Amateurs de rumeurs, bienvenue dans votre rubrique fétiche ! Inutile de vous cacher, les statistiques de WordPress ne mentent pas : Rumeurs, rumeurs demeure votre article préféré de la semaine, loin devant ceux détaillant les règlements de l’Eurovizijos atranka ou d’A Dal. Et que celui qui n’a jamais aimé une bonne rumeur bien délirante, vous jette la première pierre… Allez, repartons pour un tour de manège, en ce beau vendredi, avec de la rumeur de premier choix.

LA SCÈNE

Il ne vous aura pas échappé que la salle choisie pour accueillir le Concours 2019 est nettement plus petite que celles des éditions précédentes. À peine 7.000 places devraient être disponibles lorsque la scène sera installée. Gros eurodrame dans l’Euromonde : sur les 7.000 places, 3.000 devraient être réservées pour les délégations. Ce qui en laisseraient à peine 4.000 pour les Eurofans. Autant dire que bon nombre d’entre eux resteront à la porte. L’IPBC a déjà promis de chercher une solution. Parmi les pistes évoquées : une vaste green room susceptible d’accueillir 3.000 personnes ou encore un Eurovillage parsemé d’écrans géants. Tout cela n’est encore rien, du moins si l’on en croit la dernière rumeur : face au tollé sur les réseaux sociaux, l’IPBC envisagerait une solution drastique. Drastique de chez drastique : réduire la scène à son strict minimum. Celle-ci devrait donc être toute petite, voire minuscule.  Cet inconvénient devrait être compensé par l’usage d’écrans LED. Bref, 1988, nous revoilà !

[poll id=”1307″]

L’ENTRACTE

Vous le savez : à l’Eurovision, les numéros d’entracte sont scrutés par les Eurofans avec presque plus d’attention que les chansons concurrentes elles-mêmes. Certains d’entre vous auront les yeux brillants si nous évoquons ici des sommets absolus comme Love Love Peace Peace, Swedish Smörgåsbord, Glow, Free et bien entendu Riverdance, l’entracte des entractes qui a tué le concept, car que voulez-vous encore inventer après ça ? Face à pareils géants et pareilles icônes, certains recourent à l’humour (cf. The Story of Eurovision), d’autres jouent le classicisme sans audace (cf. I Believe in U) et d’autres encore n’essaient même pas (cf. Never Enough). Cette année, confrontée à ce perpétuel problème, l’IPBC aurait décidé de frapper un grand coup. Mais alors, un très très grand coup ! Un coup à éclipser Riverdance, Petra Mede et les Wombles. Car selon la rumeur qui a parcouru les réseaux sociaux, le diffuseur-hôte a invité rien moins que les vainqueurs les plus mythiques du Concours et l’un des plus monumentaux groupes de l’histoire de la musique pop : ABBA ! Oui, vous lisez bien : ABBA ! Benny, Björn, Agnetha et Frida ont en effet décidé de se réunir et d’enregistrer de nouveaux morceaux. Alors, quoi de mieux que de les faire remonter sur scène lors de l’événement qui a cimenté leur gloire mondiale ?

[poll id=”1308″]

ROYAUME-UNI

À propos de duos… Dans un article précédent, Eurovista vous informait du lancement de la sélection britannique pour Tel Aviv. Eurovision You Decide nous revient pour une quatrième édition. La BBC a ouvert la période de soumission des candidatures et prospecte de son côté des artistes susceptibles de la représenter avec honneur, en mai prochain. Les Eurofans ont aussitôt glosé sur l’incapacité perpétuelle de la BBC à convaincre des artistes crédibles, à distinguer une bonne chanson d’une mauvaise, voire tout simplement à produire une finale télévisée digne de ce nom. Sur ces entrefaites, quelques Eurostars se sont déclarées publiquement : Tamar Kaprelian, JOWST et Norman John ont envoyé un morceau à la BBC, avec l’espoir qu’il soit retenu. Côté interprètes, un nom attire toutes les attentions et a fait entrer les réseaux sociaux en éruption : Saara Aalto. La représentante finlandaise 2018 a déclaré dans une interview qu’elle se verrait bien représenter sa seconde patrie. Mais pas seule ! Non : en compagnie du groupe Steps, avec qui elle effectue pour l’heure une tournée. Les Eurofans sont en pâmoison à cette perspective : Saara Aalto en duo avec Steps ? Passez-leur les sels…

[poll id=”1309″]

(avec la collaboration de Pauly)