Pour sa sixième participation, la Géorgie a choisi chanson et interprètes en interne. Comme l’année dernière, à l’exception près qu’il s’agit cette fois d’une production nationale et non suédoise. La chanson qui défendra le pays Caucase s’intitule Three Minutes To Earth (Trois minutes jusqu’à la terre). Trois minutes de pur bonheur… ou de réel cauchemar, c’est selon.

 

[pullquote align=”left|center|right” textalign=”left|center|right” width=”30%”]Le groupe[/pullquote]

The Shin... avec Mariko

C’est un groupe de jazz géorgien, fondé en Allemagne – The Shin – qui s’associe à une voix géorgienne : celle de Mariko Ebralidze, pour tenter de décrocher le trophée à Copenhague.

The Shin est formé de  Zaza Miminoshvili, qui joue de la guitare et du Panduri (instrument géorgien à trois cordes) ; Zurab J. Gagnidze (bassiste et chant) et Mamuka Gaganidze (chant et percussion).

Mariko est née à Tbilisi en 1984. En 2000, elle sort diplômée d’une école de musique dans la section piano. En 2008, elle obtient son diplôme de chant, ce qui lui permet d’enseigner à l’Institut Pédagogique des Arts de la Musique.

Depuis, elle a parcouru la Géorgie, l’Azerbaïdjan et l’Allemagne en participant à divers festivals.

Galerie photos de la Géorgie : cliquez pour agrandir

[pullquote align=”left|center|right” textalign=”left|center|right” width=”30%”]La chanson[/pullquote]

The Shin aime combiner les mélodies folks géorgiennes avec le jazz. Et ça nous donne justement Three Minutes On Earth, la chanson de l’Eurovision. Elle raconte les trois dernières minutes d’un long retour vers la Terre.

La mélodie démarre par un bref hey-hey-heya qui n’est pas sans rappeler les indiens Sacred Spirit et leur Yeha Noha.

On pressent alors que le meilleur va venir, que le groupe et la chanteuse vont nous emmener dans leur monde, pour trois minutes d’intense émotion.

Mais immédiatement, on est déçu. Car si effectivement ils nous emmènent dans leur monde, on a très vite envie de s’y échapper. L’introduction musicale, avec les vibes et autre yodle du chanteur, est beaucoup trop longue : presque une minute. On attend alors Mariko. Elle arrive, avec une très jolie voix, mais la magie ne prend pas.

Nous avons là un maelstrom indigeste de plusieurs styles musicaux qui s’entrechoquent et qui au final nous donne une chanson plus que brouillonne. Il y a selon moi trop de mélange des genres dans ce titre.

Maintenant, c’est le point de vue d’une personne qui n’est pas sensible à cette musique. Là où je vois du grand n’importe quoi, d’autres peuvent y voir une mélodie d’un réel intérêt. Je les laisse défendre cette chanson s’ils souhaitent le faire dans les commentaires liés à cet article.

 

N’oubliez pas les paroles

Home, home, through the star trail of a lonely star,
home to the Earth where we belong, belong to …
Dazzling light of mankind’s emotion:
Show us the stairway to come back to Earth – sky diver’s space jump!
Lead those three minutes longin’ for love,
Peace and light everywhere …
Pick up all the rainbow buds from the sky, 
All the tries, all the whys, 
Three minutes to Earth for you and for me.
Show us the stairway to come back to Earth – sky diver’s space jump!
Lead those three minutes longin’ for love,
Peace and light everywhere … 
Show us the stairway to come back to Earth – sky diver’s space jump!
Dress up the stairway to Earth with no sigh -rock the boat of ragged despair!
Pick up all the rainbow buds from the sky,
hear the chime – now’s the time:
Three minutes time to Earth for you and me
take our breath away as we fly …
Anytime. Anywhere. We are going…

 

[pullquote align=”left|center|right” textalign=”left|center|right” width=”30%”]La tendance musicale en Géorgie[/pullquote]

Il n’existe pas réellement de charts musicaux en Géorgie (en tout cas je n’en ai pas trouvé). Mais la tendance en ce moment dans ce pays est de soutenir l’Ukraine dans ses épreuves. Une pléiade de vedettes de la chanson géorgienne se sont unis pour la cause en offrant à leurs amis un clip vidéo de soutien. On retrouve dans ce clip baptisé We Are Ukrainians quelques “eurovisionnés” comme par exemple Nodiko Tatishvili.