Bonjour les amis, comme chaque jeudi un Petit Journal de la Semaine tout chaud, à déguster en buvant un bon café (ou un thé, je ne suis pas sectaire..)

Au programme comme chaque semaine des infos sur les coulisses, les loupés et les cancans de notre concours préféré.

A la une : retour sur la cérémonie de répartition des demi-finales.

Les trois présentateurs du Concours 2020 nous avaient donné rendez-vous mardi 28 pour un avant-goût des festivités 2020. Il s’agissait, en 40 minutes, de prendre acte de la passation de pouvoir entre les villes de Tel Aviv et de Rotterdam puis de déterminer la répartition des pays participants dans chaque demi-finale.

Concernant le trio d’animateurs, les retours ont été plutôt bons : si Edsilia Rombley a parfois paru un peu tendue, Chantal Janzen a mené avec efficacité et fermeté la cérémonie. Elle sera sans doute le maillon fort du trio et semble partager déjà beaucoup de complicité avec Jan Smit.

Un hommage appuyé a été rendu à Jon Ola Sand, le superviseur exécutif du Concours, qui passera la main après le concours de Mai.

photo de Jon Ola Sand

Puis, dans une vidéo assez réussie, d’anciens vainqueurs de l’Eurovision ont dévoilé leur sentiment quant à leur ordre de passage de l’époque. L’occasion de constater que certains comme Lenny Kuhr ont totalement oublié à quel moment de la soirée ils s’étaient produits…

Puis vint le moment tant attendu, celui de la répartition !

Pour le big 5 et le pays hôte , il y a du changement. L’Espagne votera en DF 2, une première depuis 2013 et l’Allemagne sera présente en DF 1 pour la première fois depuis 2010, l’année de la victoire de Lena. Heureux présage ?

Enfin, une petite curiosité : depuis 2011 le Royaume Uni a toujours voté dans la demi-finale du futur vainqueur. Le gagnant serait donc en DF 2.

Vous êtes nombreux à avoir écrit que la DF 1 était, sur le papier, la plus forte. C’est un exercice périlleux et il y a un précédent fâcheux (en 2018, les pays « forts » étaient en DF 2 mais la DF 1 s’est avérée bien plus compétitive en fin de compte) mais on ne peut pas vous donner tort si on se réfère aux taux de qualification depuis l’instauration des 2 demi-finales.

Pour l’ensemble des 17 pays de la DF 1, il est de 63,88 % contre seulement 52,38 % pour la DF 2.

De plus, les 5 pays, hors Big 5, qui ont concouru dans toutes les finales depuis 2015 des éditions auxquels ils ont participé sont tous dans la DF 1. Ça sent donc la fin de série pour Israël, l’Ukraine, l’Australie, la Suède et Chypre.

Deux pays ne sont pas des habitués de la première demi-finale : la Roumanie (dernière fois en 2015) et la Norvège (2011) n’y avaient pas été alignés depuis fort longtemps. A contrario, la Grèce et la Finlande, versés en DF 2 cette année avaient leur rond de serviette en DF 1 lors des 5 dernières éditions. En faisant quelques recherches, j’ai aussi constaté que la DF 1 était souvent celle du pays hôte qui y vote 9 fois sur 13 (en comptant 2020) depuis l’introduction de 2 demi-finales.

8 des 10 premiers du Concours 2019 voteront dans cette demi-finale.

La tâche paraît compliquée sur le papier pour des pays peu compétitifs ces dernières années : la Biélorussie, l‘Irlande, la Macédoine du Nord et la Croatie auront fort à faire pour se glisser en finale. Concernant les petits coups de pouce entre voisins, les axes russes (Russie, Azerbaïdjan, Ukraine, Biélorussie) nordiques (Suède, Norvège) et balkaniques (Slovénie, Macédoine du Nord, Croatie voire Roumanie) joueront sans doute à plein. La Belgique profitera sans doute des voix de ses 2 voisins (Pays Bas et Allemagne).

Enfin, Sandro Nicolas a dû pousser un cri de joie quand il a découvert que l’Allemagne voterait le soir de son passage. Le représentant chypriote a en effet participé à The Voice of Germany…

La DF 2 est composée de nombreux pays qui cumulent de mauvais taux de qualification : la Lettonie, la Suisse, Saint Marin et le Portugal ont là l’occasion d’améliorer leurs statistiques. C’est la Grèce, le Danemark et l’Arménie qui présentent les meilleurs taux de réussite parmi les participants mais deux de ces trois pays ont accumulé récemment les mauvais classements.

La République tchèque, l’Islande et le Portugal chanteront le jeudi pour la première fois depuis 2015.

Certains duos diaboliques ont été séparés cette année : l’Arménie et l’Azerbaidjan d’une part, Chypre et la Grèce de l’autre, avaient toujours été versés dans la même demi-finale entre 2016 et 2019.

Cet éloignement sera sans doute préjudiciable pour les seconds mais appréciable pour les caucasiens qui récoltait systématiquement 0 point de leur ennemi intime.

Il y a ceux qui se croisent tous les ans et ceux qui, a contrario, n’ont jamais l’occasion de voter ensemble en demi-finale. La Finlande et l’Ukraine d’une part et l‘Australie et l’Autriche d’autre part n’ont jamais participé à la même demi-finale depuis leur instauration. Les deux pays dont le nom commence par “Au” ont toutefois voté dans la même demi-finale en 2015, l’année où ils étaient tous les deux qualifiés d’office.

Concernant les dynamiques de votes, un axe Finlande-Estonie-Lettonie se profile. Le Portugal sera sans doute poussé par la France, l’Espagne et la Suisse. La Serbie semble esseulée mais l’importante diaspora présente dans les pays occidentaux et nordiques se manifestera sans doute. Y aura t il un vote de voisinage entre l’Autriche, la République tchèque et la Pologne ? Probablement.

Deux curiosités potentielles : si Albert remporte la sélection polonaise, il se retrouvera face au pays dont il a la nationalité, la République tchèque.

Et si Egert Milder remporte la sélection estonienne avec « Georgia (on my mind) », il y a fort à parier que le pays de Tornike Kipiani sera très généreux en points.

Le loupé de la semaine

Il nous vient du Danemark où la révélation des 2 repêchés parmi les demi-finalistes du Dansk Melodi Grand Prix a été éventée. Sur la playlist mise en ligne sur Spotify par le diffuseur apparaît la liste des participants avec la mention « semi-final » à coté du nom de 4 participants seulement.

Par élimination, on peut en conclure que SamSara, MieLou, Nick Jones et Soren Okholm ont été éliminés et que ce sont Jamie Talbot et Emil qui rejoignent les 8 autres finalistes (5 pré-qualifiés et les 3 vainqueurs de la première phase de vote).

La colère de la semaine

Direction la Moldavie. Le leader du groupe Che-MD, un habitué de la sélection moldave, n’est pas content et il le dit….

Le motif ? Son groupe a été exclu des auditions qui se dérouleront ce samedi car des internautes ont repéré que le morceau « Adio » avait été diffusé sur Youtube en Mai 2019, en contradiction avec les règles du Concours. En mesure de rétorsion, le groupe s’est engagé à boycotter les 5 prochaines éditions de l’OMPE. La sélection moldave devrait aisément s’en remettre…

Le plateau télé

Les concurrents de la première série du Melodifestivalen

Je pourrai vous orienter vers les auditions moldaves ce samedi ou vers la première demi-finale du show polonais le lendemain mais soyons clairs, c’est vers le Melodifestivalen que tous les regards se porteront.

La première des 4 séries est très excitante puisque s’y aligneront entre autres le grand favori (Félix Sandman), une finaliste 2019 coachée par deux marraines de choc (Malou Prytz avec ses chœurs assurés par Isa et Ace Wilder), un trio qui a enchanté Tel Aviv en 2019 (The Mammas) et un gagnant récent (Robin Bengtsson en 2017).

Petite nouveauté cette année, les paroles des chansons sont dévoilées le mercredi qui précéde chaque série. Le texte de Félix Sandman paraît très basique et est un peu moqué sur les réseaux sociaux. Le morceau de Robin Bengtsson raconte quant à lui un coup de foudre dans le métro londonien. Certains eurofans tentent d’ailleurs de retracer l’itinéraire emprunté à l’aide des éléments fournis dans le texte.

Les adieux de la semaine

Nous avons perdu depuis le dernier petit journal 3 titres norvégiens, 4 danois, 6 lituaniens et 37 biélorusses.

C’est donc très tentant de vous faire découvrir une petite gourmandise issue des auditions au pays de Zena.

Il s’agit de Parades of Planets and Pluton et de leur morceau en français Pour lui.

Un titre plutôt inattendu pour une sélection biélorusse et que j’aurai retrouvé avec plaisir dans le top 12. Pas de quoi crier au scandale toutefois, la prestation en live était plutôt calamiteuse.

Et à part ça ?

A part ça, 4 informations plus ou moins futiles :

1. Sergey Lazarev et Polina Gagarina ont enregistré un duo qui sortira en Mars. Peu de chances toutefois que ce soit le morceau retenu pour représenter la Russie au concours 2020

2. Salvador Sobral participe au film « Eurovision », prochainement sur Netflix. Il ne jouera pas son propre rôle mais celui d’un chanteur de rues. Etonnant de la part de quelqu’un qui semblait vouloir s’éloigner de la sphère Eurovision autant que possible, non ?

3. La Cicciolina a liké la vidéo de la candidate finlandaise Erika Vikman qui lui rend hommage dans son titre présenté à l’UMK 2020. Verra t on la star italo- hongroise à Tampere le 07 Mars prochain pour la finale de la sélection ?

4. Terminons avec les anniversaires de la semaine. 3 anciens gagnants seront à l’honneur.

Dave Benton (Estonie 2001) fetera ses 69 ans le 31 Janvier, il est né le même jour qu’Helena Paparizou (38), Kalomira (35), ManuElla (31) et Nina Subiatti (25).

Deux jours plus tard, ce sera au tour de Dana International (48) et de Nina Zilli (40) d’être choyées.

Enfin, le 5 Février, Kejsi Tola (28) et Trijntje Oosterhuis (47) souffleront leurs bougies.

Voilà, c’est tout pour cette semaine. Vous pouvez vous exprimer dans la section commentaires sur tous les sujets qui vous paraissent le mériter.

Quelques questions en particulier :

– Avez vous suivi la cérémonie de répartition ? Ce processus a t-il une importance selon vous ?

– La règle de non publication des chansons avant le 01 Septembre doit elle être supprimée ?

– Attendez vous le Melodifestivalen 2020 avec impatience ? Quels sont vos favoris ?

– La Cicciolina qui devient le sujet d’une chanson, hymne à la libération des femmes, vous en pensez quoi ?

On se retrouve, je l’espère, jeudi prochain pour un nouveau numéro du PJS. D’ici là, portez vous bien.