C’est le marronnier de l’Eurovision, mais n’attendons pas l’automne pour en profiter. Posons-nous déjà la question : de nouveau pays feront-ils leurs débuts au prochain Concours ? Vu les derniers développements, rien n’est moins sûr…

Comme chaque année, trois noms reviennent avec insistance : Liechtenstein, Kazakhstan et Kosovo. Concernant le Liechtenstein, vous le savez, la situation demeure dans l’impasse. Le diffuseur 1FLTV, suite au décès l’an dernier de son directeur, Peter Kölbel, a décidé de reporter sine die ses projets d’adhésion à l’UER.

Concernant le Kazakhstan, le diffuseur Khabar Agency demeure dans l’antichambre du Concours. KA reste membre associé de l’UER ; sa participation dépend donc d’une invitation spéciale. Celle-ci lui a été accordée pour le Junior 2018. Elle reste en attente pour le Junior 2019 et partant pour le Senior 2020. Sur ces entrefaites, le diffuseur, soutenu par le gouvernement kazakh, continue de négocier avec l’UER pour obtenir le statut de membre actif.

Enfin, concernant le Kosovo, le diffuseur public RTK a subi un revers. Lors de l’Assemblée Générale de l’UER qui s’est tenue à Oslo la semaine dernière, les membres actifs ont rejeté toute modification des règles d’adhésion. Une proposition avait été introduite par le Monténégro, la Slovénie, la Croatie et la Macédoine du Nord : supprimer le prérequis d’une adhésion à l’Union Internationale des Télécommunications. Le Kosovo, qui n’est pas membre des Nations-Unies, ne peut en effet adhérer non plus à l’UIT.

Malheureusement pour la RTK, les membres actifs de l’UER ont rejeté cette proposition à 673 voix contre 400, 113 s’étant abstenus. Parmi les opposants au projet, l’on retrouve sans surprise la Serbie, qui a jugé cette manœuvre “politique” et susceptible de politiser l’UER. La RTK n’accédera donc pas cette année au statut de membre associé et ne pourra participer au Concours 2020. Son directeur général, M. Kastrati, a exprimé sa profonde déception, tout en remerciant les instances de l’UER d’avoir pris cette demande en considération.

Conclusion : ni Liechtenstein, ni Kosovo en 2020, c’est assuré. Reste le cas fluctuant du Kazakhstan. Affaire à suivre…

(avec la collaboration de Pauly)