En ce nouveau dimanche de confinement, replongeons dans les archives du Concours et revivons certaines prestations françaises des plus mémorables ! Car il est arrivé, de temps à autre, que la France choisisse juste et nous offre des moments impérissables.

Aujourd’hui, embarquons dans la machine à remonter le temps de l’EAQ et repartons en 2009 pour y retrouver Patricia Kaas !

AVANT L’EUROVISION

Née à Forbach en 1966, Patricia débute sa carrière professionnelle à l’âge de 13 ans, en se produisant dans des cabarets et sur des scènes locales. Repérée, elle sort un premier single en 1985, qui passe inaperçu. La gloire lui arrive en 1987, lorsque Didier Barbevilien lui offre Mademoiselle chante le blues. Elle sort son premier album l’année suivante et collectionne ensuite les succès. Petite compilation :

Après son septième album studio, sorti en 2003, Patricia décide de marquer une pause. Elle ne revient à la scène qu’en 2008, avec un nouvel album, Kabaret, hommage aux années 30. Sa maison de disques organise un vote en ligne pour déterminer le premier single qui en sera extrait. C’est la onzième chanson, Et s’il fallait le faire, qui l’emporte.

LA SÉLECTION

Pour l’Eurovision 2009, France Télévisions souhaite justement être représentée par un grand nombre de la scène musicale française, convaincue que cela accroîtra la popularité de l’Eurovision en France et lui apportera un excellent résultat au Concours.

Après quelques rumeurs dans la presse belge, réfutées par les représentants de Patricia, la nouvelle est confirmée en janvier : la chanteuse représentera la France à Moscou. En février, elle annonce qu’elle concourra avec Et s’il fallait le faire.

Patricia se lance dans une tournée promotionnelle et apparaît dans plusieurs émissions en France, en Belgique et en Russie, où elle est fort populaire.

LA PRESTATION

À Moscou, Patricia enchaîne répétitions et interviews.

Qualifiée automatiquement pour la finale du 16 mai, elle monte seule sur la scène de l’Olimpiisky Indoor Arena. Son visuel est inspiré par l’Art déco. Sa prestation est vivement applaudie par le public présent dans la salle.

Au terme du vote, la France termine huitième seulement, recevant des points de vingt-cinq pays, 107 au total. La plus haute note est un “dix points” de la part de la Russie. Après la finale, Patricia reçoit le Prix Marcel-Bezençon de la meilleure performance artistique.

PAR LA SUITE

Patricia poursuite sa tournée dans la foulée du Concours. En 2011, elle sort son autobiographie. En 2012, elle publie un album de reprises d’Edith Piaf, fort bien accueilli. En 2016, elle sort son dernier album en date, accompagné d’une tournée. Depuis, la chanteuse s’est fait discrète.

En ce qui me concerne, Patricia restera ma gagnante 2009. Vraiment, c’est elle qui aurait dû l’emporter cette année-là. Elle aura été sublime et élégante du début à la fin. Quant à sa prestation, elle aura mérité tous ces applaudissements. La joie que j’ai ressenti d’avoir comme représentante une si grande chanteuse n’aura été égalée que par la déception de sa huitième place… Patricia pour toujours dans mon cœur !

(avec la collaboration de Pauly)