Rome

Ou plutôt 9 puisque la décennie italienne est celle d’un retour gagnant, pour un pays qui prouve qu’on peut être dans le big 5 et aux avant-postes tous les ans.

Avant 2010… l’Italie avait disparu de la carte de l’Eurovision. Retirée faute d’intérêt du concours en 1997, on imagine tout au long des années 2000 que l’Italie ne reviendra jamais à l’Eurovision. C’est d’ailleurs ce que la RAI laisse entendre.

Et finalement, les tractions entre la RAI et l’UER aboutissent au retour de l’Italie en 2011, comme qualifié automatique. En plus, il fut révélé que le représentant italien serait choisi parmi un jury spécial parmi les candidats du mythique festival de Sanremo. C’est finalement le vainqueur de la section “Giovani” qui est choisi, le chanteur de jazz Raphael Gualazzi. Le vainqueur du concours fut cette année Roberto Vecchioni.

Le choix italien, assez inattendu, s’avère gagnant : Raphael gagne le vote des jurys, sans doute heureux aussi du retour de l’Italie, et termine 2ème du concours. De quoi être motivés à rester au concours ! On décide aussi de choisir le représentant à Bakou de la même façon qu’en 2011. Mais cette fois-ci c’est une candidate de la sélection “Big Artists” qui est choisie : Nina Zilli, 7ème de la soirée avec “Per Sempre”. C’est Emma Marone qui gagne Sanremo. Nina devait chanter “Per Sempre” à Bakou, mais finalement au dernier moment, la RAI annonce qu’elle interprétera une autre chanson, intitulée “L’amore è femmina” et composée par des suédois.

C’est encore un top 10 pour l’Italie. Toujours le même processus de sélection donc en 2013, mais cette fois-ci, le comité de sélection choisit ni plus ni moins que le vainqueur du festival, Marco Mengoni, avec “L’essenziale”, qui terminera 7ème à Malmö. La 2ème place du festival fut à Elio e le Storie Tese.

Changement de cap en 2014 avec une sélection en interne et déconnectée de Sanremo. La RAI sélectionne Emma Marone avec “La mia citta”. Mais ce choix s’avéra terrible : c’est un flop avec une petite 21ème place, le classement le plus bas de l’histoire de l’Italie…

Retour donc à Sanremo en 2015 avec une nouvelle approche, vu la popularité grandissante du concours et vu le précédent de Marco Mengoni : la vainqueur de Sanremo aura le droit de participer à l’Eurovision. C’est le défi relevé par le célèbre groupe Il Volo qui l’emporte devant le non moins célèbre Nek.

Favoris du public, Il Volo ne termine que 3ème du concours : c’est donc un deuxième podium en 5 ans. Le défi relevé par Il Volo n’est pas relevé par le groupe Stadio, vainqueur de Sanremo 2016. C’est leur dauphine Francesca Michielin qui part à Stockholm et ne termine que 16ème avec “No Degree of Separation”.

Toutefois, les trois gagnants suivants acceptent d’aller à l’Eurovision et avec succès : Francesco Gabbani est 6ème, Ermal Meta & Fabrizio Moro sont 5ème, et Mahmood encore 2ème. Et chaque année l’Italie est favorite à la victoire.

Fiorella Mannoia, Lo Stato Sociale et Ultimo sont leurs dauphins.

Bref, à quand un Eurovision à Rome ? Ou Milan ? Ou Naples ? Ou…

L’Italie est 2ème de la décennie avec 1979 points en finale.

Le top : la 2ème place de Mahmood avec 472 points en 2019.

Le flop : la 21ème place d’Emma en 2014.