La Norvège fête cette année les dix ans de leur dernière victoire. Le Melodi Grand Prix sert une nouvelle fois de sélection norvégienne pour l’Eurovision.

C’est samedi soir prochain que l’on connaîtra la chanson qui tentera sa chance à Tel Aviv pour la Norvège. Mais avant cela : Loreen et sondage vous attendent !

LES LOREEN

Comme toujours, les opinions sur ce MGP n’engage que son auteur, et n’est en aucun cas le reflet des opinions des autres rédacteurs de l’EAQ.

Loreen est ravie. Elle écoute les chansons du Melodi Grand Prix comme celles d’un bon album sur lequel elle aurait flashé. Après, il y a à boire et à manger dans ce MGP.

Adrian Jørgensen – “The Bubble” (Jonas McDonnell, Aleksander Walmann, Kjetil Mørland)

Très jolie chanson. Une feel-good song qui n’a certes pas grand chose d’originale dans son texte comme dans la musique, mais dont la mélodie a pour mérite de nous mettre de bonne humeur. Et dans ces temps un peu trouble, ça fait du bien.

Anna-Lisa Kumoji – “Holla” (Ashley Hicklin, Jeroen Swinnen, Maria Broberg)     

L’intro m’énerve. Les “ring tinc a tinc” sont sans doute là pour l’accroche, mais moi je n’accroche pas. La chanson part un peu dans tous les sens. On en vient même à mettre le son d’un téléphone en vibreur comme musique additionnelle… Mais où va-t-on ? Une des plus mauvaises contributions de ce MGP. On espère que le live va sauver les meubles.

Carina Dahl -“Hold Me Down” (Ashley Hicklin, Jeroen Swinnen, Pele Loriano, Laurell Barker, Laura Groeseneken)

Chanson popinette bien classique. Pas vilaine, pas non plus révolutionnaire. Beaucoup de oh-oh-oh. On espérait une orchestration un peu plus punchy. Pour le coup, c’est un peu trop linéaire. Décidément, Ashley Hicklin (dont j’aime généralement les compositions) me déçoit.

Chris Medina – “We Try” (Chris Medina, Jason Gill, Tormod Løkling, Julimar Santos)

Encore une chanson pop choupinette, avec un refrain fédérateur bien léché. Peut-être un peu trop faible pour aller représenter la Norvège à Tel Aviv.

D’Sound – “Mr. Unicorn” (Kim Ofstad, Jonny Sjo, Mirjam Omdal, Magnus Martinsen, Tormod Martinsen)

Quelques sons électro façon Daft Punk des années 90, une chanson dans l’ensemble assez insignifiante et dépassée, qui risquerait de passer inaperçue si elle allait chanter en Israël en mai prochain.

Erlend Bratland – “Sing for You” (Erlend Bratland, Arvid Solvang, Nils Egil Brandsæter)

Les amateurs de Mike Brandt apprécieront. Une mélodie qui fait vraiment penser à une rengaine des années soixante-dix. Il a fallu une forêt entière d’érables pour couvrir de sirop ce titre ! Cette chanson trouvera assurément son public. Je n’en fais pas partie.

Hank von Hell- “Fake It” (Hans Erik Husby, Andreas Werling)

Pincez-moi je rêve ! On dirait du punk-rock ou rock alternatif. A l’Eurovision ?! C’est tellement rare que c’est à souligner. Bon c’est pas du niveau Green Day ni des Stones, ce n’est même pas la meilleure chanson de cette édition, mais l’effort mérite une bonne note. Et j’en profite pour pousser mon coup de gueule annuel : Envoyez un peu de rock à l’Eurovision, bon sang de bois !

Ingrid Berg Mehus “Feel” (Ingrid Berg Mehus, Bjørnar Hopland, Anthony Modebe)

Petite chanson sans prétention aucune, avec une jolie voix et un petit interlude au violon assez sympa. Mais il n’y a pas non plus de quoi grimper au rideau. On l’écoute, et on l’oublie aussitôt.

KEiiNO – “Spirit in the Sky” (Tom Hugo Hermansen, Fred Buljo, Alexandra Rotan, Henrik Tala, Alex Olsson)

Ce sont les favoris, paraît-il. Je dois avouer que la chanson est bien construite, très catchy, avec des envolées là où il faut et comme il faut, et avec aussi une belle référence à la Laponie (ce qui donne son charme à la chanson). Il faudra voir comment va se dérouler le live, mais visiblement, ça plaît à un grand nombre et ça devrait pouvoir faire une bonne place à Tel Aviv.

Mørland – “En livredd mann” (Kjetil Mørland)

Last but not least comme on dit. La seule chanson en norvégien. Et quelle chanson ! L’intro musicale nous laisse déjà penser qu’on va écouter une très bonne chanson. Une mélodie épique, qui raisonne comme un hymne, avec une interprétation magistrale d’un Morland très en forme. Magnifique !

SONDAGE

C’est maintenant à vous de nous dire quel est votre favori.

Rendez-vous est pris pour samedi prochain.