malte repet2Les répétitions techniques ont débuté à midi avec, ordre de passage oblige, les Firelight maltais. Je ne vous le cache pas, nos amis ont une chanson que j’aime écouter. Et maintenant, c’est devenu une chanson que j’aime regarder. Le décor se prête magnifiquement au style musical, et les selfies qui apparaissent et disparaissent comme des bulles de savons sur les cubes, je trouve ça d’un bel effet. Niveau vocal, rien à redire et niveau charisme, le groupe atteint le nirvana. On a droit à des sourires naturels d’artistes venus défendre fièrement leur mélodies. Coming Home ? Certainement pas jeudi soir ! Moi je pousserais l’audace jusqu’à vous dire qu’il est possible de les retrouver dans le top 10 samedi prochain.

Et si on s’enflamme pour Malte, que dire d’Israël ! Mei Finegold est coiffée d’une queue de cheval. La comparaison avec les russes s’arrête ici. Vêtue d’une magnifique robe noire échancrée comme il faut et ou il faut, la chanteuse israélienne délivre une prestation sans faute. Elle en jette sur scène, Mei ! Cette chanteuse est une bombe sur scène et sa présence à l’Eurovision nous honore. Merci Israël pour ce délicieux moment.

Et si on s’enflamme pour Malte, qu’on fond pour Israël, que dire de la Norvège ! Carl Espen chante dans un décor massivement bleu, et avec une légère brume à ses pieds. OK, vocalement, il n’est pas très constant. Mais sa troisième exécution a été parfaite. Donc, on pense que jeudi il donnera le meilleur de lui lors du direct, et l’affaire sera dans le sac.

Voilà une belle demi-finale très éclectique. Avec la Géorgie, on se retrouve avec une quatrième chanson complètement différente des trois premières, elles-mêmes différentes. Que dire de The Shin et Mariko ? Que Mariko porte une robe verte et que, pour les superstitieux, c’est déjà mal engagé pour la Géorgie. Le parachute sur scène a une signification, car la chanson raconte l’histoire des trois dernières minutes d’un retour sur la terre. Mais bon, pas sûr que les gens vont comprendre. Le décor est aussi en adéquation avec la chanson. Et une fois de retour sur terre, à la fin du titre, on peut apprécier le joli paysage où le groupe a atterri. A défaut d’aimer la chanson, on appréciera l’emballage.

Ouh, c’est auch pour la Pologne ! La chanson de Cleo et Donatan est une véritable ode aux nichons. Pour un pays qui vient de canoniser un des siens il y a quelque jours, on peut dire que la Pologne aime les paradoxes. La présentation est dans l’idée du clip vidéo. On nous montre en gros plan de plantureuses travailleuses sur LED. Sur scène, des danseuse et deux femmes. Techniquement, l’une bat le beurre et l’autre lave le linge. Mais bon, on n’est pas dupes et les gestes sensuels veulent clairement dire autre chose. Clairement, la Pologne s’est trompée de cible. En tout cas les jurys mâles (enfin sûrement pas tous), apprécieront le visuel, ce qui pourrait valoir quelques points à la Pologne. Maintenant, dans l’ensemble je me suis bien amusé avec cette chanson. Moi qui ne l’aimait pas au départ, je commence à l’apprécier et à me faire à la voix de la chanteuse.

autriche repet2L’Autriche maintenant. La chanson démarre avec Conchita Wurst dans le noir. On ne voit qu’une ombre et soudain, lumière est faite sur son visage, pour créer la surprise sans doute. M’est avis que seuls les habitants de la planète Orion seront surpris, tant tout le monde connaît bien la chanteuse. Alors moi, j’ai appris à aimer la chanson et j’ai vu sur scène ni plus ni moins qu’une diva dans une magnifique robe sirène couleur or et évoluant dans un décor de feu magnifique. J’ai trouvé tout ceci à la fois magnifique et troublant. L’Autriche cette année, c’est “ça passe ou ça casse”. On espère que ça passe.

Attention ! Avec la Lituanie, l’échafaudage risque de se casser la figure. C’est en tout cas ce qu’on veut nous faire croire vers la fin de la chanson avec les jeux de lumières. Bon, est-ce que cette chanson va se casser la figure jeudi prochain ? Beaucoup le pense, beaucoup l’espère. Mais il faut dire que la Lituanie a pas mal de “copains” dans cette demi-finale. Clairement, c’est un OVNI qui passe sur scène. Vilija est habillée en Capitaine Kirk et évolue dans la salle de danse de l’Enterprise. L’ensemble me laisse… me laisse quoi ? Je ne sais pas. Next !

Ah, voilà la raison pour laquelle je veux vite passer sur la Lituanie. C’est parce qu’elle laisse sa place à “the best”, la Finlande et Softengine. Ambiance rouge et noir pour les couplets et jeux de lumière épileptique pour le refrain, un décor du meilleur effet pour la Finlande. Je crois que c’est sur cette chanson qu’est le mieux exploité l’échafaudage de cubes. Vocalement, c’était très bon. Voilà une chanson que je suis vraiment fier de faire écouter à mes amis non fans, et ravi de voir leurs visages étonnés lorsque je leur dis qu’il s’agit d’une chanson de l’Eurovision. Je dirais comme hier avec les Pays-Bas, que c’est une chanson que l’Eurovision doit absolument avoir dans sa finale.

irlande repet2Je ne comprends pas l’Irlande cette année. Je suis loin de détester la chanson, j’irais même jusqu’à dire que je l’aime plutôt bien. Mais pour le coup, c’est l’emballage qui me pose problème. On ne revient pas sur les danseurs, on en avait déjà parlé lors de la sélection. Ils doivent être là pour fêter les 20 ans de Riverdance. C’est plutôt la chanteuse qui me préoccupe. Je l’aurais aimé plus sexy que glamour. Son style de robe ne va pas avec la chanson. Ici, on a l’impression qu’elle est habillée pour accompagner Victor Newman à un gala de charité dans le prochain épisode des Feux de l’Amour. J’avais espéré voir une Kasey en cuir noir. Je n’aime pas non plus les choristes et leur façon de se mouvoir comme si elles chantaient “Tu te reconnaîtras” en 1973. Pour moi, tout ceci gâche une chanson qui a du potentiel. Vocalement, la première répétition a été un enfer pour la chanteuse. Aujourd’hui, c’était bien mieux et on recommence à parler d’une finale pour l’Irlande. A ce stade, je n’y crois pas trop.

Teo, lui, est bien à sa place sur la scène de Copenhague. On le retrouve très à l’aise dans son rôle. Un peu moins à l’aise les choristes danseurs qu’on espérait peut-être un peu plus enthousiastes. Un tableau entièrement masculin. Il manque peut-être une touche féminine dans cette contribution, comme dans le clip vidéo. En tout cas, Teo est un chanteur charismatique et je lui souhaite de passer en finale. En plus, pour une fois que le Bélarus n’a pas d’accessoires ridicules sur scène, ça nous change.

Je n’ai jamais été un grand passionné des chansons macédoniennes, mais là je dois dire que je suis conquis par Tijana. C’est plein d’énergie, avec une mise en scène moderne. J’aime l’interactivité de la chanteuse avec son danseur, j’aime l’implication des choristes qui font autre chose que balancer stupidement leur bras pour donner le rythme. J’aime le décor principalement blanc et argent. Oui, j’aime la Macédoine 2014.

Pour moi, la Suisse possède le plus beau décor des deux demi-finales et… le plus beau chanteur aussi. Que de chemin parcouru depuis la sélection suisse ! SebAlter est totalement dans son élément sur la scène. Il y apparait souriant et décontracté. Il chante aussi bien qu’il siffle. Bref, c’est un rayon de soleil au milieu des scintillantes flammèches circulaires qui tapissent le grand écran LED. Et ça, moi… j’achèèète ! Et comme me le fait remarqué Antoine : ça va aller en finale.

grece repet2La Grèce est passée favorite pour remporter la seconde demi-finale. Et pourtant, vu les commentaires négatifs faits sur Freaky Fortune feat. Riskykidds lors de la sélection nationale, ce n’était pas gagné d’avance. Il suffit donc d’un trampoline et de quelques sauts effectués à la fin de la chanson pour propulser cette dernière en tête des sondages. Pratique de sauter quand on ne sait pas danser. Sachant cela, tout le monde devrait apporter son trampoline personnel sur scène. Quoique… Sanna sautant pendant Undo, j’y crois pas trop. Tout cela pour dire que le visuel et l’énergie déployée par les artistes y sont pour beaucoup dans l’enthousiasme général. Me concernant, je ne suis toujours pas touché par la chanson grecque, tout trampoline et énergie qu’il peut y avoir sur scène. Au vu des commentaires dithyrambiques que je peux lire par-çi par-là, et de la sympathie du jeune groupe, j’en suis presque désolé.

Belle prestation pour la Slovénie et Tinkara. Décor bleu au démarrage et or lors de la dernière partie, tout semble bien fonctionner pour la Slovénie. Vocalement, la chanteuse était bonne. Mais cela sera-t-il suffisant pour la qualifier en finale ?

Ovi et Paula ont également fait un sans faute aujourd’hui. Evoluant dans un décor représentant tantôt des coeurs, tantôt des papillons, ils ont donné le meilleur d’eux vocalement. Beaucoup d’énergie et un superbe finale pour la deuxième soirée. Beaucoup ont critiqué l’accessoire d’Ovi, à savoir le piano circulaire. Il est vrai qu’il ne sert pas à grand chose et que limite ça ridiculise un peu le tout. Mais Miracle reste une bonne chanson. Et puis, le piano circulaire est payé, autant l’amortir.

C’est terminé en ce qui concerne les répétitions individuelles. La prochaine fois que l’on reverra ce joli monde, ce sera lors des répétitions générales qui débuteront lundi (pour ce qui est de la première demi-finale).

Que retenir de cette journée ? Qu’on aimerait bien qualifier les quinze chansons en finale, que Mei Finegold a été la grande révélation de ces répétitions, que la Grèce a plus qu’impressionnée et sera très vraisemblablement dans le Top 10, voire 5 de la grande finale.

Demain, journée importante pour la France et tous les pays qualifiés d’office puisque ce sera les premières répétitions techniques du big5 et Danemark. Demain, c’est aussi la cérémonie d’ouverture et la red carpet à suivre sur eurovision.tv pour ceux que ça intéresse.

Et pour finir, comme d’hab, la playlist de cette journée, à revoir en toute quiétude.