Comme vous avez peut-être pu le voir dans le titre de cet article, je change un peu mes habitudes aujourd’hui.

Je quitte la France, je laisse un peu de côté “Destination Eurovision” pour vous emmener dans les plaines glacées de Norvège.

Le Melodi Grand Prix se prépare activement, et je saisis cette belle occasion pour vous présenter une musicienne à la voix de sirène, qui aurait toutes les cartes en mains pour conquérir la Norvège, et pourquoi pas l’Europe entière si elle s’y présentait.

Il y a quelques semaines de cela, nous avons appris que le Melodi Grand Prix allait être reconduit pour l’année prochaine, et il a même été annoncé que son format prendrait de nouvelles couleurs.

Sa durée sera notamment bien plus longue, à raison de six semaines de compétition. Cela nous offrira donc plus de chansons norvégiennes, ce qui nous aidera à compenser les pertes des finales nationales anglaises et espagnoles.

De mon côté en tout cas, cette nouvelle m’a donné beaucoup de joie, car la scène norvégienne, pleine de mystères, m’a toujours intrigué.

J’ai alors immédiatement pensé à une artiste dont je suis l’évolution musicale depuis près de quatre ans.

Elle s’appelle AURORA, et elle a le profil idéal pour offrir un nouveau top 10 à la Norvège.

Peut-être pourrait-elle même suivre les pas d’Alexander Rybak en leur accordant une troisième victoire…

Encore faudrait-il qu’elle se présente au Melodi Grand Prix, bien sûr !

Qui est Aurora ?

De son vrai nom Aurora Aksnes, cette jeune norvégienne de 23 ans originaire de Stavanger a débuté sa brillante carrière en publiant plusieurs singles entre 2012 et 2014, notamment “Awakening” et “Runaway”.

Son univers et sa voix séduisent autant les blogs musicaux que la presse spécialisée, et tous lui promettent déjà un bel avenir.

En 2015, AURORA publie son premier EP, “Running With the Wolves”, qui sera suivi en 2016 par son excellent premier opus “All My Demons Greeting Me as a Friend”. Vous devriez l’écouter absolument, car c’est un de ces disques à la beauté pure et froide, comme savent si bien les produire les artistes nordiques.

En septembre 2018, elle revient avec un EP dénommé “Infection of a different Kind (Step 1)”, prologue de son second album, “A different Kind of Human (Step 2)”, qui est paru il y a seulement quelques mois, en juin 2019.

Quel est son univers ?

AURORA se décrit comme étant “rêveuse, libre et amoureuse de la nature”. Parmi ses influences, elle cite Kate Bush, Björk, Bob Dylan ou encore Leonard Cohen ; un joli panel d’artistes tous plus créatifs les uns que les autres, et qui mettent bien en avant l’esprit féerique et envoûtant de notre belle amie norvégienne. En y repensant, il est même vrai que sa voix a quelques intonations semblables à celle de Kate Bush.

Le style musical d’AURORA se classerait dans la catégorie indie-pop, avec quelques légères influences de synth-pop. Ses morceaux dégagent tout l’esprit mystérieux, légendaire et folklorique des pays scandinaves, tout en restant très accessibles au public, avec une touche très actuelle et contemporaine. Ce qui nous donne un mélange à la fois totalement radio-friendly et plein d’audace musicale.

Les chansons d’AURORA vous font voyager sans bouger de chez vous ; vous n’avez qu’à fermer les yeux, et en quelques minutes, vous êtes transportés dans des paysages faits de montagnes enneigées, de forêts de sapins et de lacs gelés. On croirait presque entendre, au loin, le hurlement des loups. Sa voix y est pour beaucoup dans cet effet presque magique.

En effet, AURORA a un timbre cristallin, aussi clair que l’eau de source, aussi tranchant que le vent glacé qui souffle dans votre cou et vous gèle le bout du nez en hiver, aussi angélique que le chant des sirènes qui peignent leurs cheveux d’or, assises sur des rochers, et que l’on ne croise que dans les contes d’Andersen.

Que ce soit dans sa musique ou dans son apparence, AURORA ressemble autant à une princesse des glaces qu’à une elfe guerrière ; elle déborde de charisme, elle est fascinante, hypnotique, troublante.

Nul doute que sa voix pure, son style unique mais abordable et son indiscutable aura séduiront le public norvégien, et probablement le reste de l’Europe.

De plus, bien qu’elle ne soit pas assez connue à mon goût, AURORA bénéficie tout de même d’une fanbase assez solide venant du monde entier. Il est donc fort à parier que si elle venait à participer à l’Eurovision, une armée de fans européens serait là pour la soutenir et l’aider à grimper de place en place, jusqu’aux plus hauts sommets du classement.

Ses points forts :

Une voix extraordinaire et d’une incroyable justesse en Live.

Un style musical empreint des traditions nordiques tout en étant moderne et accessible à tous.

Une renommée grandissante et une fanbase venant des quatre coins du monde.

Ses points faibles :

Eh bien très honnêtement, pour une fois, j’ai du mal à trouver un point faible à l’artiste que je me suis donnée pour but de défendre aujourd’hui.

Mademoiselle AURORA a vraiment tout pour plaire, et je vois mal comment les Eurofans ou le public lambda pourraient ne pas l’aimer.

Elle saurait parfaitement jouer sur les deux tableaux, séduisant ceux qui aiment l’originalité d’un côté, ravissant les oreilles de ceux qui préfèrent les titres plus formatés de l’autre.

Encore une preuve qu’AURORA est la candidate idéale pour le Melodi Grand Prix.

Le titre à écouter d’urgence :

Autres titres à découvrir :

… parce qu’Aurora peut vous faire frissonner :

… parce que la jolie voix d’Aurora peut diablement bien se marier avec la harpe :

… parce qu’Aurora peut faire ressortir votre côté aventurier :

… parce qu’Aurora peut faire ressortir votre côté aventurier, partie 2 :

… parce qu’Aurora peut vous faire pleurer :

Et en bonus, écoutez donc sa splendide reprise d’un classique parmi les classiques : “Life on Mars” de David Bowie.

Elle y apporte sa petite touche, dans une version mélodieuse et minimaliste qui met en valeur aussi bien les paroles que ses capacités vocales, et qui renforce le côté un peu mélancolique et désabusé que j’ai toujours trouvé à la chanson originale.

De plus, j’ai choisi de vous faire découvrir cette réinterprétation fantastique dans ce Live gracieux capturé par la NRK :

Alors, que pensez-vous d’Aurora ?

Ses airs de princesse nordique et son style imparable pourraient-ils faire d’elle le successeur d’Alexander Rybak ?

Ou suis-je tout simplement en train de me bercer d’illusions ?

À vous de m’apporter votre éclairage et vos avis constructifs sur cette question.

Et c’est ainsi que s’achève ma dissertation sur l’enchanteresse AURORA.

J’espère qu’elle vous plaira et que son univers magique saura vous ensorceler. C’est une artiste qui me tient beaucoup à cœur ; comme dit plus haut, je l’ai découvert il y a quatre ans grâce à ma sœur, et depuis tout ce temps elle n’a cessé de m’étonner et de me surprendre. Elle fait partie de ces rares artistes qui proposent un contenu musical d’une qualité constante, et qui savent sans cesse se renouveler.

Bref : AURORA est la meilleure musicienne que la Norvège ait pu nous offrir et le plus grand monde doit le savoir.

Sur ces entrefaites, je vous quitte.

Je suis en train de préparer mon top 19 de l’Eurovision Junior que je songe à vous faire partager dans un de mes prochains écrits.

Alors, soutiendrais-je enfin la France ou jouerai-je encore la rabat-joie ?

Qui sera mon chouchou cette année ?

Vous le saurez dans mon prochain débriefing.

Musicalement,

Juliette.