Août. La très haute saison touche à son pic, à l’instar de cet été de canicule qui touche la France et l’Europe. Mers, océans, piscines, lacs sont pris d’assaut l’après-midi avant que les chaudes soirées ne se transforment en pistes de danse sur les paillotes, les terrasses et les rooftops. En la matière, il est deux pays qui ne sont pas en reste – et tant qu’à faire des voisins dont on s’arrache la compagnie estivale : l’Espagne et le Portugal. Quelles terres que celles du soleil, de la fiesta, de la playa pour symboliser le mieux la saison dite « des amours et de tous les possibles », celle-là même qui se prélasse et qui nous fait nous prélasser, accablés par la lourdeur de la température diurne ? Quelle playlist de summer hits à même de nous ressusciter et nous donner l’énergie du soir et de l’espoir à même de nous faire vivre de tourbillonnantes nuits interminables ? Probablement celle teintée des effluves musicales ibériques, quand bien même celles-ci ne sont pas dénuées de surprises et se révèlent parfois éloignées du cliché de la baila et de la fiesta

Prêt·es à décoller avec nos eurostars espagnoles et portugaises ?

Edurne & NIA – Te Quedaste Solo

Pour inaugurer cette playlist, la représentante déçue au concours 2015 s’associe à NIA pour nous embarquer en patins à roulettes sur une piste de danse en mode vintage. Dans ce titre pop (beaucoup moins vintage sur sa vidéo officielle), les deux chanteuses expliquent gentiment à un garçon qu’elles préfèrent rester seules au singulier plutôt que de perdre leur temps avec un gars qui jouent avec elle. Tout comme Rose avait listé jadis « la liste des choses que je veux faire avec toi », c’est l’exact contraire pour notre eurostar et sa comparse ! Été, saison des amours 2.0 dans laquelle il n’y a rien de systématique au rapprochement des âmes et des corps pour prendre du bon temps.

Blas Canto – El bueno acaba mal

Nul point au télévote ? Et bien double dose de Blas Canto pour consoler notre chanteur malheureux de 2021 et lui permettre de se réconcilier avec son public. Ce n’est pas un, mais deux titres estivaux que nous propose le jeune artiste, l’un en solo, El bueno caba mal, et l’autre en duo avec la maltaise Emma Muscat – et en italien, La stessa lingua. Deux chansons pop et ensoleillées à l’évidente teinte estivale à même de nous faire nous déhancher sur les pistes de danse européennes, de l’Espagne à l’Italie, en passant par la Méditerranée, tout simplement.

Emma Muscat ft. Blas Canto – La stessa lingua

Lucia Pérez – Eva Iglesias – Sementeira

Si la mémoire collective tant espagnole qu’européenne ne l’a pas foncièrement inscrite à son Panthéon, Lucia Perez continue pourtant bel et bien son petit bout de chemin depuis l’Eurovision 2011, dont elle avait fini dans les choux (assez injustement à mon sens) avec son simple, mais enjoué Que me quiten lo bailao. Elle aussi nous revient en duo avec Eva Iglesias pour nous proposer ce Sementeiras, en réalité une reprise d’un titre du groupe galicien Fuxan os Ventos, originaire de Lugo, à l’instar de notre eurostar. Tandis que notre duo gambade dans les prés et les collines ensoleillées et verdoyantes, on retrouve ici les codes de la musique traditionnelle, tant dans les sons que dans un texte dont le fil rouge repose sur l’idée de semer quelque chose pour tracer un nouveau chemin. Et en galicien s’il vous plaît.

Miki Nuñez ft. Mariona – Llums de mitjanit

Oubliez la banda, La Venda (ya cayóóóóóóóóóóóóóóóóó) et place à quelque chose de plus doux et délicat du côté de notre représentant espagnol 2019. Et quitte à rester dans le thème des langues régionales, optons à présent pour le catalan, idiome natal du natif de Terrasa, non loin de Barcelone. Au rythme de la guitare, Miki et son acolyte Mariona nous livrent une très jolie chanson dans laquelle iels invitent à jouir de la vie et à « [oublier] les larmes d’hier qui brillent comme des lumières de minuit » qui s’arrêteront elles-mêmes un jour. Mais avant ça, profitons de l’instant présent, en se retrouvant et en attendant le désir, au son de la bande originale officielle de la programmation estivale de la TV3.

Rosa Lopez – Esa Belleza

On aurait pu s’attendre à ce que l’été hispanique mette davantage le feu du côté de nos eurostars, mais c’est la veine nostalgique qui est une nouvelle fois privilégiée sur de doux airs de guitare. Notre eurostar Rosa Lopez, qui avait triomphé dans Operacion Triunfon avant d’arpenter la scène du Saku Suurhall (et à laquelle Marie a eu la chance de faire dire quelques mots de français lors de son escapade barcelonaise avec Audrey) nous propose ici un hymne à la beauté. Pas la beauté physique, celle qui passe et disparaît, s’inflige le diktat des modes et des tendances, celle du corps et du paraître. Mais celle de l’âme, intérieure, qui enveloppe nos coeurs et nos esprits, et qu’on offre à chacun·e tel une once de beauté appréciée en retour.

Pastora Soler – No sera de nadie

C’est alors qu’elle est en pleine tournée à travers l’Espagne qu’on retrouve Pastora Soler. Depuis une plage paradisiaque et une soirée entre ami·es visiblement propice aux rencontres, elle nous livre ici un titre avec un titre aux accents pop flamenco qui illumine, comme toujours, cette voix sublime qui en avait fait faillir plus d’un·e au temps de l’Eurovision 2012. Rythme énergique et dansant, ode au romantisme et à la liberté de l’amour, émotion : No sera de nadie réunit tous les ingrédients pour nous faire vivre un bel été en compagnie du talent de l’une des eurostars les plus adulées.

Tanxugueiras – Seghadoras

On passe à celleux qui auraient pu chanter sur la scène du concours, mais dont le destin s’est arrêté en finale nationale. À commencer par les actrices de l’un des plus grands eurodramas de la saison 2022 (qui, au final, a tout de même bien servi et arrangé l’Espagne) : Tanxugueiras. Notre ensorcelant trio galicien, qui vient tout juste de sortir son nouvel album Diluvio, est de retour avec un nouveau single issu de ce dernier, et intitulé Seghadoras (Tondeuses). Toujours en galicien dans le texte, les trois soeurs optent une nouvelle fois pour un audacieux mélange entre folktronique et musique traditionnelle galicienne teintée de sonorités rock … et des fameux Ailarálalá, ailarálalá que l’on percevait déjà dans Tierra.

Varry Brava ft. Solea Morente – Bajo La Luz Perfecta

L’été à l’espagnole est visiblement le temps des duos et des collaborations en tout genre, puisque c’est aux côtés de Solea Morente et de Samuel Nagati que l’une des révélations du Benidorm Fest 2022 nous revient. Après son hommage pop et vintage appuyé à la regrettée Raffaella Carra, Varry Brava (et non Patty Bravo, attention !) signe son retour estival avec une proposition pop qui mêle habilement la voix flamenco et pop rock de Solea à l’électro pop teintée de vintage et à la belle énergie du groupe. De quoi nous inviter à briller comme des diamants et à danser dans les rues, sur les toits et les trottoirs jusqu’au bout de la noche española.

Amaia & Aitana – La Cancion Que No Quiero Cantarte

Nouveau duo 100% féminin, entre Amaia (co-représentante 2018 aux côtés d’Alfred et gagnante d’Operacion Triunfo) et Aitana (représentante espagnole au Quorovision 2022 et deuxième d’Operacion Triunfo). Changement de tonalité dans la catégorie pop-rock vintage avec cette chanson qu’elles ne veulent littéralement pas chanter. Pour sûr, notre eurostar ne veut rien de plus qu’oublier l’objet d’une rupture sentimentale. Alors même que, d’une simple chanson au contenu du congélateur, tout évoque la pensée de l’ex et pourrait l’inciter inciter à craquer – autrement dit à le rappeler. Complicado.

The Black Mamba – Love is Dope

Leur victoire au Festival da Canção n’avait guère emballé les eurofans, mais Rotterdam leur a offert une inattendue et très belle douzième place. The Black Mamba sont de retour avec un titre pop vintage en anglais dont le titre nous résume la situation à la perfection : L’amour est une drogue. Tant l’esthétique que l’atmosphère musicale nous ressortent bien des codes des années 70, des plans kitsch à ceux littéralement aussi psychédéliques que le message du titre, en passant par l’incontournable et évidence phase disco. Le tout sur fond de ponts et de grattes ciels à l’américaine, dans la droite lignée de cet héritage musical dont se saisit le groupe dans une direction bien différente de Love Is On My Side. Même s’il n’est, au fond, toujours question que d’amour, d’amour et encore d’amour, fut-il de leur côté ou tout simplement … une drogue.

Claudia Pascoal – Eh Para a Frente, Eh Para tras

L’envoûtant et mystérieux charme de l’audacieuse proposition de Claudia Pascoal (feat Isaura) avait laissé de marbre le public et les jurys de Lisbonne 2018, qui avaient alors offert au pays hôte une très sévère dernière place. C’est une nouvelle fois un titre atypique et assez inclassable que nous offre l’artiste à l’univers singulier, que je qualifierais d’audacieux mélange entre un fado 2.0 et des sonorités pop teintées de musiques urbaines, voire carrément actuelles. Une recette destinée à un seul et unique message : avancer, avancer, et toujours avancer, même si cela est parfois compliqué. Mais rien de tel que les conseils de la grand-mère de Claudia et qu’une bonne dose de second degré pour y arriver, car « C’est à l’endroit ! C’est à l’envers ». Comme une chanson de Karen Chéryl, en somme.

Rita Guerra – Como o Vento

Elle avait porté les couleurs du Portugal à l’Eurovision 2003, et c’est Comme le vent qu’elle vient nous rendre visite cet été : avec l’expérience de sa vie qui est la sienne, son passé, ses erreurs, ses peurs aussi, mais avec le désir de mettre les pieds dans l’avenir et d’avancer, en se laissant tout simplement aller comme le vent.

Kady – Tempu

Celleux-là n’ont peut-être pas décroché leur ticket pour l’Eurovision, mais cela ne les a nullement empêché de se faire remarquer sur la scène du Festival da Canção. À commencer par Kady, qui nous offre cet été un temps de musique court de deux minutes, mais particulièrement envoûtant à l’esprit et à l’oreille.

Blacci et Vitão – Amor E Mais

Et encore un duo ! Cette fois, c’est Blacci (Festival da Canção 2022) qui le partage le temps d’un titre avec Vitão, dans lequel iels évoquent une nouvelle rupture sentimentale et son effet sur nos deux âmes désormais esseulées. De quoi tout de même accompagner agréablement nos roadtrips estivaux.

EU.CLIDES – Venham Mais 7

EU.CLIDES avait embarqué les jurys de la sélection portugaise 2021 dans un voyage musical qui l’emmena alors jusqu’en finale. Bien qu’il ait terminé son aventure dans ses fonds, il revient avec ces tonalités indie pop rythmiques et lumineuses qui avaient fait son succès avec Volte Face. De quoi proposer un Venham Mais 7 pile en phase musicale avec l’atmosphère d’un été brûlant, quand bien même ses mots sont ponctués de tourments.

Pongo – Hey Linda

Pongo et Tristany n’avaient laissé personne indifférent sur la scène du Festival da Canção 2022, à tel point que leur très singulière et décoiffante proposition s’inscrivaient parmi les favoris à la victoire. C’est avec la même essence musicale kuduro-pop, mais sans aucun doute avec des sonorités et des rythmes plus accessibles au grand public, que la chanteuse angolaise nous revient avec son titre de l’été intitulé Hey Linda (Hey ma belle). Une ode à l’émancipation des femmes, qu’elle appelle à la confiance et à l’affirmation face à un monde qui veut les voir, et ce qu’importe les qu’en dira t-on !

À vendredi pro pour une nouvelle playlist de l’été !