En collaboration avec notre ami Michaël de Parlons Eurovision, nous poursuivons nos sessions du Conseil du Classe vintage. Nous discutons tout l’été de chansons et de prestations mythiques de l’histoire du Concours. Vous retrouvez ainsi chaque vendredi soir, nos quatre rédacteurs Audrey, André, Rémi et Pauly et découvrez leurs avis, leurs sentiments, leurs souvenirs d’inoubliables instants eurovisionesques. Aujourd’hui, nous nous intéressons à trois minutes à tort oubliées, celles de Séverine Ferrer à Athènes, en 2006, pour la Principauté de Monaco.

Souvenez-vous : en 2004, après vingt-cinq ans d’absence, Monaco revient au Concours et participe ainsi à la toute première demi-finale de l’histoire de l’Eurovision. Ce retour coïncide avec le cinquantième anniversaire de la création de TMC. Hélas, la compétition est rude : Maryon termine dix-neuvième et est éliminée.

2005 se révèle moins favorable encore, puisque Lise Darly termine vingt-quatrième. Nouvelle élimination pour Monaco.

En 2006, la délégation monégasque retient une chanson intitulée La Coco-Dance, co-écrite par J. Woodfeel et Iren Bo. Après avoir sondé plusieurs artistes, elle opte au final pour la présentatrice et comédienne française, Séverine Ferrer, qui a sorti son premier album deux ans auparavant.

À Athènes, Séverine, accompagnée de cinq danseurs, exécute une chorégraphie de Bruno Vandelli et transpose l’ambiance de Tahiti sur la scène du Concours. Elle inaugure le tahitien, mais avec peu d’effets. Elle termine vingt-et-unième, malgré les “huit points” de la France, et est éliminée elle-aussi.

Suite à ces trois éliminations consécutives, Monaco se retire de la compétition et n’y est plus revenu depuis.

Concluez à présent votre parcours avec notre conseil de classe :

Rendez-vous la semaine prochaine avec notre ami André, de retour de vacances ! Passez un bon weekend !