esc14

D’accord, il va falloir attendre 365 jours avant son épilogue, ou si vous préférez plus de 31 millions de secondes. Mais il n’empêche, au Danemark, en plus de la victoire d’hier, on ne pense plus qu’à ça.

Tout d’abord, il faut savoir une chose : les danois sont absolument fous de joie d’avoir gagné. C’est important de le dire, car au Danemark, lorsqu’on évoque l’Eurovision 2014, il en ressort une véritable fierté d’accueillir le Concours, et on ne trouve pas (ou peu) de rabat-joies se plaignant du coût financier qu’engendre une telle organisation.

Car au Danemark, on réagit différemment que dans certains autres pays (que je ne citerais pas) et on pense avant tout à ce que peut rapporter un Concours Eurovision en matière de croissance économique avant d’y voir son coût.

Les danois voient en l’Eurovision une chance exceptionnelle de rentrer de l’argent dans les caisses grâce au tourisme et au marketing.

Susanne Nordenbæk, la consultante en chef de la Chambre du Commerce, a déclaré à la BBC que le Concours organisé à Copenhague en 2001 avait rapporté 117 millions de couronnes danoises (près de 16 millions d’euros)

Pour 2014, avec environ 125 millions de téléspectateurs, elle table sur une recette de 160 millions de couronnes (environ 21,5 millions d’euros).

Le secteur du transport, de l’hôtellerie et de la restauration devraient bénéficier de l’effet Eurovision.

Mais on voit aussi le Concours Eurovision comme bénéfique pour l’image de marque du Danemark à travers le monde.

La télévision danoise pense pouvoir ne pas débourser d'argent pour l'Eurovision 2014

La télévision danoise pense pouvoir ne pas avoir à débourser d’argent pour l’Eurovision 2014

Les travaux de réflexions sur l’organisation du prochain concours Eurovision débuteront dès mardi prochain.

Qui va bien pouvoir accueillir l’événement ? Ce ne sera pas nécessairement Copenhague. Car déjà plusieurs villes se portent candidates. On parle du Jyske Bank Boxen de Herning (où s’est tenu le Dansk Melodi Grand Prix cette année) et bien sûr du gigantesque Parken Stadium qui avait accueilli le Concours en 2001 dans la capitale.

Mais DR n’a pas encore évalué ses ambitions pour 2014. Les nouveaux responsables ignorent s’ils vont suivre le chemin de la Suède et organiser un Concours à dimension humaine (auquel cas Herning serait un bon choix), ou bien s’ils vont dans l’autre sens avec le gigantisme de 2001. On assure cependant que quoiqu’il arrive, l’Eurovision 2014 n’aura pas le budget d’un concours comme celui de Moscou et de Bakou.

parken-kobenhaven

Retournera-t-on au Parken Stadium en 2014 ?

Avec le Parken Stadium, le Danemark détient le record du nombre de spectateurs à l’Eurovision. Il faut savoir que le stade de foot au toit amovible est déjà pris pour mai prochain. Mais c’est l’Eurovision. Et pour l’Eurovision, bien des concessions peuvent être faites.

Comme en 2001, DR espère ne pas dépenser un centime dans l’organisation du Concours. Il y a douze ans, le budget était de 65 millions de couronnes et la chaîne organisatrice n’avait rien déboursé car elle avait trouvé suffisamment de sponsors pour financer le Concours, avec l’aide tout de même d’une subvention de l’Etat.

Qui va présenter l’Eurovision 2014 ? Vous vous en doutez bien, personne n’a encore la réponse. Cependant, deux célèbres animateurs, Esben Bjerre & Peter Falktoft, souhaitent le faire. Présentateurs de l’émission P3 Monte Carlo ils ont créé une page facebook de soutien qui a déjà 15500 likes !

Concernant les pays participants, il est trop tôt pour le dire. Mais on sait qu’une dizaine de pays a déjà évoqué leur participation, parmi lesquels la Norvège, les Pays-Bas ou encore la Belgique. La Bosnie devrait également revenir à la compétition.

Enfin, l’UER aurait-elle peur de voir les pays participants se réduire à une peau de chagrin ? Toujours est-il que les responsables ont décidé d’alléger le règlement et de permettre aux pays qui n’ont pas diffusé le Concours 2013 de pouvoir revenir l’an prochain. Ainsi, la Turquie qui n’a pas diffusé le concours cette année pour la raison que l’on connaît et qui ne leur rend pas hommage, sera le bienvenu au Danemark.

Voilà pour les toutes premières nouvelles, qu’on pourrait intituler “Sur la route du Danemark, épisode pilote”… il y en beaucoup d’autres qui vont suivre !