Mai 17

Ombres et lumières : compte rendu de la finale

PRÉAMBULE

Avant toutes choses, vous lirez ce compte rendu avec précaution : son contenu est susceptible de vous heurter dans vos convictions eurovisionesques. Il reflète nos sentiments et notre état d’esprit durant toute la soirée. Vous le constaterez : nos opinions ont divergé de la majorité d’entre vous et du monde pris dans son ensemble. Ne montez pas sur vos grands chevaux : il s’agit là d’opinions personnelles, subjectives et partiales. Il ne s’agit pas de faits, de constatations scientifiques, ni de jugements péremptoires. Nous ne prétendons pas détenir LA vérité, seulement notre vérité à nous. Et si, à un moment donné, vous vous dites : « Ce type n’a rien compris ! », vous aurez raison. Je n’ai effectivement rien compris.

Bref, voici le compte rendu de cette grande finale du soixante-deuxième Concours Eurovision de la chanson. Vous revivrez à nos côtés ces 225 minutes déjà mythiques. À nouveau, vous découvrirez les réactions spontanées des uns et des autres. Mais avant tout, posons le décor en photo !

Nous revoici réunis, chez nous, à Laeken, commune du nord de Bruxelles. Notre groupe se composait de huit personnes : deux femmes, six hommes, tous trentenaires. Six Belges francophones, un Belge germanophone (re-re-coucou, chéri !) et un Grec. Quatre fonctionnaires, trois enseignants et un employé. Trois fans, quatre lambda bien éclairés.

Te Deum et c’est re-re-parti !

OUVERTURE

Grosse ambiance dans le salon. Apothéose d’une semaine de réjouissances et de fêtes. Moi, en mode résigné : victoire quasi assurée du Portugal. Pas envie, pas du tout envie. Salon dans le déni : impossible. Défilé des Nations. Excellente ouverture. Production s’élève d’un chouïa, n’égalera jamais l’an dernier.

Entrée en scène des présentateurs. Égaux à eux-même. Timur mâche ses mots. Oleksandr et Volodymyr raides et plastiques. Humour retombant à plat. Ne rentreront pas dans l’Histoire du Concours. Auraient pu être pire, ceci dit. Pantalon de Timur attire attention : entrejambe très basse. Rendu visuel moche. Vestes paillettées d’Oleksandr et Volodymyr les font ressembler aux Ken des années 80. Courte introduction, c’est encore mieux ainsi.

ISRAËL

Imri en-dessous de sa prestation de jeudi. Vocalement très moyen. Notes aiguës et souffles en carafe. Salon surpris et déçu. Car Imri plaît et pas que physiquement. Moues désapprobatrices. Bon numéro d’ouverture. Belles aisselles. Bonne énergie, mais salon refroidi. Imri fait l’amour à la caméra. Discussion sur les hommes qui aiment trop leur apparence. Israël obtient un score moyen.

POLOGNE

Décolleté de Kasia fascine. Sa poitrine se fera-t-elle la malle durant ses trois minutes ? Suspense. Place de la mort, mais excellente prestation vocale. Kasia survole sa chanson. Salon appréciatif. Très bien, beau visuel, mais morceau assez indifférent. Moi, plutôt sensible. Salon, plutôt tiède. Score moyen pour la Pologne.

BIÉLORUSSIE

Moi, soupirs et yeux au ciel. Ces deux-là m’auront décidément ennuyé toute l’année. Salon, partagé entre indifférence et rires moqueurs. Les ventilateurs de l’hovercraft sont en rade. Trois longues minutes. Salon pas sensible pour un sou, même à l’ambiance festive. Score médiocre. Bisou goulu final surprend et attendrit. Ils s’aiment, c’est beau, c’est l’Eurovision.

AUTRICHE

Nathan toujours aussi sympathique et souriant. Chanteur bien reçu par le salon. Bonne prestation, bonne communication. Salon aime le décor et le visuel. Mais pas plus renversé que ça par la chanson. Léger, pas à couper le souffle. Score moyen. Soirée décolle lentement.

ARMÉNIE

Justement, premier moment marquant pour salon. Silence. Prestation d’Artsvik retient toute l’attention. Trois excellentes minutes musicales et visuelles. Salon aime beaucoup, moi aussi. Arménie obtient premiers applaudissements de la soirée. Mélange pop et Orient marche à merveille. Bon score. Moi, apprécie audace visuelle, quasi la seule de la soirée. Arménie sur les rangs pour une victoire prochaine. Bémol général : danseuses tirent la gueule.

PAYS-BAS

Salon d’accord : apparence évoquant les Destiny’s Child et groupes similaires du début des années 2000. Quant à chanson, évoque les slows chorals des années 90. Ensemble reçu avec indifférence. Prestation vocale louée, mais morceau et scénographie passés. Score médiocre. Carton rouge général pour la combi d’Amy. Discussion dérivant sur l’opportunité de se teindre cheveux dans trois couleurs différentes quant on est soeurs.

MOLDAVIE

Ma première surprise. Moi, aime bien, mais jamais noté très haut. Salon, très enthousiaste, aime beaucoup. Trouve cela joyeux, dansant, bien tourné, drôle et marquant. Certains fredonnent déjà. Bonne humeur contagieuse. Bon score pour la Moldavie. Moi, encore sceptique. Mais dois le reconnaître : visuel très réussi et ensemble terriblement Eurovision.

HONGRIE

Nouvelle divergence. Moi, agacé par Joci et sa chanson. Aime pas. Ni la cruche, ni le rap, ni le nouveau costume de scène. Folklore et origines me rebutent. Mais très bien reçu par le salon. Aime mélodies traditionnelles et ensemble contrasté. Même le rap passe comme une lettre à la poste. Feu et violons. Moi, renfrogné. Salon, bon score pour la Hongrie.

ITALIE

Crève-coeur. En ai presque pleuré. Aurais tellement voulu que Francesco gagne. Mais visible que ce sera dans univers parallèle. Prestation excellente, pas éblouissante. Moins d’émotions qu’à Sanremo. Impossible d’expliquer pourquoi. Francesco toutes les cartes en main, manque un je-ne-sais-quoi. Salon reçoit très favorablement la prestation. Aime beaucoup la chanson et Francesco. Le gorille passe plutôt mal. Même moi dois l’admettre : pas terrible à l’écran. Terrible, au fond du trou. Très bon score pour l’Italie et applaudissements. Mais en moi-même, sais que foutu, grillé, mort. Vivement l’année prochaine…

DANEMARK

Autre pour qui c’est foutu, grillé, mort. Anja prise en sandwich entre les deux favoris. Déjà rétamée avant d’avoir ouvert la bouche. Non pas que dommage, personnellement. Poitrine refait son apparition en gros plan. Rires et sarcasmes dans le salon. Reste accueilli froidement. Mauvais score pour le Danemark. Chanson jugée plate et ennuyeuse. Pas de quoi se qualifier.

PORTUGAL

Moi, en mode monomaniaque, me balançant d’avant en arrière sur ma chaise et psalmodiant, le regard dans le vague : « Il va gagner, il va gagner, vous allez voir qu’il va gagner, il a gagné, il a déjà gagné. » Refus du salon d’y croire. Chanson et chanteur mal reçus. Salvador suscite incompréhension et ennui. APD jugée ringarde et pelante. Aucun commentaire positif. Premières réactions outrées à mes divagations. Comment est-ce possible ? Suite de propos et d’adjectifs peu flatteurs sur le morceau. Salvador agace. Baillements et pauses toilettes. Score médiocre pour le Portugal. Salon s’interroge : le fait-il exprès ? Est-ce lui ou un personnage qu’il s’est créé ? La chanson s’adresse-t-elle à son coiffeur ? Moi, tente désespérement de ressentir quelque chose. Repense à tous vos commentaires et explications. Mais, rien de rien du tout. Ai été encore plus excité par Anja. Misère. Nostalgie de 2013 et 2016. Ne ressens toujours rien. Suis-je un monstre ? Pourquoi ne ressens rien ? Tout le monde a l’air de ressentir quelque chose. Pourquoi pas moi ? Voudrais tellement être comme tout le monde. Peine perdue. Dur quand même quand aucun ressenti pour favori.

AZERBAÏDJAN

Tente de tourner la page. Heureusement, Dihaj, échelle, cheval et prestation avant-gardiste. Très bien, me console. Très bien reçue aussi par salon. Cheval suscite quelques rires. Plissements d’yeux pour déchiffrer les graffitis. Bon score pour l’Azerbaïdjan. Réécouterai cette chanson pour les siècles et les siècles. Amen.

CROATIE

Fatalement : LE fou rire de la soirée. Salon plié en deux durant trois minutes. Moi, atterré. Comment ce truc a-t-il pu se qualifier ? Mauvais, ridicule, idiot. Jacky Garland. Salon se marre et condamne. Score exécrable pour la Croatie. File droit vers la dernière place de notre classement. Dur d’être fan et de devoir se farcir ce genre de propositions.

AUSTRALIE

Salon attend Isaiah de pied ferme. Prestation de mardi avait fait rire, à cause des notes manquées. Isaiah risque moins. Reste dans zone de sécurité vocale. Peut-être mieux. Ou pas. Ensemble moins prenant, du coup. Moins risible, mais moins prenant. Accueil plus favorable du salon. Moi, plus indifférent. Bon score pour l’Australie. Nostalgie de Dami.

GRÈCE

Décryptage freudien de la mise en scène. Grèce bien reçue par salon. Bonne chanson, bonne prestation. Danseurs distraient l’attention. Physiques avantageux. Déesse grecque. Bon score pour la Grèce. Fan grec aux anges : Aphrodite. Semble très émue.

ESPAGNE

Manel mal reçu par salon. Chanson jugée mauvaise et prestation tout autant. Cris et fous rires à la fausse note magistrale. Moi, envie de pleurer. Non seulement il me pourrit mon année avec sa sous-merde musicale en conserve, mais en plus, il se vautre en direct, au moment crucial. Eurovision touche le fond. Espère qu’Espagne aussi, en punition. Score excécrable du salon. Entre en concurrence avec Jacky Garland pour la dernière place. La mériterait mille fois. Prière pour que RTVE retienne la leçon et fasse amende honorable.

NORVÈGE

Heureusement, Norvège. Moi, j’adore. Fan grec, déteste absolument. Reste du salon accueille favorablement. Aime la présentation visuelle et le côté contemporain. Forcément, quelqu’un dit « Daft Punk ». Comparaison flatteuse. Score mitigé pour la Norvège. Moi, espoir que tout le monde s’en inspire. Peu probable si Portugal gagne.

Retour de Mans suscite délire dans salon. Si beau, si talentueux. Reviens, Mans ! Seule personne véritablement drôle de la soirée. Salon rit de bon coeur. Même moi, au fond de mon trou, laisse échapper un sourire.

ROYAUME-UNI

Salon trouve Lucie très années 90. Chiffon doré et cheveux crantés ne recueillent pas l’assentiment. Belle présentation visuelle, mais chanson reçue avec indifférence. Renvoie à nouveau aux années 90. Gestuelle maniérée. Score moyen pour le Royaume-Uni. Moi, du mal à croire qu’elle atteindra la dixième place. Salon, pas convaincu non plus. Trois minutes longues pour salon, surtout vers la fin.

CHYPRE

Retour de la divergence. Moi, moyennement convaincu. Bien, un peu tarte à la crème. Thomas G:son, quoi. Mais salon très enthousiaste. Aime beaucoup. Hovig conquiert tout le monde. Compliments pleuvent sur chanson, présentation, prestation. Moi, sceptique. Salon attribue score très élevé à Chypre. Comprends encore rien. Mystères répétés de l’Eurovision. Doute qu’Hovig marquera le vote réel. Mais salon y croit et applaudit à tout rompre. Plus important à l’Eurovision : avoir un favori, aimer une chanson. Plus terrible : ne rien aimer, ne s’enflammer pour rien et passer soirée dans l’indifférence.

ROUMANIE

Retour des clous de mon cercueil. Moi, les range déjà dans mes chansons les plus détestées. Mauvais accueil du salon. Trouve chanson ridicule et principe idiot. Discussion dérivant sur le yodel et ses origines. Mise en scène convaint plus. Ensemble finalement jugé drôle. Moi, trouve tout affreux et à brûler. Espère secrètement qu’Alex se plantera sur son canon. Espoir déçu. Score médiocre pour la Roumanie. M’apprête mentalement à ce qu’ils s’envolent jusqu’au podium.

ALLEMAGNE

Mot en cinq lettres désignant une impression de vide, causée par une occupation monotone ou dépourvue d’intérêt. Trouvé ? Eh oui : E-N-N-U-I. Impression laissée au salon. Moi aussi, m’ennuie et peste intérieurement contre les sélections idiotes et sans queue ni tête de la télévision allemande. Au final : trois minutes d’ennui. Score très médiocre pour l’Allemagne. Levina se donne, mais chanson aussi plate qu’une crèpe. Sent le fond de classement à plein nez.

UKRAINE

Ne sera pas seule, Levina. O.Torvald mal reçu par le salon. Vieux rock pourri, avec tête de Terminator en prime. Rien ne convainc, personne n’aime. Manque toujours de temps dans vraie vie. Pas avec O.Torvald. Temps passe trop lentement. Volonté d’arriver au bout de ces trois minutes. Score fort médiocre pour l’Ukraine. Impatience d’arriver enfin à…

BELGIQUE

… Blanche ! Enfin ! Salon se redresse. Applaudissements, cris d’encouragement et d’impatience. Allez, la Belgique ! Salon chauvin. Silence. Scrute attentivement l’écran. Retient son souffle. Excellente prestation, probablement sa meilleure. Salon aux anges. Moi, en larmes. Tellement bien. Si seulement elle pouvait gagner. Effacerait bien des peines et des chagrins. Biais fatal : score exceptionnel pour la Belgique. Salon termine debout, longue ovation. On est les meilleurs, quand même. Aussi important à l’Eurovision : être fier de son pays, de sa chanson, de son représentant. Belgique tête haute, quel que soit le résultat.

SUÈDE

Robin remet salon dans sa poche, en un regard. Impossible de résister. Tout le monde conquis. Fans chantent en choeur. Très efficace. Score excellent pour la Suède. Salon silencieux. Applaudissements nourris. Suède décidément trop forte. Si seulement Espagne, Allemagne et Albanie…

BULGARIE

Le prodige de cette année ! Moi, très enthousiaste. Salon, aussi. Kristian fort apprécié, fort complimenté. Sa chanson fait merveilles. Touche tout le monde. Prestation et présentation très bien reçues. Salon subjugué par voix, prestance, charisme, aisance, alors que si jeune, si frêle. Score exceptionnel pour la Bulgarie. Encore meilleure que l’an dernier, c’est dire. Me prend soudain d’espoir : et s’il l’emportait, tout de même ? Me ferait quand même plaisir. Salon appuie : c’est lui qui doit gagner. Prêche à nouveau la résignation sur un ton lugubre : « Portugal, Portugal, n’attendez rien d’autre que le Portugal ». Salon, toujours dans déni.

FRANCE

Alma, très belle. Moi, impatient et très heureux d’enfin la voir. Très beau visuel. Moi, aime beaucoup. Salon, plus réservé. Bien, mais pas délirant. Bonne chanson, mais manque d’un effet renversant. Demande pourquoi pas conservé robe du début. Plus sexy, plus audacieux. Moi, pris par les trois minutes. Bon score pour la France. Me résigne à être décidément déçu, ce soir. Mais larmes aux yeux : déjà fini ! Déjà entendu les vingt-six chansons ! Trop rapide !

ENTRACTE

De retour. Fatalement. Salon moyennement intéressé. Constate qu’elle n’a pas changé. Restée bloquée en 2004. Sarcasmes sur la cote de mailles. Chanson ringarde, resucée de Wild Dances. Ruslana décidément incapable de se renouveler. Salon se lève pour prendre l’air sur balcon.

Suite pas plus convaincante. Nostalgie terrible de Love Love Peace Peace. Remplissage musical dans l’attente des résultats. Onuka ennuie encore plus Levina. Salon passe un tête, retourne sur le balcon. Moi, me ronge les sangs.

Apparition de Mariam Mamadashvili. Salon se souvient et entonne Mzeeooo. Très bien cette petite. Parle mieux anglais que les trois autres réunis. Aurait dû présenter la soirée à leur place. Aurait été drôle, elle, au moins.

Salon, toujours aucun amour pour Jamala. Nouvelle chanson aussi peu enthousiasmante que possible. Seul soulagement : après ça, débarrassés d’elle pour un bon bout de temps. Soudain, se fait voler la vedette par inconnu, apparemment fan australien. Montre ses fesses. Salon en rit. Trois minutes sauvées. Inconnu expulsé de manière musclée. Jamala demeure impassible. Chapeau quand même.

VOTE

Moment crucial arrivé. Salon, dans le déni. Moi, dépité. Dur de voir gagner une chanson pour laquelle on n’éprouve rien. Ou alors de l’embarras et de l’agacement… Deux années de suite, en plus… Retour en mode « Il va gagner, il va gagner, il va gagner, il a déjà gagné. »

Ne rate pas : jurys votent massivement pour Portugal. Wiktoria, Aminata, Salvador grimace à l’écran, salon pas content, Ofer Nachshon. Émotion. Fermeture de l’IBA. Andri, Miss Univers, Portugal s’envole, Bulgarie s’accroche, Italie et Belgique à la traîne. Élodie, Constantinos, Jüri, Iveta, Allemagne et Espagne toujours « nul point ». Luisa visiblement plus heureuse que Salvador. Atroce interlude avec Verka. Même pas drôle. Bo, Salvador continue son cinéma, Sanja, Lee, Barbara, Douwe Bob. Salvator nous montre sa semelle. Moi, heurté. Salon, outré. Nicky. Enfin douze points pour la Belgique ! Enfin trois points pour l’Allemagne. Nika complètement éclaté. John, Alyona, Katrina et Zlata. Toujours « nul point » pour l’Espagne. Moi, catastrophé. Les jurys ont snobé Alma, Blanche et Francesco. Au fond du trou.

Portugal impossible à battre. Salon encore incrédule. Dernier mot de Jon Ola. Va enfin pouvoir passer une bonne nuit. Vote des téléspectateurs. Chocs en prévision. De fait. 0 point pour l’Autriche ! Désolation ! 2 pour l’Australie ! Machoire m’en tombe. 5 pour l’Espagne. Finira tout de même dernier. 5 pour Israël ! Monde à l’envers ! 12 pour le Royaume-Uni. Véritable jeu de massacre. 15 pour les Pays-Bas. Quasi inverse du vote des jurys. Arménie, Grèce, Norvège, Chypre, Azerbaïdjan passent à la trappe. Terrible. Lueur d’espoir : France, Belgique, Bulgarie et Italie parmi les dix premiers. Horreur : Croatie et Roumanie aussi ! Alma dixième, à pleurer. Croatie neuvième, à pleurer aussi. Italie sixième, dévasté. Belgique quatrième, fier. Moldavie troisième, incroyable ! Et coup final : victoire écrasante, totale, absolue du Portugal. Salon prostré. Moi, en morceaux.

REPRISE

Salvador reçoit Micro de Cristal des mains de Jamala. Revient sur la scène. Petit discours sur la « musique fast-food ». Très mal reçu par salon. Moi, hoquet d’incrédulité. Au bout de ma vie. M’interroge : est-ce vraiment Eurovision ? Aurait au moins pu remercier ceux qui ont voté pour lui. Musique actuelle sans aucun contenu ? Sauf la sienne, bien entendu. Soit ce mec vit dans un univers parallèle, soit il possède l’ego le plus surdimensionné de la planète. Grosse envie de lui mettre une claque. Impression soutenue qu’il crache dans la soupe et qu’on vient d’attribuer la victoire au seul participant qui n’en avait rien à foutre. Sur ce, Salvador va ramener la musique dans notre siècle. Ben tiens… Tous les autres auteurs-compositeurs participant cette année doivent être ravis… Juste pour rappel : Tamara, Lindita, Blanche, Norma John, Kasia, Sunstroke Project, Svala, Omar, Triana Park, Nathan, Joci, Anja, Jacques, JOWST, Navi, Fusedmarc, Francesco, Manel et O.Torvald ont aussi concouru avec des chansons entièrement ou partiellement créées par eux. Autant pour ces artistes de talent…

Salvador appelle sa soeur pour la reprise. Finalement, c’est elle qui aurait dû porter cette chanson. Bien plus sympathique. Reprise accueillie par silence glacial. Puis, se met à faire le pitre avec le Micro. Larmes amères, détourne le regard, veux pas voir ça. Te Deum et silence prolongé. Fin de soirée gâchée. Vivement l’an prochain…

CONCLUSION

La première conclusion est mathématique. Voici notre classement personnel :

  1. Belgique – 17,63
  2. Bulgarie – 17,25
  3. Chypre – 16,56
  4. Italie – 16,31
  5. Suède – 16,31
  6. Arménie – 15,94
  7. Azerbaïdjan – 15,31
  8. Moldavie – 14,94
  9. France – 14,88
  10. Australie – 14,81
  11. Hongrie – 14,69
  12. Grèce – 14,13
  13. Pologne – 13,94
  14. Autriche – 13,56
  15. Royaume-Uni – 13,56
  16. Pays-Bas – 13,25
  17. Israël – 12,81
  18. Norvège – 12,56
  19. Roumanie – 12,25
  20. Portugal – 12,19
  21. Biélorussie – 11,88
  22. Danemark – 11,06
  23. Allemagne – 10,31
  24. Ukraine – 8,81
  25. Croatie – 8,38
  26. Espagne – 7,13

Si l’on ôte le fatal biais chauvin, notre favori pour la victoire était Kristian. Pour le reste, nous sommes allés à contre-courant, dirons-nous. Notez que nous avons tout de même bien pronostiqué la dernière place. Mais c’était là une évidence…

Quatre jours plus tard, l’émotion et le drame étant retombés, quelles autres conclusions tirer ? Certes, le vainqueur n’a trouvé aucun soutien dans notre groupe et sa chanson nous a rebuté. Vous constatez que nous étions plutôt en demande de la parfaite chanson pop. D’où notre classement. Soyez rassurés : notre amour pour l’Eurovision est resté intact et notre amitié est sortie renforcée de cette folle semaine. Nous avions survécu à la victoire de 1944, nous survivrons à celle d’Amor pelos dois. Encore une fois, remporter l’Eurovision ne signifie pas « plaire à tous », mais « plaire au plus grand nombre ».

Si nous restons positifs, qu’en pensons-nous ? Primo, qu’il s’agit d’une grande victoire, une victoire unanime, incontestée et incontestable. Jurés, téléspectateurs, Europe et monde sont tombés d’accord. C’est le plus important pour le Concours : que le vainqueur rassemble et fasse l’union autour de lui. Salvador a conquis les coeurs. Tant mieux pour lui. L’Eurovision a fourni à la culture populaire trois minutes qui y resteront gravées pour longtemps. Capital, de notre point de vue.

Secundo, qu’à l’Eurovision, rien n’est jamais perdu. Vous pouvez littéralement vous vautrer durant des siècles, vous faire réléguer, éliminer, humilier, enchaîner les incompréhensions, les dernières places et les occasions manquées, être l’objet des plaisanteries, des rires, du mépris et des sarcasmes, vous pouvez malgré tout l’emporter. La victoire du Portugal prouve qu’en matière d’Eurovision, il faut participer, encore et encore, car la victoire est toujours au bout du chemin. La Finlande l’avait montré, l’Allemagne et l’Autriche, également. Ne renoncez jamais, jamais, jamais. Cela vous prendra des décennies, mais vous gagnerez, car chaque année, les cartes sont rebattues et les statistiques remises à plat. Oui, l’an prochain, l’Espagne peut gagner, tout comme la France, la Suisse ou la Belgique. Même Saint-Marin ou la République Tchèque le pourraient. Nihil obstat.

Tertio, qu’il s’agit de la victoire de l’émotion. L’émotion qu’ont suscité Salvador et sa chanson. L’émotion qu’ont suscité tous les autres participants. L’émotion qu’a suscité le Concours. C’est cela que ne comprendront jamais les contempteurs de l’Eurovision : il s’agit d’un concours d’émotions. Et nous sommes les fans les plus chanceux du monde : grâce à lui, nous ressentons toute la palette des émotions. Bref, nous vivons ! Vous avez été émus, touchés, bouleversés par Salvador ? Vous avez été comblés, ravis, aux anges de sa victoire ? Vous êtes les personnes les plus chanceuses de cette Terre, votre coeur a battu, vous avez vécu. Vous êtes comme nous ? Cette victoire vous a dépités, consternés, fait pleurer ? Vous êtes tout aussi chanceux. Vous avez ressenti des émotions, certes négatives, mais des émotions tout de même. Le pire aurait été de ne rien ressentir…

C’est sur ces bonne paroles que nous nous quittons… provisoirement, rassurez-vous ! S’ouvrent devant nous les vacances et la période de latence. Restez en ligne, nous continuerons à vous informer des dernières nouvelles. Vous retrouverez nos rubriques estivales et nos chroniqueurs habituels. Quant à moi, je vous embrasse et vous remercie mille fois pour votre fidélité, vos commentaires et votre amitié si précieuse ! Vous avez rendu mon Eurovision plus beau ! À très bientôt !

(24 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. superbe compte rendu (comme d habitude). Tu as bien fait de prendre des precautions en insistant sur le fait que c etait le sentiment de ton groupe, meme si il est à rebours de l avis de la majorité. !

    Ce que je retiens surtout c est ce que tu as ecrit sur les emotions que le concours nous procure ! Meme déçus par le resultat, on y reviendra avec délice l année prochaine !!

    de mon canapé tourangeau, on soutenait Francesco mais on a vite eu l intuition que ca ne serait pas la soirée de son sacre. Un goût d inachevé et une prestation moins convaincante..

    L ordre de passage m a aussi (un tout petit peu) gaché la fete. Long tunnel apres Imri et vers la 14 eme place de chansons que je n aime pas des masses !!

    Mais curieusement, malgré la victoire de mon non favori (et les reserves que m a posé son discours), j etais content que le concours revienne au sud .

  2. – Magnifique compte-rendu Pauly ! Mille mercis pour tout. Je ne vais pas faire de long discours d’autant plus que j’ai juré de ne plus dire un mot du candidat portugais, mais je suis d’accord avec toi sur quasiment tout ce que tu as ressenti et moi aussi, j’aurais mieux aimé que sa sœur interprète la chanson…

    – Le jeune bulgare a mérité sa place et aurait pu être largement premier et la Moldavie est le véritable rayon de soleil de cet Eurovision que j’ai trouvé très faible, sans doute le plus faible depuis 2008. J’avais toujours mis la Moldavie dans mon Top 5 et 3e, ça m’a comblé de joie et fait passer la grosse déception de la victoire.

    – Enfin un mot pour la Belgique : vous le savez, je déteste la chanson et je n’ai pas changé d’avis, c’est définitif. Malgré tout, j’ai un compliment à faire à Blanche et là, je suis très sérieux : félicitations à elle car dans les 10 premiers de ce concours, c’est l’unique fille ( si l’on excepte la Roumanie mais c’était un duo ) , car dans le top 10, il y a 8 hommes ! Et franchement, aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais vu ça. Donc Blanche a largement gagné la compétition face à ses collègues féminines et c’est une très belle performance que j’apprécie à sa juste valeur.

    1. Donc, Alma n’a pas à rougir : elle est sur le podium des filles 🙂 !

    • Salvy Jamaladinova on 17 mai 2017 at 12:39
    • Répondre

    Merci Pauly pour cet article, même si je ressens de la tristesse pour toi au vu de ta description de la soirée que tu as passée ! Nous c’est tout l’inverse, on a passé une soirée festive dans un esprit hyper positif et du coup notre ressenti a été diamétralement opposé au vôtre. Les 3 moments de la soirée qui nous ont le plus fait délirer ont été le petit clip hyper sympa de Måns, la paire de fesses venue transcender la prestation de Jamala et la sublime prestation de Verka et de sa mère pendant les votes. Chez nous, ces trois moments ont provoqué l’hystérie. Quant au Portugal, sa prestation nous a beaucoup touchés, pendant le concours puis à nouveau lors de la reprise avec sa soeur, même si pour ma part j’étais déçu du score de l’Italie (mais sa prestation m’avait un peu déçu également) et traumatisé par le 0 au télévote de l’Autriche (dont j’ai pourtant adoré la prestation). Bref, au final quand nous nous sommes quittés (après avoir regardé le programme spécial Eurovision très sympa qui a suivi sur France 2 !), notre conclusion a été : fantastique soirée comme chaque année, l’Eurovision c’est un programme imbattable pour nous faire passer une super soirée !

  3. Salvador, de par son attitude lors de sa victoire, me donne l’impression d’être un bleu. Sous-entendu : il ne semble pas mesurer la portée historique de son exploit. Donc, il ne s’est pas immergé dans l’histoire du concours; il s’est rendu à Kiev en retard, avec une certaine désinvolture. Bref, il a amené sa propre bulle. Mais je suis convaincu qu’il a pris sa mission au sérieux. Il avait l’air si concentré lors de ses prestations. C’est étonnant que malgré son score de tous les records, sa victoire est aussi l’une des plus contestées du concours. A part Conchita face aux demeurés homophobes, les détracteurs de Salvador aboient…Et ils sont nombreux.

    Mais n’empêche, voir le Portugal gagner pour la première fois m’a fait verser quelques larmes. Quand j’y repense, je me surprends moi-même car en 1986, j’avais quinze ans moi aussi (avec Sandra Kim dans ses paroles) et quand mon pays a gagné cette année-là, j’étais aux anges, ravi ; un sentiment de béatitude mais point de larmes. Les yeux secs ! Vous l’avez compris, je dois faire partie des vétérans dans notre groupe.

    Lisbonne sera certainement une destination top. Je pense que les fans n’auront jamais été aussi nombreux, après le Nord et l’Est de l’Europe. J’espère que les Portugais seront à la hauteur de l’évènement ; ils y parviendront sans doute.

    2017 a vu un podium inédit dans les annales de l’Eurovision. Faisons un jeu : imaginons un autre podium inédit. Ca me plairait bien : Tchéquie, Chypre, Monténégro…

  4. Merci pour ce super compte-rendu ! Pour la première fois j’ai vécu l’Eurovision un peu de la même façon, en groupe. Nous étions quatre, trois fans et un non-fan qui découvrait les chansons le soir-même. Et c’est vrai que la cas de Salvador a fait débat : deux adoraient, deux n’ont pas adhéré. Et concernant Francesco, la réaction du non-fan était peut-être symptomatique peut donner un début d’explication au score décevant. Il aimait beaucoup au début de la chanson, jusqu’au moment où le gorille a fait son apparition : là, il n’a pas compris. On a dû lui expliquer que c’était raccord avec le texte de la chanson. A San Remo, le public a pu le comprendre tout de suite. Mais à l’Eurovision, le public non italophone a dû se poser des questions… Par ailleurs, les trois fans ont convenu que la prestation était moins convaincante qu’à San Remo.

  5. Mon cher Pauly,
    Tu m’as fait passé un excellent eurovision 2017 grâce à tes articles.Ton compte rendu est super et je partage 90% de tes sentiments envers les chansons.Tout le monde sait que je suis pas une mordue de la chanson portugaise et de la chanson belge non plus, d’ailleurs. Mais le fait d’aimer ou pas une chanson ne me rend pas meilleur ou pire le concours de l’année.J’ai intégré ces données.Je dois aimer être déçue de temps en temps , ça fait partie de ce que j’appelle le « package » de l’eurovision.J’aime bien m’exalter mais j’aime bien m’indigner aussi.
    Je suis évidemment un peu déçue pour la France, je pense que la délégation française n’a pas encore tous compris concernant l’élaboration d’une mise en scène et la modification d’une chanson( passage anglais inutile) mais en tout cas elle essaie.J’aurais qu’on fasse 10e, Résultat qui me semble plus juste à mes yeux et plus encourageant pour motiver les troupes.
    Je suis très contente pour la Belgique qui fait top 10 sur top 10. Vous vous rapprochez de la victoire. Comme la Bulgarie qui est devenu un concurrent à prendre très au sérieux.
    Je suis très contente pour la Portugal., attendez-vous à une eurovision ou l’ambiance ne va pas être la même qu’à Kiev. ça va être très festif , beaucoup plus coloré et beaucoup beaucoup plus animé. depuis le temps que je rêvais qu’on organise l’eurovision dans un pays du sud.je pensais que ce serait l’Italie et bien non c’est le Portugal; Qui l’aurait cru il y a quelques mois de cela? Personne.

    Je viens de me rendre comte de quelque chose. L’Ukraine a gagné l’année dernière après un an d’absence , et bien cette année c’est pareil pour le Portugal , il gagne aussi après un an d’absence.serait-ce bénéfique? On dit jamais 2 sans 3 .Si ce dicton se concrétise et bien nous devrions voir la victoire de la Russie. J’en ai pas vraiment envie , je préférerais la France ou l’Espagne .La France pourquoi pas?ça travaille mais l’Espagne aurait quant à elle besoin d’un miracle.je suis tellement déçue pour ce pays que j’adore. Reviens Pastora ou Ruth !!! Ou alors , j’aimerais voir la victoire d’un pays qu’o n’attend pas.

    Merci Pauly encore une fois , pour tout le travail que tu as réalisé dans le but de nous faire partager une même passion.
    J’imagine le temps que tu y passes pour juste en avoir écrit quelques-uns. Chapeau bas!

    1. Petite info: je suis allée lire les commentaires des eurofans espagnols.Attendez-vous à une marée d’eurofans espagnols à Lisbonne.Ils sont aux anges d’avoir l’eurovision aussi près.et il y a personne encore qui connaît les dates du prochain eurovision mais ils pensent que ce sera le samedi 12 mai la finale vu que le samedi d’après c’est la finale de la Champions league et comme vous le savez tous le football c’est sacré Portugal.Donc il est préférable que le concours soit organisé au Meo arena car je ne sais si 20000 places seront suffisants pour accueillir tout le monde car évidemment les portugais vont se ruer pour y assister.

      1. Par curiosité, j’ai jeté un coup d’œil sur un fameux site de réservation hôtelière. Le lendemain de l’annonce de Lisbonne comme site probable, beaucoup d’hôtels sont déjà complets ou en forte réservation autour du 12 mai ! RTP devrait prendre les devants et établir un quota de chambres à l’intention des délégations et de l’équipe de l’UER parce que je pense que les fans n’auront jamais été aussi enthousiastes et nombreux !

  6. Pauly W., je t’adore ! C’est toujours un plaisir de lire tes articles. Tu es un passionné du Concours, et tu nous le fais vivre au travers de tes écrits.
    Grosse bise à toute l’équipe, et merci encore de nous offrir un si chouette petit coin d’Eurovision dans la blogosphère francophone. *Smack*

  7. On aurait aimé etre avec vous tous dans le salon.Merci denous avoir fait partagé cette soirée

    • Alexandre on 17 mai 2017 at 15:54
    • Répondre

    Merci pour ce compte-rendu intéressant ainsi que pour ces sons de cloche différents.
    J’ai pu voir la finale dans un bar à Tallinn avec des Erasmus. Autant dire que c’était une très bonne ambiance.

    Evidemment Pauly, je pense différemment de certaines prestations. J’ai beaucoup aimé la Biélorussie. Ils avaient l’air tellement heureux d’être là, de vraies crèmes humaines ces deux là.
    Pour la Roumanie, je ne suis pas si choqué par ce classement mais le truc que j’ai le plus détesté, c’est ce fond même indigne du Junior.
    Mais après, il est vrai que l’organisation fait un peu pâle figure par rapport à Stockholm. Les présentateurs ne sont pas mauvais mais un peu fades. Mais au moins, ils me paraissent moins antipathiques que les Danois de 2014. Entractes pas géniales non plus.

    Pour la victoire du Portugal, je la comprends même si je l’imaginais « seulement » dans le top 5 avant que les résultats du jury n’apparaissent. C’est une chanson qui a fait figure d’OVNI en finale, qui représente bien le Portugal que les étrangers veulent voir. Et surtout, on ne peut pas nier que Salvador était habité par sa chanson ce qui est d’une importance capitale pour gagner, il n’aurait pas gagné sans ses mimiques qui correspondaient parfaitement à la chanson.
    Ses gestes ont été le marqueur de l’identité du gagnant de la soirée, après le cri créateur d’arbre, les bonhommes merveilleux et la barbe. Sans oublier que la chanson avait une introduction solide (ultra important !) et une dose de magie parfaite pour un gagnant (car il y a toujours eut une part de mystère dans les prestations gagnantes).
    Après, c’est vrai que le Salvador ne m’est pas des plus sympathiques même si nous avons connu bien pire.

    Eurovision qui reste quand même bizarre, surtout au niveau des votes, je pense que beaucoup d’eurofans français n’ont rien compris à la 19ème place d’Alma au jury.
    Sinon, encore bravo à Blanche qui fait taire les haters comme Laura.

    Enfin, je suis d’accord avec ton bilan, la persévérance est une vertu à l’Eurovision. Il faut continuer à envoyer des chansons qui valent le coup portées par des chanteurs qui ont foi en leur candidature. L’important est de plaire à l’Europe et si cela ne marche pas une année, l’espoir est toujours de mise l’an prochain.
    Je regarde l’Eurovision, c’est un peu comme pour toi. Pour ressentir des émotions: le stress, la tendresse, le dégoût, l’amusement, la joie, la bonne humeur, l’incompréhension. Ce concours est un spectacle avec un grand S, car avec une âme. Et je souhaite un bon rétablissement aux Eurofans qui l’ont compris concernant la fameuse dépression post-Eurovision.

    Bonne soirée tout le monde !

  8. Merci Pauly pour ce récap qui correspond tout à fait à çe que j’ai ressenti samedi soir. Kristian était mon favori mais si Blanche ou Francesco avait gagné, j’aurais été heureux aussi. Par contre la victoire Portugaise, je l’ai très mal vécue… Comme je l’ai souvent dit ici, je n’aimais ni la chanson ni le mec mais son discours à la remise du trophée est ce qui m’a le plus choqué. Je ne reviendrais pas dessus mais c’est à mon avis innaceptable dans ce concours…(sinon il ne fallait pas venir dans ce show !). Vive l’Eurovision avec son Yodel, ses coiffures, ses robes, ses disco « Queen », ses feux d’artifices et ses musiques de tous genres. Et oui, mon cher Salvador, ta musique n’est pas la seule à être « vrai » !!! Je veux que l’Euro reste comme il est, avec le bon et le moins bon… Ma seule réjouissance est que nous serons dans un pays latin l’année prochaine et qu’il n’y aura aucun conflits politiques (enfin normalement !).
    EUROVISION, ne change rien, on t’aime comme tu es !!!

  9. Merci pauly pour tes commentaires, j’ai suivi le concours comme pas mal de monde et mes pronostics n’ont pas été les bons. Félicitation pour Blanche qui suit les traces pour rester dans le top 5, mais il lui manquait un tout petit rien pour être classée plus haut. De mémoire, ce concours me laisse le même goût amer que la victoire d’Israel en 1978 ou je croyais que la Belgique serait large vainqueur et je ne concevait même pas la victoire finale de ce concours. C’est la même chose cette année ou le vainqueur me laisse complètement indifférent et est en plus en train de cracher dans la soupe.
    Attendons nous à du kitch parce que si vous n’avez jamais vu les sélections portugaises, c’est quelque chose. D’ici qu’ils disent qu’ils ne veulent pas organiser le concours pour raison financières, il n’y a qu’un pas.
    Je pense plus que comme beaucoup d’artistes qui se sont révélés piégés par le concours et qui ne font pas carrière après je pense que le Portugal aurait du gagner en 2008 avec Vania Fernandes et Senhora du mar. Mais on ne refait pas le passé. Elle n’a pas connu la gloire et lui si. Elle était touchante et lui désinvolte au possible.
    Mais c’est le vainqueur, tu m’as touché Pauly avec tes commentaires qui m’ont fait sourire et rire alors que j’étais sur mon lit d’hôpital.
    Ne perds rien de ton humour et garde ta foi dans le concours. Pour ma part, je le suis chaque année depuis 1968 et je suis même allé à Luxembourg en 1984 pour le voir de près.

  10. Merci pour cet article, mais il n’y aura pas de compte-rendu du même style que 2015 et 2016 avec « de 26 à 21 » « le top 10 » « les éliminés de la première demi finale » et etc?

    Je suis un peu déçu si la réponse est non. 🙁

  11. Ma soirée a été beaucoup moins cool. J’ai réuni toutes ma famille devant la télévision pour regarder l’Eurovison comme lors de mon enfance. Après un début assez rapide et sans grand panache comme en Suède, mes parents sont vides partis me laissant seul avec mon frère devant des chansons qu’ils ont trouvé « bof bof » et un chanteur portugais ‘qui ressemble à un SDF bourré » et en déplorant que Marisa ne represente pas le Portugal. J’ai réussi à retenir mon frère pendant les chansons en compétition mais devant le vide abissal de l’entre-acte il a décidé d’aller regarder un épisode d’un animé. Je suis donc resté seul. Heureusement je discutais avec quelqu’un de adorable par SMS et sur Twitter. L’apparition (ukrainien) du cul m’a réveillé. Commença alors le stresse total jusqu’au bout de la soirée puis la joie total avec les larmes de joie et de victoire.

    De manière général, j’ai trouvé le show ukrainien très ennuie sur les 3 soirées. Pas de surprise, pas de jolie, juste du classique.

  12. Merci mon ami. Avec ce compte-rendu, on a vécu une deuxième fois l’Eurovision. Eh bien, comme tu n’as pas apprécié les deux dernières victoires en date, tout ce que je te souhaite pour l’an prochain, c’est de ne surtout pas vivre un « jamais deux sans trois » ! 🙂

    • alexandre on 17 mai 2017 at 22:56
    • Répondre

    Superbe article, tout a été dit ou presque. J’ai bien aimé certains commentaires, apres chaque prestation. Moi aussi, je n’aimais pas le Portugal. Je ne croyais pas à sa victoire. Je me demande encore comment est ce possible, avec autant d’unanimité. Cela fera partie des mystères de cet eurovision 2017. Dégouté de voir ce chanteur , qui finalement parait arrogant, peu fair play quand on entend son discours. Je pense qu’il est venu montrer tout le contraire de ce que font les autres participants. Le seul point positif pour moi, c’est qu’il chante dans sa langue nationale, mais moi aussi ne ressent rien en ecoutant cette chanson. Esperons que l’eurovision 2018 soit meilleure que ce cru 2017. Heureux d’ecouter en boucle les chansons des perdants selectionnés ou pas lors des selections nationales. C’est pour cela que j’aime l’eurovision, le gagnant n’est finalement pas le plus important meme si c’est rageant quand on apprecie pas.

  13. On aime on aime pas mais les votes sont les seuls le résultats comptent. Bravo à la Belgique, j’étais sous le charme

  14. Tient toujours pas d’annonce de la date de la finale ?
    A mon avis c’est déjà mal baré en mai avec les fêtes catholiques.

    Mardi 1 férié
    Jeudi 10 Ascencion

    Le 15, 17, 19 c’est libre mais le Dimanche 20 Lun 21 pentecôte

    Va falloir vivre dans le péché mortel.

  15. Très bonne article comme à chaque fois Pauly ! Petit constat que je me fais mais c’est marrant, je remarque que tout ce qui n’aime pas vraiment la chanson portugaise cette année n’ont pas aimé la victoire de Jamala l’année dernière ! Comme si c’etait la meme chose ^^ Je dois être l’une des seules à avoir été très contente de la victoire de Jamala (c’etait ma favorite depuis le début) et etre moins enthousiaste de la victoire du Portugal (j’ai adhéré mais pas au point de lui attribuer la victoire) cette année ?

    1. J’ai adoré Jamala l’an dernier mais cette année Salvador ma laissé de glace… Comme quoi !!!

  16. Mercy Pauly! ^^
    Ca a été un grand plaisir de me sentir faire partie, pendant quelques mots écrits, des culs assis dans ton canapé!
    C’est comme avoir partagé ces soirées avec toi et tes amis!
    J’ai beaucoup aimé ton style très concis, incisif et télégraphé… Ca m’a fait très rire!
    Je croise les doigts pour que l’an prochain tu aies droit à une victoire que tu apprécieras…

  17. Je comprends qu’on puisse être choqué par les propos de Salvador même le candidat suédois s’est senti blessé par ce genre de propos. Cependant, il me semble que dans une autre interview ce qu’il entendait par la musique fast-food c’est celle qui est créée dans le seul but de vendre, il ne critiquait donc pas un style de musique précis, il est d’ailleurs un fan de Kanye West et apprécie beaucoup la chanson de Francesco, la chanson de Blanche et celle de Norma. Le plus important pour lui c’est qu’on chante avec tout son cœur peu importe le style.

    Quant à Francesco, sa 6ème place peut s’expliquer par plein de raisons. La chanson a du souffrir de ses coupures non négligeables dans le but de tenir les 3 minutes règlementaires, le chanteur paraissait légèrement fatigué (peut-être du à la pression d’être le grand favori), la prestation qui était inévitablement moins orchestrale qu’à San Remo, le gorille qui n’a pas du plaire à tout le monde… Mais bon au final l’Italie s’est tout de même bien classée, il y avait pire comme sort pour un grand favori.

    Cela relance tout de même le débat sur la pertinence ou non de faire des compromis comme enlever des paroles, remixer la chanson, mettre des paroles en anglais pour gagner le concours. Le Portugais, lui, n’en a fait aucun et a gagné. Mais il ne faut pas oublier que le fait de chanter en anglais plutôt que dans la langue nationale est un gros compromis en soi qui a quand même permis à bon nombre de pays de gagner le concours. Cela a permis à la France d’être dans le top 10 du télévote bien qu’on ne saura jamais si la version originale de Requiem aurait été mieux classée.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :