L’automne s’est installé et le temps est à la nostalgie. Après avoir exploré les années 90, passons à une nouvelle série au sein de ce Happy Hour. En mai prochain, nous avons rendez-vous avec les Pays-Bas et Rotterdam. Ce moment tant attendu nous fera découvrir bien des aspects de la culture et de la musique néerlandaise. Dans cette perspective, revenons ensemble sur certains des représentants néerlandais les plus mémorables de ces septante-cinq dernières années. Et aujourd’hui, retrouvons deux flamboyances des années 80 : Marcha et Gerard Joling.

Marcha

Née Margaretha Groeneveld en 1956, Marcha débute sa carrière sur les scènes de son village natal. Elle sort son premier single en 1970, sous le nom de Marga, tout en poursuivant ses études d’infirmière.

Elle décroche son diplôme et poursuit sa carrière de chanteuse. En 1979, elle forme le duo Tulip, puis en 1981, est choisie pour remplacer la chanteuse principale du groupe Babe. Elle enchaîne alors cinq années de succès aux Pays-Bas.

Le trio se sépare en 1986 et Marcha reprend sa carrière en solo. En 1987, elle est choisie par la télévision publique néerlandaise pour la représenter à l’Eurovision. Lors de la finale nationale, elle interprète six chansons. Les jurys nationaux lui choisissent Rechtop In De Wind.

À la deuxième place de leur classement, le plutôt curieux Big Ben of Notre-Dame, une curiosité eurovisionesque.

À Bruxelles, elle réplique sa mise en scène. Sa prestation convainc les jurys qui lui offrent une très belle cinquième place. La France lui attribue même ses “douze points”. Marcha entre dans la légende du Concours pour son incarnation complète des styles vestimentaire et capillaire des années 80.

Profitant de ce succès, Marcha inaugure une carrière de présentatrice télévisée. Elle en fera l’essentiel de sa carrière durant les années 90 et multiplie les émissions. Elle revient à la musique et à la scène en 2000. Avec Sandra Reemer (représentante 1972, 1976 et 1979) et Maggie MacNeal (représentante 1974 et 1980), elle forme le trio Dutch Divas et remporte un très grand succès.

Marcha quitte le groupe en 2005 et entame un nouveau chapitre, celui de la comédie musicale. Elle devient ensuite actrice dans des séries télévisées, tout en demeurant présentatrice. Elle participe également à de nombreux festivals, événements télévisés et concerts communs. Et elle réussit également en tant que business woman, lançant une location de décors qui s’étend au point de devenir une vaste agence spécialisée dans l’événementiel.

Parallèlement à cette carrière multiple et réussie, Marcha mène un fort engagement caritatif dans le domaine infirmier et médical. Dernier épisode en date : lors de cette crise sanitaire, elle a repris son métier d’infirmière et soigné des patients atteints du coronavirus.

Gerard Joling

Né en 1960, Gerard débute sa carrière comme mannequin et danseur. Sa percée sur la scène musicale néerlandaise se produit en 1985 : il termine troisième d’un concours de chant, est repéré et sort ses premiers singles. Le succès est immédiat.

Cela lui vaut, en 1988, d’être retenu par la télévision publique néerlandaise pour la représenter à l’Eurovision. Lui aussi, lors de la finale nationale, interprète six chansons. Les jurys nationaux lui choisissent Shangri-La.

À la deuxième place de leur classement, le plus larmoyant Heel verliefd.

À Dublin, Gerard opte pour la même mise en scène simple. À son tour, il incarne une certaine épitomé vestimentaire et capillaire des années 80, mais en version masculine. Cependant, victime d’un refroidissement, il ne peut déployer sa voix complètement. Il convainc moyennement les jurys et malgré les “douze points” de la Grèce et du Luxembourg, termine à la neuvième place.

Shangri-La connaît un succès commercial modéré, mais son album sorti en 1989 se classe numéro un des ventes aux Pays-Bas. Durant les années 90, Gerard poursuit ses publications à rythme régulier, avec une réussite constante. Il entame lui aussi une carrière de présentateur télévisé.

Le succès le déserte au début des années 2000. Mais Gerard rebondit en 2005 : il fonde le groupe De Toppers avec René Froger et Gordon Heuckeroth. Tous trois reviennent au sommet des classements, multiplient les concerts à guichet fermé et même les émissions de téléréalité.

Leur popularité est telle qu’en 2008, la télévision publique néerlandaise leur demande de les représenter à l’Eurovision 2009. Mais des dissensions internes précipitent le départ du groupe de Gerard, non sans fracas. Il est remplacé par Jeroen van der Boom. À Moscou, les Toppers sont éliminés en demi-finale.

Gerard réintègre le groupe en décembre, puis redonne un nouvel élan à sa carrière solo. Il ressort singles et albums et renoue avec son niveau de succès des années 80.

Durant les années 2010, Gerard est sur tous les fronts et tout lui réussit. Concerts, télévision, publications,… Ses derniers succès en date : coach dans The Voice Senior et juré dans The Masked Singer. Pour conclure, voici son dernier single, preuve que Gerard n’a rien perdu de sa flamboyance :

Sur ce, passez un bon dimanche ! Je vous retrouve ici-même demain pour une découverte ; mardi, pour une nouvelle révélation française et dimanche, pour un autre numéro du Happy Hour. À très bientôt !

(avec la collaboration de Pauly)