Dix ans de… Royaume-Uni !

Londres

Voilà une décennie bien pénible pour le Royaume-Uni qui a terminé deux fois dernier et n’a jamais passé la barre de la 11ème place. C’est un bilan bien terne qui fait du pays de sa majesté un des plus mauvais sujets du concours. Et pourtant…

Avant 2010… Le Royaume-Uni, roi de l’Eurovision quand il avait le privilège d’être un des seuls pays à chanter en anglais, a vu son prestige dégringoler dans les années 2000. Il termine pour la première fois dernier avec aucun point en 2003, et depuis n’a atteint qu’une seule fois le top 10, en 2009.

C’est donc plein de confiance que le Royaume-Uni se prépare pour Oslo 2010. La méthode de sélection de l’an passé a été un grand succès : un talent show et un duo de compositeurs mythiques : Andrew Lloyd Weber et Diane Warren. La même recette est donc utilisée mais le talent show est réduit à une simple finale de six artistes, et les compositeurs mythiques sont Stock et Waterman, faiseurs de hits dans les années 80 pour Kylie Minogue, Rick Astley ou Jason Donovan. Sauf que la chanson au bout du compte, « That sounds good to me » était très démodée et que le talent découvert, Josh Dubovie, ne débordait pas de charisme… C’est pourtant lui qui a été élu devant Alexis Gerred et Esma Akkilic.

Défaite annoncée, le Royaume-Uni termine bon dernier, pour la 3ème fois depuis 2003… Aux grands mots les grands remèdes, le boys band Blue connu dans toute l’Europe est envoyé à Düsseldorf pour porter les couleurs du pays. Ils seront les seuls concurrents britanniques à atteindre la première partie du tableau dans cette décennie : 11ème. Une bonne raison pour poursuivre ainsi.

Une nouvelle star internationale est annoncée pour 2012. Mais c’est finalement Engelbert Humperdinck, déjà 76 ans et pas très connu hors Grande-Bretagne qui est appelé… à terminer avant-dernier en finale. La BBC poursuit sur sa lancée en 2013 avec une nouvelle star internationale du genre… expérimenté, ni plus ni moins Bonnie Tyler, la chanteuse de « Total Eclipse of the heart » et de « Holding out for a hero » ! Elle finit un peu plus haut à la 19ème place, mais n’affole pas le tableau des scores.

Réaction en 2014 : et si le Royaume-Uni envoyait un artiste actuel ? La BBC se met donc en quête d’un représentant plus jeune. Le choix se porte sur Molly Smitten-Downes, encore inconnue, avec une chanson de sa propre composition. Très prometteuse, la chanson ne termine qu’à une décevante 17ème place. La BBC opte donc en 2015 pour un style plus décalé avec la chanson electro-swing d’Electro Velvet « Still in love with you ». Mais la chanson n’obtient presque aucun point…

En désespoir de cause, le Royaume-Uni opte en 2016 pour une sélection nationale, histoire de découvrir peut-être de nouveaux talents… 6 chansons sont choisies et départagées uniquement par le public. Joe and Jake remportent cette première sélection. Le classement final n’a pas été révélé.

Malgré le cuisant échec de Joe and Jake, la BBC emploie de nouveau la même règle du jeu avec l’appui d’un jury en 2017. La sélection est remportée par Lucie Jones avec sa chanson coécrite par la gagnante danoise Emmelie de Forest « Never give up on you ».
Le classement final n’a pas été révélé cette année-là non plus.

Lucie Jones termine 15ème, de quoi confirmer les jurys et le même système de sélection. SuRie l’emporte avec « Storm », et le classement, comme d’habitude, n’a pas été révélé.

Un envahissement de scène et une 24ème place plus tard, la BBC innove en 2019, avec 6 candidats mais seulement 3 chansons, composées par des auteurs anglais et scandinaves parmi lesquels la fructueuse danoise Lise Cabble. Une série de duels détermine la meilleure interprétation de chaque chanson, et les trois meilleures propositions s’affrontent en superfinale. Michael Rice s’y impose, devant Jordan Clarke et Kerrie-Anne. Et on connait la suite, une dernière place pour le Royaume-Uni avec un nouveau produit totalement inodore et incolore…

On attend donc la réaction du pays de la pop, capable de truster les charts du monde entier, et de nous condamner aux mièvreries insipides, ou pire, aux importations suédoises…

Le Royaume-Uni est 33ème de la décennie, avec 422 points en finale.

Le top : la 11ème place de Blue en 2011.

Le flop : la dernière place du Royaume-Uni en 2019 avec 11 points.

(14 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Quelle déchéance pour le pays phare de mon classement jusqu’à l’aube de ce nouveau millénaire!!! En effet, onze victoire chez moi avant 2001 et plus un seul Top 10 ou première partie de tableau depuis cette même année 🙁

    Une succession de titres tous plus ennuyeux les uns que les autres, parfois mal chantés, parfois hurlés. Bref, un réel supplice. Quand on réécoute tous ces titres, on se prend à penser que cette 33° place de la décennie n’est due qu’à la qualification d’office du Royaume-Uni en finale. Je n’ose imaginer où en serait le pays s’il lui devait passer par le stade des demi-finales :/

  2. Les Européens ont anticipé le Brexit et s’echinent depuis 2010 à punir les candidats britanniques..

    Blague à part , du talent il y en a et,au moins à deux reprises (Molly, Lucie Jones) , j ai cru à un top 10 pour nos voisins.

    Par contre Stock Aitken et Waterman ou les vieilles gloires c’est NON. La France avait commis la même erreur en envoyant Gérard Lenorman et le résultat n’avait pas été fameux non plus.

    1. Il a pourtant été payant avec Patricia Kaas 😉

      1. Je te le concède mais elle était moins dans une impasse de carrière que les deux britanniques.

        Pour moi Bonnie + Engelbert = Sloane (de Peter et…) + Stone (de ….et Charden)

        1. mdr j’adore cette comparaison! La crinière de Bonnie vaut bien celle de Sloane… en revanche, la question est : Stone est elle aussi refaite qu’Engelbert???

            • rem_coconuts on 17 juillet 2019 at 11:04

            Stone/Sloane, Stone/Sloane, je m’y perds déjà !!!

          1. D’un côté,
            « Besoin de rien envie de toi » , premier numéro 1 du top 50 en 1984

            De l’autre :
            « L’avventura « , « Made in Normandy » , succès plus éternels à mon sens…

            Alors Stone ou Sloane ?

          2. Stone, évidemment !!!!! Le premier disque qu’on m’ait acheté : Le Prix des allumettes, j’avais trois ans 🙂

    • rem_coconuts on 17 juillet 2019 at 09:41
    • Répondre

    Brexit et Eurovision, ou mise en perspective du double chemin de croix britannique! Ces dix dernières années ont été assez catastrophiques pour nos voisins, qui ont tenté beaucoup de choses… Sauf ce qu’il faut!

    Les anciennes gloires? Même s’il m’a été agréable de voir Blue sur la scène du concours, c’est toujours périlleux s’il n’y a pas un titre actuel qui suit derrière et si, vocalement, ça ne tient pas aussi bien la route que vingt ans avant (coucou Bonnie…). Le choix d’Engelbert Humperdick m’a toujours laissé perplexe à vrai dire, de même que son statut d’outsider d’avant-concours, le titre était extrêmement dépassé, de même que la performance poussiéreuse. Les excellentes interprètes à la Lucie Jones et Surie? Bien sûr, c’est une évidence, mais autant leur donner une chanson à la hauteur de leur talent et non pas un titre très moyen qu’elles transcenderont, mais qui agira comme un boulet à leurs pieds. Et enfin tout le reste? Des interprètes relativement moyens qu’on aurait retrouvé à la sacro-sainte Star Ac (que j’ai aimée et tant aimée) quinze ans virés à mi-parcours voire avant, avec des titres par contre insipides, banaux, au bon potentiel 90’s, voire carrément médiocres, autant dire que c’est le combo d’enfer, mais le pays de la pop semble particulièrement l’apprécier ces dernières années… À vrai dire, le seul titre qui m’ait enthousiasmé pour le Royaume-Uni sur la décennie, c’est Children of the Universe de Molly Smitten-Downs. Un titre pop plutôt singulier, aux sonorités un peu atypiques, plutôt fédérateur de par son message, qui m’avait bien embarqué, et cette année-là, j’aurais aimé retrouver le Royaume-Uni dans le top 10, et je trouve la 17ème place très cher payée.

    Pour le reste, les sélections du pays pour l’Eurovision sont indignes de son statut de pays de la pop et de son extraordinaire paysage musical. Avec un tel vivier d’artistes et de talents… La dignité merde! Parce que là, c’est franchement honteux de prendre autant le concours par-dessus la jambe.

  3. – Le Royaume-Uni me déçoit d’année en année : aucun titre m’a plu au point de le classer dans mon TOP 10. Je précise que ce sont les chansons qui sont mièvres la plupart du temps et non pas les interprètes.

    – A part Blue qui était une chanson correcte mais un peu ratée le soir de la finale, SuRie qui m’a fait forte impression malgré une chanson très quelconque et Electro-Velvet qui était vraiment originale et qui aurait mérité
    un peu plus de considération, toutes les autres chansons m’ont laissé de marbre même si c’était des interprètes de talent.

  4. Je serais curieux de connaitre le budget alloué par la BBC pour sa sélection car je ne peux qu’imaginer que c’est une question d’économie, voire de parcimonie, de moyens qui conduit le Royaume-Uni à de tels résultats … La scène musicale y est tellement riche qu’un vrai et beau concours national pourrait rapidement faire de l’ombre au Melodifestivalen au sein de la saison eurovisionnesque … mais encore faut-il en avoir la volonté !

    1. Ce qui ne serait pas difficile LOL

  5. Blue reste pour moi un winner j’adore ce groupe et mon rêve reste un chanteur de choix le beau shayne ward….si il pouvait défendre Angleterre cette annee j »en reve..

    • MrNathanHarper on 18 juillet 2019 at 19:54
    • Répondre

    Blue, Lucie et Molly méritait un top 10, Joe And Jake, SuRie et Bonnie un top 15, le reste méritait le bottom 6 mais pas la dernière place… On se faire voler plusieurs fois !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :