Les secondes répétitions des demi-finalistes se concluent aujourd’hui. Voici le programme de ce vendredi 14 mai :

  • 10h – 10h20 : Géorgie
  • 10h25 – 10h45 : Albanie
  • 10h50 – 11h10 : Portugal
  • 11h15 – 11h35 : Bulgarie
  • 11h40- 12h : Finlande
  • 12h – 12h30 : pause
  • 13h05 – 13h25 : Lettonie
  • 13h30 – 13h50 : Suisse
  • 13h55 – 14h15 : Danemark

À nouveau, cet article sera mis à jour, au fil des répétitions et des publications. Vous y retrouverez descriptions, photos et vidéos des prestations, ainsi que mes commentaires personnels (qui n’engagent que moi). Vous nous retrouverez également en direct, sur notre fil Twitter.

Nous vous souhaitons déjà une excellente journée. Profitez-en bien et surtout, faites-nous part de vos impressions et de vos commentaires !

À noter : ce sera la première fois que je visualiserai le rendu télévisuel intégral des prestations de la seconde moitié de cette demi-finale, dont les premières répétitions ont été couvertes par Audrey et Pauly W.

GÉORGIE

  • Moyenne d’Audrey au terme des premières répétitions : 6,5/10
  • Avis général sur ces secondes répétitions : Tornike est un excellent interprète, et c’est une prestation solide qu’il nous a offert ici. Mais sans être de mauvaise facture, le titre est hélas très plat sur le plan rythmique et laisse rapidement la place au soporifique. Mise en scène et visuel montrent un Tornike seul sur scène dans une ambiance bleutée, à peine rompue par quelques inscriptions sur l’écran LED, et parfois sur Tornike lui-même. Si les plans rapprochés siéent très bien à l’atmosphère très intimiste de « You », les plans larges renforcent le vide de cette grande scène, où Tornike est comme un petit être perdu au milieu de l’Univers. Difficile de faire autrement sur un tel titre, mais de meilleurs cadrages, voire l’accompagnement d’une danseuse, auraient permis une meilleure occupation de l’espace. Le rendu d’ensemble laisse à mon sens trop froid pour susciter l’adhésion totale.
  • Visuel : 5/10
  • Mise en scène : 5/10
  • Prestation vocale : 9/10
  • Chanson : 5/10.
  • Moyenne de Rem_Coconuts : 6/10
  • Chances de qualification : inexistantes. En plein ventre mou d’une demi-finale très ouverte, les trois minutes géorgiennes fleurent plus le goût d’un « dodo de sentir » que celui d’un appel aux votes massifs, en dépit du talent indéniable de Tornike.

ALBANIE

  • Moyenne d’Audrey au terme des premières répétitions : 7/10
  • Avis général sur ces secondes répétitions : mitigé. Oui, Anxhela reste l’interprète exceptionnelle qu’elle est, et s’inscrit dans la lignée des grandes voix albanaises qui ont porté les couleurs du pays au concours. Mais il manque à la prestation d’ensemble le supplément d’âme qui lui avait permis de décrocher la victoire au Festivali i Këngës 2020. Si les visuels projetés sur l’écran LED central sont de facture correcte (quoiqu’un peu grossiers sur la forme) et si le travail sur les lumières, teintées d’or et de rouge, est remarquable (chose que je répèterai à l’infini concernant la globalité des prestations), Anxhela est seule, trop seule sur scène. Si la voix se suffit amplement à elle-même, l’artiste manque terriblement de soutien artistique. Là où des plans rapprochés ne pourraient que partiellement combler ce déficit, le choix d’une réalisation très axée sur les plans larges accroît la sensation de solitude qui nuit une prestation qui gagnerait à davantage de feu.
  • Visuel : 6/10
  • Mise en scène : 4/10
  • Prestation vocale : 9/10
  • Chanson : 6,5/10
  • Moyenne de Rem_Coconuts : 6,37/10
  • Chances de qualification : de plus en plus faibles. Là où l’Albanie avait clairement une carte à jouer, le rendu scénique assez moyen complique les chances du pays d’atteindre potentiellement la finale.

PORTUGAL

  • Moyenne d’Audrey au terme des premières répétitions : 8/10
  • Avis général sur ces secondes répétitions : é-blou-is-sant. Tel est le premier terme qui me vient à l’esprit pour évoquer la prestation de The Black Mamba. Ouverte sur un sublime noir et blanc digne des plus grands classiques du cinéma, le voyage dans le temps et l’univers du blues et de la soul se poursuit à travers une réalisation qui offre une montée en puissance délicate. Elle alterne plans resserrés autour de chaque membre du groupe, et plans larges qui permettent d’apprécier la beauté des visuels répartis entre les écrans LED de fond et la grille qui coupe le cat-walk central sur lequel Pedro termine la prestation. L’esthétique est remarquable, le travail sur les lumières incroyables et le tout sonne comme un enchantement. Le mot magie tient ici tout son sens, et la qualité de la prestation du groupe, extrêmement professionnel, y est évidemment pour beaucoup. Quant au titre, je le défends bec et ongles depuis le Festival da Canção, et je suis séduit par la culture musicale qu’il apporte au concours. Le Portugal tient ici une excellente proposition, capable de créer la surprise dans cette édition très ouverte.
  • Visuel : 9/10
  • Mise en scène : 9/10
  • Prestation vocale : 9/10
  • Chanson : 9/10
  • Moyenne de Rem_Coconuts : 9/10
  • Chances de qualification : en augmentation constante. Là où le Portugal était initialement décroché, la qualité de la prestation de The Black Mamba remet le pays droit dans la course à la finale.

BULGARIE

  • Moyenne d’Audrey au terme des premières répétitions : 8,75/10
  • Avis général sur ces secondes répétitions : l’art de la subtilité et de la délicatesse est fort difficile à manier, qui plus est dans un format (concours télévisuel, grande scène) où il n’est guère évident à explorer. Avec Growing Up is Getting Old, Victoria avait de surcroît un titre peu évident d’accès, difficile à mettre en scène et à porter auprès du public. Autant dire que la Bulgarie relève la mission haut la main. Victoria porte à merveille le bijou qui lui sert de titre, le portant avec une interprétation sensible et aussi douce que du velours. L’ensemble est d’une belle poésie, Victoria naviguant sur un rocher au milieu d’un univers où brille un fond interstellaire et où le sable s’écoule, tel le temps dans un sablier, et offre un rendu très esthétique, où aux plans rapprochés de la première partie succèdent des plans large dans la seconde moitié de la chanson (avec toutefois un petit hic de cadrage sur l’ascension finale du rocher, où l’on apercevait la perche technique dans le champ). C’est un véritable travail d’orfèvre qui nous est donné à voir et à écouter. Il parvient à restituer à merveille l’atmosphère intimiste de ce titre sur la scène de l’Ahoy Rotterdam, en pleine phase avec l’excellente interprétation de Victoria.
  • Visuel : 9/10
  • Mise en scène : 9/10
  • Prestation vocale : 8/10
  • Chanson : 9/10
  • Moyenne de Rem_Coconuts : 8,75/10
  • Chances de qualification : assurées. La Bulgarie est l’une des grandes favorites à la victoire finale, et la qualité des prestations de Victoria est en une irréfutable preuve.

FINLANDE

  • Moyenne de Pauly W. au terme des premières répétitions : 8/10
  • Avis général sur ces secondes répétitions : une assurance, la Finlande mettra le feu à l’Ahoy Rotterdam le 20 mai au soir. Si elle n’offre pas de surprise particulière par rapport à celle de l’UMK, la prestation est à l’image du titre, explosive et décoiffante. Vocalement, trois prises ont permis au chanteur principal d’être au point et d’assurer une très bonne prestation. Après un premier tour de caméra à 380° sur la hauteur de la scène, on est de suite transposé dans une atmosphère lumineuse bleu glacial et blanc, où le duo de chanteurs figure en avant-scène. L’écran LED laisse parfois apparaître des visages, tandis que le guitariste montre à la caméra le mot « JOW » inscrit sur son instrument et qu’une main apparaît sur le sol. À noter un très beau travail sur les lumières encore une fois, qui passent au rouge électrique vers la fin de la prestation, transformant les membres du groupe en imprécises silhouettes. Des jets de flammes ponctuent enfin ces trois minutes, qui déménageront à coup sûr la salle, mais aussi le public installé chez lui. Le tout est que la Finlande a voulu marquer un coup avec un style qui lui réussit très bien au concours, et que cela fonctionne très bien.
  • Visuel : 8/10
  • Mise en scène : 8/10
  • Prestation vocale : 8/10
  • Chanson : 8/10
  • Moyenne de Rem_Coconuts : 8/10
  • Chances de qualification : assurées. Je ne vois pas comment la finale pourrait échapper à la Finlande avec une prestation aussi solide et un titre aussi décoiffant.

LETTONIE

  • Moyenne de Pauly W. au terme des premières répétitions : 6/10
  • Avis général sur ces secondes répétitions : alors, alors… Pour commencer, Samanta. Nous avons là la Reine de l’édition 2021, et la Reine du concours tout court. Samanta, c’est une majesté unique et une déité eurovisionesque sans pareille. Samanta aime le live, c’en est une performeuse extraordinaire qui duplique à merveille son talent sur la scène de l’Ahoy Rotterdam. Samanta ne chante pas, Samanta n’interprète pas, Samanta incarne à peine, car Samanta est. Juste, elle est. Et c’est sur ses épaules que tout repose ici. Investissement et énergie sont présentes, sans hésitation aucune. La performance vocale est splendide. Ce « The Queeeeeeeeeen of the night is coooooomiiiing » me donne encore des frissons. Problème majeur toutefois : le reste. Il est connu qu’un premier rôle ne peut assurer qu’avec de solides seconds rôles, et en l’occurence, c’est un cocktail détonnant qui nous est ici offert. Nous passerons sur l’alliage discutable de l’orange et du vert foncé, mais le visuel est en soi désarçonnant, très psychédélique, pour ne pas dire aussi hallucinatoire qu’un test de Rorschach animé. Côté scénographie, un copycat de celle de Still Breathing au Supernova, avec les trois choristes armées de leur visière et quasi vissées à leur micro, et Samanta qui porte l’ensemble. Mais où se trouve le liant scénographique et visuel par rapport au sujet, à savoir l’empowerment des femmes ? Comment le message est-il traduit sur scène ? Réponse : il ne l’est pas. Cela me laisse par conséquent fort perplexe, d’autant plus avec un titre qui, s’il a du fond et constitue une proposition musicale intéressante, n’est pas des plus percutants.
  • Visuel : 6/10
  • Mise en scène : 4/10
  • Prestation vocale : 9/10
  • Chanson : 6,5/10
  • Moyenne de Rem_Coconuts : 6,37/10
  • Chances de qualification : très faibles. Là où l’ouverture de la demi-finale et son homogénéité pouvait permettre à la Lettonie de dégager une marge de manoeuvre assez étroite, la ligne directrice choisie par la délégation semble lui ôter toute chance d’entrevoir la finale le 22 mai prochain.

SUISSE

  • Moyenne de Pauly W. au terme des premières répétitions : 9,5/10
  • Avis général sur ces secondes répétitions : l’enthousiasme de notre ami Pauly avait particulièrement attiré mon attention mardi dernier, d’autant plus que je ne suis pas le plus grand fan du titre (« pire » note parmi les rédacteurs du conseil de classe… avec 7/10 tout de même) quoique j’en reconnaisse les qualités d’écriture et le talent de Gjon’s Tears. Au terme de ces répétitions, un constat : le travail mené par la délégation suisse est tout simplement remarquable. Nous avons ici la proposition la plus singulière de cette édition, fort conceptuelle et très arty de par son essence. La scénographie a fait l’objet d’une mûre réflexion, preuve en est sa complexité et son esprit. L’ensemble est audacieux, très audacieux même, atypique, a fortiori pour le titre, avec lequel je ne suis pas forcément certain qu’il soit complètement en phase toutefois – demeure une interrogation personnelle sur ce point. Sans pour autant claquer LA performance, Gjon’s Tears est à son aise vocale, mais corporellement parlant, il s’essaie à quelques mouvements chorégraphiques saccadés vaguement inspirés de Loïc Nottet en 2015, qui demeurent toutefois sur la retenue (la faute au décor de Tetris qui n’offre pas une extrême largueur de performance à l’interprète). Le visuel est très sobre, de blanc et de noir, l’écran LED de fond n’occupant qu’un rôle secondaire dans la prestation, parfois teinté d’éclats de verre et de vague avant de nous offrir des LED clignotantes à la Lisbonne 2018. Oui, je le répète, l’ensemble est remarquable de réflexion et de style, et il mériterait un très beau classement cette année. Jusqu’à la victoire toutefois ? Je n’en suis pas intimement persuadé. Même si la proposition suisse est indéniablement de qualité, quelque chose me manque, comme un soupçon de connexion entre le titre et la scénographie. Et l’on sait également d’expérience récente que les mises en scène « intellectuelles » ne sont pas forcément celles qui parlent le plus au plus grand nombre.
  • Visuel : 8/10
  • Mise en scène : 8/10
  • Prestation vocale : 8/10
  • Chanson : 7/10
  • Moyenne de Rem_Coconuts : 7,75/10
  • Chances de qualification : assurées. La Suisse fait partie des grands favoris à juste titre, et elle ne peut qu’aller en finale avec une telle prestation. Jusqu’où en finale ? Haut probablement, et je le lui souhaite. Mais peut-être pas jusqu’au Micro de Cristal.

DANEMARK

  • Moyenne de Pauly W. au terme des premières répétitions : 7/10
  • Avis général sur ces secondes répétitions : après la performance arty, retour vers le futur en jurant évidemment par le disco ! Notre duo danois nous propose ici un revival années 80 qu’ils assument de la tête au pied, et dans tous les sens du visuel (bleu et violet pétard de sortie, cubes, lignes clignotantes etc.). La prestation reste quasi identique à celle du DGMP, exception faite de l’apport de trois choristes en présentiel et en visuel (oui, oui, cela existe encore au concours 2021). Chacun des deux chanteurs est sur son podium, avant que celui en rose ne courre vers le catwalk avant le refrain final histoire de faire quelques sauts en mode « Viens faire un tour là-haut dans les étoiles » (ceux qui ont vu le film Disco savent) et de se retrouver sur le même podium. C’est un peu kitsch sur les bords, mais c’est énergisant, c’est rafraîchissant, c’est dansant, c’est enthousiasmant, c’est guilty pleasure à mort de chez mort, et ça fait une très bonne clôture de demi-finale. En tout cas, je valide.
  • Visuel : 7/10
  • Mise en scène : 7/10
  • Prestation vocale : 7/10
  • Chanson : 6/10
  • Moyenne de Rem_Coconuts : 6,75/10
  • Chances de qualification : possibles. La fenêtre d’opportunité pour une entrée en finale est réelle, quoiqu’incertaine. Mais réelle.

CONCLUSION

Voici notre classement personnel au terme de cette septième journée :

  • Portugal : 9/10
  • Bulgarie : 8,75/10
  • Finlande : 8/10
  • Suisse : 7,75/10
  • Danemark : 6,75/10
  • Lettonie : 6,37/10
  • Albanie : 6,37/10
  • Géorgie : 6/10
  • À mon sens, le Portugal et la Bulgarie se démarquent largement de cette deuxième moitié de demi-finale, en ayant offert des prestations solides, parfaitement calibrées, délicates, sobres et élégantes.
  • La Finlande est sérieusement dans les parages, destination la partie gauche du tableau final, ce qui serait une première depuis 2014 pour le pays.
  • La Suisse offre une proposition singulière et contemporaine, mais dont le manque de connexion par rapport au titre et la complexité l’éloigne de la victoire
  • Le Danemark est en lice pour l’un des derniers tickets qualificatifs pour la finale
  • Lettonie, Albanie et Géorgie sont en danger, fut-ce pour le titre ou les performances proposées

Au terme des répétitions de cette deuxième demi-finale qui a mêlé confirmations, retours en grâce, montées en puissance, doutes et déceptions, voici les dix qualifiés de Pauly W. et de Rem_Coconuts sur la base de leurs impressions et de leurs notes :

  1. la Grèce
  2. le Portugal
  3. la Bulgarie
  4. l’Autriche
  5. l’Islande
  6. la Finlande
  7. Saint-Marin
  8. la Serbie
  9. la Suisse
  10. la République Tchèque

Resteraient donc sur le carreau l’Albanie, le Danemark, l’Estonie, la Géorgie, la Lettonie, la Moldavie et la Pologne. Bien entendu, les avis ici exprimés n’engagent que leurs propres auteurs et restent basés sur les deuxièmes répétitions. Aux répétitions générales et aux lives de confirmer ou de démentir les avis formulés par nos soins.

À vous de jouer ! Répondez sans plus attendre à nos deux sondages sur les répétitions de la deuxième demi-finale.

Selon vous, qui a réalisé la meilleure répétition de ce vendredi 14 mai ?
86 votes · 86 answers

Au terme de ces secondes répétitions, quels sont les dix pays que vous qualifieriez pour la finale ?
84 votes · 840 answers

Crédits photographiques – UER