Nous passons aujourd’hui aux répétitions de la deuxième demi-finale. Voici l’horaire de ce mardi 1er mai 2018 :

  • 11h -11h30 : Norvège
  • 11h40 -12h10 : Roumanie
  • 12h20 -12h50 : Serbie
  • 13h -13h30 : Saint-Marin
  • Déjeuner
  • 14h40 -15h10 : Danemark
  • 15h20 -15h50 : Russie
  • 16h -16h30 : Moldavie
  • Pause
  • 17h -17h30 : Pays-Bas
  • 17h40 -18h10 : Australie

À nouveau, cet article sera mis à jour, au fil des publications. Vous y retrouverez les photos et les vidéos des répétitions, ainsi que mes commentaires personnels (qui n’engagent que moi). Nous vous souhaitons  déjà une excellente journée. Profitez-en bien et surtout, faites-nous part de vos impressions et de vos commentaires !

NORVÈGE

Voilà à nouveau un excellent morceau d’ouverture. C’est joyeux, pétillant, léger, cela mettra les téléspectateurs d’humeur festive. La scénographie est reprise du Melodi Grand Prix. C’est rodé, c’est irrésistible. Pour nous, Eurofans, c’est sans surprise. Les lambdas, eux, seront cueillis sur leur canapé. Vocalement, de l’extrait, l’on devine qu’Alexander sera égal à lui-même dans l’excellence. L’atout majeur de cette proposition norvégienne demeure le chanteur lui-même, son sourire, son magnétisme, son violon. La qualification me semble une évidence. L’intérêt résidera dans le résultat en final : jusqu’où ira-t-il ? Car THYWAS est gentillet, ludique, mais la concurrence propose plus profond, plus émouvant, plus construit et plus audacieux. À titre personnel, je dirais entre la dixième et la quinzième place. À voir…

ROUMANIE

Décidément, ils savent y faire en matière de scénographie, nos amis roumains. Ces mannequins retiendront l’attention des téléspectateurs à coup sûr. Les costumes et les masques portés sur l’arrière du crâne frôlent le kitsch quand même. Le résultat final franchira-t-il la ligne de démarcation ? La chanson en elle-même n’aide pas. Côté voix, Cristina est impériale, comme à son habitude. Par ailleurs, nous avons affaire à un gros aspirateur à votes. Je ne sais qu’en penser. Ni une qualification, ni une élimination ne me surprendrait. Je me suis déjà exprimé sur le sujet (et vous aussi) : Goodbye mériterait, intrinsèquement, de rester en demi-finale. Mais le produit global s’avère convaincant, très télégénique. Bref, cette deuxième demi-finale ne sera pas non plus avare en suspense…

SERBIE

Ouh là ! La délégation serbe enfile les cliché eurovisionesques comme les perles. Batteur s’escrimant sur des bidons, vieux choriste (Sanja en personne) sur un podium, trio de nymphes balkaniques, tout y est ! Cela n’aide en rien Nd à se sublimer. Même Marija Serifovic ne parviendrait pas à se qualifier avec cette production indigente. C’est d’autant plus regrettable que Balkanika est composé d’excellents interprètes. Ses quatre membres le prouvent dans l’extrait : ils chantent parfaitement bien. Hélas, ils chantent parfaitement bien une soupe à l’oignon sans croûtons. Bref, je doute fortement que la Serbie se qualifie cette année. Espérons qu’ils se rattrapent l’an prochain…

SAINT-MARIN

D’une soupe à l’autre… WWA n’a rien à envier à Nd en la matière. Cette chanson repose sur une mauvaise idée de départ. L’ajout de Jenifer et la bonne volonté de Jessika n’y changent rien. Le résultat est médiocre sur le plan musical. Sur le plan vocal, l’extrait nous le montre : nos deux compères sont sans reproche. Mises au service d’une autre chanson, comme Fuego ou Toy, elles se seraient qualifiées avec le sourire. Ici, c’est peine perdue. Quant à la mise en scène, elle prête plutôt aux petits rires sarcastiques. Il faudrait bien plus que trois robots à Saint-Marin pour se qualifier cette année. J’enfonce le clou : l’an prochain, qu’ils reviennent avec une édition honnête du 1 In 360. Ou qu’ils engagent directement Sara de Blue. Ils feront des économies sur la production et pourront se payer une bonne chanson.

DANEMARK

Sans surprise, Rasmussen reprend sa mise en scène du Dansk Melodi Grand Prix. À la revoir ainsi, je m’aperçois que celle-ci enfile autant les clichés que la serbe. Mais étant au service d’une meilleure chanson, elle heurte moins les sens. Paradoxe eurovisionesque… L’extrait laisse entendre une très bonne prestation vocale de Rasmussen. Le personnage et la scénographie épousent parfaitement le morceau. Voilà un concept abouti qui plaira et se qualifiera sans trop de suspense. À mes yeux, HG n’est pas la chanson de l’année. Elle possède néanmoins un attrait universel compréhensible. Bref, les amateurs de Vikings virils seront à la fête.

RUSSIE

Cette deuxième demi-finale est décidément le royaume du kitsch eurovisionesque. Les détracteurs du Concours vont se régaler et les bêtisiers du lendemain y trouveront du grain à moudre. Elle était annoncée, la voilà : la montagne. Une première en soixante-trois éditions. Ne cherchez là aucun motif de réjouissance. Cet accessoire distrait de l’essentiel : IWB est un morceau manquant cruellement d’inspiration et d’intérêt. La scénographie demeure basique. Côté vocal, de l’extrait, c’est acceptable. J’imagine que Julia et ses choristes seront au point, le moment venu. En ce qui me concerne, je trouve cet ensemble risible et indigent. Littéralement, la montagne qui accouche d’une souris. Encore une fois, s’il y a bien une année où je vois la Russie se faire éliminer en demi-finale, c’est celle-ci.

MOLDAVIE

Des portes, des fenêtres, des doubles, de l’humour et un drapeau moldave subliminal. Les DoReDos créent une atmosphère drôle et joyeuse qui fera mouche, le soir venu. Nous le savions : le trio est très professionnel, très entraîné, dévoué à sa mission. Il le prouve ici encore. Les quarante-cinq secondes disponibles restent dans le prolongement de leurs excellentes prestations vocales antérieures. J’en suis convaincu depuis le début : la Moldavie se qualifiera. J’étais sceptique quant à leur possibilité de se hisser en haut du classement final. Au vu de cette mise en scène, je révise mon jugement : ils iront loin. Et je suis, quant à moi, soudainement très impatient de découvrir le numéro dans son entièreté. Magie de l’Eurovision…

PAYS-BAS

Alors, comme ça, le léopard, c’est rock ? Je l’aurais plutôt vu avec un veste en cuir, notre ami Waylon. N’est-ce qu’un détail ? À voir à l’écran. L’extrait nous montre en tout cas un chanteur au sommet de son art. C’est vocalement parfait. L’ambiance, le podium, les lumières nous replongent dans un concert rock. OIE est une très bonne chanson, qui plaira. Le tout est dynamique, enlevé et détonne agréablement dans cette demi-finale, jusqu’ici stéréotypée. À titre personnel, je n’aurais pas transformé les musiciens en danseurs de breakdance. Cela casse le concept. À juger sur écran. Pour l’heure, je qualifierais les Pays-Bas sans hésitation.

AUSTRALIE

Ouille ! Ça, c’est de la fausse note. Jessica renoue avec ses vieux démons, de ce que l’on peut en juger avec cet extrait. Elle gesticule, tournoie, force sa voix, tout cela au détriment de la justesse. À Amsterdam, elle avait trouvé l’équilibre. Elle le perd ici. Pas terrible comme première impression, mais soyons raisonnables : il ne s’agit que d’une première répétition. L’important est qu’à l’instant T, elle brille. Côté mise en scène, c’est simple. Espérons que cela rende bien à l’écran et que Jessica transmette son énergie aux téléspectateurs. WGL aurait mérité quelques effets visuels supplémentaires pour s’élever, je trouve. Cogito eurovisionesque… En l’état, il m’est encore difficile de trancher. Je penche légèrement pour la qualification. À confirmer.

CONCLUSION

Les premières répétitions de cette deuxième demi-finale me laissent une impression étrange. Autant celles de la première m’avaient enthousiasmé, autant celles-ci m’ont curieusement refroidi. À y réfléchir, je trouve que les propositions de la première demi-finale sont à la fois plus censées et mieux pensées. Ici, j’ai comme une impression de clichés eurovisionesques accumulés les uns sur les autres sans logique. Espérons que les moins bonnes propositions artistiques et télévisuelles soient éliminées et qu’au terme du 10 mai, les plus intéressantes et les plus crédibles atteignent la finale…

En l’état, je qualifierais d’emblée et sans réfléchir la Norvège, le Danemark, la Moldavie et les Pays-Bas. J’éliminerais semblablement la Serbie, Saint-Marin et la Russie. Restent la Roumanie et l’Australie. Si Jessica chante sans fausse note, je la verrais plutôt se qualifier. Quant aux Humans, je suis plongé dans la perplexité. L’emballage est intéressant, mais le morceau en lui-même est creux.

Bref, rendez-vous demain pour la suite et la fin des répétitions de cette deuxième demi-finale. Profitez bien de votre soirée et si vous êtes Français, bon courage ! Car c’est vous qui devrez faire le tri en âme et conscience de tout ce pataquès !

SONDAGE

À votre tour de vous exprimer !

[poll id=”949″]