A-t-on jeté un mauvais sort à la Lettonie ? Depuis 2009, le pays balte n’arrive plus à rien. Non seulement il ne se qualifie pas pour la finale, mais en plus, il trouve le moyen de terminer systématiquement dernier ou avant-dernier de sa demi-finale. Pour tenter de conjurer le sort, les lettons misent sur un groupe baptisé Aarzemnieki. Il est composé de quatre artistes : Jöran Steinhauer,  Guntis Veilands, Katrīna Dinanta et Raitis Vilumovs.

 

[pullquote align=”left|center|right” textalign=”left|center|right” width=”30%”]Le groupe[/pullquote]

Aarzemnieki4Aarzemnieki signifie « Etrangers ». L’histoire débute en Allemagne, où Jöran écrit une chanson d’adieu sur la monnaie lettone. Intitulée Paldies Latiņam! (Merci, Lettons), la chanson est lancée sur youtube et obtient 100.000 vues en seulement une semaine. Cette popularité naissante et l’enthousiasme provoqué par la chanson incitent Jöran à faire ses bagages et à partir en Lettonie.

Jöran devient un fan de l’Eurovision et du groupe Brainstrom après  avoir vu ces derniers sur la scène de Stockholm.

En 2008, le chanteur tente sa chance à la sélection lettone avec son ancien groupe Axlina.

Jöran a choisi un nom difficilement prononçable pour son groupe. C’est fait exprès et cela est censé refléter la lutte de chaque étranger à s’intégrer dans la société locale.

C’est à l’automne 2013 qu’Aarzemnieki  devient un vrai groupe avec l’arrivée des trois autres membres. Un groupe, une chanson et hop !… Direction le Dziesma 2014 !

Galerie de photos de la Lettonie : cliquez pour agrandir

[pullquote align=”left|center|right” textalign=”left|center|right” width=”30%”]La chanson[/pullquote]

Ce beau monde interprète sur la scène de Copenhague Cake to Bake. Il s’agit d’une chanson folk qu’on aime écouter les soirs d’été devant un feu de joie entre amis. On se voit déjà assis en tailleur devant une brochette de Marshmallow (plutôt une bière pour moi, merci)… à rire et à chanter Cake to Bake.

Le refrain est efficace dans le sens où il entraîne tout le monde à chanter. Et puis, il y a aussi ces onomatopées inventés… répétez après moi : cep cep cep cep kuku kuuku, cep cep cep cep kuku kuuku, cep cep cep cep kuku kuuku… on sait que l’Eurovision raffole de ce genre de paroles.

La chanson parle de quelqu’un qui effectue de grandes choses dans sa vie, qui résout de nombreuses énigmes, mais qui, aujourd’hui, ne veut faire une chose. Il ne pense qu’à ça et ne veut faire que ça : enfourner un gâteau.

Le pourquoi du comment, on le comprend en surprenant l’expression béate du leader et de ses compagnons, et on aurait finalement bien envie de goûter à ce gâteau magique. La chanson se termine par Garšīgi, qui signifie “Délicieux” en letton.

Je sais que bon nombre d’entre vous n’aiment pas, pensent qu’Aarzemnieki a volé la place à Dons dans la sélection nationale. Mais bon… la mélodie est somme toute très fraîche, la bouffonnerie est assumée et ce n’est pas une chanson « prise de tête ». Et il en faut des chansons comme ça à l’Eurovision.

 

N’oubliez pas les paroles

I melted the ice of the polar caps,
found the raiders of the lost ark,
solved a case for the genius from Baker Street,
helped to clean the Central Park.
I created the plan for the Chinese wall,
went to desert, made it rain,
swam through a shark tank bloodily,
found Atlantis, by the way… (but today)

I’ve got a cake to bake – I’ve got no clue at all (cep, cep, cep, cep, cep kuuku)
I’ve got a cake to bake – and haven’t done that before (cep, cep, cep, cep, cep kuuku)
don’t be proud, mate please don’t bother,
go, come on and ask your mother,
how to bake, how to bake, bake that cake…

Cep cep cep cep cep kuuku kuuku cep cep cep cep cep cep kuuku
Cep cep cep cep cep kuuku kuuku cep cep cep

I talked to a unicorn the other night,
took me up on a lonely star,
did the moonwalk on the milky way,
realised I’ve gone too far.
So I questioned the law of gravity,
put the apple back up to the apple tree,
ej tu nost: I even learned Latvian,
I know it’s so hard to believe… (and today)

I’ve got a cake to bake – I’ve got no clue at all (cep, cep, cep, cep, cep kuuku)
I’ve got a cake to bake – and haven’t done that before (cep, cep, cep, cep, cep kuuku)
don’t be proud, mate please don’t bother,
go, come on and ask your mother,
how to bake, how to bake, bake that cake (piece of cake)

Cep cep cep cep cep kuuku kuuku cep cep cep cep cep cep kuuku
Cep cep cep cep cep kuuku kuuku cep cep cep

We’ve got a cake to bake – and got no clue at all
We’ve got a cake to bake – and haven’t done that before
don’t be proud, mate please don’t bother,
go, come on and ask your mother,
how to bake, how to bake, bake that cake (piece of cake)

Mix some dough, add some love, let it bake, wait for it
Mix some dough, add some love, let it bake, wait for it
Mix some dough, add some love, let it bake, have some cake
Mix some dough, add some love, let it bake

We’ve got a cake to bake – and got no clue at all
We’ve got a cake to bake – and haven’t done that before
don’t be proud, mate please don’t bother,
go, come on and ask your mother,
how to bake, how to bake, bake that cake
(Garšīgi)

 

[pullquote align=”left|center|right” textalign=”left|center|right” width=”30%”]La tendance musicale en Lettonie[/pullquote]

Etudions de plus près le classement iTunes letton de samedi dernier. Cocorico ! C’est un DJ français qui est numéro 1 : Faul & Wad Ad & Pnau avec Changes. 2ème l’indétrônable Pharrell et 3ème AC/DC (!). Mais surtout, ce qui est surprenant, c’est que le Lettons ne privilégient pas leur production locale. Pas de letton dans les 20 premiers. C’est Dons qui, avec sa chanson de la sélection lettone obtient le meilleur classement. Après avoir cartonné dans les ventes de disques au moment du concours letton, il est maintenant 22ème. La Lettonie va-t-elle avoir des regrets le 6 mai prochain ?