Je sais, je sais… J’avais prévu, dans cet article, de vanter les mérites de la merveilleuse Laura Cahen, qui ferait une représentante idéale pour la France, histoire d’apporter un peu de beauté à l’état pur à l’Eurovision.

Seulement voilà: une tornade m’est tombée dessus : TTRRUUCES. Avec leur univers psychédélique et mélodieux, le duo franco-britannique pourrait apporter, je crois, quelque chose de totalement inédit à notre cher concours… Et comme la France n’est probablement pas prête pour un projet aussi ambitieux et exigeant… Mieux vaut que la BBC les prenne sous son aile, après la brillante seconde place de Sam Ryder. N’est-ce pas ?

Tout commença comme la plupart de mes découvertes musicales récentes : sur Instagram. Dans la story d’un artiste qui m’est cher, j’entendis un soir un morceau à nul autre pareil. On eût dit un titre perdu des Beatles, et pourtant avec une touche tellement moderne. Quinze secondes me suffirent pour déterminer que j’étais tombée sur une pépite, et c’est ainsi que je connus TTRUUCES grâce à cette première chanson : « Sad Girl ».
Puis après le premier titre, vint le premier album, et la pensée évidente : « Vu que le Royaume-Uni organisera le concours en 2023, et qu’ils n’ont rien à perdre, pourquoi n’enverraient-ils pas quelque chose d’un peu flamboyant, grandiose, un vrai risque ? Ce coche que Circus Mircus a manqué pour la Géorgie, TTRRUUCES pourrait l’offrir, en dix fois mieux, pour le Royaume-Uni! ».

Alors nous y voilà : je vous écris ces lignes imprévues pour défendre un groupe qui ne laissera personne indifférent, fera s’émerveiller les plus mélomanes, et s’interroger les plus hermétiques … Au final, TTRUUCES finirait par mettre tout le monde d’accord, j’en suis convaincue.

Qui est TTRRUUCES ?

Sous l’étrange nom de TTRRUUCES , se cache un duo franco-britannique: Natalie Findlay et Jules Apollinaire. S’ils écrivent ensemble de la musique depuis qu’ils se sont rencontrés en 2014, c’est en 2019 que leur vient l’idée du projet TTRRUUCES, après avoir créé le titre « Sad Girl ». « TTRRUUCES », le premier album éponyme de Natalie et Jules, voit le jour en 2020. Si c’est leur seul opus à ce jour, il est pourtant digne des plus grands, et aurait même pu devenir une référence s’il était sorti quelques décennies plutôt.

Il s’agit d’un album-concept relatant les aventures psychédéliques de deux personnages en quête de sens, Sadie, la « Sad Girl » désenchantée et mélancolique, et Syd, le « Lost Boy » fêtard et déjanté.

En outre, le morceau « I’m Alive » du duo s’est taillé une petite popularité auprès des fans de la série FIFA, puisqu’il est inclus dans l’édition 2020 du célèbre jeu vidéo de football.

Bref : si la carrière de TTRRUUCES ne prend que quelques lignes à retracer car le groupe n’en est qu’à ses débuts, il est clair qu’il faudra compter sur miss Findlay et sir Apollinaire sur la scène pop-rock internationale.

Quel est leur univers ?

L’univers de TTRRUUCES est multiple. Il faut s’attendre à y trouver un peu de tout. Parmi leurs influences, on reconnaît évidemment les Beatles, mais aussi les Pink Floyd, David Bowie, et plus généralement toute la scène rock psychédélique qui vint bercer les années 60 et 70… Mais il ne faudrait pas voir en TTRRUUCES un simple copier/coller de ces années-là… Non non non !

Capables de rebondir sur leurs pattes, ils savent aller du rock progressif (« Sad Girl ») à la folk plus acoustique (« Bad Kids », « Sleepy Head »), en passant par la brit-pop (« I’m Alive », « Something Inside »), jusqu’à un disco diabolique qui vous fera tourner la tête (« The Disco »). Dans l’inquiétant et robotique bazar musical qu’est « Evil Elephant », je discerne même de petites harmonies que n’aurait certainement pas renié Danny Elfman, le compositeur fétiche des films de Tim Burton. Musicalement, il n’y a strictement jamais le temps de s’ennuyer, et même les morceaux les plus « classiques » savent se faire remarquer.

Dans l’univers de TTRRUUCES, tout est fantastique, poussé à l’extrême dans toute sa grandiloquence. Les deux musiciens ne s’interdisent rien, aucun excès. Il ne sera pas rare que vous entendiez ici une guitare distordue, là une sonnerie de téléphone, là encore un sifflet de train, un kazoo ou un instrument indescriptible… Et puis quand vous vous y attendrez le moins… Hop ! Une vague de cordes vous enveloppera dans ses nappes élégantes.

Certes, on a eu du psychédélisme à l’Eurovision, globalement venant de la Géorgie. « Three Minutes to Earth », « Midnight Gold », « Lock me in »… Mais TTRRUUCES va beaucoup, beaucoup plus loin, et je crois que l’on a jamais entendu ces sons, mi-organiques, mi-futuristes, retentir sur la scène d’un Concours Eurovision de la Chanson. Certes, c’est peut-être un créneau musical de niche, mais je crois que le Royaume-Uni a tout à gagner à bousculer les habitudes des Eurofans, à poursuivre le grand réveil musical entamé par Sam Ryder, et à s’offrir une « host entry » qui ne ressemblera à aucune autre proposée jusque-là!

Et j’insiste bien sur le fait que TTRRUUCES, pourtant franco-britanniques, devraient représenter nos voisins d’Outre-Manche. Parce que, sans élitisme aucun, je crois qu’il serait bien plus cohérent que la Grande-Bretagne envoie un tel style. Et puis, toutes les chansons du duo sont en anglai s; et si un français-anglais pourrait s’envisager, je crois qu’il ne faudrait pas imposer une langue à un groupe dont l’univers est si libre.

Enfin, toujours est-il que, pour balayer les codes, TTRRUUCES serait, à mes oreilles, un pari audacieux, mais qui pourrait s’avérer gagnant.

Leurs points forts

Un univers reconnaissable, une esthétique à la fois vintage et moderne.
Des chansons efficaces, même les plus musicalement pointues.
Un duo magique. Natalie et Jules sont réellement complémentaires, et leurs harmonies vocales sont à couper le souffle.
Des possibilités de mise en scène infinies. Au-delà de l’aspect musical, l’univers visuel de TTRRUUCES est tout aussi atypique; nul doute qu’ils auraient de quoi proposer un show mémorable qui propulserait jury et public dans leur monde.

Leurs points faibles

Un univers extrêmement clivant. Vous détestiez « Lock me in » l’année dernière? Vous Grincerez probablement des dents en écoutant les titres présents dans cet article… Et pourtant… « Lock Me In » pêchait par son côté très (trop) répétitif; cependant, je crois que les morceaux de TTRRUUCES ont des structures musicales bien plus complexes, du genre de celles que l’on redécouvre à chaque écoute. Leur plus grand point faible pourrait, alors, ne plus en être un.

Le titre à découvrir d’urgence

Autres titres à découvrir

Parce que la musique de TTRRUUCES peut être très accessible, à coups de banger pop-alternatifs qui n’auraient rien à envier à un « I Feed You My Love »

Parce que TTRRUUCES peut déchaîner une foule en délire sur un disco endiablé qui vous fera danser sans vous arrêter.

Parce que TTRRUUCES maîtrise parfaitement les codes de l’hymne feel-good et fédérateur aux accents brit-pop.

Parce que même dans le chaos le plus total, TTRRUUCES sait vous proposer des chansons étrangement fascinantes.

Parce que TTRRUUCES peut aussi vous emporter dans des ballades planantes

Alors, que pensez-vous de TTRRUUCES ? Le duo aurait-il de quoi briller avec son univers pop-rock unique et décalé? Ou laisserait-il le public sur le bas-côté ? J’attends vos commentaires avec grande impatience, car ce groupe est de loin l’un des plus atypiques que j’aie pu vous présenter jusque-là, et je m’attends à recevoir des avis tranchés.

Et promis : la prochaine fois, c’est Laura Cahen qui sera bel et bien à l’honneur.

Musicalement,

Juliette.

Royaume-Uni 2023 : TTRRUUCES ferait-ils de bons représentants selon vous ?
24 votes
×

>>> Vous pouvez suivre l’actualité de TTRRUUCES sur leur site officiel et leurs réseaux sociaux (Facebook, Instagram). Découvrez leur musique sur Spotify, Deezer et YouTube.