Et si la France faaisait danser Turin ? Et si nous apportions une touche de soleil à l’Eurovision 2022 ? Et si Clara Luciani nous représentait l’année prochaine ? Sakis en avait déjà parlé il y a un ou deux ans ce me semble, mais je me permets de revenir à la charge, car je crois très sérieusement en son talent. Nul doute qu’elle serait capable d’zffrir enfin à la France la Sainte-Victoire qui nous échappe depuis plus de quarante ans!

Après la deuxième place si méritée de Barbara Pravi, les Eurofans observent la France d’un oeil inquisiteur. Que va-t-on envoyer, maintenant ? Comment faire mieux que Voilà ? Est-ce seulement possible ? De mon côté, je pense que oui. Une personne peut faire encore mieux que Miss Pravi.

Son nom ? Clara Luciani.

Je l’ai découverte alors que l’année 2017 touchait à sa fin, dans une émission de France Inter (Nota Bene: pour trouver des artistes intéressants à l’univers détonnant, il faut toujours garder une oreille branchée sur France Inter). J’avais été immédiatement saisie par cette voix de velours, tout en profondeur, en gravité, mais aussi en douceur et en fragilité. Cet alliage des émotions était si beau, que je m’étais jurée de suivre le parcours de cette musicienne si intrigante…

L’histoire donnera raison à mon intuition, puisqu’à l’heure où j’écris ces lignes, il faudrait littéralement vivre dans une grotte souterraine pour ne pas savoir qui est Clara Luciani!

Si l’opinion populaire est de ne surtout pas envoyer à l’Eurovision un ou une artiste dont la carrière commence à décoller, je pense cependant que Clara Luciani ferait aisément taire les mauvaises langues, et mettrait tout le monde d’accord, avec classe bien sûr!

Qui est-elle?

Née à Martigues, Clara Luciani entre à petits pas dans le monde de la musique lorsqu’elle rencontre le groupe La Femme. En 2013, sur leur premier album Psycho Tropical Berlin, elle pose sa voix sur deux titres. En 2014, elle forme le duo Hologram avec Maxime Sokolinski. Elle participe également au projet Bristol de Marc Collin, qui consiste à reprendre des classiques du trip-hop (Massive Attack, Hooverphonic, Portishead, etc.), et y chante notamment aux côtés de Jim Bauer, Dawn, Martin Rahin et Prudence Fontaine. Sa reprise de Widows by the Radio, d’ailleurs, est peut-être l’un des plus beaux morceaux de l’album, et je ne saurais que trop vous recommander d’aller y jeter une oreille attentive.

En 2017, Clara Luciani participe au spectacle Les Gens dans l’enveloppe d’Alex Beaupain, en remplacement de Camélia Jordana. (Nota bene de nouveau: rappelez-moi d’écrire un article au sujet d’Alex Beaupain… J’aurais tant à dire à son sujet !). En 2017 toujours, on verra aussi Clara Luciani aux côtés de Raphaël ou encore Benjamin Biolay sur leurs tournées.

Année décidément prolifique, 2017 marque également la sortie de son tout premier EP, Monstre d’amour. Cet EP sera suivi, en 2018, d’un premier album baptisé Sainte-Victoire, porté par le single La Grenade, et qui connaîtra par la suite deux rééditions. Sur cet album, à mi-chemin entre pop et rock, on retrouve de vraies pépites, dont Mon ombre, La Dernière Fois, On ne meurt pas d’amour, et le très addictif Nue.

En 2019, c’est l’année de la véritable consécration. Clara Luciani reçoit la tant convoitée Victoire de la Musique dans la catégorie Révélation Scène. Ce prix sera suivi, en 2020, par celui, non moins prestigieux, d’Artiste Féminine de l’année.

Le 11 juin 2021, Clara Luciani dévoile Coeur, son second album, très réussi, empreint de funk, de disco, de pop et d’ondes positives. On y retrouve des chansons brillantes et remarquablement écrites, comme Coeur, Le Chanteur, J’sais pas plaire, Au Revoir, ou encore Respire encore, qui pourrait facilement recevoir le prix de la Chanson la plus Entêtante de l’année si cette catégorie existait dans n’importe quelle cérémonie de récompenses musicales !

Pour anecdote, et pour les Eurofans qui s’en rappellent encore, Clara Luciani est la soeur d’Ehla, qui avait participé à Destination Eurovision en 2018, avec le morceau J’ai Cru.

Enfin, il est à noter qu’outre ses propres morceaux, Clara Luciani s’est illustrée par un grand nombre de reprises et duos. Pour Deezer, elle a repris Sous le soleil exactement de Serge Gainsbourg (Compilation Souvenirs d’été), Sensualité d’Axelle Red (Souvenirs d’enfance) et La Fille du Père Noël (Compilation Le Grand Noël), dans des versions pop, solaires et malicieuses, qui sont un pur délice à écouter.

Sans oublier sa reprise en version française de The Bay (originellement interprétée par le groupe britannique Metronomy), auquel le groupe, conquis, répondra en reprenant à leur tour La Grenade. Clara Luciani a également collaboré avec des artistes tous plus prestigieux les uns que les autres, tantôt écrivant pour Julien Clerc sur le plus récent album de ce dernier, et tantôt chantant avec le leader de Franz Ferdinand, Alex Kapranos (Summer Wine, originellement interprétée par Nancy Sinatra et Lee Hazelwood), Pierre Lapointe (Qu’est-ce qu’on y peut ?), Alex Beaupain (Sitôt), Nekfeu (Avant tu riais), ou encore Julien Doré (L’île aux lendemains, Sad & Slow).

Clara Luciani est donc une artiste qui sait s’entourer, et qui brille par sa plume, sa sensibilité à fleur de peau et son style rétro. Sur la scène française, elle brille comme une étoile, et sa lumière n’est définitivement pas prête de s’éteindre. Pourquoi ne pas la faire rayonner, alors, dans toute l’Europe?

Quel est son univers?

L’univers de Clara Luciani est hybride, et en constante évolution.

À ses débuts, sur son premier EP Monstre d’amour, elle se dirigeait vers un rock ténébreux et mélancolique, avant d’entamer un virage plus pop sur Sainte-Victoire… Avant un magnifique plongeon la tête la première dans le funk et le disco sur Coeur. Mais attention: pas le funk/disco kitsch de Serhat sur I didn’t know et Say na na na. Pensez plutôt à Let’s Count the Smiles, si vous voulez avoir un référentiel Eurovisionnesque.

Clara Luciani réussit le pari de réactualiser le genre, tout en conservant et en assumant un côté vintage. Dans ses influences, d’ailleurs, Clara Luciani ne cache pas être fortement inspirée des années 60 et 70, citant entre autres le Velvet Underground et la chanteuse à la voix grave et suave Nico, les Beatles, Nick Cave, le film Les Demoiselles de Rochefort et sa merveilleuse bande-originale signée Michel Legrand, ou encore Lana del Rey dans le prisme des références plus actuelles. Des artistes qui ont tous en commun d’avoir su proposer un répertoire intemporel, aux mélodies soignées, riches, complexes et qualitatives.

Pour les mélodies et les arrangements justement, Clara Luciani peut compter sur le magicien SAGE, ex-membre du groupe Revolver, et qui, depuis, fait des merveilles aussi bien pour lui que pour la crème de la scène française.

Du côté des textes, l’on ne s’ennuie jamais non plus. D’une chanson à l’autre, l’on peut passer de la confidence à coeur ouvert (Mon Ombre, J’sais pas plaire, Au Revoir), à un humour délicieusement subtil, mordant et espiègle (Le Chanteur, Amour Toujours, La Dernière Fois), avant d’enchaîner sur une profonde mélancolie (À Crever, Pleure, Clara Pleure), pour revenir ensuite en brandissant des messages forts et universels (Coeur, La Grenade).

Musicalement, Clara Luciani est multiple, mais elle ne perd jamais son efficacité quoi qu’elle fasse. Elle semble capable de s’adapter à n’importe quel style, de la piano ballad au guitare/voix, du disco au hip-hop, du rock à la pop. Rien ne lui résiste, rien ne lui fait peur, et cette adaptabilité est un atout dont beaucoup d’artistes rêveraient.

Cette capacité autant à faire danser les foules qu’à créer des moments de grâce se trouverait être aussi très précieuse pour l’Eurovision, où elle saurait avec aisance séduire aussi bien les amateurs de bops dansants que les fans de ballades plus intimistes.

Son nom n’est d’ailleurs pas inconnu des Eurofans étrangers… Loin de là! Beaucoup considèrent qu’elle fait partie des artistes françaises les plus prometteuses, et qu’elle ferait une représentante plus qu’honorable pour notre pays.

De plus, sa personnalité solaire et son charisme transcendant feraient d’elle une coqueluche des Eurofans, le genre d’artistes attachantes et brillantes que l’on a envie de continuer à suivre musicalement même après l’Eurovision, exactement comme Barbara Pravi l’année dernière.

Bref: Clara Luciani dispose de toutes les cartes qui font le sel des représentants iconique de l’Eurovision, de ceux qu’on ne risque pas d’oublier une fois le concours passé. Ce serait bien dommage de ne pas saisir l’opportunité, vous ne trouvez pas?

Ses points forts

  • Un univers accrocheur, accessible à tous sans renier l’exigeance et la qualité
  • Un don pour faire danser autant que pour émouvoir les auditeurs
  • Une voix reconnaissable entre mille, et sur laquelle on peut compter; pour avoir vu Clara luciani plusieurs fois en concerts, je peux vous assurer qu’elle est vocalement solide, irréprochable, toujours d’une grande précision et d’une impeccable justesse.
  • Une esthétique marquée, inspirée des 60’s et 70’s, ainsi qu’une vraie patte artistique
  • Une personnalité authentique, attachante et adorable

Ses points faibles

Aucun à signaler. Littéralement aucun. J’ai eu beau creuser, mettre de côté ma subjectivité évidente, je ne vois absolument pas quel point noir pourrait ternir une potentielle candidature de Clara Luciani à Eurovision France… Ou à l’Eurovision tout court. C’est qu’elle doit être la personne idéale pour endosser ce rôle en 2022, c’est un signe!

Le titre à découvrir d’urgence

Autres titres à découvrir

Parce que Clara Luciani peut vous faire danser tout en adressant la plus belle déclaration d’amour sororal


Parce que Clara Luciani peut tout dire, vraiment tout, avec beaucoup de classe.

Parce que Clara Luciani peut faire s’arrêter le tempsavec grâce et fragilité

Parce que Clara Luciani sait amener une dose d’humour rafraîchissant à ses textes

Et vous, chers lecteurs, qu’en pensez-vous? À l’Eurovision 2022, Clara Luciani pourrait-elle faire exploser les scores de la France telle une Grenade? Ou devrions-nous dire Au Revoir à toutes chances de victoire?

Vos avis et commentaires m’intéressent, comme toujours, et je serai heureuse d’en causer avec vous.

Sur ce, je vous laisse. Avant qu’il ne soit trop tard et que France Télévisions n’anonce ses candidats, il faut vraiment que j’écrive cet article sur Alex Beaupain.

Musicalement,

Juliette.

Crédits photographiques : Alice Moitié