Jessika Muscat est née le 27 février 1989, à Mosta sur l’île de Malte.

Nous pouvons décerner à cette chanteuse la médaille du mérite et de la ténacité pour avoir tenté à neuf reprises consécutives sa chance à la sélection maltaise pour l’Eurovision.

Les téléspectateurs maltais la découvrent le 24 janvier 2008 lorsqu’elle se présente pour la première fois avec la chanson Tangled. Malheureusement, elle se fait éliminer en demi-finale.

Quelques semaines après cet échec, elle sort Sweet Temptation qui sera deuxième du Malta Hit Song Festival.

L’année suivante, pour sa deuxième tentative à la sélection maltaise, elle propose deux chansons : Smoke-Screen et Hey You. Aucune des deux ne sera choisie pour la finale.

Cet été-là, Jessika part en tournée en Angleterre. Elle débute avec un premier concert au club de musique Open Mike de Roger Courtney à Portsmouth. Son répertoire est si impressionnant qu’on lui a demandé de se produire à nouveau dans le même pub une semaine plus tard.

Peu après, elle se rend à Los Angeles pour un programme d’entraînement vocal intensif avec le coach vocal Seth Riggs, après avoir été acceptée dans le programme de chant de ce dernier. C’est une aubaine pour Jessika : Riggs a travaillé avec certains des meilleurs artistes du monde, parmi lesquels Faith Hill, Ricky Martin, Michael Bolton, Kelly Clarkson et bien d’autres. Durant ce programme, Jessika découvre d’autres aspects de l’industrie de la musique, notamment les stratégies de marketing et de réseautage. Après avoir terminé sa formation, elle se produit en direct dans le populaire Anaheim, qui est situé juste à côté du célèbre Disneyland.

2009 a également marqué l’année de la sortie du premier album de Jessika, Home Run. L’album contient 11 titres originaux, sept chansons en anglais et quatre en maltais. C’est essentiellement une compilation des chansons qu’elle a enregistrées pour divers festivals. Il comprend également une version inédite de Tangled. Parmi ces morceaux, les paroles de I’m a Lil’ Bit Crazy, sont écrites par Jessika elle-même. L’opus comporte également ses deux chansons de sélection maltaise.

En 2010, Jessika obtient son diplôme en Communications à l’Université de Malte. C’est avec la chanson Fake qu’elle tente de décrocher un billet pour l’Eurovision à Oslo. Mais encore une fois, elle échoue en demi-finale

Un an plus tard, elle réussit enfin à se qualifier pour la finale du Malta Eurovision Song Contest avec la chanson Down, Down, Down, écrite par elle-même et composée par Philip Vella. Elle termine cependant dernière de la finale avec un zéro pointé.

Pas du tout découragée, elle persévère et chante Dance Romance sur la scène de la sélection maltaise pour le Concours de Bakou. C’est la régression : Jessika ne parvient pas à se qualifier pour la finale.

En 2013, elle met toutes les chance de son côté avec Ultraviolet, une chanson écrite par l’équipe de choc Philip Vella et Gerard James Borg, accompagnés de Thomas G: Son, alors récent vainqueur de l’Eurovision avec Euphoria chantée par Loreen. De plus, pour marquer vraiment le changement, Jessika abandonne son nom de famille pour se faire un prénom. Le résultat est moins décevant que les années précédentes car elle se sélectionne pour la finale et termine huitième.

Jessika commence alors à travailler sur son deuxième album avec Paul Powell et sort le premier single de l’opus : Golden Ways.

En 2014, Jessika fait de nouveau équipe avec Philip Vella et Gerard James Borg pour créer la chanson Hypnotica, qui remporte le prix TVM et se classe au premier rang du vote du public. Le titre se classe alors huitième du MESC.

C’est avec Fandago qu’elle tente sa chance pour Vienne en 2015. Elle conserve son équipe de choc : Gerard James Borg et Philip Vella et se classe 4ème au vote du public, mais encore une fois huitième de la finale.

En 2016, Jessika fait toujours équipe avec les deux artistes pour créer la chansonThe Flame, qui s’est classée 7e au classement général.

En juillet 2016, Jessika a sorti Can’t let go, qui a été écrit par Matt Muxu et produit par Cyprian.

Pour 2017, des trois chansons que Jessika présente à la sélection maltaise, à savoir Edge of Tomorrow, Immortal et Let There Be Light, aucune n’est sélectionnée par le comité d’organisation.

Alors, tandis que Claudia Faniello s’époumone sur la scène de Kiev, Jessika participe à la 25ème édition du Festival International de la Découverte qui a eu lieu à Varna en Bulgarie. Elle remporte le 2ème prix du Meilleur Interprète et les juges l’ont élue la meilleure voix féminine du concours. Jessika a chanté une reprise de Clown d’Emeli Sande et sa chanson originale Hypnotica.  


Jenifer Brening est née le 15 décembre 1996 à Berlin. Elle a commencé à chanter à un âge précoce.

Etant de la jeune génération, elle a fait de YouTube sa plateforme, en publiant quelques reprises de tubes internationaux. 

Inspirée par des modèles musicaux tels que Rihanna, Beyoncé ou Christina Aguilera, elle a développé son style vocal propre et unique. Sa base de fans a grandi et des milliers de clics ont été pour elle motivation pour continuer.

De nombreuses invitations pour des spectacles de casting nationaux et internationaux ont suivi. A l’émission The winner is, qui a été produite par le légendaire John de Mol pour la populaire chaîne de télévision allemande Sat 1, Jenifer a atteint la finale.

En décembre 2013, elle sort son premier single Not That Guy et deux autres singles l’année suivante.

En 2015, Jenifer écrit sa première chanson : ASAP qui sort en single et qui a tout de suite atteint les meilleurs classements des ventes sur les plateformes légales (iTunes et Amazon).

En 2016, son single Miracle a beaucoup attiré l’attention des programmateurs de radios. Cette chanson a par ailleurs été nominée dans la catégorie “Pop” aux Hollywood Music in Media Awards et a remporté un concours international de chansons au Kazakhstan.

À la fin de l’année 2016, le label KHB Music a sorti le single Remember et son premier album Recovery, très attendu, a suivi peu de temps après. L’album contient des chansons que Jenifer a composées et écrites elle-même. 

Bullied from the moment we were born
We were always on our own
No one ever said we should be proud
Or embrace the fact of standing out

For too long, we just played along
Always putting up a show
But that was then, look at us now
All we want is for them to know is

We are who we are
And who we are is who we wanna be
We don’t have to listen
‘Cause all that counts is you and me

And then we’re rising when we fall
In the middle of the storm
We’re standing tall, standing tall

And if they tell us that we’re wrong oh, oh oh
Then the love in our hearts
Will keep us strong oh, oh oh

Ah, listen up, listen up, it’s me Jenny B
What you get is what you see
And that’s for Jess over here
She’s a special VIP
So you better listen carefully

If they dissin’ you on Twitter
Don’t get sad, don’t be bitter,
Don’t give up or be a quitter
Show them you’re better (Yeah, hell no)

If they say so, get in the car
Rev it up, and be it a star
‘Cause you know exactly
Who we are, give it to ‘em Jess

We are who we are (Yeah)
And who we are is who we wanna be
We don’t have to listen (Don’t listen)
‘Cause all that counts is you and me (Hey, hey, hey)

And then we’re rising when we fall
In the middle of the storm
We’re standing tall oh, standing tall

And if they tell us that we’re wrong oh, oh oh
Then the love in our hearts
Will keep us strong oh, oh oh

They can make us silent
But in our hearts we’ll never be

And then we’re rising when we fall, oh oh, yeah
In the middle of the storm
We’re standing tall oh, we’re standing tall

And if they tell us that we’re wrong oh, oh oh
Then the love in our hearts
Will keep us strong oh, oh oh, yeah

Pour fêter leurs dix ans de présence au Concours, Saint-Marin a organisé une sélection nationale dont la finale s’est tenue le 3 mars à Bratislava, en Slovaquie. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que certains contestent les résultats.

« C’est Sara de Blue qui aurait dû aller à Lisbonne », affirme BretagneLibre : « mais bon, que voulez-vous, l’Autriche n’est pas dans la même demi finale, au contraire de Malte qui donnera une vingtaine de points gratis à la Sérénissime République de Saint-Marin… » De plus, il trouve que la chanson de Sain-Marin est une «  pâle copie de Heroes. ils auraient pu faire de meilleurs arrangements. »

C’est une « déception totale » pour fandeuro44 : « chanson ressemblant a rien du tout , next pour moi. »

Francis est également déçu par le choix du duo : « Jenifer Brening seule aurait dû gagner, voire Sara de Blue. Mais ça !!! Beurk. Personnellement, je ne les qualifierais pas pour la finale. Et si c’est le cas, Saint-Marin pourra s’en vouloir ! Il est toutefois à craindre qu’une élimination en demi-finale après tant d’efforts entraîne l’abandon définitif du micro-état. 🙁»

Pour alexandre, « y a pire quand même comme chanson. »

Augure en a marre : « L’année dernière : Yodel it ! avec Alex Florea Cette année : Who we are avec Jenifer Brening. Ils en ont pas marre de mettre des pastiches de rap à l’Eurovision Franchement, ça commence à me gaver ce phénomène de mettre des gens qui ne SAVENT absolument pas rapper, ne connaissent (en tout cas pour Alex Florea) ce style que de très loin (donc avec des gros préjugés) et ne le représentent que très mal. »

Romaric n’y croit pas : « Sara de Blue même pas à Lisbonne ????? Mais c’est une blague !!!!! Et après St Marin se plaint car ils sont jamais qualifiés en finale ?! Ben en même temps c’est sûr si c’est pour choisir ce genre d’artistes !!!! »

Pour fandeuro44 c’est « Ce qui se fait de plus mauvais à l’Eurovision, une daube …… »

Zipo est « déçu » : « … La chanson n’aurait pas été mauvaise s’il n’y avait pas eu ce passage de rap extrêmement mal chanté et qui dénature complètement la chanson ! Il me sera impossible à cause de ce morceau de rap de qualifier cette chanson en finale. »

Un grand « next » pour Sakis qui trouve la chanson « horrible » : « alors tout ce spectacle et ces sélections pour ce résultat ! »

Déception également pour Pascal : « Jessika est sympathique et n’aura plus besoin d’écumer la sélection maltaise (où elle avait échoué 8 fois consécutives, de 2009 à 2016) mais il y avait tellement mieux !!!! Sara de Blue évidemment , Jenifer toute seule éventuellement.”

Nico parle de « suicide musical » et va jusqu’à dire que « Valentina aurait pu faire mieux que ça ! »

« Tout ça pour ça ! » résume Marie.

A contrecourant, Steven « adore ».

Mimi2 « exige un remboursement, un geste commercial… » : « quel désastre 🙁Ça m’énerve parce que ça n’a pas un gramme de personnalité ! »

Antoine97 est plus indulgent envers la petite république : « Je trouve pas que ce soit la pire chanson de cette édition, loin de là. Il n’y aura pas de finale pour St-Marin c’est certain mais je ne vois pas le pays finir dernier dans sa demi-finale non plus. Je vois déjà au moins 8 chansons pires que celle-ci qui vont déjà à Lisbonne… je ne dirai pas lesquelles. »

Madreselva rejoint steven : « Eh bien je suis très contente du choix de Saint-Marin ; pour moi ça se jouait entre « Who we are » et « Out of the twilight ». Après 8 tentatives, Jessika a ENFIN gagné son ticket pour l’Eurovision, c’est incroyable 🙂»

Tano raille : « Donc c’est comme pour le Bac (en France). Parfois, faut s’y reprendre plus d’une fois, et user plus d’un jury pour décrocher la timbale ! 🙂

Charles regrette : « Avec « Out of the twilight », Saint-Marin avait une superbe ballade et une interprétation de haute volée. De quoi se hisser en finale. Là, je vois mal ce titre casser la baraque ! »

Alexandre n’y va pas par quatre chemins : « Une soupe bordélique avec un passage rap d’un ridicule achevé. »

EuroPhilou préfère en rire : « Euh…Comment dire ? Les mots me manquent devant tant de talent, d’originalité et de modernité. Et cette touche de rap ! Un raffinement, un délicieux hommage au phrasé d’Indra…en 1991 ! A part ça, comment va Valentina Monetta ? Elle a rompu son CDI de VRP de l’Eurovision pour San Marin ? Ah bon, en fait ce sont 2 stagiaires qui la remplacent cette année ?”

« Cela fera une place en + pour les autres candidats… » affirme Jean Michel.

Frish « aime beaucoup » et trouve que « c’est dans l’air du temps ». Mais c’est Frish qui dit ça, donc…

[poll id=”816″]

[poll id=”817″]

[poll id=”818″]

[poll id=”819″]

[poll id=”820″]

[poll id=”821″]

[poll id=”822″]

[poll id=”722″]

 

  • Les auteurs et compositeurs de la chanson de Saint-Marin nous rappellent que, cette année, Ralph Siegel ne sera pas de la partie. Ils sont (quand même !) cinq à avoir planché sur cette chanson. Et parmi les cinq auteurs, on retrouve la chanteuse Zoe et son père Christof Straub, à l’origine de la participation de l’Autriche en 2016.

  • Souvenirs… souvenirs… Une des chansons préférées des fans pour Saint-Marin. C’était en 2013 à Malmö. Queen V. participait pour la deuxième année consécutive. Après avoir été moquée l’année d’avant avec sa chanson parlant des réseaux sociaux, elle est revenue avec une chanson en italien et a échoué de près pour une qualification en finale (elle a terminé onzième de sa demi-finale).