Depuis que j’en suis devenu fan, l’Eurovision m’aura offert beaucoup de moments mémorables, une belle collection de souvenirs et d’images que je garde précieusement en tête. Je les partage avec vous durant tout l’été par le biais de cette série. Vous me pardonnerez par avance : beaucoup de ces prestations sont grecques, à l’image de la première, celle de mon héros personnel, Sakis Rouvas.

Aujourd’hui, retournons en 2007, à Helsinki, et retrouvons un autre représentant grec qui m’aura marqué : Sarbel !

L’EUROSTAR

Sarbel est né à Londres en 1983, d’un père chypriote et d’une mère libanaise. Tout en suivant des études musicales et dramatiques, Sarbel intègre dès l’âge de cinq ans les choeurs et corps de l’Opéra National Anglais et de Covent Garden.

À dix-huit, il quitte Londres et s’installe en Crète. C’est là qu’il est découvert et signé par Sony. Nous sommes en 2004 et Sarbel sort son premier single, Se Pira Sovara, reprise bilingue d’une chanson arabe populaire. Le succès est au rendez-vous dans toute la sphère hellénophone, ainsi qu’au Liban.

Grâce à ce premier coup d’éclat, Sarbel sort en 2005, son premier album, porté par le single Sokolata.

La même année, il fait une apparition remarquée aux MAD Awards, qui cimente son statut de star montante.

En 2006, sans plus attendre, Sarbel sort son deuxième album, porté par les singles Sahara et Taxe Mou.

L’EUROTUBE

En 2007, Sarbel est approché par la télévision publique grecque pour participer à la finale nationale pour l’Eurovision. Sarbel accepte et obtient le soutien d’Alex Papaconstantinou qui lui compose Yassou Maria.

Le 28 février 2007, Sarbel interprète son morceau en direct sur l’ERT.

Face à lui, deux concurrents : le déjà très établi Christos Dantis, avec No Madonna.

Et une autre star montante : Tamta, avec With Love.

Suite à un vote combiné du jury et du public, Sarbel l’emporte avec 39,6% des points. Christos termine deuxième avec 31,2% et Tamta, troisième avec 29,2%.

Sélectionné, Sarbel sort alors un vidéoclip officiel de sa chanson. Il entame ensuite une tournée promotionnelle en Europe. Le morceau, quant à lui, se classe numéro un des ventes en Grèce et à Chypre.

L’EUROPRESTATION

À Helsinki, Sarbel se retrouve qualifié automatiquement pour la finale, grâce à la neuvième place d’Anna Vissi en 2006. Le 17 mai, il monte sur la scène du Concours, accompagné de quatre danseuses. Sa chorégraphie est une reprise améliorée de celle de la finale grecque.

Au final, Sarbel se classe septième avec 139 points, après avoir reçu les “douze points” de Chypre et de la Bulgarie. La victoire est bien entendu remportée par Marija Serifovic pour la Serbie, avec Molitva. Yassou Maria rencontre un succès commercial modeste en Suède et au Royaume-Uni.

PAR LA SUITE

En 2008, Sarbel revient avec un nouvel album, le troisième, porté par le single Eho trelathi.

En 2009, il change de maison de disques et sort Mou paei et s’embarque dans une tournée mondiale, à la rencontre de la diaspora hellénophone.

En 2011, il procède de même : nouvel album, emmené par le single Kafto Kalokairi et suivi par une vaste tournée autour du globe.

Idem en 2013, avec Proti Ptisi.

Depuis, Sarbel s’est fait plus discret. Il n’a pas sorti d’autres morceaux, mais donne de nombreuses prestations en Grèce, à Chypre et au Royaume-Uni et reste actif sur les réseaux sociaux

À la semaine prochaine pour un autre souvenir !

(avec la collaboration de Pauly)