Parmi les 6 candidats qui devront bientôt s’affronter afin de représenter la Suisse à Kiev en mai prochain, voici la benjamine de la sélection qui n’est pourtant pas à son premier coup d’essai. En effet, la jeune et jolie Michèle Bircher, âgée de 16 ans, a remporté “The Voice Kids” Allemagne en 2013, alors qu’elle n’avait que 12 ans.

Cette jeune adolescente est de nationalité suisse et nous vient de Lampenberg, un petit village situé dans la campagne bâloise, pas bien loin de la frontière allemande et de l’Alsace.

Déjà habituée à se produire sur une grande scène devant des millions de téléspectateurs, elle rêve d’être l’heureuse élue du public, car elle pense être désormais prête à fouler le sol de l’Eurovision et de pouvoir apporter un nouveau souffle aux couleurs helvétiques à Kiev.

Passionnée de jazz et de pop internationale, Michèle publie régulièrement des covers sur le net. Elle aimerait bien faire une carrière dans la chanson.. Elle a déjà deux singles à son actif, dont “Know My Name” qui a été publié en août 2015. Plus récemment, elle a publié un teaser de son futur album “Evolution”.

En tous les cas, on ne peut pas dire que nous avons affaire à une artiste qui ne connaît rien à la musique et qui a été choisie par hasard pour tenter de nous représenter en Ukraine.

On pourrait cependant regretter que la chanson qu’elle défendra lors de la finale nationale à Zürich, le 5 février prochain, *Two Faces”, manque d’envergure. C’est gentil tout plein et c’est frais, mais ces petits cris et ces “Oh oh oh oh” deviennent très vite agaçants.

L’ensemble est un peu léger et ce n’est, à mon avis, pas suffisamment efficace pour espérer se démarquer parmi les autres nations en compétition qui ont pris l’habitude de nous proposer des titres bien plus solides et dans l’air du temps.

J’ai malheureusement le sentiment que la pauvre Michèle risquerait bien de se retrouver très vite dans les choux et tomber parmi les toutes dernières places de la demi-finale. C’est vraiment dommage, car elle possède de véritables qualités vocales qui ne sont absolument pas mises en valeur et sont très mal exploitées dans cette chanson.

Mon constat est que pour cette année, nous avons sans doute les bonnes interprètes, mais une fois de plus, le niveau des chansons qu’on souhaite entendre en 2017 n’est pas vraiment au rendez-vous.

Michèle possède pourtant un sacré potentiel, une belle voix, du talent et beaucoup de fraîcheur. Ce sont ses principaux atouts et il faut admettre qu’elle est tout de même très impressionnante pour son âge.

Néanmoins, en toute objectivité, je pense qu’il est sans doute encore un peu trop tôt pour elle, pour se lancer ainsi dans l’arène de l’Eurovision .

Elle devra probablement encore attendre quelques années, afin de prendre un peu plus de bouteille et revenir avec une chanson bien plus puissante et aboutie que celle qu’elle propose aujourd’hui.

 

 

 

Vous aimez Michèle ou pas encore, mais vous aimeriez en savoir beaucoup plus sur elle, alors voici pour vous, une interview très détaillée, toujours menée par mes remarquables collègues du site douzepoints.ch :

 

 

 

Quel a été ton moment le plus fort jusqu’à présent ?

Très clairement «The Voice Kids». J’étais la première gagnante. Je m’en souviendrai toujours.

Qu’est-ce que cela a changé pour toi ? Es-tu davantage sollicitée ?

Avant, on ne me proposait que des petites scènes ou des fêtes de famille. Maintenant, je reçois des demandes d’Allemagne, d’Autriche, d’Italie et de Suisse. Mon premier concert était pour une oeuvre de charité, où j’ai récolté plus de 9000 francs pour une association de lutte contre l’atrophie musculaire. Il arrive souvent que je sois reconnue. On chuchote plutôt, on n’ose pas venir vers moi. Et je donne des autographes après mes prestations.

A propos de prestations, t’est-il déjà arrivé d’avoir une prestation qui ne s’est pas passée comme prévu ?

A la 2ème saison de «The Voice Kids», je devais chanter la chanson d’intro de l’émission. Quand je suis arrivée sur scène, j’ai buté sur un câble et j’ai commencé à chanter en riant.

Lors d’une interview, tu as parlé de ta créativité. Comment l’exprimes-tu ?

Lorsque je dessine, je dessine différemment des autres. Ou si je dois écrire une histoire, je n’ai pas besoin de réfléchir longtemps pour trouver l’inspiration. Je pourrais écrire sans arrêt.

Écris-tu tes propres chansons ?

Je collabore la plupart du temps avec d’autres compositeurs et j’écris souvent le texte.

Comment es-tu arrivée à la musique ?

Il y avait toujours de la musique à la maison. Même quand je ne pouvais pas encore parler, je fredonnais. Quand la musique s’arrêtait, je me mettais à pleurer.

Comment écris-tu tes chanson ?

Mon EP «Evolution» est le fruit d’un travail collectif. J’ai écrit «Two Faces» en commun avec trois autres compositeurs lors d’un Songwriter-Camp. Je dis ce qui me plaît ou pas, dans quelle direction cela doit aller et quel texte je m’imagine. Je fais en sorte que ma chanson me permette de chanter haut parce que j’aime ça.

Et comment es-tu venue à participer à l’ESC ?

Toute petite, je voulais déjà participer à l’Eurovision Song Contest. Je me demandais toutefois si ce n’était pas un concours trop politisé. Je suis alors allée à ce camp. Dès que la chanson était finie, je me suis dit qu’elle était parfaite pour l’ESC. Mon but n’est pas de gagner. J’aimerais davantage pouvoir présenter ma chanson devant un grand public. Ce serait une super opportunité.

De quoi parle «Two Faces» ?

Beaucoup pensent qu’il s’agit du bien et du mal. Pour moi, ce sont plutôt les deux côtés d’une personne. Parfois, elle est heureuse, et ensuite triste. Cela ne dure chez personne. Il faut donc l’accepter chez soi et chez les autres. Cela fait partie de la vie. Je voulais apporter ce message de façon positive.

Quelle est ta chanson préférée de l’Eurovision ?

«Heroes» de Måns Zelmerlöw. Les petits bonhommes m’ont beaucoup plu, un super show! Et la chanson est bien entendu géniale. Quand je l’ai vu, j’ai dit à mon père: «C’est lui qui va gagner !».

Tu es une participante officielle à l’Eurovision Song Contest. Est-ce que cela a changé quelque chose pour toi ?

Mon entourage est très content. Ma classe se réjouit et ils viendront tous à l’émission pour me soutenir. Ils préparent déjà une pancarte. Et j’ai des interviews. Mais sinon, cela n’a pas beaucoup changé.

As-tu vu la vidéo du live-check?  Que vas-tu encore travailler en particulier ?

Oui, je l’ai vue au moins 50 fois. J’étais très excitée, mon cœur battait fort et à un moment je n’avais plus assez d’air. Je devais prendre de profondes inspirations. Peut-être ne l’entend-on pas vraiment, mais cela m’a dérangé. Je me suis dit qu’il fallait que j’aille davantage courir jusqu’au 5 février.

Comment s’appellent les 5 autres finalistes ? Que penses-tu d’eux ?

Freschta, Nadya, Timebelle… Je ne sais plus les deux autres. Je les trouve très bons.

Que penses-tu de tes chances pour le 5 février 2017 ?

Je ne sais pas si mon âge est un avantage ou un inconvénient. Je laisse venir les choses. J’irai et ferai de mon mieux.

Imaginons que tu représentes la Suisse à Kiev. Quels seraient tes objectifs ? Tes attentes ? Tes espoirs ?

Pouvoir présenter «Two Faces» à un public de plusieurs millions de personnes serait déjà incroyable. Je voudrais cependant avoir du plaisir et pouvoir emmagasiner le maximum d’expérience sur scène. Et également connaître des gens. Ce serait aussi intéressant de découvrir Kiev.

Si tu pouvais réaliser un voeux, lequel serait-ce ?

Un sujet qui me préoccupe actuellement, ce sont les attaques terroristes qui ont lieu partout à travers le monde. Si je pouvais souhaiter quelque chose, c’est que cela s’arrête et que cela ne recommence plus.

Et pour finir, pourquoi les gens devraient voter pour toi ?

En tant que plus jeune candidate, j’apporte un vent frais, de l’énergie et une grande dose d’insouciance. Je me donnerais à fond et les Suisses et Suissesses ne pourront en aucun cas être déçus.  Même avec 42 degrés de fièvre, je monterais sur scène (rires).

 

 

Et voici sa prestation lors de la finale de “The Voice Kids 2013”, qu’elle a remporté :

 

 Et de talentueuses reprises de Michèle :

 

 

Son tout premier single et son premier clip, “Know my name”, une chanson puissante et bien ficelée qu’elle aurait mieux fait de garder pour l’Eurovision.

 

 

 

 

 

 

 

Et enfin la chanson “Two faces”, avec laquelle Michèle souhaite représenter la Suisse, la version studio et sa prestation en direct lors des auditions en décembre 2016.

 

 

Dans les sondages actuels de My Eurovision Scoreboarder, Michèle n’est de loin pas la grande favorite de cette sélection. Elle ne récolte que 716 points et ne figure qu’à la 5ème place du classement,

Et vous qu’en pensez-vous ?  Est-ce que Michèle est vraiment la bonne candidate pour défendre la Suisse à Kiev ? Pourrait-elle créer la surprise `? Ou alors comme dirait notre ami Sakis, c’est next !?

 

Nico