D a n i e l a   S i m o n s

 

Concours Eurovision de la chanson 1986 – Candidature suisse

 

 

 

 

 

La saga des différentes versions de chansons interprétées et traduites en plusieurs langues se poursuit avec une artiste qui n’était pas très loin de décrocher une seconde victoire pour la Suisse en 1986 à Bergen en Norvège. On ne changera jamais vraiment le destin,  en tous les cas, pas celui-là,  à croire que tout était  écrit d’avance.

Cependant cette année-là,  c’est bien la Belgique qui remportait la victoire, grâce à Sandra Kim et sa chanson ” J’aime la vie ” qui représentait la RTBF,.

On peut vivre de regrets et avec des si et des mais, on pourrait mettre Paris en bouteille, c’est ce que dit le dicton.  mais il m’est arrivé souvent de penser que si la Belgique avait dû chanter en néerlandais lors de cette édition,  la Suisse aurait très probablement été victorieuse.

Daniela Simons rate la victoire à l’Eurovision de 1986 d’une place, avec une chanson quasi prémonitoire: “Pas pour moi,” écrite et composée par Nella Martinetti et Atilla Şereftuğ, un tandem qui décrochera la timbale deux ans plus tard en composant la chanson interprétée par Céline Dion “Ne partez pas sans moi”,

Il faut dire qu’à cette époque,  la Suisse vivait une période de gloire à l’Eurovision, notamment dans les années 1980 et le début des années 1990.

Alors si vous ne connaissez pas encore Daniela voici sa biographie très détaillée :

 

Nous ne pouvons oublier l’escalade vertigineuse de la carrière de Daniela Simmons, lorsqu’elle obtint la 2eme place au Concours Eurovision de la Chanson avec « Pas pour moi » à Bergen, qui la fit grimper rapidement dans les charts européens en interprétant la chanson dans bien 5 différentes langues, et lui fit parcourir les plus grandes scènes jusqu’en Australie pour représenter les 200 ans du pays.

Suivie très rapidement ; l’Empire State Building a New York, pour le concert de l’Unicef avec Harry Belafonte et Tina Turner ; Wembley Stadium (86000 spectateurs) pour l’ouverture du championnat de EM 1996 aux cotés de Simply Red ; à l’ Olympia à Paris avec Jeane Manson, Rika Zarai, Richard Claydermann et des festivals de la chanson francophone ou Daniela se retrouve aux cotés de Véronique Sanson, (Daniela avait déjà collaboré à Paris avec les producteurs de celle-ci) Patricia Kaas, Claude Maurane, Maxime Leforestier, Noir Desir, Jean Luc Lahaye, et bien d’autres. Daniela signe avec Polygram International et rencontre le producteur de Shakatak, Nigel Wright, qui signa son 1er album à Londres. Elle côtoie les plus grands, Jill Saward chanteuse de Shakatak (« Day by Day », duet avec Al Jarreau) est sa backing vocalist.

Les titres « Shout Back » et « Found You Out » résonnent dans les ondes anglosaxonnes, et Daniela se voit appelée à de nombreux spectacles télévisés et festivals.  David Knopfler (frère de Mark Knopfler Dire Straits) lui propose une année plus tard une nouvelle reprise de « To  Love Somebody » qui la fait démarrer sur les scènes de Londres.  Daniela est l’artiste suisse la plus suivie des médias des années 80 et 90!

Elle jouera aussi dans un film à Prague, avec Otto Simanek (Panthau). En revenant dans son pays natal (Italie) et avec une nouvelle production “Un’altra Donna“ Daniela entreprend une tournée dans toute l’Italie avec Enrico Ruggieri, Fiorella Mannoia, Toto Cutugno, Lucio Dalla et Loredana Berte, mais se retrouve très souvent en France car ses collaborations n’auront désormais plus de frontières. Son piano-quatre avec Daniel Balavoine, Pascal Reynaud (fils du comique Fernand Reynaud) Gilbert Montagné et Claude Bolling lui fera ouvrir les portes chez Eddy Barcaly qui l’aura sous sa tutelle. Et c’est à ce moment que nait son premier album en français « Pour Qui » ou elle affichera sa vraie passion de compositeur/auteur de ses propres chansons. Elle signa aussi une composition pour Michael von Der Heide « Prière » de son 1er album.

 

Depuis, Daniela continue de se produire principalement en Suisse, lors de petits concerts de jazz intimistes.

C’est certain, Daniela rêvait sans doute de faire une carrière internationale après son passage à l’Eurovision, mais la réalité de la vie en a décidé autrement.

Elle vit désormais une vie paisible à Avenches, une très jolie petite ville suisse, située dans le canton de Vaud et qui comprend de nombreux vestiges romains ainsi que ses célèbres arènes qui accueillent chaque années des artistes du monde en entier, lors de son festival Rock-Pop

Elle semble être toujours aussi heureuse et épanouie en compagnie de son mari Atila Sereftung, qui est devenu aussi le grand compositeur de la suite de sa vie.

Toujours aussi passionnée par la musique, elle est très entourée par ses enfants, dont un de ses fils,  qui compose également de la musique et des chansons.

 

 

 

Voici le tableau du classement général de cette édition 1986,  La victoire belge était méritée et faisait l’unanimité, car Sandra Kim obtenait tout de même 36 points de plus que Daniela Simons.

 

 

Voici sa prestation en direct à Bergen,  la Belgique et le Luxembourg accordaient leurs 12 points à Daniela, la France un peu moins généreuse, lui donnait tout de même 7 points  ! 

La vidéo de présentation de sa chanson

la version audio en format 45 tours

La face B du 45 tours qui comprenait la version anglaise ” Candlelight “

Pour ne pas frustrer nos amis suisses-allemands et faire honneur au peuple allemand et autrichien, Daniela avait décidé d’enregistrer une version en allemand

Et certainement pour faire plaisir à nos amis belges et hollandais, elle avait aussi enregistré une version en néerlandais 

 

 

 

 

Après sa prestation très remarquée à Bergen,  Daniela avait le vent en poupe et même des ailes portées par l’ambition, elle envisageait de faire une carrière internationale, notamment aux USA avec ce titre ! 

 

Tout cela ne nous rajeunit pas n’est-ce pas ? Et pour la grande majorité des fans et lecteurs de ce site qui n’étaient pas encore de ce monde, de cette génération, pour arriver à savourer toutes ses splendeurs,  on pourrait presque parler d’une époque ringarde et proche de la préhistoire.   

J’exagère à peine, pourtant, malgré des paroles quelques peu désuètes,  la chanson ” Pas pour moi ” correspond encore aujourd’hui à ce que tout le monde recherche sans forcément y croire encore,  ” Le grand amour “.

Alors il est temps de donner votre avis sur cette chanson mais surtout de nous dire quelle version préférez-vous ?

Merci…