candidat

L’édition du 50ème Concours Eurovision de la Chanson marque le retour d’une sélection télévisée en France depuis 2000.

En effet, comme vous le savez, entre 2001 et 2004, le choix de la France pour l’Eurovision se f’sait en interne, choix qui nous a permis de découvrir Natasha St Pier (4ème à Copenhague avec “Je n’ai que mon âme” en obtenant 142 points) ou bien encore Sandrine François (5ème à Tallinn, avec “Il faut du temps” en obtenant 104 points).

En 2003 et 2004, la France est retombée de son petit nuage puisque Louisa Beileche avec sa chanson “Monts Et Merveilles” termina à la 18ème place avec 19 points à Riga et Jonatan Cerrada en Istanbul avec “A chaque pas” l’année d’après fera un petit peu mieux puisqu’il s’est classé 15ème obtenant ainsi 40 points.

Pour le retour d’une sélection nationale, France3 avait, dès septembre 2003, lancé un appel d’offre auprès des maisons de disques, mais les maisons de disques ont décidé d’envoyer des candidats méconnus, refroidissant les espoirs de la 3ème chaîne. 13 artistes ont été sélectionnés par les maisons de disques, et seulement 5 ont eu le privilège de participer à la sélection.

Le 14 mars, France 3 diffuse, en prime-time, “Un Candidat pour l’Eurovision” un documentaire concernant les préparatifs de cette sélection. On y voit les 5 candidats enregistrer leur single, donner des interviews, poser pour des magazines. Ce programme a souffert de l’énorme audience réalisée par “Les Cordier” sur TF1. (qui a rassemblé plus de 10 millions de téléspectateurs). Le reportage sur les préparatifs de la sélection fut un échec pour France3. Seulement 6,8 % de P.D.M et 1.709.560 français.

 Pour certains, c’est la télévision qui a plutôt regardé les téléspectateurs somnoler devant le programme.

 Et le lendemain, le mardi 15 mars 2005, en prime-time, Laurent Ruquier et Elsa Fayer animent le direct de cette sélection.

Les candidats :

  • Lionel Tim, ancien membre des Link’Up créé par l’émission “Popstars” sur M6.
  • Ortal, choriste d’Alabima, et aussi chanteuse en boîte de nuit branchée de Paris.
  • Christophe Héraut, produit par Orlondo, venant de la comédie musicale “Spartacus”.
  • Marjorie, mannequin lingerie, rêvant de devenir chanteuse.
  • Karine Trécy, fan de l’Eurovision et déjà candidate à la Sélection 1999 avec “EuroLand”.

Le concept est simple, les 5 candidats vont, d’abord, interpréter des duos avec des stars de la chanson française, comme Lara Fabian, Lââm, Hélène Segara, Liane Foly ou bien encore Julie Zenatti et leurs performances seront jugées par un jury de professionnel. Ce jury est composé de Jean-Claude Camus, producteur, de Miroslava, professeur de chant, Bertrand Mosca, directeur de France2 à l’époque et Jean-Michel Boris, ancien directeur de l’Olympia.

Et ensuite, les artistes sont conviés à venir présenter leur titre qu’ils comptent défendre sur la scène de l’Eurovision. Lionel Tim est le premier à se présenter devant le public avec sa chanson “Je m’envole”.  Une prestation vocale plutôt bonne, et une chanson qui aurait tout à fait pu prétendre  représenter la France cette année-là.

C’est Ortal, qui, ensuite, arrive sur scène avec “Chacun pense à soi”, une chanson moderne, aux sonorités r’nb, mais assez brouillonne, et une prestation vocale décevante, avec quelques hésitations.

Autour de Christophe Héraut de présenter sa chanson “C’est la vie”. Une ballade plutôt rock, chantée avec force et conviction par un mec qui a de la voix. Là aussi, on aurait peut-être eu un classement plus qu’honorable avec cette chanson.

Marjorie, mannequin, présente “Casting”, à écouter sur le site de notre ami Tirydou. Une sorte de Nina Moratto discount avec une chanson rock. Elle dit qu’elle est venue chercher l’homme de sa vie dans un casting, tout ça, tout ça. Un peu osé pour l’Eurovision mais pourquoi pas.  Cette chanson a, d’ailleurs, était écrite et composée par Emma Daumas, issue de la Star Academy.

Et enfin, pour finir la soirée, c’est Karine Trécy, une adepte des sélections françaises puisqu’elle est déjà venu en 1999. Au bout de deux sélections, doit-on la considérer comme notre Sanna Nielsen française ? Non, je ne crois pas. Trêve de plaisanterie, elle interpréte une ballade intitulée “Laissez-moi rêver“. On peut le dire, Karine sait chanter et nous le prouve, mais cela aurait-il suffit à obtenir un bon classement ? J’en doute.

Après l’entracte où Elsa Fayer reprend “L’Oiseau et l’Enfant” avec des paroles revisitées incitant les européens à voter pour nous, et la découverte de quelques chansons de l’Eurovision 2005 déjà sélectionnées, les résultats sont annoncés.

En 5ème et dernière place, c’est Marjorie, qui n’a plus qu’à se rhabiller.

En 4ème position, c’est Karine Trécy qui continue quand même à rêver. Ensuite, le top 3 final..Suspens…

Lionel Tim ne s’envolera pas pour Kiev ni Christophe Héraut, qui, lui, termine 2ème.

C’est donc Ortal et la chanson “Chacun pense à soi” qui fut choisie, cette année là, pour représenter la France à l’Eurovision.

Niveau audience, c’est mieux que la veille puisqu’ils étaient à peu plus de 2 millions à avoir assister à la victoire d’Ortal pour une part de marché à 12,38%.

A l’Eurovision, Ortal et ses danseurs étaient suivis par 3 équipes de télévision, et une trentaine de membre de la délégation française, un record. Un documentaire était diffusé sur MCM pour évoquer le Concours, et même “Envoyé Spécial” diffusa un reportage sur l’aventure ukrainienne de la chanteuse. Des spots publicitaires de 45 secondes étaient même programmés chaque jour pour promouvoir la chanson “Chacun pense à soi” par la maison de disque Warner.

Et la suite, on la connait, la France finit avant-dernière avec 5 points et la chanson ne se classera, au mieux, que 52ème du Top 100 hexagonale, malgré la promotion faite autour.

Depuis Ortal continue à chanter, à se produire dans des boîtes branchées de la capitale. Lionel Tim a fait parler de lui dans la presse people, il évoque son passage dans les Link’Up et regrette que Matt Pokora ne l’aide pas à percer dans le milieu. Lionel a créé un groupe, et officie dans des mariages. Tout ça, pour ça.  Marjorie, quant à elle, continue à courir les castings…Non, pas pour trouver l’homme de sa vie, mais pour percer dans le mannequinat…Quoi que maintenant, elle ne doit plus être trop fraiche pour ça…

Pour ce qui est de Christophe Héraut, son album “La chute est belle” est sorti en Octobre 2014 et dispo sur les sites de téléchargement légaux. Par ailleurs, Christophe a eu l’amabilité de répondre à mes questions pour le bien de cet article.

“C’était mon producteur Orlando qui m’a mis dessus, on ne m’a pas vraiment demandé mon avis. Cela ne m’a rien apporté, que de la frustration et des désillusions. Si on me le proposait à nouveau, je refuserais à moins de ne plus rien avoir à perdre.”

Cela à le mérite d’être claire.

Bonus :

(En bref, je précise que l’objectif de ces articles ne sont pas de vous dégouter des sélection nationales, mais juste d’éviter de refaire les mêmes erreurs que dans le passé. Je continue à croire que c’est la solution pour que les français se sentent concernés par le Concours, à condition de proposer de bonnes chansons et d’y mettre de la motivation et aussi de la communication…).