Nous sommes à un mois jour pour jour de la première demi-finale de l’Eurovision 2013. Malmö se prépare, les artistes également. A Malmö, on attend mercredi pour commencer à tout mettre en place, tandis qu’en France Amandine Bourgeois enchaîne les interviews. Elle qui ne connaissait pas le Concours est devenue une grande experte en la matière.

On s’active

A Malmö, on stocke le matériel avant de le mettre en place à partir de mercredi prochain

A Malmö, on stocke le matériel avant de le mettre en place à partir de mercredi prochain

Ola Melzig est le responsable de la partie technique du Concours de cette année. Et ce n’est pas un débutant. Il a déjà « monté » plusieurs Eurovision. Cette année, il fait son grand retour. Et avec lui, c’est aussi le retour du blog Eurovision Diary  qui vous permet de suivre au jour le jour les préparatifs techniques de l’imminent événement, photos sympas à l’appui.

Les équipes sont déjà sur place. Mardi prochain, le 16 avril, l’humoriste Eddie Izzard offrira l’ultime spectacle avant que les techniciens ne viennent prendre possession du Malmö Arena, afin de commencer les installations sur scène.

Pour le moment, les camions venus de Belgique (où la scène a été fabriquée), d’Allemagne (qui fournit les lumières) et de Finlande (les serveurs médias) convergent vers l’arène suédoise. Le matériel est stocké en attendant de pouvoir être monté.

Chouette, une machine à Carola pour Amandine !

Chouette, une machine à Carola pour Amandine !

Dès le 17 avril, les choses sérieuses vont pouvoir commencer. A Moscou en 2009, il avait fallu trois semaines et demie pour construire l’imposante structure. Cette année, une semaine suffira pour que la scène de l’Eurovision soit habillée.

Et lorsque le spectacle sera terminé, que tout le monde rentrera à la maison, l’équipe disposera de 60 heures pour démonter la scène. Ce qui est plutôt généreux, car Ola Melzig se souvient qu’à Helsinki, on ne lui avait donné que 30 heures pour tout remettre en place, avec un matériel technique comparable.

Le blog Eurovision Diary nous montre également la conduite de l’exécution d’une chanson et le heureux hasard veut que ce soit celle d’Amandine Bourgeois. Nous apprenons donc qu’elle aura droit à un ventilo (attention, ça va décoiffer !), et – peut-être mais ce n’est pas sûr – une épaisse fumée au sol.

Les perles d’Amandine

Ses 'amandineries' deviennent célèbres

Ses ‘amandineries’ deviennent célèbres

Lundi dernier, la candidate française a donné un showcase où elle a présenté sa chanson L’Enfer et Moi. A cette occasion, Antoine vous a fait découvrir quelques perles émises par la jeune chanteuse sur l’Eurovision. En voici quelques autres, histoire de nous mettre de bonne humeur.

D’abord, elle a trouvé le Concours moins kitsch qu’elle l’imaginait et dit avoir « halluciné » en voyant Lordi remporté l’édition 2006.

Amandine ne se laisse pas guider par la presse souvent médisante à l’égard de l’Eurovision.

« Attends, moi, je suis pas con, j’analyse le truc! Il y a plein d’artistes qui ont fait des grandes carrières qui se sont fait “eurovisionnés”, hein! (Rires) J’ai jamais dit que c’était nul, c’est juste que je ne connaissais pas. Si aujourd’hui je trouvais que c’était nul, je ne participerais pas. »

La représentante française ignore si l’Enfer et Moi a des chances de victoire à Malmö.

« Tout ce que je sais, c’est que ma chanson, je la vis, je la ressens au fond de mes tripes, je prends du plaisir à la chanter. C’est une démarche sincère, c’est authentique. Je ne triche pas artistiquement avec cette chanson. »

Sa prestation sur scène sera sobre.

« Avec cette chanson, je me vois vraiment dans une attitude rock’n’roll, brute, sans fioriture. »

Sur public.fr,  la chanteuse défend l’Eurovision et affirme de nouveau qu’il n’y a rien (ou en tout cas pas grand-chose) de kitsch dans cet événement.

« Je pense que c’est un concours de chant prestigieux… Mais vous savez, en France, on a un côté un peu commentateur, un peu snob. Mais franchement, quand on est chanteur, on rêve de se produire devant des millions de téléspectateurs. Enfin je sais pas, quand t’es artiste t’as envie d’être vu et aimé par les gens, non ? Sinon faut pas faire ce métier-là ! Moi je suis chanteuse, je participe à un concours de chant, je trouve ça très cohérent. Et puis l’Eurovision c’est très populaire, très apprécié. C’est peut-être parce que la France n’a pas gagné depuis longtemps que les gens trouvent ça kitsh. »

On ne peut être que d’accord avec elle !

Quel rapport entre Alyona Lanskaya et les ours en peluche ?

C'est désormais officiel : le président Loukachenko déteste les ours en peluche

C’est désormais officiel : le président Loukachenko déteste les ours en peluche

Dans le cadre de la promotion de son titre à l’Eurovision, le Bélarus s’est érigé en martyre avec une information douteuse qui, fort heureusement, est restée anecdotique.

Pour ce faire, nos charmants amis ont trouvé des activistes suédois défendant les droits humains qui réclament l’exclusion du pays de l’ex-URSS en tant que membre de l’UER et donc, de l’Eurovision. C’est Martin Uggla, président de Östgruppen, qui l’aurait suggéré, se référant à un système de valeur sur la liberté et les droits de l’homme que le Bélarus semble ne pas respecter.

Il faut dire que la Biélorussie et la Suède ne sont pas franchement copains. En été 2012, l’ambassade de Suède en Biélorussie avait dû fermer sur ordre du président biélorusse Alexandre Loukachenko, suite à l’affaire dite des ours en peluche. Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire : des activistes suédois avaient largué en juillet sur la Biélorussie depuis un petit avion des centaines d’ours en peluche parés de messages pour les droits de l’homme. Ce qui n’a pas été du goût du dictateur Alexandre Loukachenko.

A n’en pas douter, le Bélarus aurait bien aimé voir cette information sur la demande d’exclusion à l’Eurovision faire son petit tour d’Europe, pour que les médias puissent en parler et, en même temps, intégrer la vidéo youtube de la chanson.

Mais l’effet papillon n’a pas pris et cette information, destinée surtout à faire de la publicité à la chanson du Bélarus (parlez de moi en bien ou en mal, mais surtout parlez de moi), n’a pas fonctionné. Dommage pour Alyona. Elle devra trouver un autre moyen de promouvoir son titre.

Bon sang ne saurait mentir

Je vous présente la nièce d'Anna Vissi

Je vous présente la nièce d’Anna Vissi

C’est désormais officiel : la finale de The Voice France affrontera bien la Finale de l’Eurovision le 18 mai. Avec ses 7 millions et demi de téléspectateurs chaque samedi soir contre moins de 4 millions pour le concours de 2012, c’est un peu le combat de David contre Goliath.

Pas rancuniers pour autant, nous allons tout de même parler de The Voice, parce qu’il y a un rapport avec l’Eurovision. Outre la participation de Nuno Resende (Belgique 2005 mais ça ils ne le disent pas et préfèrent parler de sa participation à diverses comédies musicales), on retrouve la jeune et talentueuse Stefania.

Née en 1985 et d’origine grecque, elle a fait ses débuts en chantant au côté d’Anna Vissi (Grèce 80, 06 et Chypre 82). Normal, car Stefania est la nièce de la chanteuse grecque. La jeune chanteuse a eu également l’honneur de chanter en duo avec Sakis Rouvas.

Lors de l’audition à l’aveugle, tous les coaches se sont retournés. Intégrant l’équipe de Garou, il lui fallait ensuite passer l’épreuve des battles, où elle a affronté une autre candidate sérieuse, Victoria, sur la légendaire chanson de Foreigner I Wanna Know What Love Is. Et c’est Stefania que Garou a décidé de garder dans son équipe.

Samedi prochain, Stefania fera ses premiers pas en direct sur l’émission. Elle devra affronter quatre autres camarades de l’équipe de Garou. Sur les cinq talents, un sera sauvé par le public et un autre par le coach. On lui souhaite bonne chance, une grande carrière et pourquoi pas, une future participation à l’Eurovision…