Istanbul

Ou plutôt trois, car la Turquie nous a quittés, semble-t-il définitivement…

Avant 2010… la Turquie qui a rejoint l’Eurovision en 1975 dans sa stratégie d’ouverture vers l’Europe, est devenu un pays leader du concours sur le tard. Après le premier podium du pays en 1997, on la retrouve chaque fois aux avant-postes, en particulier en 2003 avec la victoire de Sertab Ebrener.

A partir de 2006, la Turquie a choisi toutes ses chansons en interne. C’est ainsi qu’est choisi le groupe de rock maNga en 2010 : des artistes de premier plan et un choix judicieux puisque leur chanson “We could be the same” termine 2ème.

Même processus en 2011, avec un autre groupe pop-rock, Yüksek Sadakat. Choix moins judicieux puisque pour la première fois, la Turquie n’est pas qualifiée en finale !

C’est enfin en interne qu’est choisi Can Bonomo en 2012. Et puis, malgré la 7ème place de Can à Bakou avec “Love me back”, la Turquie qui avait déjà plié bagage, claque la porte du concours. Elle dénonce le retour des jurys en 2009, qui visent selon elle à l’handicaper. De fait, le seul télévote aurait qualifié de justesse la Turquie en 2011. On peut imaginer que la Turquie a été outragée d’avoir échoué en demi-finale et s’est retenue pour honorer son voisin azéri de sa présence. De façon plus générale, rejoindre l’Europe n’est plus au programme du gouvernement turc qui préfère faire du pays une puissance d’Asie et du Moyen-Orient. L’Eurovision n’a donc aucune place dans la stratégie politique du pays. Par ailleurs, des responsables du diffuseur TRT ont plusieurs fois affirmé que les valeurs du concours qui a couronné Conchita Wurst ne correspondaient pas aux standards turcs…

En trois participations, la Turquie est 39ème de la décennie avec 282 points en finale.

Le top : la 2ème place de maNga en 2010.

Le flop : la 13ème place en demie de Yüksek Sadakat.