Il était 23h et j’étais recroquevillé dans mon canapé. Il ne restait plus que deux places pour la finale de samedi.

Lucy annonça alors : Switzerland !

J’explosai de joie et de soulagement. La Suisse s’était qualifiée. Le suspense fut terrible, la peur fut intense, mais je rentrai me coucher en petit chat heureux.

Voilà une deuxième demi-finale se concluant de manière bien plus satisfaisante que la première… Mais reprenons depuis le début !

Nous étions réunis, mes meilleurs amis, mon beau mari et moi, à Jette, commune du nord de Bruxelles où il fait bon vivre. Nous étions cette fois six, alpinistes chevronnés du Concours, ne reculant devant aucune montagne musicale. Durant le repas préalable, la discussion a porté sur l’élimination de la Belgique, prévisible selon tous ; sur la qualification de la Slovénie, incompréhensible ; sur celle, de Saint-Marin, garantie d’un beau fou-rire samedi et sur les probabilités d’un podium pour l’Australie, élevées de l’avis général. Mais l’heure sacrée approchait. Nous retournâmes devant la VRT, retrouver un Peter Van De Veire, toujours en verve et ayant pris de belles couleurs au soleil de Tel Aviv.

Te Deum et c’est reparti ! Sentiment de bonheur et d’euphorie. Merci Marcel Bezençon ! Merci du fond du cœur pour cette géniale invention ! Je trépigne sur mon canapé. Même le récapitulatif de la soirée de mardi ne tempère pas mon enthousiasme. Pauvre Eliot, pauvre Conan… Tous mes espoirs se reportent sur cette deuxième demi-finale. Allez les Pays-Bas ! Allez la Suisse !

Entrée en scène des présentateurs. Salon note que Lucy est adepte du blanc. La robe de Bar laisse dubitatif. Assi et son sourire dentifrice continuent de crisper. Erez reste le moins bon des quatre. Belle brochette, mais personne d’aussi anthologique que Filomena Cautela ou Petra Mede. Confirmation officielle de la présence de Madonna. Salon enthousiaste à la perspective. Tellement, tellement de bons souvenirs avec Madonna…

Rapidité, efficacité, nous voilà en route pour la première chanson.

ARMÉNIE

Interrogation générale sur la prononciation du nom de l’artiste. Belle introduction, beau visuel. Ces extraits des répétitions n’étaient décidément pas représentatifs… Salon note tout de suite que Srbuk a aussi opté pour des cuissardes, l’une des grandes tendances de l’année. Après un silence attentif, l’on arrive au refrain. WO entame son surplace. Les bouches se plissent défavorablement. Salon accorde que Srbuk chante très bien, mais que sa chanson est insipide. Rien d’audacieux, ni de marquant. Côté mise en scène, il ne passe pas grand chose. Soudain, tour de magie : Srbuk s’agenouille… et le public dans la salle disparaît ! Serait-ce une erreur de la production ? Plusieurs longs plans sur un Convention Center vide, tandis que Srbuk poursuit sa chanson mine de rien. Explosion de flammes et magie, magie, c’est la folie : le public revient ! Curieux… Le salon semble n’avoir rien remarqué. Peter, lui, est très surpris. Salon légèrement désintéressé, en réalité. Notes très moyennes.

IRLANDE

À nouveau, bonne introduction. Très rapidement, drôle de mine de Sarah. Problème technique ? Salon désagréablement surpris : chante mal et semble à côté de la plaque. Effectivement, Sarah manque ses trois minutes. À l’air de penser à autre chose. Déconnectée, en mode automatique et fantomatique. Salon trouve la chanson et la présentation, sympathiques. Il y a là une belle idée, de la nostalgie, un parfum rétro. Dommage que la prestation vocale de Sarah soit aussi médiocre et que 22 soit aussi peu compétitive. Salon unanime : aucune chance de se qualifier. Manque d’atouts, de souffle et d’élévation.

MOLDAVIE

Seule personne là en 2011 ne se souvient plus de Kseniya. Salon d’abord frappé par la robe de mariée d’Anna. Pas une réussite. L’attention générale se reporte ensuite sur les dessins. Tout le monde trouve cela fort beau, fort poétique. Kseniya reste une grande artiste. Au bout de quelques instants, prise de conscience : personne n’écoute réellement la chanson. Salon se concentre. Convient qu’Anna chante très bien, mais que Stay est d’une affligeante banalité. Rien d’odieux, ni de ridicule, juste une chanson oubliable. Nouvelle prise de conscience : la mise en scène est conçue pour détourner l’attention de Stay. Rires et moqueries. La Moldavie obtient malgré tout des notes moyennes.

SUISSE

Cris de joie, applaudissements et ravissement de ma part. Enfin, la Suisse ! Attendu cela avec tant d’impatience ! Allez Luca ! Public dans la salle en délire. Prestation la plus ovationnée de la soirée. Luca, irrésistible. Je l’adore ! Salon, silencieux. Appréciatif, aime beaucoup la chanson. Nous sommes soudain deux à prendre feu et corps pour Luca. J’ai contaminé mon ami de gauche. Lui aussi adore. Allez Luca ! Les autres sont un brin plus réservés. Très bon numéro, très bonne proposition. Sont convaincus que Luca se qualifiera et ira loin. Mais pas époustouflés non plus. Pas du cristal dont on fait les vainqueurs. Se conclut par une autre ovation. Je suis aux anges. Trois minutes parfaites et très efficaces. Suisse obtient d’excellentes notes. Seul regret personnel : avec les costumes du vidéoclip, aurait été mieux encore. Ne boude cependant pas mon plaisir. Ferais chauffer YouTube dès mon retour à la maison.

LETTONIE

Salon d’abord interrogatif : dans quelle langue chante-t-elle ? Croit qu’il s’agit du letton, avant de réaliser que c’est de l’anglais. Rejoint Peter dans jugement sévère de la prononciation de Sabine. De fait. Salon comprend alors que le morceau n’ira pas plus loin. Petits soupirs pour petite chanson. Premiers bâillements de la soirée. Salon s’ennuie. Moi aussi, car pas de mise en scène, nonobstant petit tour de Sabine sur elle-même. Après réflexion, salon convient qu’il s’agit d’une belle chanson et d’une belle interprétation. Finit par apprécier voix de Sabine. Mais TL jugé ennuyeux, linéaire et répétitif. Pas taillé pour la compétition. Lettonie reçoit des notes médiocres.

ROUMANIE

Peter revient rapidement sur l’Eurodrame de la sélection roumaine. Premières mesures retiennent l’attention du salon. Ambiance gothico-transylvanienne plait aussi. Ester chante à merveille. Visuel très en raccord. Certains trouvent quand même redondante cette obsession roumaine pour les vampires. Moi, je l’avoue, je ris intérieurement pour toutes les mauvaises raisons. Ensemble risible à mes yeux. Pas convaincu. Et cette chaise… Finit par attirer l’attention du salon. Remarque également mise en scène réduite. Mais OAS s’attire des compliments et trouve son public. Roumanie reçoit des notes positives.

Passage par la green room. Salon incrédule. Écarquille les yeux. Est-ce Conchita ? Oui. Très surpris par son changement d’apparence, enthousiaste à la perspective de la revoir samedi. Aaah ! Lucaaaa ! Choupinou !

DANEMARK

D’une chaise à l’autre… Peter se moque du décor. Salon, lui, reçoit froidement Leonora. Trouve sa chanson ennuyeuse et puérile. Puis surpris par l’apparition de la chaise. Perplexité, interrogations et plissements de fronts. Se demande le rapport avec la chanson, puis l’utilité scénique de cet accessoire surdimensionné. Trouve que Leonora mal à l’aise, perchée ainsi en l’air. Réalise enfin qu’il ne se passe pas grand chose à l’écran. Même les inserts en français ne changent rien à l’équation. Salon n’aime pas. Moi, non plus, au final. Aurait eu sa place au Junior. Ici, rasoir. Salon pousse des soupirs et espère être débarrassé du Danemark en finale. Attribue des notes sévères.

SUÈDE

L’enthousiasme revient sur les canapés. John ! La plupart étaient présents lors de sa victoire au MF et en gardent le meilleur des souvenirs. Compliments et applaudissements pleuvent sur le représentant suédois. Devient le chouchou de la soirée. Salon ne tarit pas d’éloges sur sa beauté, son charisme, son talent, son magnétisme. Envie de le rejoindre sur scène. Me fais emporter de même, bien que mon cœur continue de battre pour Luca. TLFL décidément imparable, irrésistible. Ah, ces Suédois… Salon se balance en rythme. Moment de communion eurovisionesque. Salon convaincu que John pourrait l’emporter samedi. Moi, moins. Apparition des choristes. Reprise des compliments, des fleurs, des couronnes de laurier. Salon conquis, ravi, amoureux. Attribue des notes exceptionnelles. La Suède dans un fauteuil. Attendez-vous à ce que le télévote belge s’affole samedi.

AUTRICHE

Introduction mystérieuse retient l’attention. Mais quand Paenda ouvre la bouche, froncements de sourcils. Salon n’aime pas sa manière de chanter dans les aigus. Je conviens que la version studio est plus mélodieuse. La chanteuse force sa voix, son souffle et ses émotions. Interprétation rebute salon. Tout comme son horrible costume de scène. Moi, vraiment dépité. Brassière moche au possible. Visuel intéressant, mais épuisant vite ses effets. Salon s’ennuie et finit par prendre Paenda en grippe. Moi, très déçu. Proposition autrichienne, pas convaincante. Reçoit des notes médiocres. Occasion manquée.

CROATIE

Peter se déchaîne sur la mise en scène, annonçant un moment épique. De fait. Jésus, Marie, Joseph, encore plus terrible qu’annoncé. Salon, interloqué. Trouve gestuelle de Roko, maniérée. Puis les anges débarquent. Fou-rire. Fou-rire qui se prolonge. Fou-rire qui durera au final trois minutes. Salon plié en deux, tellement mise en scène, visuel et chanson kitsch. Couronné aussitôt trois minutes les plus kitsch de l’année. L’ensemble est jugé impossible, ridicule et de mauvais goût. L’envol des anges est salué par des salves de rire redoublées. Les ailes dorées de Roko s’attirent des épithètes peu flatteuses. Moi, confondu par l’ensemble des décisions croates. Devrait interdire à Jacky Hou de s’approcher à moins de deux kilomètres de l’Eurovision. Se conclut sous les moqueries et les rires sarcastiques. Croatie récolte des plus mauvaises notes de la soirée.

MALTE

Salon silencieux. Michela retient son attention. Moi, très enthousiaste. Me dandine sur mon canapé. Meilleure proposition maltaise depuis des lustres. J’adore. Trouve visuel et mise en scène, très réussis ! Salon se laisse convaincre. Trouve morceau sympathique et Michela, très professionnelle. Pointe qu’elle ne bouge pas beaucoup, mais qu’elle chante très bien. Malte reçoit des notes positives. J’éclate en applaudissements. Excellent !

LITUANIE

Surprise : Jurij a soigné son coup de soleil. Salon tout de suite sous le charme du chanteur. Moi, en transe. Dieu qu’il est beau… Salon captivé par regard bleu du chanteur, par sa voix et son interprétation parfaite. Aime beaucoup la chanson. Moi, soulagé. Tout cela passe très bien à l’écran. Mise en scène inexistante compensée par prises de vue dynamiques. Qu’il est beau… Au fait, avez-vous remarqué à quel point il est beau ? Oui, il est beau… J’en finis par oublier la chanson et la prestation de Jurij. Effort de concentration. Salon hoche la tête en rythme pour marquer son approbation. Proposition lituanienne bien accueillie et reçoit de belles notes. Ah qu’il est beau… Soupirs…

Retour dans la green room. Lucy très enthousiaste quant à la prestation de Sarah. S’attire les rires du salon. John fait refondre les cœurs.

RUSSIE

Moment très attendu, car excellents souvenirs de 2016. Peter douche les espoirs éventuels. Aucune chance de victoire, selon lui. Salon rit : coupe de cheveux de Sergey identique. Puis, déconvenue : aurait préféré une chanson aussi dansante et rigolote que YATOO. Puis, surprise : visuel et mise en scène, bien plus simples, moins élaborés qu’attendu et espéré. Salon regrette mur virtuel et acrobaties de 2016. De fait, on a vite fait le tour : Sergey chante avec Sergey, avant d’aller faire un tour dans une fausse douche. Revient sur scène. Point à la ligne. Certains qui ont vu le vidéoclip regrettent que Sergey n’ait pas repris cette ambiance-là. Salon déçu. Russie flotte dans les classements. Par ailleurs, Scream jugé bateau et déjà entendu. Se conclut dans l’incrédulité. Moi même, je suis très surpris. L’on nous en avait promis monts et merveilles et l’on n’a pas vu grand chose. En mode, “tout ça pour ça”.

ALBANIE

Salon accueille Jonida avec joie. Tant de souvenirs de Noël à Tirana, du FiK et du monumental raté de la RTSH. Peter sarcasme sur la robe de la chanteuse. Salon ravit de retrouver sa diva albanaise. Jonida, confondant sosie de Cléopâtre. Eurodiva dans toute sa splendeur. Prestation vocale époustouflante. Salon rit, tellement Jonida est investie dans son personnage. Convient que morceau très très albanais. Serait-ce le souvenir de sa victoire ? Salon aime. Moi, nettement moins convaincu. Très particulier. Mais salon se récrie : besoin de pareille proposition en finale. Pas tant la chanson que la chanteuse, notez. Jonida conquit les cœurs. Tant mieux pour elle. À titre personnel, ne la vois pas en finale. Les autres, oui. Grande surprise de la soirée.

NORVÈGE

D’un genre musical à l’autre. Je suis très positivement surpris. Excellente prestation vocale de nos trois amis norvégiens. Mise en scène simple, mais plus efficace que je ne l’aurais cru. Très convaincant. De fait : le salon est emballé. Aime beaucoup la chanson, son dynamisme, ses appels à la danse et à la fête. Même les inserts en sami sont loués. Public bat la mesure. Salon est emporté et attribue d’excellentes notes. Se conclut par une salve générale d’applaudissements.

PAYS-BAS

Peter souligne la provenance belge de la lampe. L’on se raccroche à ce qu’on peut… Salon plongé dans un silence religieux. Quelle moment, quelle émotion, quel frisson. Salon est conquis et se tait. Moi, extatique, au paradis. Après bien des doutes et des incertitudes, réussite totale. Mise en scène et visuel, parfaits. Duncan interagit avec la caméra. Incroyable. Salon toujours silencieux. Mais silence laudatif. Les compliments pleuvent ensuite. Chanson remarquable, interprétation éblouissante, proposition excellente. La lampe belge apparaît. Petits rires étouffés. Salon plus magnétisé par voix de Duncan et excellente chanson. Convaincu que sérieux concurrent pour la victoire. Se conclut par des applaudissements nourris et des notes exceptionnelles.

MACÉDOINE DU NORD

Moment schismatique. Moi, en mode émotion-pause-mouchoir.

Les autres, en mode ennui.

Tamara convainc, mais sa chanson divise. Salon convient qu’elle chante très bien. Trouve hélas Proud, ennuyeux et rebattu. Moi, trouve cela réussi, émouvant et prenant. Meilleure proposition macédonienne depuis des lustres. Salon, sceptique. Silence ennuyé. Les critiques de mode récusent la robe de Tamara. Suis le seul à attribuer une belle note à Tamara. Les autres baillent et la cotent médiocrement.

AZERBAÏDJAN

Chingiz conquiert le salon en quelques notes. Truth plaît sur le champ. Salon se trémousse au rythme du premier couplet. Physique de Chingiz plaît tout autant. Ferait fondre des cœurs de pierre. Robots captent l’attention. Visuel réussi. Moi, comme pour Sergey, trouve cela en-deçà de mes attentes. Pas la révolution télévisuelle attendue. Juste deux lasers montés sur des articulations géantes. Reste néanmoins appréciable. Chingiz séduit de plus en plus. Salon aime, à un point qui me surprend. N’aurais pas cru, car continue à trouver Truth, bateau. Mais applaudissements finaux et notes excellentes. Azerbaïdjan a trouvé son public.

Tous les concurrents étant passés, chacun se penche sur son tableau de vote. Une unanimité se dessine pour la première place, la Suède, et pour la dernière, la Croatie. Quant à moi, voici mes qualifiés personnels, sensiblement différents du salon, mais toujours en concordance avec mes impressions au terme des répétitions : Suisse, Pays-Bas, Malte, Lituanie, Suède, Norvège, Macédoine du Nord, Azerbaïdjan, Russie et Arménie.

Place aux entractes !

Public s’enflamme pour Shalva. Salon, nettement moins. J’explique brièvement le parcours du groupe. Salon demeure de marbre. Je décroche rapidement. Les conversations reprennent, l’attention générale se détourne de ces minutes lénifiantes. Je serais probablement puni, mais je ne pense qu’à une chose :

Arrivée de Lior Suchard. Incroyable numéro de mentaliste. Salon, incrédule. Refuse d’y croire. Moi, ébahi. Salon persuadé qu’il s’agit d’un tour préparé et répété et que Sergey, Paenda, Sarah et Jurij sont de mèche. Vu leur tête, pas certain… Réellement époustouflant…

Apparition de Måns en mode auto-promotionnel. Salon impatient de découvrir cet entracte de la finale. Duncan vante les mérites de son derrière. À juste titre…

Kutiman, réellement un artiste de génie. Si vous ne l’avez pas encore fait, rendez-vous sur sa chaîne YouTube et surtout, regardez Presenting Princess Shaw, un documentaire passionnant et bouleversant où il joue les Pygmalion d’une apprentie chanteuse. Cette nouvelle compilation est tout aussi excellente que la première. Sentiment de fierté belge : quatre artistes de notre beau pays apparaissent à l’écran. Ah, Nicole et Hugo ! Ah, Telex ! Ah, Sandra Kim ! Ah, Loïc Nottet ! Ouf : la Belgique aura quand même marqué l’histoire de l’Eurovision. Mais la véritable star de ces trois minutes demeure sans conteste Karin Falck, la mémorable présentatrice du Concours 1975. Si ce personnage décalé et poétique vous demeure encore inconnu, visionnez d’urgence ce vingtième Eurovision.

Bar insiste sur la présence de Madonna. Lucy présente le Chœur Eurovision de l’Année. Salon découvre. Moi, pas enthousiaste. Pas ma tasse de thé. Plaisanterie finale de Lucy tombant à plat et accueillie par silence prolongé.

Au tour des trois qualifiés automatiques. Surprise : Laulotta et Carlita paraissent minuscules à côté de Bar. On dirait des petites filles. Puis, emportées par l’enthousiasme du moment, les deux Allemandes confirment… qu’elles sont bien sœurs…

Salon se ressouvient de la finale allemande. Incompréhension générale. Pourquoi l’ont-elles emporté ? Un mystère pour l’éternité…

Mahmood galère avec l’anglais. Rires du salon. Aiment beaucoup Soldi. Italie n’a pas dit son dernier mot. J’y crois, car visuel et mise en scène réussis.

Salon curieux, car chanson écrite par John Lundvik. Vite désappointé, car BTU plat et sans intérêt. Comprend pourquoi John a opté pour TLFL. Moi, hystérique, car Linda Pritchard apparaît à l’écran. Lindaaaa ! I love you, daaahling!

Petit interlude consacré aux mythiques douze points. Avec le nouveau système de vote, la note sacramentelle a perdu de son prestige. Mais que de moments mémorables… Mon préféré demeure le célèbre “And finally, twelve points from Macedonia goes to… Croatia!” de 1998.

Le moment suprême arrive enfin ! Chacun se redresse et se tend vers l’écran. Nouveau message hésitant de Jon Ola. Y arrivera-t-il un jour ?

Qualification de la Macédoine du Nord ! Salon :

Moi :

Tamara ! Tellement heureux, tellement heureux pour elle, tellement heureux pour la Macédoine. Salon, incrédule. Mais crie de joie quand les Pays-Bas se qualifient. Puis… l’Albanie !

La surprise change de camp. Je n’en reviens pas. Pas choqué, ni heurté, mais très surpris. Salon applaudit, très heureux de revoir sa diva, samedi. Les trois qualifiés suivants, la Suède, la Russie et l’Azerbaïdjan, étaient attendus, mais sont fort applaudis. Puis… le Danemark !

Salon, sous le choc. Moi, dans le déni et l’incompréhension. La peur s’installe : ni la Suisse, ni la Lituanie, ni Malte n’ont encore été annoncés. Drame en perspective… Content pour la Norvège. Mais il ne reste plus que deux places, pour trois de mes favoris. Terrifié à la perspective d’une élimination helvétique… Heureusement… la Suisse !

Hélas, plus qu’une seule place… Michela, prostrée. Srbuk, en pleurs. Ce sera… Malte ! Michela éclate en sanglots. Heureux pour elle, triste pour Jurij. Mais résultats nettement plus satisfaisants que ceux de mardi…

CONCLUSION

Plutôt content de moi, puisque j’obtiens un score de huit qualifiés sur dix. À titre personnel, j’aurais quand même échangé le Danemark contre la Lituanie. Soit… Je note les deux grosses baffes de la soirée : seconde élimination consécutive pour l’Arménie et la Roumanie, une première. Les têtes vont encore rouler à Erevan et Bucarest…

Côté salon notre score général est en légère amélioration : nous avons obtenu sept qualifiés sur dix, notre moyenne habituelle. Voici notre classement final commun :

1.Pays-Bas / Suède – 17
3. Suisse – 16
4. Azerbaïdjan – 15,67
5. Norvège – 15,58
6. Russie – 15,1
7. Malte – 15
8. Lituanie – 14,83
9. Roumanie – 14,3
10. Arménie – 13

11. Moldavie – 12,67
12. Albanie – 12,59
13. Macédoine du Nord – 12,2
14. Autriche – 12
15. Lettonie – 11,5
16. Danemark – 11,3
17. Irlande – 11,25
18. Croatie – 9

C’est la toute première fois que deux pays terminent ex aequo sur notre première marche. Vous constatez que les scores sont plus élevés que mardi, confirmant le ressenti général. Bref, nous aurions plutôt qualifié la Lituanie, la Roumanie et l’Arménie. Surprise finale : la note de l’Albanie est moindre qu’attendu et il y a donc eu forte distorsion entre les sentiments et les notations.

Tout cela présage d’un vif suspense, samedi aux douze coups de minuit. En sus du gâteau, il faudra prévoir des défibrillateurs cardiaques, des seringues d’adrénaline et des couvertures de survie…

C’est ici que se termine ce compte-rendu ! J’espère que de votre côté, vous avez passé un aussi bon moment que nous. Nous nous retrouverons tout bientôt pour le compte-rendu de la grande finale de cet Eurovision 2019. Dans l’attente, passez la meilleure des soirées et amusez-vous bien !