La Russie était représentée par Julia Samoylova avec la chanson I Won’t Break. Elle faisait partie de la deuxième demi-finale.

La scénographie : Elle débute par un gros plan de Julia. La chanteuse est vêtue d’une tenue couleur lavande agrémentée de perles au niveau du col et des poignets. Puis on la découvre perchée au sommet d’une montagne sur laquelle différents motifs colorés sont projetés. À droite de la montagne, on aperçoit trois choristes (2 femmes et 1 homme) de blanc vêtus. Juste devant, il y a un couple de danseurs qui exécute une chorégraphie. Le danseur est torse nu avec un pantalon blanc et la danseuse porte une robe de la même couleur. La scène prend au début des teintes bleu-violettes puis quand les danseurs empruntent la plateforme circulaire à la fin, elle devient rouge et jaune. La prestation se termine comme elle a commencé.

Le résultat : Elle a terminé à la 15e place avec un total de 65 points ce qui ne lui a pas permis de participer à la finale du 12 mai.

Examinons un peu mieux qui  a attribué ces 65 points : elle a obtenu la 16e  place des jurys avec 14 points ; le public, quant à lui, l’a classée 11e avec 51 points.

  • Les jurys : Moldavie : 7 points / Norvège : 4 points / France : 3 points
  • Le télévote : Lettonie : 12 points / Macédoine et Moldavie : 8 points / Serbie : 7 points / Géorgie : 6 points / Malte et Ukraine : 3 points / Italie : 2 points / Roumanie et Saint-Marin : 1 point

Comme vous pouvez le constater, ni les jurys, ni le public n’avaient qualifié la Russie, cependant le public a été plus touché par la prestation russe que les jurys.

Les bookmakers le jour J : Ils avaient placé la Russie 13e de la demi-finale 2. Le résultat final leur a donné raison. La Russie ne s’est pas qualifiée et ils ne se sont trompés que de 2 places.

L’avis d’Eurovista : Il n’y avait rien de vraiment alléchant dans la proposition russe cette année. Une chanson très moyenne avec une chanteuse qui n’a pas réussi à la sublimer. Vocalement, Julia était très loin des meilleures chanteuses de cette édition, et son accent anglais à couper au couteau m’a fait mal aux oreilles. La prestation était cheap. Alors que la télévision russe a offert un mur magique à Serguey il y a deux ans, Julia doit se contenter d’une montagne qu’on aurait dit construite en papier mâché par des élèves de primaire, et qui par ailleurs ressemblait plus à un volcan qu’à une montagne. C’était à se demander si la Russie avait vraiment envie d’aller en finale cette année.

L’avis de Quentin: J’ai été l’un des seuls sur le site à avoir défendu bec et ongles la chanson russe de cette année, mais c’était sans compter la performance catastrophique de Julia. La chanson en elle-même aurait pu faire une bonne impression sur la scène du Concours si elle n’avait pas été confiée à une chanteuse aussi douteuse vocalement que Julia. En effet, je ne remets pas en cause la délégation, qui à mon sens a réussi à bien mettre en scène l’histoire racontée par l’interprète à travers son morceau. Une montagne avec des projections dessus, des danseurs pour ajouter le côté mélodramatique à la performance, c’était la moindre des choses à faire. Cependant, il y a deux gros problèmes. D’une part, l’intonation de la chanson a été baissée pour faciliter la tâche à Julia, ce qui rend moins bien que la version originale à mon sens. Et puis d’autre part, les choristes sont beaucoup trop mis en avant et effacent complètement Julia, qui est pourtant sensée être l’élément central de la performance. Souhaitons à la Russie de retrouver rapidement la raison l’an prochain pour nous faire oublier cet échec cuisant en demi-finale.

L’avis de Marie : Le problème majeur, c’est que Julia n’est pas bonne vocalement et en plus, pour ne pas arranger la chose, sa prononciation anglaise est mauvaise. Par conséquent, toute cette scénographie a servi à dissimuler cette incapacité à bien interpréter la chanson. Cette montagne sur laquelle est perchée Julia donne l’impression de vouloir cacher son handicap et ne la met pas du tout en valeur. Les danseurs sont là aussi pour détourner l’attention des téléspectateurs et les choristes pour masquer les difficultés vocales de Julia. Je pense qu’elle aurait récolté plus de points si elle avait chanté en russe tout simplement. Malgré tout, je suis contente qu’elle ait pu réaliser son rêve de chanter à l’Eurovision.

Votre avis compte aussi : 

[poll id=”976″]

[poll id=”977″]

[poll id=”978″]

[poll id=”979″]

[poll id=”980″]

[poll id=”981″]

 

Conclusion :  La Russie, coutumière des premières places au Concours, n’est pas habituée à être éliminée en demi-finale, la dernière fois étant en 1996 avec Andrej Kosinskij. Son élimination prouve qu’aucun pays même ceux bénéficiant du soutien permanent d’autres pays, n’est à l’abri. N’ayez aucun doute, la Russie reviendra en force l’année prochaine!

 

(avec la collaboration avec Eurovista et la participation de Quentin)