Levina est née Isabella Lueen en 1991 à Bonn. Elle a grandi à Chemnitz, ville d’Allemagne située dans l’ouest de la Saxe.

Après l’obtention de son baccalauréat, elle déménage à Londres où elle intègre le célèbre King’s College de la capitale britannique.

Sa grande passion pour la chanson, mais aussi pour la composition, la pousse à intégrer plus tard le London College of Music.

Levina partage son temps entre Londres et Berlin.

En 2016, elle entend parler du grand casting organisé par l’Allemagne pour l’Eurovision et décide de tenter sa chance. Elle passe alors la première étape avec succès et se retrouve dans la shortlist contenant 33 candidats. Début 2017, elle est confirmée comme faisant partie des cinq candidats à la sélection télévisée du 9 février. Sélection qu’elle remporte haut la main.

 

L’Allemagne participera d’office à la grande Finale 

come alive inside the light of the unexpected
Maybe I thrive outside the comfort zone
What is a prize without a fight? Yeah, I got addicted
To what I thought I wanted, and all along…

I’ve been walking asleep, dreaming awake
Finding I bend but I don’t break
I’m almost a sinner, nearly a saint
Finding with every breath I take
I’m not afraid of making mistakes
Sometimes it’s wrong before it’s right
That’s what you call a perfect life

Gathering thorns from the stems of a thousand roses
Weathering storms on the long way home
I look for the sweet in every bitter moment tasted
In every last mistake I see the other side

I’ve been walking asleep, dreaming awake
Finding I bend but I don’t break
I’m almost a sinner, nearly a saint
Finding with every breath I take
I’m not afraid of making mistakes
Sometimes it’s wrong before it’s right
That’s what you call a perfect
And that’s what you call a perfect
And that’s what you call a perfect life

I’ve been walking asleep, dreaming awake
Finding I bend but I don’t break
I’m almost a sinner, nearly a saint
Finding with every breath I take
I’m not afraid of making mistakes
Sometimes it’s wrong before it’s right
And that’s what you call a perfect
That’s what you call a perfect
That’s what you call a perfect life


L’Allemagne nous propose cette année une chanson pop d’un grand auteur américain, l’auteur de “Titanium” dont l’intro ressemble beaucoup à “Perfect Life”. On pourra reprocher à cette chanson d’être un peu passe-partout et on a bien peur de la voir se fondre dans la masse compacte des chansons passe-partout de ce cru 2017. 7 ans après sa victoire à Oslo, l’Allemagne peine à retrouver la voie du succès. Ce ne sera malheureusement pas cette année. 

 

Jamaly Zelmerlöw Landrut – Je trouve que Levina a vraiment une bonne voix et que sa chanson n’est pas si mauvaise. En tout cas je lui reconnais le mérite de ne pas sonner Eurovision et d’être plus moderne que d’autres chansons déjà sélectionnées. Après en ce qui concerne le résultat en finale de l’Euro, en l’état ça pourrait effectivement valoir un nouveau bottom 5 à l’Allemagne, car la chanson n’est pas suffisamment marquante. Toujours un peu le même syndrome pour l’Allemagne : des chansons radio-friendly mais des mélodies trop passe-partout pour générer des votes.

Francis – Je ne la trouve pas désagréable, cette chanson. C’est déjà ça ! Et puis, la chanteuse me semble sympathique. Il faut donc lui souhaiter le meilleur pour Kiev, un milieu de tableau en finale pour moi a priori.

RV – J’aime beaucoup et je ne comprends pas pourquoi elle est si mal classée dans les sondages mais bon!!!!!, j ‘espère un bon score et surtout pas dernier.

 

André – Pas désagréable à écouter mais ça risque fort de se perdre totalement dans la masse. Aussi vite écoutée aussi vite oubliée….

Ka Yan – Bof ce n’est pas transcendant, je ne vois pas l’Allemagne être dans le top 10 avec une telle chanson !

Pascal – Levina est une bonne interprète mais sa chanson est tellement formatée et peu originale que je pense qu’elle passera totalement inaperçue à Kiev (et que le bottom 5 sera au rendez vous !)

Daniel – Le début est une pure copie de Titanium de David Guetta et Sia, c’est impossible de ne pas le voir. À part ça c’est bien mais vraiment sans plus. Il y a un manque de personnalité.

 

Sakis – Une catastrophe, dommage une bonne chanteuse, mais une chanson pop vite oubliée avec des sonorités de Coldplay du pauvre. next.

Mr Green – L’autre chanson était mieux (bon pas fameuse non plus hein qu’on s’entende bien), là c’est la cata je trouve on dirait une chanson toute droit sortie de la sélection moldave et qui ne va nulle part…

Alexandre – Franchement cette chanson et cette prestation m´ennuient. L´artiste est peut-etre bonne mais elle n´apporte rien a une chanson deja sans saveur. Si l´Allemagne a fini derniere avec Black Smoke et Ghost qui furent largement meilleurs, je ne vois pas comment les Allemands peuvent se sortir du bottom 3 chez les Ukrainiens.

Dimitri – C’est, de loin, la pire chanson qu’a proposée l’Allemagne. Un navet et en plus, les compositeurs se sont fortement inspiré de Titanium de David Guetta…

 

[poll id=”258″]

[poll id=”259″]

[poll id=”260″]

[poll id=”261″]

[poll id=”262″]

[poll id=”263″]

[poll id=”264″]

Recette loupée :

En 1995, Stone & Stone avait tout pour séduire… sur le papier en tout cas. La chanson était à l’époque considérée comme moderne, se rapprochant le plus de ce qui s’écoutait à la radio. Ca c’est pour la version CD. Mais quand vient le live de la grande finale, la chanson n’avait plus rien à voir avec ce qu’on nous avait promis : orchestration molle et surtout on avait oublié de nous dire que Cheyenne Stone ne savait pas chanter en direct. Du coup, on a assisté à trois minutes de cacophonie et l’Allemagne se prend un vent à Dublin.

Recette gourmande : 

Alors bien sûr, la paix sur terre, c’est ma prière et blabla, ça peut paraître totalement dépassée en 2017. Reste que cette chanson, première des deux victoires à ce jour de l’Allemagne, demeure l’un des plus gros succès commercial de l’histoire de l’Eurovision. En Allemagne, elle est restée numéro 1 dix-huit semaines. Et les différentes versions interprétées par l’artiste ont fait que la chanson s’est exportée avec un grand succès. Dommage que la France n’était pas de la fête ce 24 avril 1982.

Cerise sur le gâteau : 

Lorsqu’on nous a appris au printemps 1996 que l’Allemagne avait été recalée lors de la demi-finale en interne, personne n’a rien compris ! Ce fut un choc. La chanson allemande était de loin une des favorites avec la chanson anglaise pour se retrouver dans le haut du classement. Sans ce petit accroc, l’Allemagne aurait été présente dans toutes les finales de l’Eurovision depuis le début. Ce pays est en tout cas le seul à avoir présenté chaque année une chanson pour l’Eurovision, sans jamais se retirer de la compétition.