Dix ans de… Malte !

La Valette

La République de Malte est un tout petit pays qui abrite une impressionnante population de chanteurs au mètre carré ! On croirait que tout l’archipel est passé dans l’une des interminables sélections, mais l’on découvre de nouveaux talents chaque année ! Néanmoins le pays est toujours en quête d’une première victoire…

Avant 2010… Malte, qui a connu son heure de gloire dans les années 90 quand elle avait le privilège de pouvoir chanter en anglais, a entamé une traversée du désert à partir de 2006, en ayant de plus en plus de difficultés à se qualifier…

En 2010, Malte repart pour une sélection interminable comme elle les aime ! 6 séries de 6 chansons, dont 20 se sont qualifiées en finale, sur un télévote mettant au même niveau les 6 soirées ! Parmi les 36 demi-finalistes, on retrouve Miriam Christine (1996) qui n’a pas atteint la finale. Thea Garret remporte largement la victoire avec « My dream » devant Glen Vella et Tiziana Calleja.

Thea rate de peu la finale. La sélection est donc simplifiée en 2011, avec une seule demi-finale de 24 chansons quand même et une finale à 16. Glen Vella tient sa revanche et l’emporte sans l’assentiment du jury, juste devant Richard Edwards. Kurt Calleja est 3ème.

Le processus de sélection est identique en 2012 malgré l’échec de Glen à Düsseldorf. Le jury, pourtant encore surpuissant est de nouveau désavoué : Kurt Calleja l’emporte devant leur favorite, la multirécidiviste de la sélection Claudia Faniello. Amber est 3ème.

Kurt parvient enfin à qualifier Malte après deux échecs consécutifs. Il atteint la 21ème place. Le système de sélection est donc maintenu avec un jury encore plus puissant. Cette fois, il a raison : il couronne Gianluca Bezzina contre le public qui lui préfère Kevin Borg, qui n’est que 2ème. Davinia Pace est 3ème.

Les jurys ont eu le nez creux : le docteur Gianluca apporte une 8ème place au pays. Le format de sélection est donc maintenu en 2014, dans une version abrégée : 20 demi-finalistes et 14 finalistes. Le groupe de Richard Edwards, seulement 4ème choix du télévote mais plébiscité par le jury l’emporte, devant De Bee et Daniel Testa. La gagnante du télévote, Jessika, n’est que 8ème… C’est un demi-succès au concours : la chanson se qualifie de justesse grâce aux jurys et termine 23ème.

Format identique en 2015, après la qualification de Firelight. Amber remporte tous les suffrages avec « Warrior ». Christabelle est 2ème, Glen Vella est 3ème. Mais cette finale est aussi célèbre pour un air de fandango offert par Jessika, un groupe de bonnes sœurs et une ballade écrite par Alexander Rybak et interprétée par Franklin. Au concours, Amber rate de peu la qualification.

Toujours le même format en 2016, avec un événement : le grand retour d’Ira Losco, celle qui avait failli remporter l’Eurovision en 2002. Elle présente même deux chansons ! Elle gagne facilement la sélection avec « Chameleon », devant Brooke et Franklin.

Mais juste après sa victoire, en janvier, Ira Losco annonce très vite qu’elle envisage de changer de chanson, ce qui lui est opportunément rendu possible par un point ajouté au règlement avant la compétition. Est révélé en mars qu’Ira interprètera finalement « Walk on Water », une chanson suédoise… Point de caméléon à l’Eurovision… pour le moment !

Grâce au soutien massif des jurys, Ira atteint la 12ème place. Néanmoins, la télévision maltaise décide de changer de méthode de sélection avec une unique finale de 16 artistes départagés exclusivement par le télévote. On retrouve beaucoup d’habitués dans la sélection, mais c’est la plus habituée d’entre eux qui l’emporte, Claudia Faniello, pour sa 11ème participation. Janice Mangion est 2ème avec une chanson en maltais, Kevin Borg, 3ème.

Malheureusement, la participation de Claudia Faniello tant attendue s’avéra un naufrage. Retour donc du jury, dans un format de finale identique, histoire de contrôler le télévote… Christabelle l’emporte largement avec sa chanson signée Thomas G:son, devant Richard Edwards & Joe Micaleff, et Brooke.

Mais la mayonnaise n’a pas pris. Le diffuseur PBS change alors totalement de stratégie en proposant de choisir le futur représentant du pays via X-Factor. On retrouve parmi les finalistes Franklin Calleja, mais c’est la toute jeune Michela Pace qui l’emporte devant le rappeur Owen Leullen. Pour la chanson, PBS fait appel au groupe d’auteur Symphonics, qui a fait le succès de la Bulgarie les années précédentes, et qui a assuré une qualification ici. Malte termine cette décennie avec une 14ème place.

Malte est 30ème de la décennie avec 453 points en finale.

Le top : la 8ème place de Gianluca Bezzina en 2013.

Le flop : la 16ème place en demi-finale de Claudia Faniello en 2017.

(7 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Malte est l’un des pays que j’aime le moins au Concours : seulement 5 Top 10 depuis leur première participation (dont deux tout de même pour Glen Vella et Amber). Après, il faut reconnaître que les vainqueurs des sélections nationales sont toujours meilleurs que leurs dauphins, mais je ne suis vraiment pas fan… D’ailleurs, je classe Malte au-delà de la 30e place depuis 4 ans :O

  2. Rarement fan non plus des choix maltais. J’adorais toutefois leur finale nationale avec ses pubs intempestives pour des biscuits apéritifs ou des compagnies d’assurance à l’écran.

    Il y a plus de bons chanteurs au mètre carré que partout ailleurs à Malte et l’engouement pour le concours semble plutôt important.

    Quel va être le futur ? Sans doute une nouvelle victoire d’une jeune fille au X Factor . On lui donnera à nouveau un titre Symphonix International qu’elle essaiera de s’approprier. Pas de raison de changer ce qui a bien marché en 2019…

  3. Ira a payé en 2016 un bide au televote, seulement 16 points, malgré un bon score aux jurys.
    Ce qui est incroyable, c’est que Malte est à la peine dans la version adulte mais c’est un pays qui cartonne au junior: 2 victoires en peu de temps, 2013 et 2015.

    • Pauline HALIMI on 22 juillet 2019 at 13:04
    • Répondre

    Je suis folle de joie quand vous avez annoncé que GIANLUCA est le top de MALTE. C’est la meilleure chanson maltaise de toute l’Eurovision. Quel dynamisme et physiquement, je trouve qu’il a quelque chose d’Elie SEMOUN.

    Je crois que maintenant, il se consacre entièrement à sa carrière de chirurgien.

    Merci

    • EurovisioneurBZH on 22 juillet 2019 at 14:42
    • Répondre

    Malte devrait faire comme l’année dernière : sélectionner le chanteur et ensuite lui écrire une chanson. J’ai beaucoup aimé Chameleon et surtout quel clip vidéo !!! La meilleur proposition de malte pour moi !

  4. – Bizarrement, beaucoup de chansons maltaises m’ont plu durant cette décennie dont certaines non qualifiées : Théa Garrett, Glenn Villa, Kurt Kalleja, Gianluca, Michela Pace et bien sûr ma chouchoute toute catégorie Christabelle !

    – Seule deux chansons m’ont vraiment déplu : Claudia Faniello ( vraiment vieillot ! ) et surtout le Warriors d’Amber qui était vraiment très pénible et qui souffrait terriblement de la comparaison avec le  » Warriors  » de Nina Sublati pour la Géorgie !

    – Néanmoins, je soulignerai que Malte est un petit pays et que malgré tout son vivier musical n’est pas négligeable et des talents, il y en a.

    • rem_coconuts on 23 juillet 2019 at 12:33
    • Répondre

    Malte est un pays surprenant à bien des égards. Déjà de par les richesses et les charmes qu’il recèle, mais également, eurovionesquement parlant, par l’incroyable vivier d’artistes qui évolue sur cette petite île de 400 000 habitants: une densité de talents au mètre carré unique en Europe, tant et si bien sur le pays puise exclusivement dans ses artistes locaux pour être représenté au concours avec dignité! J’aime le plus souvent les propositions maltaises au concours, la seule chanson qui m’insupporte est celle de Claudia Faniello: une interprétation parfaite mais un titre vieillot. Pour le reste, j’apprecie, mais sans réel coup de cœur: le pays tend à être dans mes places 7-10 en demi-finale, et j’ai l’impression que son succès très mitigé au concours sur la dernière décennie tient justement à ça. C’est à dire des chansons sympas et plaisantes mais pas suffisamment marquantes face à la concurrence acérée des autres pays. Par exemple, Warrior en 2015 et Taboo en 2018 auraient mérité a mon sens la finale d’autant plus que les prestas ont été plus que correctes. Sauf qu’il y avait plus fort en face. Idem pour 2010 et 2011 en DF, ainsi qu’en 2016 en finale. Et c’est un peu la même qui s’est passée pour Michaela: un titre solaire, agréable, actuel, punchy, une scèno très colorée, un titre que j’aime écouter, peut être celui que je préfère pour Malte ces dix dernières années, mais en face, il y avait du lourd, voilà. Et pourtant ça n ‘est pas le potentiel qui manque… Et c’est peut être ce paradoxe entre qualité des interprètes et manque de force des titres qui explique le gap jury/televote…

    PS: Fandango de Jessika, mon seul regret de non sélection avec tout concurrent de Breathlessly…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :