Mes chers amis, aujourd’hui, une interview qui m’a beaucoup touché de par sa singularité, et son atypisme (oui, j’ai regardé dans le dico, ce mot existe, je viens de l’apprendre !).

Depuis mes débuts sur ce blog, j’ai remarqué qu’il y avait beaucoup de profils différents passant dans les couloirs : les rédacteurs, bien sûr, qui bossent comme des fourmis et cherchent le sujet qu’il veulent mettre en avant (et Dieu sait quel travail de fou, ils abattent), les “piliers de bar” qui sont scotchés au comptoir mais qui ont toujours un petit commentaire pertinent et un avis bien avisé, les fantômes qui hantent les murs du manoir, qui viennent et repartent par vague… Et il y les discrets, qui sont là, tout gentils et bienveillants qu’ils sont, même s’ils défendraient bec et ongles leur chouchou s’il venait à se faire détruire. Discrets, pas bavards certes, mais bien présents.

Loin de vouloir mettre les gens dans des cases, je vous propose aujourd’hui le portait d’une jeune Suissesse, qui est très loin du cliché que n’importe qui pourrait se faire du fan de l’Eurovision ! Et elle a une jolie façon de voir les choses, vous allez voir…

  • Pseudo : Madreselva
  • Prénom : Laure
  • Age : 21 ans
  • Ville : Sion (en Suisse)
  • Que fais tu dans la vie ? Je travaille dans une institution pour personnes en situation de handicap mental (soins et animation). Je me plais vraiment dans ce que je fais, mais mon plus grand rêve serait de vivre de la musique.

  • Depuis quand suis-tu l’Eurovision ? 

Tout a commencé avec l’édition Junior du Concours en 2004, lorsque l’Espagne représentée par Maria Isabel a gagné. J’avais 8 ans à l’époque et j’étais très admirative de cette petite fille qui devait avoir environ mon âge à l’époque. Je l’ai un peu prise en modèle et avec ma meilleure amie de l’époque, nous avions acheté son CD « No me toques las palmas que me conozco ».

Ensuite, j’ai grandi en suivant l’édition junior jusqu’en 2012 où je me suis vraiment intéressée à l’Eurovision standard, car j’arrivais à l’âge où je pouvais m’identifier aux artistes de cette édition. Pour moi, 2012 a vraiment été une année avec un bon cru et certains chanteurs m’ont vraiment inspirée, si bien que ce sont en partie eux qui m’ont donné envie de faire aujourd’hui de la musique.

  • As-tu déjà participé à un événement Eurovision en live ? 

Non, mais j’aurais bien voulu. Surtout en 2014 où le concours se déroulait à Vienne ; ce n’était pas trop loin mais pour des raisons personnelles, je n’ai pas pu y participer.

  • Suis-tu les sélections nationales ? Si oui, lesquelles ?

Oui, je suis la sélection suisse de relativement près (car j’ai envoyé une chanson pour 2017). Et sinon, j’aime bien la sélection suédoise, il y a toujours un niveau incroyable. C’est presque une religion chez eux, ce concours.

Ensuite, cette année, j’ai suivi la sélection espagnole, mais j’ai été très déçue de l’issue et de la tournure des choses.

Enfin, j’adore le Supernova car on y retrouve vraiment des bons artistes avec un style parfois différent et très intéressant (je pense notamment aux trois derniers artistes que la Lettonie a envoyés.)

  • Quel pays ne te déçoit presque jamais ? 

Je dirais l’Azerbaïdjan pour plusieurs raisons. Ils savent exactement calibrer leurs chansons depuis 2009. En 2008, pour leur première, certes la chanson était moins calibrée, mais c’était du vrai show avec du chant traditionnel mugham, une partie « opéra », un ange contre un démon représentant le bien et le mal qui s’affrontent et puis, ce calice de « sang » renversé par Samir sur sa danseuse. Ce genre de show spectaculaire que l’on ne peut pas oublier ! Ensuite, de 2009 à 2012, j’ai bien aimé les propositions mais les meilleurs restent, selon moi :

Farid (« Hold me » est une chanson prenante, la mise en scène était classe et le chanteur n’est pas mal non plus…)

Elnur (je n’attendais que son grand retour ! Et en 2015, je n’ai pas été déçue !)

Samra (qui avait un titre accrocheur)

Et enfin Dihaj (c’était vraiment du lourd et je vous explique tout cela plus bas.)

J’ai été moins conquise par Dilara, mais son titre était tout à fait correct.

  • Quel pays te déçoit presque tout le temps ?

Honnêtement, il n’y en a pas. Chaque pays essaie de faire de son mieux avec les moyens du bord. Certes, chaque année, il y a des déceptions (que cela soit au niveau de l’organisation, des chansons ou des artistes eux-mêmes) mais je ne trouve pas qu’un pays les accumule spécialement.

  • Selon toi, quelle est LA chanson qu’il faut retenir dans l’Histoire de l’Eurovision ?

Selon moi il n’y pas qu’une chanson à retenir dans l’histoire du Concours. J’ai eu un réel coup de cœur pour 4 chansons pour être précise.

Si je devais les énumérer je dirais que mon numéro 4 est « Euphoria », car impossible de passer à côté de ce chef-d’oeuvre ! Loreen est au sommet de son art, elle a tout : elle chante, elle danse, elle interprète et son live est semblable à un clip. C’est dire si c’est de la qualité.

Ensuite mon numéro 3 est « O mie » d’Aliona Moon. Non seulement j’ai un souvenir personnel fantastique lié à cette chanson, mais je trouve sa composition géniale : ça part calmement et ça monte en crescendo. Le tout est très mélodieux, harmonieux, le refrain est très accrocheur et reste rapidement en tête. Aliona Moon a une voix pure. C’est juste magnifique et le rendu en roumain donne un certain relief.

J’attribue ensuite ma deuxième place à Dihaj pour « Skeletons ». Quel charisme et quelle présence sur scène ! Dihaj, par son look et son attitude, dégage quelque chose de spécial qui capte l’attention du spectateur. Ensuite, le fameux « bad boy », Vitalii Zagoruyko est à fond dans son rôle et apporte tout à la performance ! Cette mise en scène m’a complètement bluffée et sublimait encore plus la chanson. D’ailleurs en parlant de la chanson en elle-même : J’ADORE ! Une atmosphère et une histoire un peu noire, une bonne mélodie et enfin le meilleur moment : ce refrain avec ces chœurs qui sonne tellement bien et qui est tellement bien pensé !

Cependant mon numéro 1 reste: « Lovewave » d’Iveta, bien qu’un petit peu déçue du live. La chanson en elle-même, je la trouve parfaite. Elle contient absolument tout ce que j’aime : du mystère, des instruments traditionnels, un style différent, un refrain extrêmement exigeant dans le phrasé et dans la technique vocale, une note quasi inatteignable à la fin, des paroles magnifiques, une partie parlée suivie de ce bruit de moteur qui accélère et qui donne une puissance au morceau avant le refrain. J’ai accroché dès la première écoute !

  • Selon toi, quelle année a vu le meilleur concours Eurovision ? 

J’hésite entre 2012 et 2016 mais je dirais presque 2016. Il y a eu tellement de beaux tableaux et de chansons magnifiques. On voit que les Suédois s’y connaissent en la matière. Il y en avait vraiment pour tous les goûts et l’organisation était vraiment au top, tout comme Mans et Petra que j’ai trouvés forts sympathiques et qui ont manifesté beaucoup d’humour. Je pense que ce sera difficile de retrouver un aussi bon cru.

  • Qui n’a pas mérité sa victoire, selon toi ?

Je pense déjà que tous les gagnants ont mérité leur titre. Ils se sont dépassés pour montrer à leur pays, puis à l’Europe leurs chansons et tous ont interprété intensément le titre défendu.

Cependant, je n’ai pas réussi à accrocher au titre « Satellite » de Léna. Je sais que beaucoup l’ont apprécié mais, moi je ne l’ai jamais vraiment aimé plus que ça. Il ne me semblait pas assez audacieux pour prétendre à la victoire.

  • Quelle est la plus grande injustice de ces 10 dernières années à l’Eurovision ?

Là encore il y en a plusieurs. Sur le plan international, je dirais :

– la non qualification de Tanja en 2014, car sa chanson était vraiment entraînante et aurait mérité bien mieux ;

– la non qualification de Mei Finegold. J’adore sa voix grave (je trouve qu’il manque de femmes avec ce type de voix dans le concours) et elle a tout donné sur « Same heart ». Quel professionnalisme !

– Pastora Soler aurait mérité mieux qu’une 10ème place. Elle a chanté divinement bien.

Et sur le plan des finales nationales, je dirais :

– l’élimination de Loreen au Melodifestivalen. Elle était fabuleuse avec « Statements » ! C’est une composition originale et la mise en scène était fabuleuse ;

– l’élimination de LeKlein qui était nettement au-dessus du lot pour l’Espagne (tant par ce qu’elle dégage sur scène que par sa chanson aboutie et entraînante). Il faut qu’elle retente sa chance !

– l’élimination, chaque année de Jessica Muscat à la sélection maltaise. Elle essaie de représenter son pays depuis 2009 (sauf erreur) et propose des chansons vraiment sympas. Je serais tellement heureuse pour elle qu’elle soit choisie un jour et je la soutiendrais à fond quelle que soit sa chanson !

  • Quelle chanson du cru 2017 écoutes-tu toujours actuellement ? 

J’écoute beaucoup « Skeletons » et je ne m’en lasserai pas de sitôt.

Sinon, il m’arrive d’écouter « Flashlight », « World », « Gravity » ou encore « City Lights ». Tout dépend de mon état du moment.

  • De quel artiste Eurovision suis-tu la carrière suite à son passage au concours ? 

Il y a 5 artistes auxquelles je me suis intéressée.

J’ai suivi Margaret Berger et j’ai bien aimé ses titres : Human Race ainsi que Lifetime Guarantee (celui-là date d’avant sa participation mais il a quelque chose de spécial et et je l’écoute encore souvent).

Je me suis intéressée aussi à la carrière d’Anri Jokhadze (Géorgie 2012) et j’ai découvert qu’il était très célèbre en Géorgie et qu’il avait composé la chanson de Tamara cette année. Je suis impressionnée aussi par son excellent niveau de piano. J’ai découvert beaucoup de ses chansons mais l’une qui m’a le plus marquée est : « Gana kvela kali kalia ». J’aimerais beaucoup le voir revenir car je pense que l’Europe ne l’a pas vraiment pris au sérieux en 2012. Il peut donner beaucoup d’émotions et possède un grand talent.

J’ai suivi également Soluna Samay de l’édition 2012. J’ai eu un coup de cœur pour son titre « Come again » (et pour l’anecdote, c’est l’une des premières chansons que j’ai appris à chanter avec mon professeur de chant ; lui-même avait accroché et trouvait sympa cette découverte). Je trouve ce morceau encore mieux que « Should’ve known better ». Ça donne envie de danser et ça met tout de suite de l’ambiance.

Ensuite, j’ai suivi Loïc Nottet durant toute son aventure à « Danse avec les stars » et j’ai été très fière quand il a gagné. Il a acquis une telle maîtrise de la danse, c’est incroyable ! Et puis, impossible de passer à côté de son titre « Million eyes » qui passe souvent à la radio et qui contient des paroles fortes.

Enfin, je suis la carrière Sergey Lazarev et j’aime beaucoup ses chansons car elles sont souvent très entraînantes ! La chanson que j’écoute en ce moment c’est « Это всё она » : c’est rythmé et surtout, il y a une rengaine qui reste instantanément dans la tête. En plus le clip est vraiment trop drôle !

  • Qu’écoutes-tu comme musique en dehors des artistes de l’Eurovision ? 

J’écoute pas mal de choses différentes. J’aime beaucoup : Lady Gaga (en particulier ses quatre premiers albums), Queen, Sia (avec un gros coup de cœur pour son featuring avec Maître Gims), Corson (il dégage une sensibilité qui m’inspire beaucoup), Yves Larock (l’un des meilleurs DJ qu’on ait en Suisse selon moi), Dson Beats (l’un de mes anciens collègues de formation qui produit, écrit, compose, et rap. C’est un beatmaker au grand cœur ! J’ai été très touchée par la chanson qu’il a faite pour sa maman « Mama des îles »)

  • Quelles sont tes autres passions, hobbies, loisirs ? 

Mis à part la musique (j’écris, je compose de la musique électronique et j’interprète), j’aime beaucoup le poker (beaucoup de membres de ma famille y jouent), apprendre de nouvelles langues, l’art et l’histoire en général. Je suis quelqu’un qui s’intéresse un peu à tout !