Les répétitions individuelles se terminent aujourd’hui, avec les deuxièmes répétitions des qualifiés automatiques. Voici le programme de ce dimanche 12 mai :

  • 9h – 9h20 : Israël
  • 9h25 – 9h45 : France
  • 9h50 – 10h10 : Espagne
  • 10h15 – 10h35 : Italie
  • 10h40 – 11h : Royaume-Uni
  • 11h05 – 11h25 : Allemagne

À nouveau, cet article sera mis à jour, au fil des publications. Vous y retrouverez les photos et les vidéos des répétitions, ainsi que mes commentaires personnels (qui n’engagent que moi). Nous vous souhaitons  déjà une excellente journée. Profitez-en bien et surtout, faites-nous part de vos impressions et de vos commentaires !

ISRAËL

Suis-je idiot ! Les trois mythiques minutes de Shefita sont toujours disponibles sur le site de l’HakoKhav Haba ! Les voici pour ceux qui les auraient manquées :

Voici ce qui aurait pu embellir notre finale 2019. À la place, nous récoltons d’Home…

Soyons honnêtes : Kobi nous offre une excellente interprétation de sa chanson. Il est un interprète de premier rang, qui vit intensément son morceau. La délégation israélienne a conçu une mise en scène parfaitement adaptée, très eurovisionesque. Trois minutes parfaites sur papier : le représentant du pays-hôte chantant avec passion une ballade épique à message se concluant sous une pluie d’étincelles.

Mais pourquoi diable ont-ils choisi Home ? Oui, certes, les paroles, le message, l’émotion. J’entends bien. Sauf que ce morceau est aussi enthousiasmant qu’une journée d’automne pluvieuse à Bruxelles. Une ballade dans le style de Made Of Stars aurait permis à Israël, un classement honorable. Hélas ici, le pays connaîtra, à mon sens, le même destin que le Portugal l’an dernier ou l’Ukraine l’année précédente : un fond de classement.

Note personnelle : 7,5/10 pour la prestation – 5/10 pour la chanson – total = 12,5/20

FRANCE

En avant, en avant, les chevaliers ! Bilal m’évoque irrésistiblement un chevalier du Zodiaque dans cette tenue… Mais ce costume lui va bien. Le blanc et l’Eurovision, une grande histoire d’amour… Quant à cette perruque, je m’étonne qu’elle n’ait pas encore son propre compte Twitter. De quoi marquer les yeux et les esprits des téléspectateurs.

Côté interprétation, Bilal vit plus intensément sa chanson qu’à DE. Les regards à la caméra sont plus intenses, plus profonds. Tant mieux : le téléspectateur se sentira plus connecté avec lui. Côté vocal, l’extrait me semble très concluant. Même le juré le plus sévère n’aura rien à reprocher à Bilal sur ce plan. Côté mise en scène, la délégation française a opté pour un judicieux classicisme. Pas de quoi révolutionner le Concours, mais un visuel et une chorégraphie taillés sur mesure pour la chanson, le message et la télévision. Trois minutes très eurovisionesque, dans le sens positif du terme.

Voilà qui s’avère au final efficace, bien pensé, bien conçu. Roi devrait parler à de nombreux téléspectateurs et les encourager à voter pour la France. Au final, trois minutes plus réussies encore qu’escomptées. Quant à moi, en toute honnêteté, la chanson me laisse froid sur le plan musical. Je verrais donc, à titre personnel, Bilal parmi les dix premiers. Pourquoi pas parmi les cinq premiers. Plus me semblerait, comme pour la Suède et la Russie, pousser mamie dans les chardons.

Note personnelle : 8/10 pour la prestation – 7/10 pour la chanson – total = 15/20

ESPAGNE

Retour en mode Françoise Hardy…

La délégation espagnole a dépensé beaucoup d’argent dans un décor et des accessoires qui, au final, occupent l’œil et la caméra, mais n’apportent rien d’essentiel à la proposition. Mais enfin, comme pour la France, l’on voit que la délégation espagnole s’est investie dans les préparatifs, a beaucoup réfléchi et souhaité proposer la meilleure mise en scène possible. Encore une fois, l’extrait n’est pas significatif. Il faudra voir le résultat final pour en juger définitivement.

À mon sens, Miki se serait suffi à lui-même, tant il est remarquable. Et beau. Et excellent chanteur. Et irrésistible. N’en jetez plus. Le représentant espagnol ravira sans conteste les cœurs de bien des téléspectateurs. Il dégage un tel sentiment de bonheur, de joie de vivre, d’amour de l’existence, que le juré le plus froid en fondra sur sa chaise. Côté dynamisme, côté vocal, côté charisme, tous les curseurs sont au vert. L’un des meilleurs représentants espagnols de ces dernières années.

Lv est un morceau léger, festif, parfait pour animer une soirée d’Eurovision. Inutile de se torturer les méninges à son propos : il s’apprécie au sens premier, étant immédiat et accessible. Bel argument en sa faveur qui décidera les téléspectateurs à décrocher leur téléphone. L’Espagne devrait renouer avec la partie gauche du tableau. Peut-être atteindre une dixième place. Difficile à dire, cette finale s’annonçant épique et sans merci.

Note personnelle : 7,5/pour la prestation – 7/10 pour la chanson – total = 14,5/20

ITALIE

Décidément ces angles de vue… Certains sont calamiteux. Prions le ciel que la production parvienne à redresser la barre avant mardi et que les délégations obtiennent enfin ce qu’elles réclament. Ici, par exemple, filmer Mahmood de dos, entre deux plans extra-larges, est anti-télévisuel au possible…

Quant au reste, l’extrait me semble probant. Les danseurs sont mieux sans leur veste argentée. Une fois qu’ils seront correctement filmés, ils agrémenteront la prestation de Mahmood. Visuellement, les images et couleurs retenues collent bien à l’atmosphère de “Soldi”. L’ensemble demeure sobre et efficace.

Ici aussi, tout repose sur l’interprète et son morceau. “Soldi” est une chanson brillante, terriblement efficace, un ajout magistral aux riches heures du Concours. Un grand succès commercial l’attend, quel que ce soit son résultat final. Quant à Mahmood, il est du cristal dont on fait les vainqueurs. Hélas, ici, il est malade et cela se voit. Le pauvre chéri devrait être au lit avec une verveine et pas sur cette scène, avec cette mine de chien battu.

Souhaitons-lui d’être guéri pour samedi prochain. Un boulevard s’ouvrira alors à lui qui le conduira parmi les cinq premiers au minimum. Une victoire ? Cela demeure possible. À voir avec un Mahmood au meilleur de sa forme.

Note personnelle : 8/10 pour la prestation – 9/10 pour la chanson – total = 17/20

ROYAUME-UNI

Ah ! La délégation britannique tente le passage du noir et blanc à la couleur, pour conclure dans une pluie d’étincelles. Un grand classique télévisuel et eurovisionesque, qui, convenons-le, sied à BTU. Michael est meilleur dans la retenue que dans ses épanchements voco-rococos habituels. L’ensemble se tient et aurait mérité… de concourir en 2002. Là, le Royaume-Uni aurait pu prétendre à un podium.

Hélas, en 2019, la formule a été tant battue et rebattue, pas seulement au Concours, mais aussi à toutes les sélections nationales de tous les pays et ce, chaque année, qu’elle désespère. Même les lambdas les plus obtus, vivant dans la région la plus isolée d’Europe, réaliseront l’anachronisme de cette proposition britannique… et fatalement, l’ignoreront le moment du vote arrivé.

À mon sens donc, le Royaume-Uni se ménage une belle vingt-cinquième place. Impasse totale Outre-Manche. Seule solution envisageable pour l’an prochain : demander à Christer Björkman d’expliquer à l’ensemble de la délégation britannique, le subtil distinguo entre une bonne chanson et une meringue périmée.

Note personnelle : 7/10 pour la prestation – 4/10 pour la chanson – total = 11/20

ALLEMAGNE

L’authenticité. Ce concept fait cruellement défaut à la proposition allemande et donc, la déforce. L’on sent que Laulotta et Carlita sont des connaissances de fraîche date, qu’elles n’ont qu’une brève histoire commune. Leur duo, leur message perd donc en authenticité et en crédibilité. Par ailleurs, leur déficit charismatique aggrave leur cas.

Sur le plan musical, “Sister” est une chanson passable, mais interprétée ainsi en registre haut, porte sur les nerfs et tourne au bain du chat. Sur le plan scénique, la délégation allemande enfonce des portes ouvertes, mais a le mérite de la cohérence. Bref, trois minutes peu convaincantes qui resteront dans les annales comme le choix le plus incompréhensible de la part d’un public national.

C’est d’autant plus navrant que la délégation allemande avait tant investi dans son processus de sélection… Prions pour qu’il ne s’agisse que d’un incident isolé et que dès l’an prochain, l’Allemagne renoue avec le succès.

Note personnelle : 5/10 pour la prestation – 6/10 pour la chanson – total = 11/20

CONCLUSION

Voici donc mon classement personnel pour nos six qualifiés automatiques :

  1. Italie – 17/20
  2. France – 15/20
  3. Espagne – 14,5/20
  4. Israël – 12,5/20
  5. Royaume-Uni – 11/20
  6. Allemagne – 11/20

Ces dernières répétitions confirment mes pronostics. Samedi prochain, aux douze coups de minuit, l’Italie, la France et l’Espagne seront au bal, tandis que le Royaume-Uni, l’Allemagne et Israël seront transformés en citrouilles.

Seigneur ! Dire que dans une semaine précisément tout sera terminé… Heureusement, bien des moments palpitants nous attendent dans les prochains jours ! Sur ce, je vous tire ma révérence. Je vous remercie infiniment pour votre présence, votre fidélité et vos très nombreux commentaires. J’espère que vous avez passé de passionnantes répétitions en notre compagnie. Je vous souhaite à présent une magnifique semaine de l’Eurovision. Profitez-en au mieux, amusez-vous et soyez les Eurofans les plus heureux du monde !

Je vous laisse entre les meilleures mains possibles : celles d’Eurovista, qui vous attend déjà pour la grande cérémonie d’ouverture. Il vous accompagnera toute la semaine prochaine, jusqu’au couronnement du vainqueur 2019. Et celles de Michaël et de l’équipe de Parlons Eurovision, qui poursuivent sans relâche leurs débriefings quotidiens. Quant à moi, je vous retrouverai sans faute ici-même, mercredi et vendredi pour mes habituels compte-rendu des demi-finales. À très bientôt !

BONSOIR TEL AVIV ! #8

Des premières répétitions à la Grande Finale de l’Eurovision 2019, Bonsoir Tel Aviv ! est votre récap’ pour tout savoir des répétitions et des coulisses du plus grand concours de musique au monde ! Entouré de son panel, Michaël vous donne son avis sur les 41 chansons en compétition et leurs chances de succès le 18 mai ! Retrouvez-le ici et sur sa chaîne YouTube, dès 20h.

SONDAGE

À votre tour de vous exprimer !

PAR AILLEURS

La représentante biélorusse, Zena, a sorti le vidéoclip de son morceau, Like It.

Le représentant italien, Mahmood, a publié une version bilingue de son morceau Soldi, en duo avec le rappeur espagnol Maikel Delacalle.

Et pour ceux d’entre vous qui souhaiteraient faire meilleure connaissance avec la danseuse de Bilal, la jeune Lizzy Howell, voici un petit reportage de Brut à son sujet :

Le représentant britannique, Michael Rice, s’est longuement confié à Graham Norton, juste avant son départ pour Tel Aviv :

La cheffe de délégation bosnienne, Mme Lejla Babovic, a annoncé que la télévision publique bosnienne ne diffuserait pas cet Eurovision 2019, faute de moyens financiers. La BHRT, qui est gravement endettée et sous le coup de sanctions de l’UER, n’a pu payer les droits de retransmission demandés.

La télévision publique danoise a annoncé les dates et lieux de sa prochaine sélection pour l’Eurovision. Le Dansk Melodi Grand Prix 2020 aura lieu le samedi 7 mars à Copenhague, à la Royal Arena.

(avec la collaboration de Sakis)