Blanche s’appelle en réalité Ellie Delvaux. Elle est née le 19 février 2000 à Bruxelles. Chanter pour elle est naturel : elle fait ça depuis son plus jeune âge. Elle joue également de la guitare et du piano.

C’est Oliver Lord, l’un des participants de The Voice Belgique saison 1, qui l’inspire et lui donne l’envie de se lancer dans une carrière de chanteuse.

A 16 ans, elle propose sa candidature à la cinquième saison de l’émission The Voice Belgique. Lors des auditions à l’aveugle, elle bouleverse les jurys en interprétant Daydreamer et rejoint l’équipe de Cats On Tree.

L’aventure continue pour Ellie qui bat Charlotte Villers en duel avec la chanson Creep. Elle restera encore deux semaines en lice avant de se faire éliminer.

Mais le sort en est déjà jeté. La chanteuse, si elle ne remporte pas The Voice, se fait remarquer par Pierre Dumoulin (du groupe Roscoe) qui lui propose de lui écrire quelques démos. Cette contribution aboutie à l’enregistrement d’un EP. Les responsables de la RTBF tombent alors sous le charme d’une des chansons de cet EP, au point de lui proposer de représenter la Belgique au Concours Eurovision. L’annonce officielle de la participation de Blanche au Concours de Kiev a été faite le 22 novembre 2016.

 

La Belgique participe à la première Demi-Finale.

All alone in the danger zone
Are you ready to take my hand?
All alone in the flame of doubt
Are we going to lose it all?

I could never leave…you in the city lights
I could never beat…the storm in your eyes,
The storm in your bright eyes

All alone in the danger zone
Are you ready to take my hand?
All alone in the flame of doubt
Are we going to lose it all?

Looking in between…the space in the city lights
All we ever seen is stars in your eyes
The stars in your dark eyes

All alone in the danger zone
Are you ready to take my hand?
All alone in the flame of doubt
Are we going to lose it all?

Let’s put some light in to our lives
Light keep us down until we rise
They threw some light in to our lives

All alone in the danger zone
Are you ready to take my hand?
All alone in the flame of doubt
Are we going to lose it all?

All alone in the danger zone
Are you ready to take my hand?
All alone in the flame of doubt
Are we going to lose it all?
To lose it all?
To lose it all?

Une perle, une pierre précieuse, une chanson qu’on ne trouve que rarement dans ce type de Concours. La Belgique a osé avec Loïc Nottet et ose encore avec Blanche. Cette petite merveille de modernité mérite une place sur le podium le 13 mai prochain.

 

Reg – Très belle composition et une atmosphère évidente. C’est hyper bien produit et à contre-courant du style Eurovision. La voix est originale, le tempo aussi. Avec un visuel intéressant, la Belgique peut finir très très haut ! Qualification assurée. Excellent choix de la Belgique !

Charly – Depuis quatre à cinq ans, la Belgique surprend et s’impose. « Surprend » parce que éloignée le plus souvent des finales, elle faisait figure de looser mais « surprend » également par des choix osés et à contre-courant de l’Eurovision. Elle s’impose également avec des interprètes jeunes et talentueux. Si mon pays n’accède pas à la finale et ne fait pas un top 10, je n’y comprends plus rien…

Ka Yan – BRILLANT ET AUDACIEUX comme fut le choix du génial Loïc Nottet ! La Belgique nous offre la chanson que je n’attendais plus ! Cette chanson est une merveille. Tout me va : la voix, l’instru, le texte, c’est juste parfait !

Rem’coconuts – Avec « City Lights », la Belgique prouve une nouvelle fois qu’elle est revenue dans le bain par la grande porte (au revoir « Copycat », « Love kills », « Would you », « With love baby », « O julissi »), avec un titre singulier, électrique, sombre, porté par la belle voix grave de Blanche (et incroyable pour une chanteuse âgée de seulement 17 ans) ! Un choix audacieux, un style que l’on entend très rarement au concours et qui rompt ouvertement avec les codes eurovisionesques, le choix de la singularité (bis) et de la démarcation évidente, avec cette chanson qui nous embarque en pleine nuit pour une virée dans un centre-ville désert. Hâte de voir quelle scéno sera proposée pour la chanson, le live sera le plus « compliqué » à assurer pour ce type de titre qu’il faudra mettre en valeur, mais bravo la Belgique pour cette ambition de qualité ! Je pense qu’au soir de la finale, la chanson sera dans les hauteurs du classement (quoique n’oublions pas certains précédents injustes comme Mei Feingold en 2014), et qu’elle le sera particulièrement dans les votes du jury. « City Lights », une fantasmagorie urbaine….

Mimi2 – Quelle classe ! Excellentissime ! J’suis bluffée par le choix de la Belgique, bravo ! Y’a un parfum de victoire avec cette chanson !

Jamaly Zelmerlöw-Landrut – 1ère écoute de la Belgique : excellent, bravo, mention très bien avec les félicitations du jury. Blanche met une claque à tous les autres titres en compétition tant c’est contemporain, classieux et hyper bien produit, de surcroit sans concession. Il y a un véritable univers, assez dark, j’aime beaucoup. Reste à voir comment cela va être habillé en live, notamment au niveau du look de Blanche qui ne me semble pas tout à fait en adéquation avec son titre. Qualification certaine en tout cas et victoire envisageable. Relever le défi de succéder à Loïc semblait une gageure, le défi est relevé. Bravo à la RTBF, c’est officiel : la Belgique est désormais un poids lourd de l’Euro.

 

Nico – La Belgique a bien compris ce qui peut plaire à l’ESC et cette chanson a un univers particulier, mais qui nous transporte assez loin. Je ne sais pas si Blanche peut gagner cette année, cela reste il est vrai un brin répétitif et cela ne décolle pas comme on aurait pu le souhaiter. Néanmoins, la qualification en finale me semble évidente et totalement méritée, un Top 10 ne me surprendrait pas. Bravo à nos amis belges d’avoir enfin trouvé la bonne recette, la classe, la qualité et cela se paye ! Les jurys apprécieront et le public suivra en votant pour cette chanson qui est vraiment dans l’air du temps. J’adore la musique et la voix de la chanteuse. C’est du Frechta en bien plus moderne avec un bien meilleur titre

Yoann B / epinart – Blanche/Francesco, Francesco/Blanche… Dans ma tête ça se confuse un peu… En tout cas, c’est un émerveillement ! Sombre et profond, avec une voix chaude, on se croirait en city road trip by night… La Belgique des dernières années veut gagner, ça se sent !!! Là où le bât blesse pour moi, c’est que contrairement à Gabbani, la chanson de Blanche est un peu moins « tout public », vous voyez ce que je veux dire ? Et on sait que le soir de la finale, les fans ne représentent qu’assez peu de télévotes finalement… Donc j’ai bien peur de croire d’emblée que Blanche ne sera pas la gagnante… RHOOOOOOO mais comme je m’avance !!!!! J’en sais rien évidemment ! ^^

Tano – Cette chanson est étrange. Elle nous projette dans un univers secret. J’aime beaucoup l’association des deux voix . Seul bémol : on reste un peu sur sa faim. On en redemande, mais on reste frustré. La mise en scène ne sera pas évidente, mais je suis certain que la Belgique nous offrira une belle surprise. Bravo !

 

Marie – Je ne m’attendais pas du tout à ça. C’est une chanson différente que nous propose la Belgique. Elle devrait se démarquer. Je ne sais pas quoi en penser, je la trouve un peu répétitive et sa voix monotone. J’attends de voir un live pour me faire une idée mais à la première écoute, je n’ai pas accroché comme avec Rhythm Inside.

RV – C’est pas mal, mais pas pour décrocher la victoire. Je ne comprends pas cet engouement pour la Belgique, alors je suis complètement à la masse. lol

[poll id=”415″]

[poll id=”416″]

[poll id=”417″]

[poll id=”418″]

[poll id=”419″]

[poll id=”420″]

[poll id=”421″]

[poll id=”422″]

[poll id=”423″]

Recette loupée :

Barbara Dex est devenue doublement célèbre après sa participation au Concours Eurovision de Millstreet en 1993. D’abord parce qu’en terminant dernière de la compétition, elle allait pour la première fois depuis les débuts du Concours, priver la Belgique d’une participation au Concours de Dublin l’année suivante. Et ensuite parce que son “fagotage” sur scène a valu la naissance d’un prix devenu tristement célèbre : celui du Barbara Dex Award qui récompense chaque année l’artiste le plus mal habillé du Concours.

Recette gourmande : 

Sa victoire a valu à “J’aime la Vie” de devenir bien plus qu’une chanson, mais un véritable hymne en Belgique.

Cerise sur le gâteau : 

Loïc Nottet a été la plus belle révélation belge de ces dix dernières années à l’Eurovision. L’artiste qui a terminé quatrième il y a deux ans à Vienne a sorti son premier album, dont voici un extrait.