fan d’Eurovision et de Lego qu’est Alexandro Kröger …
    Je vous invite en tout cas à aller parcourir son compte YouTube …
    D’autant plus magique qu’il a rectifié la boulette des scrutateurs avec la Macédoine du Nord en tête des votes des jurys !

    1. Oups … je viens de voir que les fabuleux rédacteurs d’EAQ l’avaient mis en exergue en oreille de la une du site !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :