En ce nouveau dimanche de confinement, replongeons dans les archives du Concours et revivons certaines prestations françaises des plus mémorables ! Car il est arrivé, de temps à autre, que la France choisisse juste et nous offre des moments impérissables.

Aujourd’hui, embarquons dans la machine à remonter le temps de l’EAQ et repartons en 2011 pour y retrouver Amaury Vassili !

AVANT L’EUROVISION

Né en 1989 à Rouen, Amaury remporte son premier concours de chant à quatorze ans. Il écume les compétitions et effectue ses premiers passages à la télévision, avant de sorti son premier single, en 2006.

Il sort ensuite deux albums, en 2009 et 2010, qui rencontrent le succès.

LA SÉLECTION

En février 2011, France 3 annonce qu’il la représentera à l’Eurovision, avec une chanson en corse, Sognu. Celle-ci a été écrite et composée par son équipe habituelle : Daniel Moyne, Quentin Bachelet (fils de Pierre Bachelet) et Jean-Pierre Marcellesi.

Amaury présente son morceau, le 7 mars suivant, durant un numéro du Chabada de Daniela Lumbroso.

LA PRESTATION

En mai, à Düsseldorf, Amaury se prête au jeu des promotions.

Bien entendu, il répète assidûment sa prestation. Celle-ci convainc les parieurs et les observateurs, la France caracole en tête des pronostics.

Le 14 mai, arrive le grand soir de la finale. Amaury passe en onzième position. Hélas, sa prestation déçoit les attentes placées en elle.

La Belgique et la Grèce attribuent leur “douze points” à Amaury. Insuffisant : la France termine quinzième avec 82 points. Sognu ne rencontre qu’un succès commercial modéré en Francophonie.

De son côté, le chanteur aura des mots assez durs quant à sa participation à l’Eurovision et sa prestation, ainsi qu’envers les autres concurrents et le jury français. Néanmoins, il conservera un bon souvenir de son aventure.

PAR LA SUITE

Amaury sort un autre album studio en 2012, puis deux de reprises, en 2014 et 2015. Il revient en 2018 avec un nouvel album original.

Par ailleurs, il se produit sans cesse sur scène et y interprète régulièrement Sognu.

C’est le souvenir qui me restera de cette participation française 2011 : un excellent chanteur qui aura flanché au moment fatidique. Sa chanson était pourtant si belle et me plaisait tellement… Et j’ai tellement cru à cette victoire… Mais enfin, impossible de réécrire l’histoire. Je conserverai le souvenir de ma première écoute de Sognu et des sentiments incroyables que j’ai ressenti alors. C’est là le plus important !

(avec la collaboration de Pauly)