L’une accueille, l’autre espère être accueillie, toutes deux font la une de la presse étrangère et francophone (belge et française).

Hier, comme prévu, s’est tenue à Kiev la réunion annuelle des chefs de délégation (qui sont à la fois les responsables de l’Eurovision à l’échelle nationale et les personnes de contact de l’UER). Chacun d’entre eux a officiellement présenté la chanson qui concourra pour son pays, en mai prochain. Ces heureux élus ont donc découvert Fly With Me, que les fans réclament à cor et à cri. Tous ont été informés des modalités pratiques relatives à leur séjour en Ukraine, accréditations, transports, réservations, etc. Ils ont également reçu les consignes nécessaires quant aux tournages des cartes postales et aux répétitions.

Durant cette réunion, l’Ukraine a tiré au sort son ordre de passage, lors de la finale. La vingt-deuxième place lui a échu, comme vous le voyez sur la photo ci-dessus. Jon Ola Sand y arbore son plus beau sourire de Joconde et à droite, vous aurez reconnu Pavlo Shylko. Il a co-présenté l’Eurovision en 2005, aux côtés Maria Efrosinina, et a été impliqué depuis dans la plupart des éditions, en tant que commentateur, porte-parole ou consultant. Il a été désigné ce week-end porte-parole officiel de l’Eurovision 2017. Chaque semaine, il tiendra donc une conférence de presse, afin d’informer les médias et le public des derniers développements de son organisation.

Enfin, les emplacements de trois lieux phares ont été confirmés. L’Euro Club, où les délégations, les fans et la presse se réunissent pour fêter chaque soir comme s’il était le dernier, sera installé au Centre Parkovy. L’Eurovision Village, où le public et les fans se réunissent durant les journées de répétitions, sera installé dans la rue Khreschatyk, au centre de Kiev. Quant au fameux tapis rouge de la réception officielle de bienvenue, il sera déroulé au Palais Mariyinski.

Ces nouvelles réjouissantes ont hélas été éclipsées par un nouvel eurodrame. Ce dimanche, grâce à Eurovista, vous aviez découvert le visage de la représentante russe, Julia Samoilova, chanteuse de 27 ans, atteinte d’une atrophie spinale musculaire, ancienne participante à la version russe de X Factor. La jeune femme avait déclaré à la presse voir ainsi l’un de ses rêves se réaliser.

De quoi tirer une larme à une pierre,… mais pas à la Sûreté ukrainienne ! Celle-ci a déclaré que la chanteuse fait l’objet d’une enquête de leur part. En 2015, Julia s’est en effet rendue à Kerch, en Crimée, pour y donner un concert. La polémique a enflammé les réseaux sociaux, ce déplacement ayant été vu par de nombreux Ukrainiens comme une provocation et un soutien implicite à l’annexion de la région par la Russie.

Les médias ukrainiens ont surenchéri : Julia est, selon eux, une “arme de propagande” du Kremlin. Elle aurait été choisie spécifiquement par la télévision russe, son handicap devant couvrir et empêcher tout reproche. Le porte-parole du Kremlin a, lui, rejeté ces allégations et rappelé que l’Eurovision était un concours international, dont les organisateurs doivent respecter le règlement. Les services de sécurité ukrainiens ont conclu en affirmant qu’ils prendraient la décision la plus juste possible. À suivre donc…