Les répétitions de la première demi-finale reprennent ce matin. Voici l’horaire de ce lundi 30 avril 2018 :

  • 11h -11h30 : Macédoine
  • 11h40 -12h10 : Croatie
  • 12h20 -12h50 : Autriche
  • 13h -13h30 : Grèce
  • Déjeuner
  • 14h40 -15h10 : Finlande
  • 15h20 -15h50 : Arménie
  • 16h -16:30 : Suisse
  • Pause
  • 17h -17h30 : Irlande
  • 17h40 -18h10 : Chypre

À nouveau, cet article sera mis à jour, au fil des publications. Vous y retrouverez les photos et les vidéos des répétitions, ainsi que mes commentaires personnels (qui n’engagent que moi). Nous vous souhaitons  déjà une excellente journée. Profitez-en bien et surtout, faites-nous part de vos impressions et de vos commentaires !

MACÉDOINE

Le premier mot qui me vient à l’esprit est “léger”. Dans son acception positive : la mise en scène est légère, dansante, ce qui donne à LAF une connotation estivale. Trois minutes qui s’annoncent joyeuses. Dans son acception négative : de l’extrait, la prestation vocale de Marija est bonne, mais point renversante. L’ensemble marquera-t-il les esprits des téléspectateurs ? J’en doute encore et toujours, un vrai petit Descartes eurovisionesque… La Macédoine me semble destinée pour l’heure à la onzième ou la douzième place.

CROATIE

Voilà une mise en scène simplissime. Le visuel se jouera plutôt sur les angles de prise de vue et leur enchaînement. Les dernières années nous ont montré qu’il n’est nul besoin de chorégraphies aériennes ou d’accessoires enflammés pour remporter le Concours. Vocalement, de l’extrait, Franka est parfaite. Ce qui ramène la compétition à son essentiel (et c’est clairement la tendance cette année) : la chanson. Crazy plaira-t-elle au plus grand nombre et se qualifiera-t-elle. Cogito descartien… Je n’en suis pas convaincu… Spontanément, en cet instant, je pencherais plutôt pour le “non”. Mais si la Croatie atteint la finale, ce ne serait pas indu.

AUTRICHE

Nouvelle mise en scène recentrée sur l’interprète. Apparamment, Cesár descend des airs et se promène sur la scène. Curieux de voir ça… Vocalement, c’est d’une perfection remarquable. L’on n’en attendait pas moins du représentant autrichien, impressionnant à chaque euroconcert. NBY est une excellente chanson, mémorable et épique. La qualification me semble décidément assurée pour l’Autriche. C’était attendu, je m’en réjouis. Seule réserve futile : ce pantalon. À voir s’il est définitif…

GRÈCE

Encore un seul-en-scène… À se demander si ça valait la peine de bâtir un plateau aussi vaste… Gianna reprend à son compte tous les éléments d’une prestation greco-grecque attendue : longue robe blanche, lumières bleutées, cheveux flottant au vent. Au vu de la chanson, cela devrait fonctionner. Vocalement, de ce que l’on entend, c’est irréprochable. Nous en revenons encore et toujours au même point (et il est d’ailleurs intéressant de noter que ce Concours 2018 tend plus vers sa composante “Chanson” que sa composante “Eurovision”) : OM s’imposera-t-il par ses propres mérites ? À mon avis, oui. Car c’est un très beau morceau, onirique, traditionnel sans être ringard, élégant sans être ennuyeux. Quelque chose me dit que nos amis chypriotes voteront en masse et je vois bien les ménagères macédoniennes, les jurés albanais et les retraités bulgares les suivre. La Grèce devrait donc se qualifier sans difficulté. Reste une question en suspens : pourquoi s’être peint la main gauche ? L’on dirait un tableau de Magritte…

FINLANDE

Évidemment, Saara Aalto prend le contre-pied des mises en scène précédentes. En même temps, je l’aurais mal vu interpréter Monsters seule sur scène, dans une robe à traîne… Bref, il y a de l’accessoire, des cuissardes, de l’escalier lumineux, du feu et des étincelles, des danseurs, de la chorégraphie complexe, du porté final, le tout très eurovisionesque. Cette fois, c’est du bon côté de l’Eurovision et cela sied à merveille à la chanson. De l’extrait, Saara est vocalement au sommet. Elle a parcouru un long chemin depuis la finale finlandaise et le résultat est excellent. Entre la Grèce et l’Arménie, elle se démarquera à coup sûr. La qualification de la Finlande me semble logique et attendue.

ARMÉNIE

Retour au seul-en-scène. Prévisible, vu la chanson et son message. Mise en scène sobre, dépouillée, quasi janséniste. C’est l’Eurovision ramené à l’essentiel. De l’extrait, c’est vocalement parfait, comme à chaque fois que Sevak nous a interprété son morceau dans les conditions du direct. L’ensemble est sombre, le vêtement n’est guère seyant. À voir si notre représentant arménien retiendra l’attention des téléspectateurs durant les trois minutes imparties. J’en doute. Il y a plus audacieux et plus percutant dans cette demi-finale. Comme pour l’Azerbaïdjan, s’il y a une année où je vois l’Arménie manquer sa qualification, c’est celle-ci. Sevak n’aura rien à se reprocher. Simplement, Qami manque de ressort et d’originalité.

SUISSE

Enfin un peu de rock, enfin de l’énergie, du mouvement, quelque chose ! La prestation suisse tranchera entre deux ballades linéaires. Un plus lors du vote. La mise en scène semble dynamique, de quoi recréer une atmosphère de concert et emporter les téléspectateurs. De ce que l’on entend, l’interprétation de Corinne est excellente. Le concept est abouti, l’on voit où nos amis suisses veulent en venir. Stones est une bonne chanson, son refrain devrait rester dans l’oreille. Reste cet improbable corset, qui semble sorti de Hellraiser. Pas extraordinaire. Mais cela peut se corriger. A contrario et comme la République Tchèque, s’il y a bien une année, selon moi, où la Suisse mériterait de se qualifier, c’est celle-ci. Une élimination serait une énorme déception, pas seulement au niveau de la Francophonie, mais du Concours dans sa globalité.

IRLANDE

Voilà une idée de mise en scène intéressante, mille fois supérieure à la montgolfière de l’an dernier. Cela mettra en relief la chanson et son message. Un banc, un réverbère, une rue, de la neige, des lumières nocturnes, deux danseurs amoureux, ce sera d’un romantisme fini à l’écran. De l’extrait, Ryan demeure constant dans l’excellence. Sa chanson lui correspond à merveille. Le tout est cohérent, simple, mais pas simpliste. C’est digne d’une finale. Hélas, il y a plus percutant, plus bouillonnant, plus pointu et plus arty que Together. Voilà, selon moi, le drame de cette contribution irlandaise 2018 : c’est très bien, mais il y a mieux. Je ne pense donc pas que nous reverrons l’Irlande du 12 mai.

CHYPRE

Voici justement l’anti-thèse de l’Irlande : une prestation enflammée, bouillante et brûlante, à l’image d’Eleni et de son Fuego. Nous qui sommes si bien informés par Sakis, ne sommes surpris en rien : nous avons droit à tout ce qui nous avait été annoncé. Eleni incarne à merveille la diva grecque en mission commandée. L’ensemble est travaillé, millimétré, professionnel jusqu’au bout des faux ongles. Mais c’est très 2012 quand même. Le résultat final est une bonne vieille recette bien gouleyante et savoureuse. Néanmoins, on nous l’a déjà servie maintes fois par le passé. Côté vocal, de l’extrait présenté, je pense furieusement à Hadise : les choristes portent le refrain, permettant à Eleni de ménager sa voix. Soit. Nous sommes ici clairement du côté “Eurovision” de la force. Le côté “Chanson” importe moins. Quant à moi, je ne me fais aucun souci pour Eleni : elle décrochera sa qualification, mardi prochain. Pas seulement parce que ses fans grecs voteront en masse pour elle, mais aussi parce que cela plaira aux lambdas partout en Europe.

CONCLUSION

Bien fol qui prédira correctement les résultats de cette première demi-finale… Au vu des répétitions d’aujourd’hui, spontanément, je qualifierais l’Autriche, la Finlande, la Grèce, la Suisse et Chypre. Tout aussi spontanément, j’éliminerais la Macédoine, la Croatie et l’Arménie. Reste l’Irlande, pour laquelle j’hésite. Il faudrait voir à l’écran.

Ce qui, couplé avec mes sentiments subjectifs d’hier, donnerait les dix qualifiés suivants : Autriche, Belgique, Bulgarie,  Chypre, Estonie, Finlande, Grèce, Israël, République Tchèque et Suisse. Nous sommes à nouveau bien d’accord : je ne suis pas sur place, je n’ai pas tout vu, entendu et compris. Ceci n’est donc ni un fait, ni une prescription, même pas une prédiction, juste une opinion.

Sur ce, j’espère que vous avez passé une excellente journée sur votre site préféré. Je vous souhaite la meilleure des soirées et vous donne rendez-vous demain pour les premières répétitions de la deuxième demi-finale !

SONDAGE

[poll id=”948″]