Netta Barzilai est née le 22 janvier 1993 à Hod Hasharon, ville située dans le District centre d’Israël. Passionnée par la musique, elle joue souvent dans des clubs et des mariages à Tel Aviv.

C’est d’ailleurs à Tel Aviv qu’elle réside, et c’est là qu’elle se produit avec son groupe Experiment, dont elle est la chanteuse. Experiment est une bande de musiciens pratiquant l’improvisation, mêlant les genres musicaux et se produisant dans les clubs de Tel Aviv.

Si la musique ne l’avait pas attirée comme un aimant, Netta aurait voulu étudier la psychologie ou l’éducation pour devenir enseignante de maternelle.

L’enfance de Netta n’a pas toujours été rose. Elle n’était pas une enfant populaire, mais une fille qui avait déjà l’âme d’une artiste, avec un sens très dramatique. Ce qui fait qu’elle n’avait pas d’amis à l’école. Elle en a souffert, car elle aurait bien aimé être « comme tout le monde », mais s’est faite à l’idée qu’elle avait quelque chose de différent et que cette différence faisait peur aux autres, au point de s’éloigner d’elle. Ce sentiment a accompagné Netta jusqu’à la fin du lycée.

A la fin du lycée, la jeune fille timide entre à l’Hadarim High School afin d’étudier la musique.

Malgré une âme de musicienne, longtemps Netta n’a pas osé se présenter à des auditions de shows télévisés. Puis elle a fini par se lancer dans l’aventure HaKokhav HaBa parce qu’elle avait beaucoup à partager. Elle ne le regrette pas.

Pendant la durée de l’émission, Netta a interprété de nombreux tubes très différents les uns des autres afin de montrer son potentiel d’artiste. De Rude Boy à Gangnam Style en passant par A-Ba-Ni-Bi et Hey Mama, la chanteuse a prouvé qu’elle pouvait capter l’attention du public.

Elle finit par remporter le Concours, lui permettant de représenter Israël à l’Eurovision cette année. Netta et son producteur travaillent en ce moment à la confection d’un premier album comprenant des titres inédits.

 

Ree, ouch, hey, hm, la
Ree, ouch, hey, hm, la
Ree, ouch, hey, hm, la

Ree, ouch, hey, hm, la
Ree, ouch, hey, hm, la
Ree, ouch, hey, hm, la

Look at me, I’m a beautiful creature
I don’t care about your modern time preacher
Welcome boys to my show, I will teach ya
Drum drum ah ooh, drum drum ah ooh

Hey, I think you forgot how to play
My teddy bear’s running away
The Barbie got something to say, hey

My Simon Says leave me alone
I’m taking my Pikachu home
You’re stupid just like your smartphone

Wonder Woman don’t you ever forget
You’re divine and he’s about to regret
He’s a bucka-mhm-buck-buck-buck-mhm boy
Bucka-mhm-buck-buck-buck
I’m not your bucka-mhm-buck-mhm-buck-mhm

I’m not your toy (Not your toy)
You stupid boy (Stupid boy)
I’ll take you down now, make you watch
We’re dancing with my dolls on the motha-bucka beat
Not your toy (Cululoo, cululoo, cululoo cululoo)

Ah ah, ah ah, ani lo buba
Ah ah, ah ah, ani lo buba

(Cululoo, cululoo) Wedding bells ringing
(Cululoo, cululoo) Money men bling-bling
I don’t care about your Stefa, baby
Drum drum ah ooh, drum drum ah ooh

Wonder Woman don’t you ever forget
You’re divine and he’s about to regret
He’s a bucka-mhm-buck-buck-buck-mhm boy
Bucka-mhm-buck-buck-buck
I’m not your bucka-mhm-buck-mhm-buck-mhm

I’m not your toy (Not your toy)
You stupid boy (Stupid boy)
I’ll take you down now, make you watch
We’re dancing with my dolls on the motha-bucka beat

Not your toy (Not your toy)
You stupid boy (Stupid boy)

I’ll t-t-t-take you now
W-w-w-with me now, boy

(I’m not your toy)
You stupid boy
I’ll take you down now, make you watch me
Dancing with my dolls on the motha-bucka beat

(I’m not your toy) Look at me, I’m a beautiful creature
(You stupid boy) I don’t care about your modern time preacher
(I’m not your toy) Not your toy, not your toy, not your toy, toy
I’m not your toy, not your toy, not your toy, toy

 En français

 

C’était un dimanche, le 11 mars très précisément, qu’Israël a sorti la chanson qui deviendra, sur notre site, la plus commentée de cette édition avec la chanson française.

alexandre nous fait l’opening sequence : « Bienvenue dans le poulailler…. Reviens Hovig. »

On sent de l’agacement, voire un peu de colère, dans les propos de Markan : « Qu’est-ce encore que ce truc ???? on ne va pas devoir supporter ça à l’Eurovision quand même….avec certains on touchait le fond mais si Israël nous propose vraiment ça…. alors là on commence à creuser ! »

JFParis estime que « Cette chanteuse a un talent fou », mais c’est « Cependant clairement pas la chanson attendue. »

Stupeur du côté de Bishopper : « ????!!!???? Est-ce ridicule ? Est-ce génial ? Est-ce ridiculement génial ? Dans l’attente du morceau entier, je suis totalement perdu concernant ce Toy et ne sais quoi en penser. Visiblement, les bookmakers ont déjà tranché ; ils adorent. »

Pour Joh, « ce genre de chanson, ça vaut pas mieux qu’une dernière place en demi-finale. »

Bêta X approuve : « Et moi qui me disait que cette édition 2018 manquait de fun et de joke act (surtout depuis la défaite de Kamil Show au Depi que je voulais à Lisbonne) voilà qu’on me livre Netta et son « Toy » (que j’ai eu le  »privilège » d’écouter en entier tout à l’heure) 🙂x) »

Après une première écoute complète, Daniel se « sent « au-dessus de tout :’) » Pour lui, c’est un vrai coup de cœur : « C’est vraiment une chanson super cool. Celle-ci intègre des petites touches de musique orientale tout en étant à la pointe des producteurs actuelles. C’est bien produit et vrai. » C’est différent et je pense que ça va faire la différence le jour du concours. J’envisage une victoire de Israël. 🙂”

Quentin était alors l’un des seuls « à lui prédire une très bonne place en DF, et un podium en finale. Cette chanson est le fruit de ce que j’attends à l’Eurovision depuis des années : de la pure folie. Je l’ai aujourd’hui, et j’en jouis grâce à cette chanson. » Extrêmement enthousiaste, il ajoute « MERCI NETTA!!! »

Pour André C, la mise en scène devra beaucoup compter. « Pas sûr que les jurys la détruisent. Le message est pile dans l’ère du temps (#balancetonporc et #metoo). Ca peut clairement plaire aux jurys. C’est quitte ou double en fonction de la mise en scène. »

Et Nico ? Qu’en pense-t-il ? « Cette chanson est totalement délurée mais j’aime beaucoup ce style qui nous change des standards habituels de chansons formatées et je comprends que les bookmakers s’emballent, donc sur ce point de je te rejoins, Ce ne sera sans doute pas la chanson gagnante, quoi que cette année tout me semble possible tant il y à boire et à manger, certains vont même souffrir d’ingestion des oreilles, je ne sais d’ailleurs toujours pas si cela se soigne. Un top 10 ou même un podium en finale pour Israel me semble probable. Donc pas de panique, Bienvenue dans la basse-cour ou la ruche de l’ESC ! »

Si Adi025 « n’aime pas du tout », Friish est au paradis : « Alors voilà mon « flash » 2018, j’ai tellement été consterné de toutes les chansons qui vous laisse un arrière-goût de moisi ne me laissant aucune émotion que dès que j’ai vu Israël… »

BretagneLibre « ne voit pas Israël faire un meilleur classement que la France ou l’Italie, simplement parce que la chanson a été choisie en interne et a clairement pour but d’amasser les points grâce au mouvement Metoo, alors que Madame Monsieur et MetaMoro ont gagné le vote des téléspectateurs contre 18 et 20 concurrents »

Sakis « adore cette fille depuis le début ». Pour lui, « elle a un talent fou et elle est formidable. Simple, délurée, et une artiste au grand cœur. »

C’est « la petite touche de folie qui manquait à cette édition » remarque Charles. « « Toy » est un Ovni, une petite bombe qui peut faire un gros « BOUM » ! J’adore. C’est atypique et créatif. »

Pour Philippe, c’est simplement « affligeant… un vrai poulailler. »

Pour Madreselva, c’est aussi une grande surprise : « Impossible de trouver les mots pour qualifier cette chanson tant elle sort de l’ordinaire. Je n’étais définitivement pas prête à ça haha. Quand elle a fuité hier soir, je me demandais si ce n’était pas une « fake news » tellement c’était original et décalé. Le refrain est pas mal, il sonne un peu oriental par moments et ça me plaît bien. J’aime aussi le côté « électronique » de la chanson. Quoi qu’il en soit, Netta est un vrai personnage et me fait bien rire. Elle ne passera clairement pas inaperçue. A voir comment vont réagir les téléspectateurs lambda qui la découvriront le soir-même. Peut-être qu’ils n’arriveront pas à entrer dans son univers car c’est quand même très risqué de proposer ça. En tous les cas, sur les groupes facebook, les eurofans ont l’air d’adorer. Quant à moi c’est aussi pour ce genre de candidats que j’aime l’Eurovision. Cette année promet d’être variée ! »

Pascal salue Israël : « Vraiment malin de la part d’Israel d’avoir misé sur la forte personnalité de Netta pour se démarquer. » Pour sa part, il « trouve ça assez cheap mais tellement efficace. Avec son looper, Netta fait entrer le concours dans une nouvelle époque. Pour le meilleur ou pour le pire ? Je pense que même si les jurys vont un peu la freiner, Netta a tout à fait le profil de la Moldavie ou de la Roumanie 2017. Un podium ou top 5 me parait tout à fait envisageable. »

Killian « aime trop » : « c’est juste génial ça mérite d’aller loin ! »

Mais Mimi2 « n’accroche pas ! Il va peut-être me falloir plusieurs écoutes mais j’émets un doute. »

Antoine n’a qu’un seul mot à dire : « GENIAL ! »

Leroi aussi « adore » : « Et je pense même qu’elle peut gagner c’est tellement différent et entraînent bien mieux que d’écouter l ennuyante chanson de la Russie ou l’Estonie que je ne supporte pas tellement ça me casse les oreilles. »

Fandeuro44 « déteste » et « trouve la chanson indigeste avec tous ces styles. »

Mais qu’en pense notre ami Zipo ? « Je viens d’écouter la « chanson » : Est-ce une chanson d’ailleurs ? J’ai eu l’impression d’assister à quelqu’un qui lui restait quelques sonorités en stock et qui a fait un mélange et finalement, ça donne une « espèce de soupe » particulièrement indigeste ! Par contre, moi qui cherche de l’originalité, là je suis servi ! Je ne peux pas dire le contraire et sur ce plan-là, je n’ai rien à dire : bravo ! Mais voilà une nouvelle chanson clivante à son paroxysme : je sais que ça va plaire à beaucoup de gens et je m’y prépare. Quant à moi, je ne savais pas à qui attribuer la 18e place de cette première demi-finale : maintenant c’est fait. »

Tano nous dit une chose très importante : « Les mots me manquent. Je crois qu’au fond je ne pense plus à rien. Si je me laisse aller, je crains de sombrer dans l’indifférence auditive car cet Eurovision nous prépare de sacrés impondérables jusqu’au dernier moment. Bien malin qui peut dire ce qui plaira ou pas à l’ensemble des 180 et quelques millions de téléspectateurs, qu’ils soient dans la salle ou derrière l’écran. Ce qui me chagrine, c’est l’influence que les parieurs semblent avoir sur certains d’entre eux, véritable hégémonie du bon goût. A chacun sa vérité, son univers, sa sensibilité, mais, de grâce, préservons notre liberté de penser, d’aimer ou… de détester ! »

Pascal explique l’engouement des bookmakers : « Si les BM ont réagi si vivement à la découverte de « Toy » , c’est probablement parce que des parieurs ont misé sur la chanson. Et, pour limiter les pertes éventuelles pour les organismes de paris, ces derniers ont réduit drastiquement la côte d’Israël. A mon avis, aucune chanson ne se détachait dans l’esprit des fans et le buzz de « Toy » , qu’il soit fondé ou pas, répond au besoin d’avoir une tête qui dépasse, un favori. »

Une autre explication pour André C. : « La première place chez les bookmakers est le résultat de la période que nous traversons. Aujourd’hui #metoo et #balancetonporc est un véritable phénomène qui a révolutionné pas mal de choses dans beaucoup de pays. Pas étonnant de voir qu’une chanson en rapport à la femme objet (I am not your toy ! You stupid boy !) soit en tête chez les bookmakers. Personnellement je n’y crois pas une seconde, je vois plus un phénomène qu’un véritable engouement. Israël sera surement bien placé mais sûrement pas vainqueur. »

Francis est découragé : « Je trouve cette chanson d’autant plus horrible que je ne pourrai plus jamais prétendre aux proches qui m’écoutent encore que l’Eurovision est un concours de qualité, avec des artistes qui proposent vraiment un univers propre et ambitieux. C’est décourageant 🙁»

rem_coconuts résume : « Pour le coup, les avis sont très partagés, pour ne pas dire carrément clivants, j’ai l’impression que c’est grosso modo on adore ou on déteste! » Et lui, qu’en pense-t-il ? « C’est un titre surprenant, osé, complètement fou, qui à coup sûr va se distinguer d’une façon ou d’une autre par son originalité en mai prochain. Netta a l’air d’avoir une personnalité assez dingue et haute en couleurs (j’adore !) et la chanson lui sied parfaitement. Le texte, du fait qu’il s’inscrive dans l’actualité de la lutte contre le harcèlement et les violences faites aux femmes, va marquer les esprits, d’autant plus qu’il est très bien écrit. J’aime bien cet univers complètement déluré et ASSUMÉ, la voix et ses variations (un soupçon trop d’onomatopées peut-être ?), la personnalité de Netta, le mix entre côté très solaire et coloré aux accents orientaux et texte engagé. Il y a une prise de risques, ça me fait un peu penser à Occidentali’s Karma ❤dans le style, on adhère ou pas, vainqueur potentiel pourquoi pas (qui plus est dans une année aussi ouverte) mais assuré et évident non (les BM s’affolent un peu trop vite, sans doute par la thématique de la chanson), par contre de quoi marquer le retour d’Israël dans le top 10+ oui, à condition que le live suive (dans le cas contraire, ça peut vite casser). En tout cas, bravo Israël pour l’audace et ce retour en force à l’Eurovision ! »

Taron remercie « Merci Netta pour ces 3 minutes juste folles, incroyable et pleines de sens ! Le coup de folie de cette édition xD » Il ajoute : « Moi qui n’aime pas les chansons folles, totalement déjantées, surtout si ça a tendance à se rapprocher du ridicule, je suis totalement surpris par l’Israël ! J’ai été fan à la première écoute (ce qui est rare chez moi puisque j’ai besoin d’écouter plusieurs fois une chanson), peut-être pas la gagnante 2018, peut-être pas ma gagnante non plus mais ça a le mérite d’être original, tellement bien produit et le talent de Netta est incroyable ! Je pense que l’Israël va terminer dans le top 10 mais c’est vrai que c’est le genre de titre « ça passe ou ça casse ». Quelle femme incroyable, à la fois folle et terre-à-terre! Elle s’assume totalement et elle me rappelle Mary Lambert mais en plus folle! D’ailleurs, je vous conseille son titre « Secrets » ou même « Body Love » 😉»

Eric espère « que le jury va freiner tout ça… Un podium OK mais pas the winner ! »

Laissons à Timy le dernier mot : « J’étais vraiment perplexe au début, mais finalement une chanteuse très charismatique, de la folie, et en fait j’aime bien la proposition israélienne !!! Après j’espère que le Live sera aussi bon, car difficile de performer sur ce type de musique. »

[poll id=”895″]

[poll id=”896″]

[poll id=”897″]

[poll id=”898″]

[poll id=”899″]

[poll id=”900″]

[poll id=”914″]

 

  • Ils sont deux à avoir composé la chanson favorite de ce Concours. Et ce ne sont pas des Suédois ! Doron Medalie, 40 ans, a à son actif plus de 350 chansons écrites de sa main. Il a notamment écrit les chansons d’Israël en 2015 (Golden Boy) et 2016 (Made Of Stars). Il a aussi composé des chansons pour Eleni Foureira, la représente chypriote de cette année. Par exemple la chanson Come Tiki Tam qui a été refusée par la Grèce pour l’Eurovision de Stockholm, et qui est sortie en single à l’automne 2016.

  • Stav Beger, le deuxième co-auteur, n’a que 25 ans et c’est sa première expérience à l’Eurovision. Ci-dessous, un de ses tubes.

  • A part une petite phrase en hébreu, Netta chantera sa chanson en anglais. Israël a peu souvent utilisé l’anglais, c’est surtout ces toutes dernières années qu’ils se sont mis à la langue de Shakespeare. Ainsi la première chanson chantée entièrement en anglais du début à la fin était celle composée justement par Doron Medalie, Golden Boy, en 2015.