Oct 28

Lisbonne 2018 : Zelimkhan Bakaev ne représentera aucun pays

En cette fin de mois d’octobre 2017, les préparatifs en vue du prochain Concours Eurovision vont bon train. Le diffuseur hôte, la RTP, a déjà fixé ses objectifs et son calendrier. Les diffuseurs participants ont, pour la plupart, confirmé leur présence et annoncé la manière dont ils sélectionneront leur représentant. Quelques noms ont déjà été prononcés çà et là, nous avons déjà découvert quelques chansons en lice, mais depuis ce mercredi, nous avons une certitude : le jeune chanteur tchétchène, Zelimkhan Bakaev n’ira pas à Lisbonne, en mai prochain. Il ne représentera aucun pays et ne concourra pour aucun diffuseur. Pourquoi ? Parce qu’il a disparu.

Et à l’instant où vous lirez ces lignes, il serait hélas trop tard : Zelimkhan serait mort. Il ne s’agirait ni d’un accident, ni d’une maladie subite, encore moins d’un suicide. Non : Zelimkhan aurait été physiquement éradiqué. Le jeune homme aurait été arrêté, interné, torturé, puis tué. Son corps aurait été ensuite détruit. À présent, c’est son âme, sa mémoire et son souvenir que l’on tenterait d’effacer. Tout ce processus aurait été accompli sciemment et méthodiquement. Il aurait été décidé, planifié, exécuté dans un cadre étatique, juridique et légal. Mais quel crime aurait donc commis Zelimkhan ? Aucun au regard des droits belge, canadien, français, luxembourgeois ou suisse. Un terrible au regard du droit tchétchène : il était homosexuel.

Nous sommes contraints de recourir au conditionnel, car l’ensemble des faits est noyé volontairement dans la nuit et le brouillard. Voici la dernière certitude que nous ayons : le 8 août 2017, Zelimkhan prend l’avion à Moscou pour rejoindre Grozny. Il retourne dans son pays natal pour assister au mariage de sa sœur. Il arrive sur place le jour-même, mais trois heures plus tard, il est arrêté par des hommes en uniforme militaire. C’est là que s’arrête l’indicatif et que débute le conditionnel. Comme le rapportent de très nombreux journaux, Zelimkhan aurait été aperçu une dernière fois, au centre-ville de Grozny, encadré par ces militaires, sans doute membres d’un groupe d’intervention rapide. Depuis, il n’a plus donné aucun signe de vie.

Le 17 août, la mère de Zelimkhan signale sa disparition à la police et demande l’ouverture d’une enquête. Elle interpelle le Conseil des Droits de l’Homme et le Ministère de l’Intérieur tchétchènes. Ce dernier refuse de donner suite à sa requête. Le 18 août, le ministre de la Politique nationale, des Relations extérieures, de la Presse et de l’Information, M. Djamboulat Oumarov, déclare à la presse que les autorités n’ont pas arrêté Zelimkhan. Selon ses propres termes, le chanteur ne présenterait que trop peu d’intérêt pour cela. Le Ministère de l’Intérieur conclut au final qu’aucune enquête ne sera ouverte ouverte, Zelimkhan étant majeur. Quelques jours plus tard, la mère et la tante de Zelimkhan reçoivent via WhatsApp, un message émanant de son téléphone. Le jeune homme y assure être retourné à Moscou et sur le point de partir pour l’étranger. Le téléphone est ensuite désactivé.

Le 24 septembre, une vidéo est mise en ligne sur YouTube. Elle y montre un jeune homme, présenté comme Zelimkhan, chantant dans un appartement et déclarant être à Berlin.

La vidéo est aussitôt relayée par les médias tchétchènes, comme preuve du déménagement du jeune homme en Allemagne. Les observateurs locaux et les proches du chanteur mettent en doute son authenticité. Ils y décèlent des incohérences : les meubles sont de fabrication russe, les boissons posées sur la table ne sont commercialisées qu’en Russie, la prise électrique au mur est aussi typiquement russe.

Les associations de défense LGTB accusent le gouvernement tchétchène d’avoir exterminé Zelimkhan dans le cadre des massacres généralisés perpétrés à l’encontre des homosexuels. Le gouvernement tchétchène nie être impliqué de quelque façon dans la disparition du jeune homme et réaffirme qu’il a quitté son pays natal. Les associations rétorquent qu’il ne donne plus de signe de vie et que leurs contacts auprès de la diplomatie européenne leur ont affirmé qu’il n’était pas entré dans l’espace Shengen.

Le mystère plane, entier. Les militants se heurtent au mur du silence et à la chape de plomb que font peser sur l’affaire les autorités tchétchènes. Par ailleurs, ils ne peuvent arguer de la plus petite présomption : ils ne possèdent aucune certitude, aucune preuve de l’homosexualité de Zelimkhan. Seul fait réel et assuré : le jeune homme a disparu de la surface du globe. Des sources sur place affirment de manière réitérée qu’il a bien été la victime des persécutions menées par le président tchétchène Ramzan Kadyrov.

Pour rappel, depuis le début de l’année 2017, le gouvernement tchétchène mène une vaste campagne de destruction de la communauté LGBT du pays. Les personnes soupçonnées d’homosexualité sont effacées du territoire et les Tchétchènes sont encouragés à tuer les membres de leur propre famille qu’ils pensent être homosexuels. Face aux nombreuses accusations formulées par des ONG et des gouvernements étrangers, les autorités tchétchènes ont toujours tout nié en bloc, affirmant entre autres qu’il est impossible qu’il existe des homosexuels en Tchétchénie. Interpellé sur le sujet, le président de la Fédération de Russie, dont la Tchétchénie est l’une des républiques constitutives, Vladimir Poutine, a ordonné une enquête. Le parquet général fédéral a depuis annoncé n’avoir reçu aucune plainte et que par conséquent, ces accusations ne peuvent être prouvées.

Voilà donc où nous en sommes en 2017 : des hommes et des femmes sont opprimés, persécutés, enlevés, internés, torturés, tués et détruits par leur propre pays à cause de ce qu’ils sont. Cela se passe à nos portes, dans des nations européennes, dont les diffuseurs publics sont membres de l’UER et participent au Concours Eurovision. Notre équipe de rédaction a été choquée et émue par la disparition de Zelimkhan. Nous nous sommes posés la grave question : que faire ? Nous avons décidé d’un commun accord de relayer l’information. Pour Zelimkhan et pour toutes les personnes qui ont subi le même sort que lui. Nous ne possédons ni divisions blindées, ni représentations diplomatiques. Nous ne disposons d’aucun moyen de pression, nous ne pouvons rien sur la scène internationale. Nous ne sommes qu’un modeste site animé par des bénévoles, tous passionnés de musique et d’Eurovision. Nous n’avons qu’une seule arme et qu’une seule défense : nos mots et nos mémoires.

À chaque 8 août, nous nous souviendrons de Zelimkhan, de son visage, de sa voix, de sa vie précocement abrégée. Nous vous demandons de vous souvenir de lui, de ne jamais l’oublier. Ses bourreaux ont voulu effacer jusqu’à son souvenir, faire en sorte qu’il n’ait jamais existé. Nous nous y opposons de ces quelques lignes. Pour vous aider dans votre devoir de mémoire, voici sa biographie (Greta, daaahling, ferme-la, veux-tu ?). Partagez-la et parlez-en autour de vous. Pour lui et pour tous les autres.

ZELIMKHAN BAKAEV (1992-2017)

Zelimkhan Khoussainovich Bakaev naît le 23 avril 1992, à Grozny, capitale tchétchène. Son enfance est marquée par deux guerres : celle de 1994-1995 et celle de 1999-2000. Les troupes russes envahissent la Tchétchénie à deux reprises pour écraser les rebelles indépendantistes. La situation du pays ne se normalise qu’à partir de 2005. Le président indépendantiste Aslan Maskhadov est assassiné le 8 mars, plongeant la rébellion dans l’incertitude. Moscou en profite et nomme à la tête du pays, Ramzan Kadyrov, favorable au maintien de la Tchétchénie au sein de la Fédération de Russie.

De son côté, Zelimkhan se découvre dès son plus jeune âge une passion pour la musique et le chant. Il souhaite en faire son métier. Durant un an et demi, il travaille au département de la culture de la mairie de Grozny. Il intègre ensuite l’ensemble Stolitsa, corps de chant et de danse. Il y est soliste. Sa carrière débute ainsi sur les scènes locales tchétchènes, puis il se produit dans les républiques voisines d’Ingouchie et du Daghestan. Son répertoire comprend des chansons tchétchènes et russes.

En 2013, il participe au concours musical Assa, organisé conjointement en Tchétchénie et en Ingouchie et ouvert aux artistes débutants. Il rencontre ses premiers succès musicaux avec ses chansons Мичахь хьо лела безам, Доьхна Дог et Нана. Sa notoriété est dès lors importante dans les républiques russes du Caucase.

En 2017, il part pour Moscou, afin de s’inscrire au casting de l’émission Fabrika Zvyozd, version russe de la Star Academy. Celle-ci est diffusée par la chaîne Muz-TV et en est à sa dixième saison. Le 8 août 2017, Zelimkhan revient à Grozny et disparaît complètement.

Où qu’il soit à présent, qu’il sache que nous pensons à lui et que nous ne l’oublierons pas. Grâce à cela, il vivra.

 

(25 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • KRIS.B on 28 octobre 2017 at 09:28
    • Répondre

    Un bel hommage qui rend peut être l’Eurovision Au Quotidien moins léger mais nécessaire pour nous ramener à cette réalité moins futile et dramatique aux portes de l’Europe. Malheureusement si tu devais écrire sur chaque artiste ou personnes homosexuels persécutés dans le monde, tu n’écrirais plus sur rien d’autres. Et ce serait regrettable. Alors puisqu’OU NOUS SOMMES, nous pouvons lire ce que nous lisons, nous pouvons écrire ce que nous écrivons, nous pouvons écouter ce que nous écoutons, nous pouvons commenter ce que nous commentons et surtout que nous pouvons AIMER qui nous aimons alors, mon cher Pauly, continuons…

    Merci à toi…

    • KaYan on 28 octobre 2017 at 10:28
    • Répondre

    « Lorsqu’on voit des gens instruits contempler sans broncher l’oppression et la persécution, on ne sait ce qu’il faut mépriser le plus de leur cynisme ou de leur aveuglement. » George Orwell

    Au delà de ce chanteur, combien d’hommes anonymes sont déjà morts ? L’UE n’a pas bougé le petit doigt.

    • Dimitri on 28 octobre 2017 at 12:28
    • Répondre

    Si l’UER avait un minimum d’éthique et de morale, les pays qui emprisonnent, qui torturent et qui tuent des Femmes et des Hommes en fonction de leurs orientations sexuelles ou politiques seraient bannis du Concours et de l’UER. L’Azerbaïdjan et la Russie par exemple…

      • Pascal on 28 octobre 2017 at 12:46
      • Répondre

      deux pays qui font aussi la chasse aux gays…
      C’est effarant en 2017.

      A mon niveau personnel, je boycotte ce genre de pays et je n’irai pas y dépenser mon argent en vacances.. Idem pour le Maroc.

      Merci Pauly pour ton hommage qui s’adresse à tous les persécutés qu’ils soient chanteurs ou étudiants, célèbres ou inconnus.

      Honte enfin à un des amis du régime tchetchène, Gérard Depardieu qu’on entend beaucoup en ce moment mais curieusement pas sur ce sujet.

  1. Et donc pourquoi on fait un article sur ce sujet, alors qu’on n’a aucune preuve, aucune idée d’où il est ou s’il est encore en vie à l’heure actuelle ?

    Je m’étais opposé à l’évocation d’un sujet comme celui-ci, car nous ne connaissons pas les tenants et aboutissants de cette affaire. A mon avis, c’est une grossière erreur de parler de ça ici, sur un site qui traite avant tout de la musique et de commencer à spéculer et fantasmer sur des choses qui n’ont sans doute pas eu lieues après son arrestation.

    Quoiqu’il en soit, si vous deviez rendre un hommage réel à tous les homosexuels morts à cause de leurs orientations sexuelles, vous n’en auriez pas fini. Donc je ne vois pas pourquoi on commencerait à parler de ça ici en raison des avis divergents de chacun sur la question.

    PS: Merci à toi tout de même Pauly de nous avoir fait partager cette histoire, dont j’ignorais l’existence auparavant.

    1. Veuille me pardonner, mais je n’ai pas reçu ta réponse à mon message « En parler ou pas ? ». J’en ai conclu que ton silence valait pour approbation… Tu m’en vois vraiment désolé. J’espère que cela ne remet pas en cause ta participation rédactionnelle à notre site.

      1. En effet, je crois que je n’ai pas répondu correctement au mail, étant donné que j’ai répondu à Nico. Bel hommage cependant !

        1. Ah la fameuse erreur du « Répondre » au lieu du « Répondre à tous » 😉
          Qui ne l’a jamais faite ?!

      • Yoann B on 28 octobre 2017 at 13:34
      • Répondre

      Et pourquoi pas?

      Nous parlons musique et Eurovision, nous savons tous, sans hypocrisie, que la politique tient une place importante dans un concours qui s’ancre aussi dans la culture gay et que le lien entre tout ça fait que nous ne pouvions pas passé à côté de cette information. N’en déplaise…
      Aussi mystérieuse que soit la disparition de ce chanteur, c’est par ce biais, cette étincelle qu’effectivement, nous rendons hommage à l’homosexualité de tous les opprimés de tout âge et de partout… Humble hommage d’un blog de musique et d’Eurovision quand forcément, nous aimerions que ce soit le gouvernement français qui s’élève contre. Mais qui ne le fait pas assez fort.
      Quand à parler d’une « grossière » erreur…
      Je t’invite à lire un peu la presse et regarder quelques témoignages car en effet, si ce n’est que la relégation d’informations, piochées sur des médias compétents et sérieux, nationaux et alternatifs, je n’irais pas spécialement vérifier moi-même alors je fais confiance…
      Je t’invite aussi à fouiller un peu le net sur cette « histoire », « faits divers » (je ne sais pas comment tu pourrais l’appeler) que tu as l’air de découvrir quand on en parle depuis plusieurs jours.

      1. Je ne critique pas l’hommage mais le risque de politisation de la chose.

          • Yoann B on 28 octobre 2017 at 13:56
          • Répondre

          J’avais bien compris.
          Impossible de ne pas parler de politique en évoquant ce sujet.
          Impossible de ne pas parler de Poutine, de la Russie…
          Nous serions un blog de news sur le cinéma, vu l’ampleur de l’information, je trouverais normal de parler de Harvey Weinstein…

  2. Merci Pauly pour cet article ! Chacun est libre de décider si le fait d’en parler sur ce site est important ou pas. Le débat reste ouvert.

    En ce qui me concerne, je considère qu’il ne faut en tous les cas pas se taire face à des actes aussi barbares et ce sujet à aussi sa place ici, la liberté d’expression existe, on parle d’un artiste, un chanteur, un être humain qui aurait pu participer à l’Eurovision. En tous les cas, même si nous ne savons pas encore ce qu’il s’est vraiment passé, sa disparition m’interpelle au plus haut point.

  3. Alors la je rigole on m’ a pris la tele parque je faisais des articles sur des chanteurs sexy et j’ avoue cela est une simple broutille parque la c’est plus important mille fois plus important et parque Pauly rend un hommage vibrant a un jeune homme qui a cause de sa liberte sexuelle a peut été tué parque il était gay encore des personnes critiquent . Je crois que cela a à sa place sur le site puisque il s’agit aussi de defendre la communaute gay et surtout lutter contre toute homophobie ambiante qui règne partout et hèlas chaque jour je suis temoin au travail, dans la vie et meme dans ma propre vie de propos homophobe mais bon ce temoignage a sa place sur le site et très bel article vibrant d’émotion et je croise les doigts que ce jeune chanteur qui chante et qui voulait seulement vivre sa vie avec plein esperance et d’ emotion soit encore vivant mais ce ne plus le cas vu ce que je viens de lire. Donc oui Pauly tu as eu raison d’en parler et luttons tous pour tout le monde est les memes droits et arretons tous acte homophobie dans le monde c’est ce que je pense .

    • marie on 28 octobre 2017 at 15:51
    • Répondre

    Cet article a toute sa place dans ce blog puisqu’il s’agit d’un chanteur. Il aurait pu participer à l’eurovision.

    Je ne comprends pas la folie de certains hommes mais elle existe malheureusement et il ne faut surtout pas la cacher. Se taire c’est valider.

    • Francis on 28 octobre 2017 at 17:10
    • Répondre

    Terrible histoire qui, même si elle n’est pas avérée pour ce chanteur, l’est nécessairement pour d’autres. Alors oui, il fallait en parler ici, s’indigner des atrocités grandit et ne diminue personne.

    Bravo en tout cas Pauly, pour cet article bouleversant… à l’image de ce jeune chanteur que je ne connaissais pas, mais dont le charisme et la sensibilité me vont droit au coeur.

    Où que tu sois, Zelim, on ne t’oubliera pas sur ce site :'( Et ça, c’est une vraie victoire contre l’obscurantisme de certains et l’aveuglement d’autres.

    • Nicolas on 28 octobre 2017 at 23:11
    • Répondre

    Réduire une personne à son homosexualité ? Vous l’avez fait ! BRAVO !

      • Yoann B on 29 octobre 2017 at 00:20
      • Répondre

      L’article aurait été beaucoup plus court si nous n’avions parlé que de ça…
      Quel est ton ressenti exactement?

      • KaYan on 29 octobre 2017 at 01:03
      • Répondre

      Quand il s’agit du seul motif pour être persécutés massacrés et dans certains cas assassinés alors oui il me semble impossible de ne pas focaliser sur son orientation sexuelle quitte à ce que cela te paraisse réducteur. Si Zelimkhan avait été hétérosexuel il n’y aurait jamais eu d’article tout simplement parce qu’il n’aurait jamais été poursuivi ni persécuté en venant au mariage de sa sœur. C’est l’unique motif de son orientation sexuelle qui a provoqué cette oppression et probablement sa mort malheureusement. Lorsque les juifs furent persécutés par les nazis on présentait monsieur ou madame Rosenberg non pas comme des citoyens lambda allemands non ils étaient présentés comme juifs persécutés c’etait peut être réducteur mais la réalité faisait que le simple fait d’etre Juif entraînait une stigmatisation.
      Je ne dirais donc pas que l’article a réduit la personne de Zelimkhan à un homosexuel non l’article le présente comme une victime de son orientation sexuelle par une dictature. La nuance est suffisamment grande pour la voir facilement je pense.
      Bien à toi.

  4. Très bel article Pauly ! Déjà rien que le titre est juste magnifiquement choisi ! Tu n’aurais pas pu trouver mieux comme ton, pour la rédaction de cet article. Au contraire, moi, qui souhaitais que tu restes le plus neutre possible sans en faire des caisses sur « le diable russe », tu as réussi à faire passer ton message sans trop le politiser. Je te dis un grand BRAVO, parce que réussir à faire ce que tu viens de réaliser, ce n’est pas donné à tout le monde !

    Chapeau l’artiste !

  5. En France aussi, certains médias ( courageux ) ont dénoncé la disparition de cet artiste et sans doute son assassinat. Oui, PAULY, nous sommes informés et relayons…
    « Le fanatisme change en religion de haine une religion d’amour ». Cette citation de Pierre-Claude-Victor Boiste
    ( 1843) est donc tristement toujours d’actualité. Quand on réalise que soixante-treize pays dans le monde condamnent en justice les relations homosexuelles, selon le rapport de l’association gay et lesbienne Internationale. (Source : Wikipédia ) il y a de quoi s’inquiéter ! . En Iran, au Soudan, en Arabie saoudite et en Afghanistan l’homosexualité est officiellement punie de mort. Ailleurs, c’est plus insidieux encore, parce que faisant partie des non dits.
    Quand donc l’hypocrisie des hommes et des nations s’arrêtera-t-elle ?

    • Denez on 29 octobre 2017 at 02:00
    • Répondre

    Bravo, et merci pour cet article, Pauly. Je comprends qu’il puisse y avoir débat sur le fait d’en parler ici ou pas. Le fait est que ce jeune homme était chanteur, et qu’il s’agit d’un blog consacré à la musique… Ce jeune homme est devenu le symbole de ce qui se passe depuis quelques mois en Tchétchénie et à travers lui, c’est une façon de rendre hommage à toutes les victimes, stigmatisées du fait de leur homosexualité dans ce pays, et ailleurs dans le monde. Il y a des zones d’ombre dans cette histoire, certes, mais je ne me fais guère d’illusions quant à son sort, malheureusement.

    • Homosexueletfierdeletre on 29 octobre 2017 at 02:08
    • Répondre

    Comment est-ce encore possible en 2017 ? Et comment la communauté internationale reste-elle sans rien faire ?
    C’est dégueulasse, y a que ça à dire !

    • nounours on 29 octobre 2017 at 07:18
    • Répondre

    bravo pour l article qui a tout a fais ca place sur ce site !

    • Audrey on 29 octobre 2017 at 18:29
    • Répondre

    C’est un article très beau et très juste, je m’incline, et que ce jeune homme repose en paix.

  6. Merci pour ce bel article et surtout de ne pas oublier Zelimkhan Bakaev (1992-2017). Je penserai à lui afin de ne pas oublier son parcours, son calvaire. Ramzan Kadyrov et ses sbires n’auront pas raison dans leur quête de l’horreur ! Repose en paix, petit Ange !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :