Saturday Night’s Alright ! Samedi soir marquait la quatrième et (déjà) dernière série du Melodifestivalen 2022, ce avant la demi-finale de repêchage de la semaine prochaine. Une série ô combien attendue par Loreen qui, accompagnée d’un seau de pop-corn caramel environ cinq fois plus étendu que sa circonférence, s’impatientait de l’arrivée de certain·es candidat·es sur la scène de la Friends Arena. Alors, a t-elle eu raison de trépigner sur son canapé en direct de Paris ? Réponse ici.

Artiste et chansonCommentairesLoreen
Anna Bergendahl – Higher PowerDans la droite lignée de ce qui avait fait son succès au Melodifestivalen 2020 avec Kingdom Come, la représentante suédoise à l’Eurovision 2010 nous propose un titre scandic-pop aux touches country dont elle seule a le secret. Clairement moins puissant et moins dynamique que le titre de la revanche, Higher Power n’en reste pas moins de bonne facture et très bien exécuté par Anna. Un soupçon de force supplémentaire aurait été tout de même bienvenu, particulièrement au niveau du refrain, pour rendre la proposition suffisamment marquante. Mais l’ensemble reste très agréable à l’écoute.
Lillasyster – Till Our Days Are OverLe groupe de hard rock, surprise du Mello 2021, nous livre ici une proposition à la production plus « formatée » que celle qu’il avait présenté l’année dernière. Même si la tonalité générale reste fidèle à l’ADN du groupe, on y perd sans doute en sombreur … là où y gagne cependant en lisibilité et en énergie. Till Our Days Are Over est en effet beaucoup plus accessible et « grand public » que son prédécesseur, et de fait plus évident à défendre auprès du public large et diversifié du Melodifestivalen. C’est en tout cas un couple titre/prestation efficace que nous a offert Lillasyster samedi soir dernier, dont la présence dans cette sélection fait beaucoup de bien à sa ligne éditoriale.
Malin Christin – Synd Om DigPremière en tant qu’interprète pour l’autrice-compositrice de Je Me Casse qui a fait le choix d’une ballade en mode piano-voix couplé avec des arrangements et en suédois. Si vocalement, la prestation était vraiment perfectible, l’ensemble a résonné comme un joli moment sur la scène de la Friends Arena … mais auquel je suis resté assez hermétique. Si Synd Om Dig est loin d’être désagréable, j’éprouve comme une sensation de déjà-vu et entendu dans le style, face à laquelle la proposition de Malin Christin tient difficilement la concurrence. Autrement dit : on a connu plus marquant en la matière.
Tenori – La StellaÀ croire que la pop-opéra ne réussit décidément pas aux artistes d’opéra en cette saison 2022. Après l’échec Elina Netchaeva en Estonie, voici l’échec Tenori, qui coche ici à la perfection toutes les cases du mauvais goût musical. Que la croisière s’amuse et qu’aussi bien La Voix que La Forza dorment tranquille dans leurs cabines de luxe, ce n’est pas le très kitsch – pour ne pas dire ouvertement outdated – et piètrement produit La Stella qui viendra leur voler la vedette. Dommage pour le duo d’interprètes, dont le titre ne parvient même pas à mettre en valeur la voix et le talent immense … Un comble pour un titre pop-opéra défendu par deux ténors …
Medina – In i dimmanPremière au fois au Mello pour le mythique groupe qui signe ici son grand retour sur la scène musicale suédoise après quatre ans de séparation. Enfin ! Parce que c’est un titre pile poil dans leur ADN musical qu’ils proposent ici, et qui offre surtout une bonne rupture avec la scandic-pop formatée dont la sélection a l’habitude de nous abreuver. On nous avait vendu un mix entre reggaeton, hip-hop, raï, house et pop, et le deal est respecté avec ce titre énergique aux allures d’hymne et aux arrangements orientalisants. Mes leaders de la soirée, ou autrement dit une évidence de les retrouver cette année en finale (ils auraient franchement même pu gagner leur série) … et pourvu qu’ils poursuivent l’aventure de leurs récentes retrouvailles !
Angelino – The EndLa fin semblait un titre malheureusement prédestiné à la destinée d’Angelino dans ce Melodifestivalen 2022, avant-dernier de cette série. Une élimination logique tant le petit titre proposé par le jeune chanteur, certes de facture plus que correcte, a eu de difficultés à exister dans cette série. Et ce n’est pas la prestation d’Angelino qui l’aurait transcendé, tant celle-ci est restée assez anonyme (et pas particulièrement agréable sur le plan vocal me concernant). En bref : un ensemble certes convenable, mais qui n’est jamais parvenu à décoller du tarmac mélodifestivalesque de Sorna.
Klara Hammarström – Run To The HillsCelle qui a été érigée au statut de favorite de la production a t-elle rempli le contrat ? Oui … et non. Oui, parce qu’une nouvelle fois, Klara livre un titre scandic-pop de bonne production, lisible dans la compo, très efficace dans le refrain, et qui colle parfaitement avec ce qu’elle incarne musicalement. Non, parce qu’à l’Ouest rien de nouveau : un titre très générique déjà mille fois entendu dans le genre au Melodifestivalen et auquel il manque tant une singularité qu’une réelle inspiration musicale. Et surtout, non, parce qu’en dépit des attentes initiales, cela ne crie pas Winner Vibe. Même s’il n’en reste pas moins que cela fonctionne.

L’avis de Rémi

Une série 4 très attendue du public et des eurofans de par les grands noms qu’elle alignait – Anna Bergendahl, Medina, Klara Hammarström – mais surtout parce que la place de #7 – autrement dit celle de dernière chanson des séries à être performée sur la scène du Mello – résonne traditionnellement comme attribuée au ou à la favori·te de la production. Un rang de passage qui s’est avéré gagnant pour Mans Zelmerlöw en 2015 et John Lundvik en 2019 … mais qui risque bien de ne pas l’être cette année pour Klara Hammarström, bien que vainqueure de cette série.

La soirée en a effet soufflé le chaud et le froid, et pas complètement tenu ses promesses. Le verdict du public suédois s’est révélé très logique, tant Klara et Medina étaient un cran au-dessus de la concurrence et les trois éliminé·es loin derrière. Même si Anna Bergendahl et Lillasyster auraient pu jouer une place en finale sans que ce n’eut été un scandale d’Etat, mais cela aurait été un peu fort de café me concernant.. et les trois éliminé·es loin derrière. Mais la densité attendue n’a pas été au rendez-vous de cette dernière série dont on attendait la résonance potentielle d’une Winner Vibe. Sauf qu’en prenant appui sur ce que nous avons vu et entendu sur la scène de la Friends Arena samedi soir, il me semble relativement improbable – mais pas impossible, nuance – que le 12 mars sonne comme la date du triomphe de Klara Hammarström, tellement la proposition certes efficace de l’artiste reste terriblement générique et sans singularité.

Une série 4 qui vient donc clôturer la révélation des 28 chansons en lice au Melodifestivalen 2022, pour un constat qui s’impose une nouvelle fois : il est grand temps que la Suède se renouvelle et lâche un peu la bride quant à ses standards qui rendent, au fil des années, le contenu de sa sélection de moins en moins intéressant … et surtout de moins en moins compétitif en vue de l’Eurovision. Heureusement, des Cornelia Jakobs (qui s’impose finalement comme l’une des favorites au titre, et que la Suède n’a quasiment d’autre choix que d’envoyer à Turin), Medina, Lillasyster, Cazzi Opeia viennent offrir de petites bouffées d’air face aux titres très formatés ou « cautions diversité » de relativement faible facture proposées en face. Voir à ce titre Anders Bagge être l’un des grands favoris du Melodifestivalen 2022 en dit long sur l’impérieuse nécessité de revoir la ligne éditoriale d’une sélection suédoise qui reste certes l’un des bastions de la saison des sélections … mais de plus en plus fragilisé et menacé par d’autres.

Melodifestivalen 2022 - série 4 : quelle prestation vous a le plus séduit samedi soir ?
41 votes

À samedi pour la demi-finale de repêchage du Melodifestivalen 2022 !

Crédits photographiques : SVT