Zelimkhan Bakaev : un an déjà

L’eussiez-vous crû ? Cela fait déjà un an qu’a disparu le jeune chanteur tchétchène Zelimkhan Bakaev. Un an, douze mois, 365 jours… Qu’avez-vous fait de vos vies en un an ? Quelles expériences avez-vous connues ? Quelles ont été vos joies et vos peines ? Du moins, si vous lisez ces lignes, c’est que vous êtes en vie, bien en vie, un privilège qui a été refusé à Zelimkhan.

Si la mémoire vous fait défaut, relisez notre article sur la vie, l’oeuvre et la disparition de ce jeune homme plein d’avenir :

Lisbonne 2018 : Zelimkhan Bakaev ne représentera aucun pays

En janvier dernier, la triste nouvelle a été annoncée : Zelimkhan Bakaev est bien mort. Il aurait été détenu dans une prison secrète de Grozny et torturé jusqu’à ce que mort s’ensuive.

C’est la seule certitude que nous ayons : Zelimkhan est mort. Ce fait a été confirmé par le président tchétchène en personne, Ramzam Kadyrov. Celui-ci a nié toute implication des autorités du pays dans ce décès. En lieu et place, il a accusé la propre famille du chanteur. Selon lui, ses proches auraient commis un crime d’honneur sur sa personne.

Kadyrov a dénoncé l’attitude des Bakaev qui honteux de leur fils, l’auraient tué et puis honteux de leur forfait, auraient accusé personnellement leur président de ce crime. Kadyrov a pressé tout témoin de se déclarer publiquement.

Les ONG et les associations de défense des droits des homosexuels se sont indignés de ces déclarations qu’elles jugent cyniques et cruelles, mais peu surprenantes de la part du président tchétchène. Selon elles, ils ne fait aucun doute à présent que Zelimkhan a été la victime des purges anti-gays qui secouent la Tchétchénie depuis plus d’un an.

Et maintenant ? Qu’allons nous faire ? Nous ne sommes toujours qu’un modeste site animé par des bénévoles, tous passionnés de musique et d’Eurovision. Nous avons vécu une autre année, mais n’avons pas gagné en influence sur la scène internationale. Les présidents et les chefs de gouvernement ne nous craignent pas. Nous n’avons pas été élus au Conseil de Sécurité des Nations-Unies.

Nos armes sont demeurées les mêmes : nos mots et nos mémoires. Alors, poursuivons notre travail collectif et souvenons-nous de Zelimkhan pour une autre année, qu’ainsi il vive encore.

 

(7 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Je suis toujours aussi bouleversé par ce jeune chanteur, à la fois quand je l’écoute chanter et quand je repense à son histoire si tragique. Tu as raison, nous n’avons pas d’autre pouvoir que de nous souvenir de lui, de l’écouter encore et encore, et détester les monstres tels que Kadyrov, dont la cruauté n’a d’égale que le cynisme.
    Zelim restera en tout cas toujours dans mes pensées, et dans ma playlist personnelle.

  2. Non, il ne faut pas oublier tous ceux qui ont été tués, torturés…. pour leurs différences. Zelimkhan Bakaev. n’est que la partie « visible » de l’iceberg. Combien d’autres ont souffert et souffrent actuellement….? Non, il ne faut pas oublier et toujours dénoncer les horreurs commises par ceux qui veulent imposer leurs codes de conduite.

  3. Cette homophobie ambiante qui règne encore dans notre société est effrayante… Et ce pauvre chanteur qui est parti si tragiquement me fait beaucoup de peine….que dire de plus….une pensée pour ce magnifique artiste et merci a pauly pour son merveilleux article….et son hommage

  4. Non, Pauly, nous n’oublions pas Zelimkhan, parce que comme lui, chaque jour, des milliers de personnes sont persécutées et disparaissent, souvent dans le silence et l’indifférence. Or l’ignominie n’affecte pas seulement les pays dotés d’un régime totalitaire. La haine et l’intolérance sont des poisons quotidiens qui se diffusent pernicieusement, souvent là où on les attend le moins. Et comme rien n’est donc jamais gagné, nous ne pouvons que les dénoncer sans relâche. En cherchant un peu ce soir j’ai trouvé cette citation de George Sand qui pourrait le résumer ton article : « L’oubli et le vrai linceul des morts ».
    Notre rôle est donc d’entretenir la flamme de la vigilance et du souvenir comme tu le fais si bien ici.

    1. * L’oubli EST…

  5. Merci Pauly pour ce bel article. Un an, déjà.. . Non, nous ne devons pas oublier Zelimkhan, ni toutes les autres victimes de Kadyrov.

  6. – Souvent j’ai entendu aux informations les persécutions anti-gays en Tchétchénie. Les rares qui ont pu  » s’échapper  » à Moscou ne sont hélas guère mieux lotis mais ils ont une petite chance d’éviter la mort…

    – Tout cela pour dire que tous les pays qui en sont encore à la chasse aux gays à notre époque devraient être ignorés ou sévèrement réprimandés par la communauté internationale !

    – Cet infortuné jeune chanteur en a été une victime parmi d’autres : voilà pourquoi cet hommage était nécessaire faute de pouvoir agir davantage.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :