france-bann13

On l’aime, on la déteste, on adore l’aimer, on aime la détester… On a à peu près tout dit sur Amandine Bourgeois, la représentante française pour le Concours Eurovision. Voyons maintenant ce que la presse pense d’elle. Certains articles qui lui sont consacrés sont plutôt positifs. Mais pas tous…

A l’origine, L’enfer Et Moi était en anglais

Les positifs en premier. La Dépêche nous rappelle dans un premier temps qu’Amandine, outre sa participation à l’Eurovision, fait partie du très vendu album « Génération Goldman », où elle interprète Au Bout De Mes Rêves en duo avec Emmanuel Moire.

Dans le même article, Amandine nous apprend que la chanson L’Enfer et Moi était à l’origine une chanson en anglais, destinée à une chanteuse anglaise. Puis Amandine l’a proposée pour l’Eurovision en anglais puisque « la plupart des pays font de même. » Mais la France tient absolument à chanter en français et donc le morceau a été refusé par le Comité. Au passage, notre chanteuse déplore que la langue nationale ne soit pas obligatoire à l’Eurovision.

amandine-bourgeois-1A propos des paroles de sa chanson, qui évoquent soi-disant l’histoire d’une femme battue, elle répond ceci : « Il ne s’agit pas d’une victime ; cette femme vit une histoire qui se finit mal. Elle veut faire vivre à l’autre la violence qu’elle a elle-même subie. C’est une femme guerrière qui prend sa revanche sur la vie et les galères. Elle me ressemble : je veux m’accrocher pour relancer ma carrière, faire des choses. Je ne suis pas dans la victimisation, je livre un message d’espoir positif. »

On apprend aussi qu’Amandine embarquera 7 membres de sa famille à Malmö, histoire d’être entourée de personnes qu’elle aime et qui l’aideront à gérer son stress.

Le site weekly.fr invite tous les français à soutenir Amandine, rappelant que « la victoire est loin d’être assurée », surtout avec des candidats très pro comme par exemple l’anglaise Bonnie Tyler. Mais Amandine y croit, et c’est un des critères (juste un parmi tant d’autres) qui est essentiel si l’on veut gagner.

Si La Dépêche pensait que les paroles de la chanson parlaient d’une femme battue, le site terrafemina.com y voit plutôt l’histoire d’une rupture amoureuse et d’une vengeance.

Contrairement aux autres récentes candidates françaises de l’Eurovision qui clamaient « y aller pour gagner », Amandine ne se prend pas la tête : « J’y vais dans le sens où j’ai envie de me faire plaisir, j’ai envie de faire une performance artistique, où je ne triche pas, je suis authentique, je suis vraie, où j’ai envie de donner. Peu importe le résultat. Je n’ai pas envie de coller à un style, au style Eurovision. J’ai envie de rester moi-même, donc j’y vais avec ce que je suis. »

amandineBon, faut pas rêver. Vous vous en doutez bien, il n’y a pas que des articles positifs sur Amandine Bourgeois. Et en matière d’Eurovision, dès qu’il s’agit de plomber l’ambiance, l’Express est toujours fidèle au poste.

Le site du journal analyse la chanson et, comme s’il savait de quoi il parlait, nous explique en cinq points pourquoi la France ne va pas gagner l’Eurovision.

Il est vrai qu’on ne leur demande pas de tout savoir, donc on ne leur demande pas de se souvenir de Jonatan Cerrada. Mais en contrepartie, on aimerait qu’ils n’écrivent pas n’importe quoi. Car d’après eux, Amandine est la première artiste issue de la téléréalité à chanter pour la France.

Passons ce petit détail sans intérêt pour connaître les cinq points qui font que l’Enfer et Moi va se planter à Malmö.

Le premier point est qu’Amandine Bourgeois aura du mal à convaincre. Les premières notes de la chanson peinent à convaincre avec « Une déclaration de guerre aux accents rock musclée par une batterie très présente, limite assomante, où Amandine Bourgeois fait miauler sa voix rauque et puissante de manière particulièrement “hâchée”.”

Une jolie phrase, limite poétique. On oubliera l’unique « m » à assommante et un accent circonflexe au “a” de hachée qui n’a pas lieu d’être, car après tout, on ne leur demande pas non plus d’écrire sans faute d’orthographe.

Ce qui prête vraiment à rire, c’est que cette affirmation est suivie par « c’est mieux que Jessy Matador en 2010, mais pas encore assez bluffant pour qu’on retrouve espoir... » Sachant que Jessy Matador a terminé 12ème, cela doit donc vouloir dire que, selon l’Express, Amandine pourrait terminer dans les dix premiers.

Amandine-Bourgeois_scalewidth_460Passons au deuxième point : Amandine aura du mal à faire plus sexy que la robe d’Anggun en 2012. Passons sur le fait que cette phrase ne veut rien dire puisqu’on ne peut comparer une personne à une robe. Mais bon, on ne leur demande pas non plus de savoir écrire des phrases bien françaises. Donc, selon eux, pour gagner l’Eurovision, il faut être sexy. Marija Serifovic, quand elle a gagné l’Eurovision, avait tout pour elle… sauf peut-être ce qui est primordial pour l’Express.

Le troisième point, c’est : « Amandine aura plus de mal à affoler les bookmakers qu’Amaury Vassili en 2011. » Un point qu’on ne peut discuter, vu qu’on ne voit pas trop le rapport entre Vassili, les bookmakers, et le futur résultat d’Amandine. A la limite, si Vassili s’est planté alors qu’il était numéro 1 chez les bookmakers, ça veut dire que tous les espoirs sont permis pour Amandine qui n’est pas numéro 1 chez les bookmakers ( ?) ( !)

Le quatrième point, c’est qu’Amandine est inconnue. Ce point est surtout histoire de casser la chanteuse en rapportant que son dernier album n’a pas marché, et qu’elle a été obligée d’annuler ses concerts. Joli coup bas, mais aucun rapport avec l’Eurovision. Ah si ! On ajoute ceci : « A l’étranger, elle ne bénéficiera certainement pas de l’aura d’une Patricia Kaas (en 2009) et encore moins de celle d’une Bonnie Tyler face à laquelle elle sera en lice cette année. »

Il faut quand même espérer que cet Eurovision ne va pas tourner uniquement autour de l’aura de Bonnie Tyler.

Enfin le cinquième point : Amandine aura du mal à surprendre. En un mot, on nous explique qu’Amandine ne parviendra pas à surprendre comme Les Fatals Picards en 2007 ou encore Sébastien Tellier en 2008.

Rappelez-moi déjà à quelle place ils ont terminé…

Donc pour résumer l’article, on nous dit qu’Amandine fera mieux que Jessy Matador et qu’elle ne suit pas les traces des Fatals et de Tellier. Moi quand je lis cet article, je comprends qu’elle va cartonner !

MarieMyriamEnfin, lorsqu’on parcourt la presse en général qui parle d’Amandine Bourgeois, ce qui prête à sourire, c’est cette façon un peu candide de nous rappeler à chaque fois que « la France n’a plus gagné depuis 1977 avec Marie Myriam ».

Y a-t-il encore quelqu’un, en France, qui ne sache pas ça ? Pourtant, la plupart des articles de presse évoque ce fait. Mais qu’on la laisse tranquille une bonne fois pour toute, cette pauvre Marie Myriam !

Est-ce que l’Espagne évoque Salomé ? L’Autriche Üdo Jurgens ? Les Pays-Bas Teach-In ? Le Portugal personne ?

A quoi cela sert-il de nous rabâcher ça à longueur de temps ? Parce que ça fait 36 ans que la France n’a pas gagné ? Et alors ! On a souvent l’impression que la France est le pays le plus mal loti de l’Eurovision, alors qu’elle a gagné 5 éditions tandis que de nombreux autres pays attendent encore une victoire… ou un simple passage en Finale.

En même temps, je vous l’accorde : difficile de ne pas mentionner Sandra Kim dans un article belge, ou Céline Dion dans la presse suisse (pour le coup ils peuvent être fiers les Suisses).

Des Echos d’Eurovision en Allemagne

lena-meyer-landrut-tumblrIl ne viendrait jamais à l’esprit des français de nominer des artistes de l’Eurovision aux Victoires de la Musique. Sauf à de très rares exceptions. Nina Morato avait reçu le prix de la révélation féminine quelques mois avant sa participation en 1994 et Corinne Hermès avait été couronnée dans la même catégorie (révélation) sept ans après sa victoire à Munich. Un comble !

Pour les allemands, c’est différent. L’Eurovision fait partie intégrante de la scène musicale. Sans doute parce que nos voisins ont compris avant nous que le concours Eurovision n’est plus aussi kitsch et ringard qu’avant et qu’il lui arrive de nous proposer (pas toujours malheureusement) des chansons bien ancrées dans l’air du temps. Un cap de compréhension que le français lamba n’a pas encore franchi.

roman-lobToujours est-il que jeudi dernier a eu lieu la cérémonie des ECHO 2013, les Victoires de la musique allemandes, et que l’Eurovision était de la fête.

D’abord parce que Cascada a interprété le titre qu’il défendra sur la scène de Malmö. Et aussi parce que les deux autres derniers représentants en date ont été récompensés.

Lena a obtenu le prix du meilleur vidéo clip avec Stardust. Curieusement, elle semblait plus émue que lors de la remise du prix Européen à Oslo. Nominée dans la catégorie «meilleure interprète féminine», elle s’est inclinée face à la gagnante de la saison 1 de The Voice Ivy Quainoo (un nom à retenir, on ne sait jamais).

Roman Lob, qui avait offert à l’Allemagne un troisième top 10 consécutif à Bakou, a remporté l’Echo Award de la catégorie radio pour son premier album et sa chanson de l’Eurovision Standing Still.

Et sinon…

Bonnie Tyler a confié avoir été approchée par la BBC pour participer à l’Eurovision 1983. Elle a refusé. En même temps, on la comprend un peu : quand on est numéro un aux Etats-Unis, affronter des OVNIS de l’Eurovision comme il y avait à l’époque, c’était quasi suicidaire pour sa carrière.

L’estonienne Birgit Õigemeel attend un heureux événement pour l’automne. Gageons qu’elle enverra à son enfant à naître des ondes positives sur la scène de Malmö.

Bon weekend à tous !