Samedi soir dernier, la PreParty ES 24 ouvrait le bal des traditionnelles pré-parties, durant lesquelles nos eurostars de l’édition en cours se lancent dans une opération séduction de l’Europe, destination Eurovision.

Point de Slimane ni de Tali à l’affiche (sniffy), mais près de trente eurostars au programme dont Rémi a écouté avec la plus grande attention les prestations. Prêts pour une petite revue des troupes ? Vamos !

Saint-Marin

Sans surprise, Madrid a réservé un accueil de feu aux locaux « saint-marinais » de l’étape, hier au Benidorm Fest et aujourd’hui représentants de la plus petite république du monde à l’Eurovision. L’énergie est évidemment au rendez-vous, tandis que le charisme indéniable de Kenzy fait mouche sur scène. Aucun souci à se faire donc de ce côté là pour Malmö. S’agissant de la prestation vocale, il y a du mieux par rapport à Una Voce Per San Marino, même si cela reste à bien des moments perfectibles en termes de justesse et de canalisation. Question : la rock attitude suffira t-elle toutefois à Megara pour espérer la finale ?

Danemark

Si la magie du générique Sand (que, personnellement, j’adore !à) parvient à opérer à ce point, le Danemark le doit avant tout et pour toute chose à son interprète, Saba, qui transcende littéralement la chanson. Ce en toute simplicité, car sobriété n’a jamais été frein de majesté. Et ce n’est pas la reine Saba qui dira le contraire, grâce à une interprétation puissante et magnétique. Ici, c’est un grand OUI !

Moldavie

Natalia Barbu, In The Middle, ou le paradoxe moldave. Car le pays bénéficie cette année du talent et de l’expérience de son eurostar, qui a déjà éprouvé la scène de l’Eurovision en 2007 et part donc avec un sérieux atout dans sa manche. C’est ainsi que Natalia Barbu a évidemment assuré sa performance à la PreParty ES – on n’en attendait pas moins d’elle. Cela risque malheureusement de ne pas être suffisant vu la faiblesse du titre en ce cru 2024 éclectique et ouvert.

Albanie

Quand bien même s’est-elle au final parée de titane, l’Albanie ne part guère en favorite pour la qualification cette année. Et ce n’est pas la prestation de Besa qui risque d’aider à pousser son pays en finale. Si la francophile chanteuse assure ses couplets sans l’ombre d’un doute, cela m’a semblé plus poussif sur les refrains, particulièrement sur les notes les plus hautes. À surveiller lors des prochaines pré-parties.

Malte

Cousin évident d’un Liar ou d’un Firefighter, Loop souffre sur le papier de la concurrence avec les deux titres, ce qui pourrait affecter les chances de qualification en finale de Malte. Mais c’est sans compter sur Sarah Bonnici qui, en excellente performeuse qu’elle est, assure sa prestation à la perfection, parvenant à allier danse et maîtrise vocale, ce qui est suffisamment rare pour être souligné à ce point !

Tchéquie

Une prestation mi figue mi raison pour la candidate tchèque. Certes, elle fait mieux qu’à la finale nationale tchèque avec le très réussi revamp de Pedestal (en même temps, difficile de faire pire …), mais l’ensemble reste malgré tout très fragile vocalement. Si les couplets tiennent vocalement la route, la justesse reste très perfectible sur les refrains. D’autant plus qu’en canalisant sa performance afin d’assurer sa prestation vocale, Aiko perd trop en énergie sur l’ensemble.

Finlande

Cela n’a même pas besoin d’être acté tellement c’était évident dès l’UMK : le duo n’est clairement pas le meilleur vocaliste du plateau (et cela s’entend mal bien dans les aigus de la fin de refrain). Le tout est que le duo de jean (peu) vêtu au logo flouté mise à fond sur l’aspect Joke Act de leur proposition énergique tout droit sortie de l’électro pop des années 90 pour accrocher l’auditoire, et force est de constater que ça ne marche pas si mal. Mais vocalement, il y a mieux.

Lettonie

Nul doute que la Lettonie a fait le choix du talent en offrant un aller-retour pour Copenhague (mieux desservi que Malmö) à Dons. Ballade classique, mais de belle facture, Hollow est complètement servie par la très belle voix et l’interprétation de son interprète, qui pourrait toutefois gagner un poil plus en présence scénique pour espérer se démarquer parmi la concurrence. Cela sera t-il suffisant pour permettra à la Lettonie de signer un retour surprise en finale 8 ans après Justs ? Madrid fut en tout cas une réussite pour Dons.


Islande

Ne parlez pas d’eurostar, mais d’eurolégende ! Après avoir fait vibrer la salle avec l’eurotube Je Ne Sais Quoi, Queen Hera Björk a ensuite tenté d’enflammer la Sala la Riviera avec Scared Of Heights. Pas dit que l’accueil fut aussi enthousiaste que pour son titre de 2010 (loin de là même), mais la reine est bel et bien au rendez-vous de l’Eurovision, quelque soit le résultat au bout de l’aventure.

Pologne

Sa première sortie au Melfest WKND n’était pas des plus convaincantes sur le plan vocal. Mais c’était beaucoup mieux à Madrid pour Luna, qui a délivré une jolie prestation sur la scène de la Sala La Riviera. Là où les refrains sont plutôt bien interprétés (quoique largement soutenus par les choeurs pré-enregistrés), les couplets gagneraient toutefois à plus de puissance vocale, tandis que la performance pourrait être plus impactante.

Serbie

Teya Dora avait déjà largement dévoilé ses atouts sur la scène de Pesma Za Evroviziju. On est seulement à la première pré-partie et déjà la représentante serbe confirme, avec une prestation aussi pure et étincelante de finesse que lors de sa sélection. Sa performance sur la scène madrilène est digne du bijour qu’est Ramonda, et à ce stade, une élimination de la Serbie en demi-finale serait proprement scandaleuse au vu des qualités du titre et de sa belle interprète.

Portugal

Même combat que la Serbie … ou presque pour le Portugal. Je ne suis peut-être pas le plus convaincu ni des chances de qualification en finale ni par le titre en lui-même (spoiler), mais force est de constater que Iolanda illumine la scène de par l’intensité et la puissance de son interprétation. Le délicat Grito est en effet littéralement sublimé par son interprète qui, quand on y pense au final, pourrait bel et bien offrir la finale à son pays pour la quatrième année consécutive.

Irlande

Vous n’êtes pas sans le savoir : je suis l’un des plus grands fans de la proposition irlandaise au sein de la rédaction. Objectivement, Bambie Thug a davantage gagné son ticket pour Malmö sur le titre que sur sa prestation en sélection, au demeurant très approximative vocalement. Deux mois plus tard, le progrès est net et plus que net, et Bambie a largement gagné en maîtrise et en justesse, même si iel laisse (trop) largement la place aux choeurs pré-enregistrés dans le refrain. Après, si l’on s’arrête à Doomsday Blue, ça passera ou ça cassera.

Slovénie


Actuellement à la bataille pour la qualification si l’on en croit les bookmakers (9ème de sa demi-finale), Raiven nous a offert un très beau moment sur la scène madrilène pour sa première prestation en live de Veronika. Charisma, uniqueness and talent ; le précepte de Mama Ru sied à merveille à l’interprétation de la sirène slovène, accompagnée d’une danseuse pour l’occasion. Au-delà du magnétisme de la performance, l’ensemble jouit d’une extrême maîtrise vocale (quels aigus !), qui aurait largement de quoi séduire les jurys nationaux si d’aventure …

Arménie | Jako – Ladaniva

Pour sa première en live dans l’euromonde, le duo franco-arménien a mis l’ambiance à la Sala La Riviera grâce à une performance énergique et en interaction avec le public. Jaklin et Louis sont habitués de la scène, et cela se ressent pleinement. Pour le moment 19ème des bookmakers, Ladaniva pourrait bien créer la surprise à Malmö avec un télévote qui pourrait bien céder à l’enthousiasme communicatif du duo et à la prestation vocale très réussie de sa chanteuse. C’est simple : il suffit de fermer les yeux et on croirait entendre la version studio, mais teintée de l’âme incomparable du live.

Lituanie | Silvester Belt – Luktelk

Il n’y a qu’à entendre retentir les premières notes de Luktelk pour ressentir l’enthousiasme des eurofans. Ça tombe bien : le très accrocheur titre lituanien bénéficie de l’aura de son charismatique interprète, et vice-versa, tous deux ne faisant qu’un. Silvester et sa chanson sont indissociables l’un de l’autre, les deux étant traversés par la même énergie électro-pop vintage et semblable magnétisme. Le représentant lituanien est quant à lui à son aise parfaite, et cela décuple mon impatience de découvrir Luktelk sur la scène de la Malmö Arena !

Ukraine | Alyona Alyona & Jerry Heil – Teresa & Maria

On savait le duo ukrainien prêt depuis sa prestation au Vidbir (à laquelle certains reprochaient nénamoins un manque de symbiose entre les deux artistes) et il nous l’a confirmé sur la scène de la PreParty ES, malgré quelques petits problèmes de micro par moments. La voix d’Alyona Alyona s’est davantage faite entendre dans les parties chantées, même si l’atout vocal du duo reste Jerry Heil. Avec Teresa & Maria, l’Ukraine s’impose une nouvelle fois comme une sérieuse prétendante au Micro de Cristal avec cette proposition oscillant entre pop et musiques urbaines, le tout teinté de sonorités ukrainiennes.

Belgique | Mustii – Before The Party Is Over

Le premier live de Mustii était sans aucun doute l’un des plus attendus de la soirée, la Belgique faisait partie des favorites au titre. Le juré de Drag Race Belgique n’a pas déçu son auditoire avec une prestation authentique et très incarnée, en parfaite symbiose avec l’essence de Before The Party’s Over. Mustii est indéniablement un artiste de scène, capable d’enflammer et d’alpaguer la salle, et surtout de faire brûler son âme de feu en live. Nul doute possible : la Belgique est bien au rendez-vous de cette édition 2024 et elle pourrait bien monter très très haut à Malmö …

Suède | Marcus & Martinus – Unforgettable

Le Melodifestivalen nous a déjà fait étalage des qualités de performeurs du duo norvégien, qui éprouve la scène musicale depuis son plus jeune âge. Sans surprise, Marcus & Martinus ont délivré une prestation calibrée, taillée au cordeau, de laquelle rien n’a dépassé, comme à la sélection suédoise en somme. Le seul véritable défi résidait ailleurs : Unforgettable est-il aussi inoubliable sans sa scénographie futuriste de dingue ? Réponse : la Suède tient là un bon titre, mais générique au possible, dont le véritable intérêt repose sur … la scéno. Mais rien à dire sur la qualité de la prestation des M&Ms, le top 10 dans le viseur.

Espagne | Nebulossa – Zorra

ZORRA, ZORRA, ZORRA ! Inutile de préciser que Nebulossa était en terrain conquis à domicile, les eurofans espagnols ayant largement contribué à la porter jusqu’à Malmö avec la conviction et la passion qui sont les leurs. Ne nous voilons pas la face : Mery n’est clairement pas la meilleure vocaliste du plateau, et tant les choeurs que les eurofans lui seront d’un soutien précieux à l’Eurovision. Le tout est que la prestation est bien mieux maîtrisée qu’à Benidorm, tant sur la voix que sur la performance scénique. Mais entre nous, restons honnêtes, ce n’est pas la voix que l’on recherche ici, mais la connexion avec l’esprit eighties de la Zorra.

Italie | Angelina Mango – La noia

L’Italie 2024 ? Visiblement prête à resigner pour un retour au concours à domicile. Angelina Mango est en tout cas une digne prétendante aux hauteurs du classement avec sa prestance et son charisme inégalables. La jeune artiste habite littéralement la scène et parvient à déployer tout son talent pour faire vivre à merveille La noia. Ce qui n’est pas une sinécure dans un seul en scène, là où telle sobriété n’est pas forcément de la plus grande évidence sur un titre pop contemporain empreint d’un léger rythme latino et au fort potentiel estival. Bref, la Mango est là, et elle n’a besoin de personne pour mettre le fuoco all’italiana !

Croatie | Baby Lasagna – Rim Tim Tagi Dim

RIm Tim Tagi Dim, voilà l’un des grands favoris à Madrid ! Au-delà de l’accroche indéniable d’un titre au rythme entêtant, Baby Lasagna nous a offert une prestation de bien meilleure facture que celle du Dora, alors plus approximative sur le plan vocal et en termes d’aisance scénique. L’espièglerie de l’artiste est égale à celle de son titre, et les deux sont indissociables. Vous le savez toutefois depuis ce jour : je ne suis pas le plus convaincu des chances de victoire croate, et la prestation de Baby à la PreParty ES ne fait que me le confirmer, tant du point de vue de l’envergure du titre que de celle de la prestation face à la concurrence.

Suisse | Nemo – The Code

Et Madrid permit à la Suisse de conquérir la première place des bookmakers … Il faut dire que c’est une prestation vocale très solide que nous a proposé Nemo samedi soir, précédée d’un passage remarqué à la télévision suisse. L’artiste helvétique a su déjouer les dangers d’un titre exigeant en termes de tessiture pour offrir au public madrilène une performance de haute volée, tant dans les parties rappées que dans les vocalises, très maîtrisées, passant du bas en haut et du haut en bas. De quoi faire de la Suisse une sérieuse prétendante au podium et surtout une sérieuse concurrente de la France au classement des jurys nationaux …

Autriche | Kaleen – We Will Rave

Pia Maria or not Pia Maria ? Telle était la question du côté de l’Autriche avec ce We Will Rave très apprécié des eurofans mais supra-vocodé. Une prestation finalement conclue par une prestation vocale de bien meilleure facture qu’espéré. Certes, les refrains restent à travailler (quand ils ne sont pas dominés par les choeurs pré-enregistrés) et l’artiste – plus danseuse que chanteuse – fait l’économie de quelques parties chantées. Mais ces trois minutes se soldent pas une bonne performance qui enflammera la Malmö Arena comme elle a enflammé Madrid, et permettra à l’Autriche de viser plus sereinement la finale qu’en 2022.

Non publiées à ce jour par les équipes d’Eurovision Spain, les prestations de la Géorgie et du Royaume-Uni sont évaluées sur des vidéos capturées par des eurofans, de moindre qualité que celles post-produites par les organisateurs de la pré-partie espagnole. L’évaluation des titres ne se fait donc pas sur la même base que les autres, mais nous mettrons l’article à jour dès publication de nos consoeurs et confrères espagnols.

Royaume-Uni

La vidéo d’Eurovision Spain étant toujours en cours de post-production, la performance a été évaluée sur la base d’une vidéo publiée par un eurofan.

Le live au Vevo Studio avait donné le ton à ceux qui avaient des doutes, et Madrid n’a fait que confirmer sur scène : Olly Alexander reçu 5/5 sur prestation ! C’est en tout cas une prestation quasi équivalente à la version studio qu’il nous a offerte de Dizzy, dont le charme vintage pop opère de plus en plus sur moi au fil des écoutes. Gros point d’interrogation sur le potentiel eurovisionesque de la proposition, mais une chose est sûre : le chanteur de Years & Years le héros de It’s A Sin (hors sujet : foncez regarder ce coup de couteau dans le coeur si vous ne l’avez pas encore vu) est au rendez-vous du live.

Bilan

On comptait sur les premières prestations pour faire un premier tri dans cette édition très ouverte : peine perdue ! C’est bien simple : nul raté intégral, nul foirage total, nulle catastrophe industrielle sur la scène de la pré-party. Nada, nada, nada. Point de mauvaises surprises, au pire quelques prestations moyennes, mais pas de feu rouge, là où l’écrasante majorité des candidats passent au feu vert (et je ne suis pourtant pas le garçon le plus facile à la notation). En résumé : le match est lancé, et il risque bien de se jouer aux tirs au but !

  • Danemark
  • Moldavie
  • Finlande
  • Lettonie
  • Malte
  • Islande
  • Serbie
  • Portugal
  • Irlande
  • Slovénie
  • Arménie
  • Lituanie
  • Ukraine
  • Belgique
  • Suède
  • Espagne
  • Italie
  • Croatie
  • Suisse
  • Autriche
  • Pologne
  • Saint-Marin
  • Albanie
  • Tchéquie

Dans cette histoire, qui s’est donc démarqué au final ? Difficile de le dire. Les bookmakers disent visiblement la Suisse : si la prestation est d’une qualité indéniable et figure dans le haut du panier, la Belgique, dont je suis très curieux de découvrir la scénographie à Malmö, m’a davantage impacté samedi soir de par son incarnation. Lituanie, Italie, Ukraine et Suède ont confirmé, tandis qu’il va falloir compter avec l’Arménie, le Danemark, la Serbie ou la Slovénie. L’Autriche et l’Irlande ont quant à elles levé de sérieux doutes, tandis que la Tchéquie a encore du travail.

Géorgie

Frappée par la tragédie peu de temps avant la pré-partie, c’est un hommage à son frère tout juste décédé dans un accident de voiture que Nutsa a préféré présenter au public en lieu et place de son titre pour l’Eurovision 2024, dont elle a toutefois partagé quelques secondes a cappella en choeur avec le public.

Découvrez sa reprise bouleversante de Hero de Christina Aguilera.

Vous en voulez encore ?

Rendez-vous sur la chaîne YouTube d’Eurovision Spain pour découvrir l’ensemble des prestations du samedi soir d’une PreParty ES dont la réputation n’est plus à faire dans l’euromonde. Allez, on vous facilite la tâche avec un petit coup d’Antes muerta que sencilla, dont Maria Isabel fête cette année les vingt ans de la victoire à l’Eurovision Junior, que l’Espagne accueillera à l’automne prochain. Avec son ex eurostar junior à la présentation quizas ?

À ce soir pour la Barcelona Eurovision Party concurrente, en direct de laquelle sera présente Marie pour l’Eurovision au Quotidien et que nos amis catalans auront le bon goût de diffuser en direct sur la chaîne betevé à partir de 20h20 ! Disponible sur le canal 166 de Movistar, sur le site officiel de la chaîne, sur la chaîne YouTube officielle et sur l’application, por favor. Vous n’avez donc aucune raison valable de louper le premier rendez-vous avec Slimane.