loicL’Eurovision bat son plein à Vienne… enfin pour les fans, car pour les autres c’est véritablement mardi que ça commence. Aujourd’hui, cinquième jours de répétitions. L’une des journées (avec demain) les plus chargées parce que ce sont les secondes répétitions individuelles et qu’une journée équivaut à une demi-finale. Aujourd’hui, les demi-finalistes que le monde entier Chine comprise entendra mardi prochain passent sur la scène.

MOLDAVIE

Ses points forts : Eduard est un showman, il sait danser sans que l’on sente l’essoufflement dans sa voix. Seul le backflip qu’il effectue depuis son échafaudage pour atterrir sur le sol lui coupe un peu la respiration. A travailler donc, ou bien à ne pas faire. Le premier tableau de ce Concours Eurovision est particulièrement… sexy. Des flics en tenus légères… très légères même chez les fliquettes. Une des fliquettes qui déchire le maillot du chanteur, le cuir… bref, ça sent la foufoune à plein tube tout ça. Un départ sur les chapeaux de roues pour l’Eurovision.

Ses points faibles : La chanson, surtout. Une énorme majorité d’entre vous ne l’aime pas. Ce qui veut dire qu’une majorité de téléspectateurs ne vont pas aimer non plus. C’est ce qui va sans doute lui faire perdre sa place en finale. De plus, la chanson comme le spectacle est formaté mauvais-Eurovision.

Passage en finale : feu rouge

ARMENIE

Ses points forts : Il y en a beaucoup. D’abord les artistes. Ils savent chanter, ils sont charismatiques et ils ne font pas “union-pour-la-paix-dans-le-monde”. Le décor est sobre et il y a beaucoup de symboles, comme l’arbre qui ne se déracine pas pendant la tempête, comme aussi le groupe qui à un moment donné forme un tronc d’arbre. Il n’y a pas non plus d’évocation au génocide (c’est quand même le sujet de la chanson). Tout est basé sur l’enracinement.

Ses points faibles : Là aussi, la chanson. Si elle a apprivoisé certains d’entre nous à force de l’écouter, il y a du désordre dans la mélodie qui passe par plusieurs styles musicaux sans qu’on sache vraiment pourquoi. Et au milieu de la chanson, on est totalement paumé parce qu’on ne sait pas où la mélodie veut nous amener. La diaspora devrait largement contribué à faire passer l’Arménie en finale.

Passage en finale : feu vert

BELGIQUE

Ses points forts : Loïc est un garçon très charismatique, on aime le voir se mouvoir sur scène. On aime sa sensibilité, sa fragilité qu’il sait transformer en force, et sa voix inimitable. Il possède l’une des chansons, si ce n’est la chanson la plus moderne de ce 60ème Concours Eurovision. Sa pirouette digne d’un championnat de patinage artistique ne va sûrement pas passer inaperçu. Bref, on aime sans compter ce que nous offre la Belgique cette année et on croise les doigts pour une qualification en finale. Ce garçon mérite carrément une victoire le 23 mai, mais bon… c’est l’Eurovision, hein !

Ses points faibles : un décor monochrome très froid, mais qui sied bien à la chanson, donc finalement ça se transforme en point fort. On a aussi un peu de mal avec les choristes. On ne sait pas trop ce qu’ils essaient d’exprimer, mais en même temps leur chorégraphie un peu zarb’ est à l’image de la chanson : moderne. Moderne… moderne… espérons que la Belgique ne pêche pas par excès de modernité face à un Concours qui reste tout de même très traditionnel. Bon d’accord, j’ai décidé de faire une rubrique points faibles pour chaque concurrent et là, ben je rame…

Passage en finale : feu orange

PAYS-BAS

Ses points forts : La chanteuse, bien sûr. Très pro, elle sait ce que chanter veut dire. La chanson est aussi très formatée Eurovision, ce qui pourrait lui donner des points. Il y a des onomatopées en veux-tu en voilà… et les onomatopées, les téléspectateurs de l’Eurovision adorent. La chanteuse (excusez-moi, mais si j’écris son nom à coup sûr va y avoir un “j” de trop ou bien des lettres mal placées) a troqué sa robe déchirée pour un costume plus soft, ce qui a plu à bon nombre d’entre vous. Bon, ce n’est pas le costume qui donne des points, et d’ici mardi ça peut encore changer. Toujours est-il que quoiqu’il arrive, elle tient absolument à vous faire savoir qu’il y a du monde au balcon.

Ses points faibles : Tr… la chanteuse est bien trop statique. Elle ne bouge pas d’un poil pendant presque toute l’exécution de son titre et ça c’est pas cool pour une chanson pop. Mais elle joue surtout avec la caméra. Mardi soir, ce sera entre elle et vous. Pas sûr que ce soit suffisant pour un passage en finale. On lui souhaite bonne chance quand même. Bonne chance, Trijntje (j’ai fait un copié collé)

Passage en finale : feu rouge

FINLANDE

Ses points forts : Il s’agit d’une chanson punk-rock, donc très rare à l’Eurovision. L’originalité peut payer. Le groupe est trisomique, ce qui veut dire que des gens vont voter pour eux, ce qui veut dire qu’ils vont avoir des points (désolé d’être aussi cash, mais c’est la vérité).

Ses points faibles : la chanson punk-rock originale pour l’Eurovision n’est pas terrible. J’ai déjà écouté des chansons punk beaucoup mieux que celle-ci. La chanson ne dure que 1 mn 30 (Dieu merci !) et c’est court pour en faire une chanson commerciale. Si l’on s’en tient à l’esthétique de la chanson, la Finlande devrait rentrer chez elle mercredi matin. Mais l’Eurovision, c’est pas non plus que de la chanson.

Passage en finale : feu orange

GRECE

Ses points forts : Il s’agit d’une ballade de qualité (enfin, il paraît), interprétée avec brio par une chanteuse qui ne fait aucune fausse note. Ca devrait déjà suffire. Mais ce n’est pas tout : elle représente aussi la Grèce qui a un taux de 100 % de passage en Finale. A ce stade, rien ne nous  permet de dire qu’elle sera recalée.

Ses points faibles : Je pourrai faire un chapitre complet tant cette chanson représente tout ce que je déteste. Mais je n’ai pas le monopole du goût. Je dirai simplement que Maria Elena se conduit sur scène comme une chanteuse des années 70-80, avec des mouvements de bras inutiles qui parfois frise le ridicule.

Passage en finale : feu vert

ESTONIE

Ses points forts : Nous avons là deux interprètes de grande qualité. Même si on ignore de quoi parle la chanson, les regards et les expressions parlent d’eux-mêmes. Ils ne font pas que chanter, ils racontent aussi une histoire. Le couple fonctionne à merveille. La chanson, elle aussi, est de qualité et originale pour l’Eurovision. Elle possède un petit côté rétro assumé qui va sans doute plaire.

Ses points faibles : Pfff, aidez-moi ! Allez, on va dire que ça ressemble beaucoup à ce qu’a fait les Pays-Bas l’année dernière. Vous trouverez sans doute d’autres défauts à cette contribution. Moi non.

Passage en finale : feu vert

REPUBLIQUE DE MACEDOINE

Ses points forts : Pour moi déjà, la meilleure chanson macédonienne de l’histoire de l’Eurovision. Ensuite, un décor magnifique, avec un temple grec (enfin je pense que c’est ça) et des feuilles d’automne qui s’envolent, c’est très jolie. Ensuite, il y a une vraie caution avec Merj. Le groupe et le chanteur ont amélioré considérablement leur chorégraphie par rapport à lundi dernier. Ca fait un peu boys band sous Valium, mais c’est pas mal.

Ses points faibles : On ne peut pas dire que Daniel soit un chanteur très charismatique. On a l’impression qu’il aborde sa chanson d’une façon très cérébrale et qu’il doit penser aux pas de la choré qu’il doit effectuer en même temps que chanter.

Passage en finale : feu orange

A suivre…