Certaines Eurostars 2020 ont surmonté bien des obstacles avant de décrocher leur sésame pour l’Eurovision. Leurs rêves ont hélas été brisés au dernier moment, par l’annulation du Concours. D’autres Eurostars ont, elles, été éliminées bien avant cela. Notre ami Pascal leur a déjà rendu hommage dans un bel article. Consacrons celui-ci à un pilier de la sélection estonienne : Laura Põldvere !

Dans ce cinquième épisode, revenons sur ses deux participations à l’Eurovision, ainsi que ses cinq autres tentatives pour représenter l’Estonie à l’Eurovision et comparons ses chansons à celles l’ayant emporté. Embarquons dans notre machine à remonter le temps et repartons droit pour 2005 !

Laura a alors 18 ans, elle débute sa carrière et entre dans l’Euromonde avec panache. Elle est en effet sélectionnée deux fois par la télévision publique estonienne pour participer à sa sélection eurovisionesque, encore dénommée Eurolaul. La première en solo, avec Moonwalk. La seconde, au sein du groupe Suntribe, avec Let’s Get Loud. Les deux morceaux sont de la plume de Sven Lõhmus.

La concurrence est inexistante, les téléspectateurs estoniens décident seuls. Après une bataille homérique avec elle-même, Laura l’emporte avec Suntribe. Hélas, à Kiev, malgré les “douze points” de la Lettonie, l’Estonie est éliminée en demi-finale.

Laura revient à l’Eurolaul en 2007, avec Sunflowers, dont Sven Lõhmus est à nouveau l’auteur.

Face à elle, Koit Toome, Ines, Soul Militia ou encore Vanilla Ninja.

Tous les quatre sont éliminés au premier tour de vote de la finale. Laura, elle, se qualifie pour la superfinale. Elle y termine troisième, derrière Hele Kõre & Kristjan Kasearu, deuxièmes.

La sélection est remportée par Gerli Padar, sœur de Tanel, avec Partners In Crime. À Helsinki, même scénario : malgré les “douze points” de la Lettonie, l’Estonie est éliminée en demi-finale.

En 2009, l’ERR décide de refondre en profondeur sa sélection nationale. Rebaptisée Eesti Laul, elle compte parmi ses participants nulle autre que Laura, toujours soutenue par Sven Lõhmus. Elle porte cette fois Destiny.

Laura termine troisième du premier tour de vote et manque la superfinale d’un point à peine. Éliminée comme elle, Janne Saar, Rolf Junior ou encore Ithaka Maria.

En superfinale, Traffic termine deuxième, loin derrière Urban Symphony.

À Moscou, le groupe et sa chanson Rändajad terminent troisièmes de leur demi-finale, puis sixièmes de la finale, avec le soutien enthousiaste de la Finlande, de la Lettonie et de la Lituanie.

Laura consacre les sept années qui suivent à sa carrière, puis se représente à l’Eesti Laul en 2016, avec Supersonic, encore et toujours de la plume de Sven Lõhmus.

Laura remporte sa demi-finale et en finale, affronte notamment Grete Paia, Meisterjaan ou encore Mick Pedaja.

Tous trois sont éliminés au premier tour de vote. Laura, quant à elle, se qualifie pour la superfinale. Elle y termine deuxième, devant Cartoon, mais doit s’incliner devant Jüri Pootsmann.

À Stockholm, la Lettonie déserte Jüri, qui ne peut compter que sur la Finlande. Trop peu hélas : l’Estonie est éliminée en demi-finale.

Sans plus attendre, Laura se représente à l’Eesti Laul dès l’année suivante, mais cette fois en duo avec Koit Toome. Ils interprètent Verona, écrit et composé par Sven Lõhmus.

Ils remportent leur demi-finale et en finale, affrontent notamment Liis Lemsalu, Ariadne ou encore Elina Born.

Ils se qualifient ensuite pour la superfinale, où ils défont Rasmus Rändvee, troisième, et Kerli, deuxième.

Laura et Koit gagnent donc leur ticket pour Kiev. Là, ils obtiennent la sixième place du vote des téléspectateurs, mais la dix-septième du vote des jurés. Ils terminent finalement quatorzièmes et sont éliminés lors de cette deuxième demi-finale. Laura décroche le triste honneur, partagé avec Omar Naber et Valentina Monetta, d’avoir été éliminée deux fois en demi-finale de l’Eurovision.

Trois ans après cet épisode et quinze ans après sa première participation, Laura revient à la sélection estonienne. Pour la première fois, sa chanson, Break Me, n’a pas été composée pas Sven Lõhmus, mais bien par elle-même.

Lors de sa demi-finale, Laura se qualifie de justesse au second tour. En finale, elle termine avant-dernière, sans éclat, juste devant Rasmus Rändvee.

La victoire se joue entre Jaagup Tuisk et Uku Suviste. Jaagup finit par s’incliner et Uku, par l’emporter. Sans grand effet, puisque l’Eurovision est annulé.

(avec la collaboration de Sakis)

Crédits photographiques – ERR